Piaf (film, 1974)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Piaf
Réalisation Guy Casaril
Scénario Marc Behm
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film biographique
Drame
Sortie 1974


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Piaf est un film français réalisé par Guy Casaril et écrit par Marc Behm, sorti en 1974. Ce film fut tiré de Piaf, un livre qu'avait écrit Simone Berteaut, la grande amie d'Édith Piaf.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Édith Gassion nait en 1915 dans la misère. Jeune fille, elle chante dans les rues de Paris jusqu'au jour où elle a rencontre Louis Leplée, un directeur de cabaret... Le réalisateur de ce film, Guy Casaril, tente de reconstituer, non pas par des images de l'époque mais en recourant à la fiction, les premières années de Piaf, jusqu'à son triomphe à l'A.B.C. en 1937[1],[2]. Il s'appuie notamment sur le récit de cette période par une amie d’Édith Piaf, Simone Berteaut, dressé dans un ouvrage publié en 1969 par les éditions Robert Laffont, Piaf : récit[1],[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film est un échec commercial, un flop[2],[4]. L'accueil de la presse est mitigé. Ainsi, Claude Fléouter, dans le journal Le Monde, trouve une certaine audace à cette tentative de reconstitution d'un parcours devenu mythique, par Guy Casaril et Marc Behm. Il salut l'interprétation de Brigitte Ariel dans le rôle de la célèbre chanteuse. Mais il trouve cette reconstitution un peu naïve et cédant à des conventions, par exemple lorsque Piaf, dans ce film, chante « en 1931 sous une affiche du film Un de la légion qui, d'ailleurs, ne fut réalisé qu'en 1936 »[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Claude Fléouter, « " Piaf ", de Guy Casaril », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  2. a et b (en) David Looseley, Édith Piaf: A Cultural History, Oxford University Press, (DOI 10.2307/j.ctt1gn6csb.13, lire en ligne), p. 157
  3. « Piaf », sur Larousse.fr
  4. Jacques Siclier, « Margot et Jacques », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]