Raymond Vall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vall.
Raymond Vall
Image illustrative de l'article Raymond Vall
Fonctions
Sénateur du Gers
En fonction depuis le
(1 an, 9 mois et 18 jours)
Élection 6 septembre 2015
Groupe politique RDSE
Prédécesseur Aymeri de Montesquiou

(5 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection 21 septembre 2008
Groupe politique RDSE
Maire de Fleurance
En fonction depuis le
(22 ans et 5 jours)
Prédécesseur Claude Gallardo
Conseiller régional de Midi-Pyrénées

(4 ans, 7 mois et 1 jour)
Successeur Gérard Malhomme
Conseiller général du Gers
élu dans le canton de Fleurance

(6 ans et 5 jours)
Prédécesseur Pierre Combedouzon
Successeur Pierre Combedouzon
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Nationalité Française
Parti politique PRG
Profession Directeur commercial

Raymond Vall, né le , est un homme politique français, membre du Parti radical de gauche. Il est directeur commercial de profession.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raymond Vall est né le 13 janvier 1942 à Fleurance, où ses parents, républicains espagnols, trouvent refuge en 1940 après avoir fui la répression franquiste.

Il y suit ses études primaires puis sera orienté, dès la classe de quatrième et jusqu’à la première, vers l’enseignement technique dont il sort, en 1962, titulaire d’un CAP de Mécanique Agricole, d’un CAP de Dessinateur Industriel et d’un BTS de construction mécanique. Il effectue la totalité de ce parcours au Lycée technique d’Agen.

Après son service militaire de 1962 à 1964, il intègre en mai 1964 le bureau d’études de l’entreprise Castel et Fromaget, un des leaders de la construction métallique en France et implantée à Fleurance (Gers).

Il y occupe successivement les fonctions de :

  • Chef de projet,
  • Directeur-créateur de l’agence commerciale à Paris,
  • Directeur du service des travaux extérieurs à Fleurance,
  • Directeur commercial puis directeur commercial export.

Dans ces dernières fonctions, il développera d’importants marchés en Arabie Saoudite et en Algérie.

Il quitte l’entreprise pour créer son propre bureau d’étude et de commerce international à Toulouse : GECI (Groupement d’Etudes et de Commerce Internationale).

Il est recruté en 1979 par le groupe Brisard Noguès, dont le siège social est implanté à Dampierre sur Salon (70) et qui dispose d’une dizaine de sites de productions en France, pour développer le département export en Afrique du Nord et en Algérie.

En 1988, il rejoint Dubois Etanchéité (basé à Chambéry) et créé la succursale du groupe à Toulouse.

En 1990 enfin, il intègre le groupe Troisel, constructeur métallique et entreprise de levage, manutention et étanchéité basé à Fleurance et au sein de laquelle il terminera sa carrière en 1998.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

En 1989, sollicité pour participer à l’élection municipale de Fleurance, il intègre une liste d’ouverture qui remporte la mairie le 8 mars de la même année.

En 1995, il est élu maire de Fleurance à la tête d’une liste apolitique face à Maurice Mességué, célèbre phytothérapeute.

En 1996, il adhère au Parti Radical de Gauche présidé par Jean-Michel Baylet et, deux ans plus tard, il est élu conseiller général du canton de Fleurance, premier vice-président du Conseil Général du Gers ainsi que conseiller régional de la région Midi Pyrénées dont il présidera la commission de la culture, du patrimoine et de l’audiovisuel pendant 10 ans, de 1998 à 2008.

Son passage au Conseil Régional aura été marqué par la mise en œuvre des « projets culturels de territoire » qui ont très largement contribué à la création d’une quarantaine de Pays en région Midi-Pyrénées.

Au 1er janvier 1999, il créé, avec son ami Robert Castaing, ancien sénateur du Gers et maire de Lectoure, la Communauté de communes de la Lomagne Gersoise, première intercommunalité du département à réunir deux cantons (Fleurance et Lectoure), qui compte aujourd’hui plus de 20 000 habitants.

En 2000, il fonde le Pays des Portes de Gascogne qui réunit 10 cantons, 169 communes et 60000 habitants et en est élu président, fonction qu’il occupe toujours aujourd’hui en 2017.

Réélu maire de Fleurance aux élections municipales de 2001 puis 2008, il est candidat pour le PRG aux élections législatives en 2007. Avec 10% de voix obtenues au premier tour, il se classe troisième et se désiste au profit de Gisèle Biémouret qui sera élue.

En septembre 2008, candidat PRG aux sénatoriales, il est élu sénateur du Gers et rejoint le groupe RDSE (Rassemblement des Démocrates Socialistes Européens) à la haute assemblée.

En 2012, lors du changement de majorité parlementaire, Raymond Vall est élu président de la toute nouvelle commission créée au Sénat en charge de l’aménagement du territoire, des transports, de l’environnement et des énergies renouvelables.

En tant qu’ardent défenseur de la ruralité, lors des discussions de la loi MAPTAM, il mobilisera la commission pour sauver les pays en proposant, par amendement, la création des PETR (Pôle d’Equilibre Territorial et Rural), structure de mutualisation qui permet aux territoires périurbains et ruraux d’accéder à la contractualisation régionale et aux fonds européens (Leader).

De même, en 2014, il fera reconnaître pour la première fois et par amendement au projet de loi Hamon relatif à l’économie sociale et solidaire, l’existence de la composante Nord-Nord dans la définition du commerce équitable. Cet amendement, transposé à l’article 94 de la loi adoptée en juillet, reconnaît aux producteurs de l’hémisphère nord les mêmes garanties d’équité commerciale, de juste revenu et de répartition de la valeur ajoutée sur toute la filière, au même titre que les producteurs des pays du Sud jusque-là exclusivement concernés par les principes du commerce équitable.

En 2013, il est élu président de l’ANPP (Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays) chargée de soutenir, fédérer et favoriser les échanges entre plus de 350 territoires de projets français (20 millions d’habitants) réunis pour la première fois en Etats Généraux à Tours en 2014.

Lors des élections sénatoriales de 2014 dans le Gers, il perd son siège. Mais un an plus tard, à la suite de l'invalidation de l'élection de son opposant UDI, il remporte au second tour l'élection sénatoriale partielle de 2015 dans le Gers avec 49,46% des voix[1].

Lors des Etat généraux de l’ANPP de 2014, il engage un partenariat avec le guide du Routard pour permettre aux Pays de disposer d’un « guide du Routard ».

En décembre 2016, réélu président de l’ANPP, il signe une convention avec France Urbaine, regroupement des 15 métropoles de France, pour engager une coopération entre ces métropoles et les territoires ruraux.

Il parraine le candidat En marche ! Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle 2017[2].

Mandats en cours[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Préfecture du Gers, « Résultat de l'élection sénatoriale partielle - 2ème tour », (consulté le 6 septembre 2015).
  2. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]