Vincent Capo-Canellas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vincent Capo-Canellas
Illustration.
Fonctions
Questeur du Sénat
En fonction depuis le
(4 ans, 7 mois et 16 jours)
Président Gérard Larcher
Sénateur français
En fonction depuis le
(10 ans, 7 mois et 19 jours)
Élection 25 septembre 2011
Réélection 24 septembre 2017
Circonscription Seine-Saint-Denis
Groupe politique UCR (2011-2012)
UDI-UC (2012-2017)
UC (depuis 2017)
Maire du Bourget

(16 ans, 6 mois et 23 jours)
Prédécesseur Frédéric Gailland
Successeur Yannick Hoppe
Conseiller général de la Seine-Saint-Denis

(8 ans, 6 mois et 2 jours)
Circonscription Canton du Bourget
Prédécesseur Jean-Christophe Lagarde
Successeur Elisa Carcillo
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Nîmes (France)
Nationalité Française
Parti politique UDI-FED
Diplômé de IEP de Grenoble
Profession Directeur de cabinet d'élus locaux

Vincent Capo-Canellas, né le à Nîmes, est une personnalité politique française, membre de l'UDF, du Nouveau Centre puis de la FED et de l'UDI.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est diplômé en sciences politiques à l'IEP de Grenoble en 1989[1] et a été directeur de cabinet d'élus locaux : il a débuté à la mairie de Bagnols-sur-Cèze (Gard) sous le mandat du maire (UDF) René Cret de 1990 à 1995, puis il est nommé directeur général des services de collectivités territoriales et chef de cabinet de Philippe Douste-Blazy, ministre de la culture de 1995 à 1997. Il est élu maire du Bourget (Seine-Saint-Denis) en décembre 2001 quelques mois après la réélection de la tête de liste Frédéric Gailland qui lui cède sa place[2],[3], puis réélu dès le premier tour en 2008 et en 2014.

Le , il a été élu conseiller général du canton du Bourget, à la suite de la démission de Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy pour cause de cumul des mandats. Il est réélu en mars 2008[4], mais quitte ce mandat en 2011 après son entrée au Sénat[2]. Il est remplacé au Conseil général par sa suppléante, Elisa Carcillo (UMP), adjointe au maire de Drancy.

En , il a été élu président de la nouvelle Communauté de communes Drancy-Le Bourget, renommée le la Communauté d'agglomération de l'Aéroport du Bourget, avec l'entrée de Dugny, fonction qu'il assure jusqu'en 2014[2]. À partir de , il met en place dans les deux communes de la communauté de communes la gratuité des cantines scolaires pour les enfants des écoles élémentaires, ce qui assure à la nouvelle structure une certaine notoriété.

En , il est élu président départemental de la Fédération Nouveau Centre de Seine-Saint-Denis, devenue en 2016 Les Centristes.

Le , il est élu sénateur de Seine Saint-Denis. Il parraine la candidature de François Fillon (LR) pour l'élection présidentielle de 2017[5].

Réélu sénateur le 24 , accédant même à la fonction de questeur[6], il doit démissionner de son mandat de maire du Bourget pour respecter la législation sur le non-cumul. Sa majorité choisit pour sa succession le conseiller municipal délégué, et par ailleurs son assistant parlementaire, Yannick Hoppe au détriment du premier adjoint Albert Conty[7].

Il est officier des arts et lettres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diplômés, Association des diplômés IEP Grenoble
  2. a b et c « Votre Maire : Vincent Capo-Canellas », sur le-bourget.fr, (consulté le )
  3. Alain Martin, « Le nouveau maire élu ce soir », sur leparisien.fr, (consulté le )
  4. Résultats des élections Cantonales
  5. Sébastien Thomas, « Seine-Saint-Denis : quel candidat à la présidentielle votre élu a-t-il parrainé ? », leparisien.fr, (consulté le )
  6. « Le Bourget : Vincent Capo-Canellas élu questeur au sénat », leparisien.fr, (consulté le )
  7. Florian Niget, « Le Bourget : le maire a choisi son successeur », leparisien.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]