Henri Guillaumet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaumet.
Henri Guillaumet
Brevet de pilote Guillaumet.jpg

Brevet de pilote de la Fédération internationale aéronautique d'Henri Guillaumet.

Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Compagnie Latécoère - Compagnie Générale Aéropostale - Air France

Henri Guillaumet, né le à Bouy[1], près de Châlons-en-Champagne et mort le en Méditerranée, est un aviateur français, pilote de l'Aéropostale. Il fait partie des plus grands pilotes de l'aviation française. Dans les Andes, au-dessus de l'Atlantique-Sud, puis de l'Atlantique-Nord, il contribua à la gloire de la Ligne Aéropostale ainsi qu'à l'ouverture de nombreuses routes commerciales françaises.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il eut trois frères, René, André et Pierre. Ce dernier mourut en bas âge. Sa mère, très affectée par cet événement, disparaîtra à son tour peu de temps plus tard.

Habitant près du Camp de Châlons, il assiste à 6 ans au 1er décollage d'Henri Farman qui volera 30 km. Il effectue son baptême de l'air à 14 ans. Formé par Charles Nungesser, célèbre candidat à la transatlantique, il obtient le brevet de pilote civil le .

Il s'engage comme pilote de chasse à Thionville où il rencontre la fine fleur des pilotes[2] : Florentin Bonnet, Léon Challe, René Weiser ou Jean Mermoz. Ce dernier l'invite à le rejoindre dans l'entreprise Latécoère en février 1926, alors qu'il se retrouve par hasard dans les rues de Paris, Guillaumet venant juste de remporter la course Military Zenith. Ensuite, ce sera lui qui initiera Antoine de Saint-Exupéry, qui deviendra son indéfectible ami, lors de son premier vol dans la Compagnie.

Ses carnets de vol, couvrant la période de 1926 à 1940, sont conservés aux Archives nationales[3].

Survie légendaire[modifier | modifier le code]

Le vendredi c'est l'hiver dans l'hémisphère sud, et en traversant les Andes pour la 92e fois pour l'Aéropostale une tempête de neige oblige Henri à se poser aux abords de la Laguna Diamante[4] après avoir cherché un passage dans la montagne pendant 2 heures au-dessus du lac, jusqu'à la panne d'essence. Mais durant l'atterrissage il effectue un "cheval de bois" dans la neige, plantant le nez de son Potez 25 (immatriculé F-AJDZ) dans la neige . Il passe la première nuit près de son avion. Puis, au matin il décide de partir, après avoir inscrit sur la carlingue de l'avion "N'ayant pas été repéré, je pars vers l'Est. Adieu à tous, ma dernière pensée sera pour ma femme"[5], puis de marcher sans jamais s'endormir, sachant que le sommeil risquait d'entraîner sa mort ; "Après deux, trois, quatre jours de marche, on ne souhaite plus que le sommeil. Je le souhaitais. Mais je me disais ; Ma femme, si elle croit que je vis, croit que je marche. Les camarades croient que je marche. Ils ont tous confiance en moi. Et je suis un salaud si je ne marche pas."[6]. Il ne le savait pas, mais il n'était qu'à un jour et demi de marche d'un village argentin, or il choisit la mauvaise direction, ce qui explique qu'il dut marcher pendant cinq jours et quatre nuits avant de rencontrer un adolescent argentin de 14 ans, Juan Garcia, et sa mère qui le recueillent près d'un ruisseau [5],[7][1]. Les secours sont prévenus, il est conduit au village de San Carlos, où il est récupéré par son ami, Antoine de St-Exupéry [8]. L'exploit que les habitants des vallées résument parfaitement « Es imposible », construit la légende de cet homme discret au milieu des grands noms de l'Aéropostale. À Antoine de Saint-Exupéry, venu le rechercher, il déclare, « ce que j'ai fait, je te le jure, jamais aucune bête ne l'aurait fait »[9]. Il effectuera en tout 393 traversées de la cordillère[5].

Disparition de Mermoz[modifier | modifier le code]

Le 7 décembre 1936, c'est lui qui est le chef de la base de l'hydrobase de Dakar quand s'envole, pour la dernière fois, Jean Mermoz et tout l'équipage de l'hydravion Latécoère 300, la Croix du Sud, avant qu'il ne disparaîsse dans les eaux de l'Atlantique Sud. Pendant des heures, il survolera ensuite l'Océan, à la recherche d'éventuels survivants. C'est lui qui annoncera à « Mangaby », la mère de Mermoz, que jamais plus elle ne reverra son fils.

Dernier vol[modifier | modifier le code]

Le , alors que, en compagnie de Marcel Reine, autre pionnier de l'Aéropostale, il vole vers la Syrie afin d'y amener Jean Chiappe, promu nouveau haut-commissaire de France au Levant, son quadrimoteur Farman Le Verrier, aux couleurs d'Air France est abattu par erreur par un chasseur italien, au-dessus de la Méditerranée, au large de l'Île de Malte, les Italiens étant alors engagés dans une bataille aéronavale contre les Britanniques[10]. Les dernières paroles prononcées par le radio ont été, « sommes mitraillés ! Avion en feu ! SOS ! SOS !...» La thèse que l'avion ait été abattu par les Britanniques est toujours discutée aujourd'hui[11], Chiappe pouvant avoir représenté une menace pour les intérêts britanniques au Proche-Orient[11], Pierre Laval, alors vice-président du Conseil, avait protesté auprès des Britanniques qu'il accusait, comme certains journaux italiens, d'avoir abattu l'appareil[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il obtient la légion d'honneur à 25 ans pour avoir sauvé plusieurs pilotes des mains des Maures alors qu'il était responsable de la ligne Casablanca-Dakar.

Il remporte l'épreuve Military Zenith le .

Il est lauréat du Prix Henri Deutsch de la Meurthe de l'Académie des sports en 1938, récompensant un fait sportif pouvant entraîner un progrès matériel, scientifique ou moral pour l’humanité.

Il obtient le Ruban Bleu, du record de la traversée de l'Atlantique, aux commandes du Latécoère 521 Lieutenant de Vaisseau Paris, le 14 juillet 1939

En décembre 1998, une plaque commémorative est apposée sur les lieux de son atterrissage forcé, sur une des rives de la Laguna del Diamante par une expédition venue du Chili, parrainée par l'Ambassadeur de France à Santiago, Jean-Michel Gaussot.

Marc Turrel, Christian Fedabeille. Expédition à la Laguna del Diamante (Argentine). Pose de la plaque commémorative Henri Guillaumet (1998). La promotion 1989 de l'École militaire de l'Air à Salon de Provence porte le nom de son parrain : Promotion lieutenant Henri Guillaumet.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1996, le Futuroscope lui rend hommage dans un film en IMAX 3D, produit par Jean-Jacques Annaud : Guillaumet, les ailes du courage.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un monument lui est dédié et un musée Guillaumet. Sur sa maison natale une plaque a été apposée.
  2. « René Weiser, Léon Challe et les records de distance », ICARE, no 180,‎
  3. Ils sont conservés sous la cote 20160286/90 à 20160286/93
  4. Photo de l'accident de Guillaumet dans les Andes Aero-mondo.fr
  5. a, b et c « L'accident de Guillaumet dans les Andes - Aéropostale en Argentine », Argentina Excepcion,‎ (lire en ligne)
  6. « Noëlle Guillaumet raconte... », sur chezpeps.free.fr (consulté le 7 mars 2017)
  7. [http://postale.free.fr/aeropostale/guillaumet/guillaumet/MEMOIRES-DE-L-AMI-DE-BOUY.html « MEMOIRES DE L�AMI DE BOUY »], sur postale.free.fr (consulté le 7 mars 2017)
  8. Comment j'ai sauvé l'as de l'aéropostale… » - La Dépêche, le
  9. de Saint-Exupéry 1999, p. 161 et 165.
  10. André Kaspi, La Deuxième guerre mondiale : chronologie commentée, Bruxelles, Ed. Complexe, (ISBN 2-870-27591-9), p. 159.
  11. a, b et c Anne-Lucie Chaigne-Oudin, La France dans les jeux d'influences en Syrie et au Liban : 1940-1946, Paris, L'Harmattan, coll. « Comprendre le Moyen-Orient », 260 p. (ISBN 2296073646), p. 21 à 22