Charles Nungesser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nungesser.

Charles Nungesser
Charles Nungesser

Naissance
à Paris
Décès (à 35 ans)
Disparu au-dessus de l'Atlantique
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Aéronautique militaire
Grade Capitaine[1]
Années de service 1914-1918
Commandement Escadrilles N65, Spa65, V106, V116
Conflits Première Guerre mondiale
Faits d'armes 43 victoires homologuées
Distinctions Légion d'honneur
Croix de guerre 1914-1918
Médaille militaire
Military Cross
Distinguished Service Cross
Hommages Rues, écoles, stade, timbres

Charles Nungesser est un aviateur français né à Paris le et mort le , dans un lieu inconnu de l'Atlantique Nord ou d'Amérique du Nord.

As de l'aviation française pendant la Première Guerre mondiale, il disparaît avec François Coli lors d'une tentative de traversée Paris-New York sans escale à bord de L'Oiseau blanc.

La Croix de guerre de ce militaire, le plus décoré de toute l'armée française au XXe siècle, comporte trente citations.

Enfance[modifier | modifier le code]

Charles Eugène Jules Marie Nungesser est né rue Cail, dans le 10e arrondissement de Paris, de Laurent Nungesser et Laure Prignet[2]. Il passe une partie de son enfance à Saint-Mandé, où son père tient une boucherie[3], puis à Valenciennes, dont sa mère est originaire. Ses parents divorcent le 12 août 1899, alors qu'il a sept ans. Élève de l'école nationale professionnelle d'Armentières (Nord) de 1905 à 1907, il en sort diplômé en mécanique ; une plaque lui rend hommage dans le hall d'honneur de cette école, devenue le lycée Gustave-Eiffel[4].

En 1907, Nungesser envisage une affaire de construction d'aéroplanes, avec deux Allemands. Il se fait voler le capital apporté ; l'un des deux escrocs pourrait être Hermann Göring[5].

Âgé de quinze ans, Nungesser part pour l'Amérique du Sud, chez un oncle qu'il recherche longuement, au Brésil, puis en Argentine[6] où il exerce différents métiers : mécanicien, gaucho, boxeur, acteur, pilote de course automobile. Il y fait la connaissance de François Coli, qui y cabote en 1916[7].

Découvrant également l'aviation naissante, il apprend à piloter[8].

As de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Rentré en France en août 1914, au moment de la déclaration de guerre[9], ses qualités de cavalier le conduisent au 2e régiment de hussards, où il obtient la médaille militaire après dix journées de combat. Après avoir passé les lignes ennemies avec son camarade Lerendu, il parvient à capturer une automobile Mors et à en tuer ses quatre occupants, des officiers prussiens, puis à la ramener au quartier-général de sa division avec des plans trouvés sur les officiers tués. Son général, Fernand de Langle de Cary, le surnomme « le hussard de la Mors » en référence à cet exploit et aux Hussards de la Mort, le promeut brigadier et l'autorise à passer dans l'aviation. Il est cité à l'ordre de l'armée :

« Le 3 septembre [1914], son officier ayant été blessé au cours d’une reconnaissance, le mit d’abord à l’abri ; puis, avec l’aide de quelques fantassins, après avoir mis les officiers qui l’occupaient hors de combat, s’empara d’une auto et rapporta les papiers qu’elle contenait en traversant une région battue par les feux de l’ennemi. »

Après sa rapide formation de pilote militaire, à compter du 22 janvier 1915 à l'école d'aviation d'Avord, il est breveté le 2 mars 1915. Il intègre à Dunkerque l'escadrille VB 106, avec son mécanicien, Roger Pochon (ou Pauchon), qui le suivra tout au long du conflit. Dans cette unité, il pilote un bombardier Voisin III et accomplit 53 missions de bombardement. Mais il s'en sert aussi à l'occasion pour faire la chasse des avions qu'il croise : le 30 juillet 1915, il abat un Albatros allemand au cours d'un vol d'essai, ce qui lui vaut la Croix de guerre. Nommé adjudant le voici muté dans l'escadrille de chasse N 65 (équipée de Nieuport « Bébé ») basée à Nancy. À plusieurs reprises, il termine des patrouilles de chasse par des acrobaties au-dessus du terrain, ce qui lui vaut huit jours d'arrêts. Sa punition est toutefois levée lorsqu'il abat un biplace Albatros le .

En février 1916, il est grièvement blessé en s'écrasant au décollage aux commandes d'un prototype d'avion de chasse de type Ponnier. Le manche à balai lui traverse le palais et lui fracasse la mâchoire, et il se fracture les deux jambes. Le 28 mars, il sort de l'hôpital sur des béquilles, refuse sa réforme et retourne à son escadrille. Il doit alors se faire porter pour entrer et pour s'extraire de son avion.

Le Nieuport 17 de Nungesser

Promu officier, il participe à la bataille de Verdun et y remporte dix victoires, jusqu'au , avant de survoler le front de la Somme. Le 27 avril 1916, il totalise cinq victoires aériennes et décroche le titre d'as de l'aviation. Il remporte neuf autres victoires homologuées au-dessus de la Somme avant la fin de l'année 1916, portant son score à 21, avec notamment un « triplé » le 26 septembre. Lors d'un vol, il tombe à court de munitions et se place alors au milieu d'avions ennemis, qui ne peuvent lui tirer dessus au risque de toucher l'un des leurs[10].

C'est vraisemblablement durant la bataille de Verdun qu'il fait peindre pour la première fois son insigne personnel sur son Nieuport 17 : une tête de mort aux tibias entrecroisés, surmontée par un cercueil entouré de deux chandeliers, le tout dessiné dans un cœur noir.

La précarité de son état de santé, depuis son accident de février 1916, s'ajoute aux diverses blessures en combat. Il doit repartir à l'hôpital et ne parvient à en sortir qu'après avoir négocié un accord avec ses médecins et l'état-major : il devra retourner à l'hôpital après chacun de ses vols pour y suivre son traitement. Il est affecté à l'instruction des pilotes, ainsi qu'à des missions spéciales de transport d'espions. Il est détaché à l'escadrille VB 116, une escadrille de bombardement qu'il rejoint avec son chasseur Nieuport à Dunkerque au mois de mai 1917. Cette escadrille a la particularité d'être à côté d'un hôpital. Il remporte neuf autres victoires avant la fin de l'année 1917.

Son état de santé s'améliorant, il peut rejoindre son escadrille, la N 65. Mais à peine est-il de retour qu'il est victime d'un grave accident de voiture, en octobre 1917, dans lequel périt son fidèle mécanicien Roger Pochon, qui était au volant. Nungesser retourne à l'hôpital. Jusqu'à la fin de la guerre, malgré ses lourds handicaps physiques, il continue d'accumuler les succès, mais se fait dépasser par René Fonck ainsi que par Georges Guynemer en nombre de victoires.

En janvier 1918, il est nommé capitaine par Georges Clemenceau[11],[1],[12],[13].

Le , il abat plusieurs Drachens et remporte sa 43e victoire homologuée, qui est aussi la dernière. Il est démobilisé en 1919, avec la troisième place parmi les as français.

Après-guerre et traversée de l'Atlantique[modifier | modifier le code]

Charles Nungesser et sa fiancée devant un Morane-Saulnier AR (en).
Article détaillé : L'Oiseau blanc.

Sur proposition du sous-secrétaire d'État à l'Aéronautique, Nungesser monte à Orly une école de pilotage où l'aviatrice Hélène Boucher fait ses premiers vols. Mais l'école fait faillite.

Le 28 juillet 1923, il se marie avec Consuelo Hatmaker, américaine fortunée, dont il se séparera en 1925. Il part alors en tournée de démonstrations aériennes (55 représentations aux États-Unis) où il reconstitue ses principaux combats. En 1923, il tient un rôle de premier plan dans un film américain, "The Sky Raider" ("Le vainqueur du ciel"), aux côtés de Jacqueline Logan[14].

En 1925, il aurait rencontré un chef indien, White Bird, l'oiseau blanc[15].

L'aviation connaît alors un développement important et les pilotes chevronnés mènent des raids pour battre tous les records, encouragés par des initiatives telles que le prix Orteig de 25 000 dollars offert au premier aviateur à réussir la traversée de l'Atlantique sans escale entre New York et Paris. En 1919, les Britanniques John Alcock et Arhtur W. Brown réalisent la première traversée par avion de l'Atlantique Nord entre Terre-Neuve et l'Irlande.

En 1927, dévoré par le besoin de se surpasser, Nungesser forme avec François Coli le projet de rallier Paris à New York, sans même s'inscrire au prix Orteig. Depuis 1923, François Coli envisageait un vol transatlantique sans escale avec son camarade de guerre Paul Tarascon. Blessé durant un vol d'entraînement, ce dernier abandonne le projet, laissant la voie libre à Nungesser.

Nungesser, Coli et l'Oiseau blanc.

Le duo décolle de l'aéroport du Bourget le à 5h18 à bord de L'Oiseau blanc, un biplan Levasseur à moteur Lorraine de 450 cv frappé de l'insigne de guerre de Nungesser, à destination de New York où il prévoit d'amerrir devant la statue de la Liberté[16]. Le 9 mai, des dizaines de milliers de personnes se pressent à Battery Park pour voir L'Oiseau blanc amerrir, mais l'avion, qui est aperçu pour la dernière fois au large des côtes irlandaises à 11h, n'atteint jamais New York.

Au cours des années, plusieurs enquêtes et investigations furent entreprises afin de percer à jour le mystère de la disparition de Nungesser et Coli. L'appareil n'ayant jamais été retrouvé, l'hypothèse communément acceptée voudrait que l'avion se soit abîmé en mer avant d'atteindre la côte américaine, du fait d'une violente tempête ou du manque de carburant.

Une autre hypothèse suppose l'avion arrivé en Amérique et accidenté. Depuis les années 1980, des recherches ont été menées dans l'État américain du Maine[17], à Terre-Neuve et chaque année depuis 2009 au large de l'archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon[18] où, selon le journaliste Bernard Decré, les aviateurs auraient pu être abattus par des trafiquants d'alcool ou même par des garde-côtes, Saint-Pierre étant alors un haut lieu de la contrebande vers les États-Unis soumis à la Prohibition[16]. Le climat de compétition entre Français et Américains n'était pas alors propice à la recherche d'indices[19].

Deux semaines après la disparition de L'Oiseau blanc, l'aviateur américain Charles Lindbergh réussit la première traversée transatlantique de New York à Paris. Le public français, encore en deuil de Nungesser et Coli, célébre toutefois avec enthousiasme la performance de Lindbergh. Il faudra en revanche attendre 1930 pour que soit réalisée la première traversée dans le sens Paris-New York, plus difficile, par Dieudonné Costes et Maurice Bellonte.

Décorations[modifier | modifier le code]

Nungesser portant ses décorations

Décorations françaises[modifier | modifier le code]

Décorations étrangères[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

Le 1er septembre 1928, une stèle est érigée à Étretat, en mémoire du dernier vol de Nungesser[22]. Le 21 août 1942, celle-ci est détruite par les occupants allemands, peut-être sur ordre du maréchal de l'air Hermann Göring[23],[24]. Elle est reconstruite le 21 juillet 1962[15].

Outre les nombreuses écoles et rues qui portent son nom, associé le plus souvent à celui de François Coli[25], Nungesser reçut l'hommage de deux aviateurs français, Dieudonné Costes et Joseph Le Brix, qui baptisèrent le Bréguet 19 GR dans lequel ils réalisèrent leur tour du monde en 39 étapes (57 000 km) le Nungesser et Coli en 1928. Depuis le 17 octobre 2017, à la suggestion[réf. nécessaire] du journaliste Bernard Decré[Qui ?], les plaques de la rue Nungesser et Coli, dans le 16e arrondissement de Paris, limitrophe de Boulogne-Billancourt, sont modifiées ; le texte décrivant les aviateurs comme étant « disparus au cours de la traversée de l’Atlantique Nord en 1927 » est remplacé par la mention : « ont traversé l’Atlantique les 8 et 9 mai 1927 à bord de l’Oiseau blanc, naufragés devant Saint-Pierre et Miquelon », sans pourtant qu'aucune preuve formelle n'étaye cette affirmation.

Le club de football de Valenciennes a joué dans le stade Nungesser de 1929 à sa destruction en 2012. L'aéroport de Valenciennes-Denain porte son nom[26].

Une stèle honore sa mémoire au 35, boulevard du Temple à Paris dans le 11e arrondissement, où il habitait quand il a décollé pour son dernier vol avec François Coli à bord de L'Oiseau blanc[1].

Un timbre français de 0,40 F de 1967 porte son nom, « Nungesser et Coli, 8 mai 1927 », dessiné par Clément Serveau et gravé par Claude Durrens (Y&T no 1523).

Son nom sert de nom de baptême à la fois à une promotion d'officiers de l'Armée de l'air (en 1956) et à une promotion d'officiers de l'Armée de terre (2016) :

  • La 54e promotion (2014-2016) de l'École militaire interarmes porte son nom[29], et le chant de la promotion est consacré à cet officier servant « intensément et sans concession »[30],[10]. Le nom de la promotion retient son grade de lieutenant et non celui de capitaine, en notant pourtant sa démobilisation avec ce dernier grade[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c https://www.aerosteles.net/stelefr-paris-nungesser
  2. « Acte de naissance no 9/1372/1892 », sur Archives numérisées de l'état civil de Paris (consulté le 18 août 2015)
  3. http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/l-aviateur-charles-nungesser-a-grandi-a-saint-mande-21-08-2008-159801.php
  4. http://www.lycee-gustave-eiffel.fr/historique/
  5. https://books.google.es/books?id=E-lYDwAAQBAJ&pg=PT138&lpg=PT138&dq=Nungesser+Goering&source=bl&ots=XmWF_99ltM&sig=awc2nyPOMHDgZHc30THj4TSoNEI&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiz4pKG6ZzdAhVQKFAKHQ9jAAQQ6AEwB3oECAIQAQ#v=onepage&q=Nungesser%20Goering&f=false
  6. http://www.opex360.com/2015/07/27/hussard-de-la-grande-guerre-charles-nungesser-le-parrain-de-la-54e-promotion-de-lecole-militaire-interarmes/
  7. http://www.janinetissot.fdaf.org/jt_coli.htm
  8. https://www.youtube.com/watch?v=WnDkfDtrEVI
  9. a et b http://centenaire.org/fr/en-france/bretagne/morbihan/la-promotion-lieutenant-nungesser
  10. a et b https://www.emia54.fr/10-traditions-et-promotion-emia54/93-le-parrain-de-promotion-2
  11. https://books.google.es/books?id=E-lYDwAAQBAJ&pg=PT157&lpg=PT157&dq=Cl%C3%A9menceau+Nungesser&source=bl&ots=XmWF_9agtL&sig=CJmZmPvMdLb-K0BD1BZfvh-zU5M&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwid-_fz6pzdAhVLxhoKHT7rClUQ6AEwDHoECAAQAQ#v=onepage&q=Cl%C3%A9menceau%20Nungesser&f=false
  12. https://www.gettyimages.es/detail/fotograf%C3%ADa-de-noticias/le-capitaine-charles-nungesser-en-uniforme-et-fotograf%C3%ADa-de-noticias/967647494#/le-capitaine-charles-nungesser-en-uniforme-et-son-pouse-au-bal-dguis-picture-id967647494
  13. http://data.bnf.fr/11985051/charles_nungesser/
  14. http://www.amicalechamboranthussards.fr/nungesser.html
  15. a et b http://laurent.albaret.pagesperso-orange.fr/pdf/2017_05_echo-1917.pdf
  16. a et b Christel De Taddeo, « On a tiré sur "L'Oiseau Blanc"… », Le Journal du dimanche,‎ (lire en ligne).
  17. « Project Midnight Ghosts », sur TIGHAR (consulté le 17 avril 2010)
  18. Angélique Négroni, « Traversée de l'Atlantique : l'énigme relancée », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 9 décembre 2012)
  19. https://books.google.es/books?id=m-HYAgAAQBAJ&pg=PP164&lpg=PP164&dq=Bensch+Nungesser&source=bl&ots=46GbsZbppg&sig=HYZtNacCPyaJ7MJ-aUCVYAkRSvo&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjV-ZOY55zdAhULJlAKHVdyDOsQ6AEwAHoECAAQAQ#v=onepage&q=Bensch%20Nungesser&f=false
  20. Chevalier du 25 décembre 1915, officier du 27 juillet 1918. « Cote LH/2008/18 », sur Leonore (consulté le 14 novembre 2013)
  21. Charles Nungesser www.museeairespace.fr
  22. https://www.aerosteles.net/stelefr-etretat-actuel
  23. https://books.google.es/books?id=v-pYDwAAQBAJ&pg=PT222&lpg=PT222&dq=Goering+Etretat&source=bl&ots=66wksMqMw6&sig=LPy2n_R20CgjVtspaK_s9MxM3Hw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiOyq7Pi53dAhXSLFAKHQ1vBAEQ6AEwCXoECAUQAQ#v=onepage&q=Goering%20Etretat&f=false
  24. http://tlecerf.free.fr/etretat.htm
  25. http://www.leparisien.fr/societe/la-rue-honore-enfin-nungesser-et-coli-05-11-2016-6290697.php
  26. https://www.valenciennes.aeroport.fr/
  27. https://www.traditions-air.fr/texte/parrains_promos.htm
  28. https://www.traditions-air.fr/texte/parrains_promos_biographies_EMA45-84.htm#56
  29. http://www.guer-coetquidan-broceliande.fr/bisto/coet/nungesser.html
  30. Site de la 54e promotion de l'EMIA

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Marcel Jullian, Le chevalier du ciel : Un bagarreur héroïque : Charles Nungesser, Paris, Amiot-Dumont, , 200 p.
  • (en) Norman Franks et Frank W. Bailey, Over the front: a complete record of the fighter aces and units of the United States and French Air Services, 1914-1918, Londres, Grub Street, (ISBN 0-948-81754-2 et 978-0-948-81754-0)
  • (en) Norman Franks, Nieuport aces of World War 1, Oxford England, Osprey, coll. « Osprey aircraft of the aces » (no 33), (ISBN 1-855-32961-1 et 978-1-855-32961-4)
  • Marcel Jullian, L’As des as Nungesser, éditions Presses Pocket, 1971
  • Fred Bernard et Eysen, Nungesser, éditions Casterman, 2015
  • Albéric de Palmaert, Au temps des As, Éditions Ouest-France, 2014, (ISBN 978-2-7373-6510-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]