Tournoi féminin de football aux Jeux olympiques d'été de 2016

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cet article traite de l'épreuve féminine. Pour la compétition masculine, voir Tournoi masculin de football aux Jeux olympiques d'été de 2016.
Tournoi féminin de football aux Jeux olympiques d'été de 2016
Description de l'image Logo JO d'été - Rio 2016.svg.
Généralités
Sport Football féminin
Organisateur(s) CIO
Éditions 6e
Lieu(x) Drapeau : Brésil Rio de Janeiro, Brésil
Date du 3 au
Participants 12 équipes(216 joueuses)
Épreuves 26 rencontres
Site(s) 7 stades dans 6 villes

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : États-Unis États-Unis
Vainqueur Drapeau : Allemagne Allemagne
Deuxième Drapeau : Suède Suède
Troisième Drapeau : Canada Canada
Buts 66 (2,54 par match)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Allemagne Melanie Behringer (5)

Navigation

Le tournoi féminin de football aux Jeux olympiques d'été de 2016 se tient dans sept stades situés dans six villes brésiliennes du 3 au .

Stades[modifier | modifier le code]

Sept stades de six villes brésiliennes accueillent les matchs des deux tournois olympiques[1].

Brasilia São Paulo
Estádio Nacional Arena Corinthians
Capacité : 69 349 Capacité : 49 205
Brasilia Stadium - June 2013.jpg Arena Corinthians West Building.jpg
Belo Horizonte
Mineirão
Capacité : 61 846
Mineirão (Top View).jpg
Salvador
Itaipava Arena Fonte Nova
Capacité : 51 708
Itaipava Arena - March 2013.jpg
Manaus Rio de Janeiro
Arena da Amazônia Stade olympique Stade Maracanã
Capacité : 42 374 Capacité : 60 000 Capacité : 74 738
Amazonia Arena.jpg Rio2016 Gerais 030 8069 -c-2016 GabrielHeusi HeusiAction.jpg Maracana Stadium June 2013.jpg

Acteurs du tournoi féminin de football des jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Équipes qualifiées[modifier | modifier le code]

Chaque Comité national olympique peut engager une seule équipe dans la compétition.

Les épreuves qualificatives du tournoi féminin de football des jeux olympiques se déroulent du au . En tant que pays hôte, le Brésil est qualifiée d'office, tandis que les autres équipes passent par différends modes de qualifications continentales.

La plupart des confédérations utilisent un format de tournois pré-olympiques pour déterminer les équipes qualifiées, comme l'AFC, la CAF, la CONCACAF et l'OFC. Il y a cependant deux exceptions, l'UEFA, qui qualifie les trois meilleures équipes européennes de la Coupe du monde 2015 et la CONMEBOL, qui qualifie la finaliste de la Copa América féminine 2014.

Tournoi qualificatif Date Lieu Places Qualifiés
Pays organisateur 2 octobre 2009 Drapeau du Danemark Danemark 1 Drapeau : Brésil Brésil
Copa América féminine 2014 11-28 septembre 2014 Drapeau de l'Équateur Équateur 1 Drapeau : Colombie Colombie
Coupe du monde féminine de la FIFA 2015 (zone UEFA) 6 juin-5 juillet 2015 Drapeau du Canada Canada 2 Drapeau : Allemagne Allemagne
Drapeau : France France
Tournoi de qualification olympique de la CAF 2-18 octobre 2015 Itinérant 2 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud
Drapeau : Zimbabwe Zimbabwe
Tournoi de qualification olympique de l'OFC 23 janvier 2016 Drapeau de la Papouasie-Nouvelle-Guinée Papouasie-Nouvelle-Guinée 1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande
Tournoi de qualification olympique de la CONCACAF 10-21 février 2016 Drapeau des États-Unis États-Unis 2 Drapeau : Canada Canada
Drapeau : États-Unis États-Unis
Tournoi de qualification olympique de l'AFC 29 février-9 mars 2016 Drapeau du Japon Japon 2 Drapeau : Australie Australie
Drapeau : République populaire de Chine Chine
Tournoi de qualification olympique de l'UEFA 2-9 mars 2016 Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 1 Drapeau : Suède Suède
Total 12

Arbitres officiels[modifier | modifier le code]

Le 2 mai 2016, la FIFA a publié la liste des arbitres retenus pour la compétition[2] :

Confédération Arbitres Assistants
AFC Drapeau : Malaya Rita Gani
Drapeau : Corée du Nord Ri Hyang-ok
Drapeau : Australie Allyson Flynn
Drapeau : Japon Naomi Teshirogi
Drapeau : Corée du Nord Kum Nyo Hong
Drapeau : République populaire de Chine Yongmei Cui
CAF Drapeau : Zambie Gladys Lengwe Drapeau : Malawi Bernadettar Kwimbira
Drapeau : Maroc Souad Oulhaj
CONCACAF Drapeau : Canada Carol Anne Chénard
Drapeau : Mexique Lucila Venegas
Drapeau : Canada Marie-Josée Charbonneau
Drapeau : Canada Suzanne Morisset
Drapeau : Mexique Enedina Caudillo Gomez
Drapeau : Mexique Mayte Ivonne Chavez Garcia
Confédération Arbitres Assistants
CONMEBOL Drapeau : Paraguay Olga Marilin Miranda
Drapeau : Uruguay Claudia Umpiérrez
Drapeau : Argentine Mariana Lorena De Almeida
Drapeau : Venezuela Yoleida Lara
Drapeau : Chili Loreto Toloza Cravero
Drapeau : Brésil Neuza Back
UEFA Drapeau : Roumanie Teodora Albon
Drapeau : France Stéphanie Frappart
Drapeau : Ukraine Kateryna Monzul
Drapeau : Suisse Esther Staubli
Drapeau : Roumanie Petruta Iugulescu
Drapeau : Slovaquie Maria Sukenikova
Drapeau : France Manuela Nicolosi
Drapeau : Espagne Yolanda Parga Rodriguez
Drapeau : Ukraine Natalia Rachynska
Drapeau : Croatie Sanja Rodak Karsic
Drapeau : République tchèque Lucie Ratajova
Drapeau : Grèce Chrysoula Kourompylita
Soutien Drapeau : Honduras Melissa Borjas
Drapeau : Chili María Belén Carvajal

Joueuses[modifier | modifier le code]

Le tournoi féminin est un tournoi international sans aucune restriction d'âge. Chaque nation doit présenter une équipe de 18 joueuses titulaires et de 4 joueuses réservistes.

Tirage au sort[modifier | modifier le code]

Les sélections féminines ont été divisées en quatre chapeaux, en fonction du Classement FIFA du 25 mars 2016.

En tant que pays hôte, le Brésil est automatiquement mis dans le chapeau 1.

Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4
Drapeau : Brésil Brésil

Drapeau : États-Unis États-Unis

Drapeau : Allemagne Allemagne

Drapeau : France France

Drapeau : Australie Australie

Drapeau : Suède Suède

Drapeau : Canada Canada

Drapeau : République populaire de Chine Chine

Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande

Drapeau : Colombie Colombie

Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud

Drapeau : Zimbabwe Zimbabwe

Le tirage au sort a lieu le à 10H au Maracanã[3].

Groupe E Groupe F Groupe G

Premier tour[modifier | modifier le code]

Les deux premiers de chaque groupe ainsi que les deux meilleurs troisièmes se qualifient pour les quarts de finale.

Règles de départage[modifier | modifier le code]

Chaque équipe reçoit trois points pour une victoire et un pour un match nul. La FIFA a déterminé que le départage se fait comme suit (il s'agit du même règlement pour tous les groupes de qualification et de phase finale)[B 1] :

  1. le plus grand nombre de points obtenus dans tous les matches du groupe ;
  2. la différence de buts dans tous les matches du groupe ;
  3. le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches du groupe ;
  4. le plus grand nombre de points obtenus dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  5. la différence de buts particulière dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  6. le plus grand nombre de buts marqués dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  7. tirage au sort par la commission d’organisation de la FIFA.

Groupe E[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

Cafouillage dans la surface sud-africaine qui va mener à l'ouverture du score de la Suède.

C'est à 13h00 que débute, au Stade olympique Nilton-Santos, le match d'ouverture opposant la Suède, qui reste sur deux quarts de finale consécutifs aux Jeux, à l'Afrique du Sud qui participe pour la deuxième fois de son histoire après s'être qualifiée quatre ans plus tôt pour le tournoi de Londres 2012. Dans un stade aux trois quarts vide[4],[5], la Suède a exposé son importante supériorité physique et technique sans toutefois parvenir à marquer en raison d'un cruel manque de précision dans la finition. Il faudra attendre la 76e minute de jeu et une double faute de main de la gardienne sud-africaine Roxanne Barker sur un corner pour voir Nilla Fischer pousser le ballon au fond des filets et ainsi offrir la victoire aux Suédoises sur le plus petit des scores[6],[7].

Des tribunes clairsemées pour la première journée.

Le deuxième match du groupe E, le troisième de la journée, marque l'entrée en lice de l'équipe du pays hôte, récente vainqueur de la Copa América, face à la Chine qui retrouve les Jeux après avoir échouée à se qualifier en 2012. Grâce à une supériorité totale sur son adversaire, notamment illustrée par une importante possession de balle, les Brésiliennes ont soigné leur entrée par une victoire 3 buts à 0. Mônica a ouvert le score d'une reprise de la tête après une sortie hasardeuse de Zhao Lina la gardienne chinoise, avant qu'Andressa Alves ne double la mise en début de seconde période d'une reprise de volée sur un centre de la capitaine brésilienne Marta. Cette dernière sortira sur blessure touchée à un genou à dix minutes de la fin du match. En toute fin de partie, Cristiane inscrit le troisième but brésilien en devançant la gardienne chinoise et en reprenant le ballon de la tête sur un coup-franc[8].

La deuxième journée débute par une rencontre déjà décisive entre l'Afrique du Sud et la Chine, toutes deux battues lors de leur premier match. Malgré un début de match complètement à l'avantage des Sud-africaines, la Chine parvient à faire le dos rond et à se procurer quelques occasions de marquer sans toutefois y parvenir. Il faut attendre le temps additionnel et un coup-franc indirect pour l'Afrique du Sud pour voir la Chine développer une contre-attaque victorieuse conclut par un but de Gu Yasha. En seconde période, le rythme est nettement moins élevé et le spectacle en pâtit. À la 87e minute de jeu, la meneuse de jeu chinoise Tan Ruyin voit que Roxanne Barker, la gardienne sud-africaine, est avancée et tente alors un lob d'environ 45 mètres qui termine dans le petit filet du but, permettant ainsi à la Chine d'assurer sa victoire. Grâce à ce résultat, la Chine se relance dans la lutte pour atteindre les quarts de finale tandis que la tâche se complique grandement pour l'Afrique du Sud qui devra disposer du Brésil lors de la dernière journée pour y parvenir[9].

Classement[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Brésil Brésil 7 3 2 1 0 8 1 +7
2 Drapeau : République populaire de Chine Chine 4 3 1 1 1 2 3 -1
3 Drapeau : Suède Suède 4 3 1 1 1 2 5 -3
4 Drapeau : Afrique du Sud Afrique du Sud 1 2 0 1 2 0 3 -3

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.

Matchs[modifier | modifier le code]



Groupe F[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

L'arbitre Stéphanie Frappart adresse un carton jaune à la Canadienne Kadeisha Buchanan.

À plus de 400 km de Rio à l'Arena Corinthians de São Paulo, le premier match du groupe F voit s'affronter l'équipe du Canada, médaillée de bronze à Londres en 2012, et celle de l'Australie, de retour aux Jeux olympiques après deux éditions manquées. Malgré le coup-d'envoi donné par les Australiennes, c'est le Canada qui ouvre le score dès la vingtième seconde grâce à une reprise du plat du pied de Janine Beckie sur un centre venant de la droite de la capitaine Christine Sinclair. Il s'agit du but de le plus rapide de l'histoire des Jeux olympiques, record qui était précédemment détenu par le Mexicain Oribe Peralta qui avait marqué à la vingt-neuvième seconde de jeu lors de la finale du tournoi olympique de Londres en 2012 face au Brésil[10]. En dépit de ce début de match haletant, le rythme baisse et les fautes se font de plus en plus nombreuses jusqu'à provoquer l'expulsion de la défenseure centrale canadienne Shelina Zadorsky à la 17e minute, carton rouge le plus rapide de l'histoire des Jeux[10]. Le match s'inverse donc et voit l'Australie dominer la partie et se procurer de nombreuses occasions d'égaliser. Cependant sur une contre-attaque à la 80e minute, Christine Sinclair laisse de marbre la défense australienne et porte le score à 2 buts à 0 et scelle ainsi la victoire de son équipe[11],[12].

Eunice Chibanda marque contre son camp et offre un 6e but à l'Allemagne.

La seconde affiche du groupe F oppose les néophytes du Zimbabwe, qui participe pour la première fois à une compétition mondiale, à l'Allemagne, désignée comme étant la principale rivale des États-Unis [13] et qui reste sur un échec lors de la Coupe du monde 2015. Sans surprise les Allemandes dominent outrageusement les débats en se créant de très nombreuses occasions sans, dans un premier temps, parvenir à trouver la faille. A la 19e minute, Simone Laudehr est contrainte d'être remplacée en raison d'une déchirure du ligament de la cheville gauche causé par un deux chocs qui ne seront pas sanctionnés par l'arbitre malaisienne Rita Gani. Cette blessure ne stoppe pas l'élan allemand puisque seulement trois minutes après Sara Däbritz ouvre le score avant qu'Alexandra Popp inscrive un second but à dix minutes du terme de la première mi-temps. Au retour des vestiaires, l'attaquante zimbabwéenne Kudakwashe Bhasopo profite d'une mauvaise relance de la gardienne allemande Almuth Schult pour réduire l'écart contre le cours du jeu[14]. Cependant, ce but est anecdotique puisque l'Allemagne reprend aussitôt sa marche en avant et inscrit trois nouveaux buts aux 53e, 78e et 83e minutes par l'intermédiaire de Melanie Behringer par deux fois et de Melanie Leupolz. Enfin dans le temps additionnel, l'Allemagne profite du but contre son camp de la défenseure Eunice Chibanda pour porter le score à 6 buts à 1 et prendre ainsi la première place de son groupe[15],[16].

La première rencontre de la deuxième journée oppose les Canadiennes aux Zimbabwéennes. Comme lors de son premier match face à l'Australie, le Canada lance idéalement son match dès la 7e minute grâce au deuxième but dans ce tournoi de Janine Beckie sur un centre de Christine Sinclair. Très influente dans le jeu de son équipe, Sinclair transforme le pénalty obtenu par Diana Matheson et marque alors le dixième but aux Jeux olympiques de sa carrière. À dix minutes de la mi-temps, les joueuses de John Herdman confortent leur avance en inscrivant un troisième but par l'intermédiaire de Janine Beckie sur un centre de Josée Bélanger. Comme lors du premier match, le Zimbabwe est en grande difficulté n'approchant que très rarement du but canadien et il aurait pu encaisser un nouveau but à la 42e minute de jeu si la réalisation de Matheson n'avait pas été refusé pour un hors-jeu. La seconde période est également dominée par les Nord-américaines qui auraient pu inscrire un quatrième but si Christine Sinclair n'avait pas touché le ballon de la main. Enfin en toute fin de partie, Mavis Chirandu parvient à marquer le seul but zimbabwéen du match grâce à un mauvais placement de la défense canadienne[17],[18],[19].

Classement[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Canada Canada 9 3 3 0 0 7 2 +5
2 Drapeau : Allemagne Allemagne 4 3 1 1 1 9 5 +4
3 Drapeau : Australie Australie 4 3 1 1 1 8 5 +3
4 Drapeau : Zimbabwe Zimbabwe 0 3 0 0 3 3 15 -12

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.

Matchs[modifier | modifier le code]



Groupe G[modifier | modifier le code]

Résumé[modifier | modifier le code]

icône vidéo Vidéo externe
Résumé de France-Colombie

C'est à 19h00 au Mineirão de Belo Horizonte qu'entrent en lice les championnes du monde 2015 et triples tenantes du titre américaines face à la Nouvelle-Zélande qui participe pour la troisième fois consécutive au tournoi olympique. Les favorites américaines entrent idéalement dans le match avec l'ouverture du score dès la 9e minute par une reprise de la tête de Carli Lloyd qui trouve le petit filet du but néo-zélandais. Cependant, les Américaines sont en difficultés face à l’agressivité qui leur est opposée et elles ne parviennent pas à prendre l'ascendant. Malgré le second but américain en début de deuxième période inscrit par Alex Morgan, le match est haché par les fautes et manque considérablement de rythme. Les États-Unis s'imposent sans briller face à une valeureuse équipe de Nouvelle-Zélande qui toutefois n'est pas parvenue à inquiéter son adversaire[12],[20].

En clôture de cette première journée de compétition, l'équipe de France, troisième mondiale, qui ambitionne de décrocher son premier podium international lors de ces Jeux malgré un effectif affaibli[13] affronte la Colombie qui était parvenue à la battre lors du premier tour de la Coupe du monde 2015[21]. Les bleues prennent un départ idéal dans cette rencontre puisque dès la 2e minute sur un centre d'Eugénie Le Sommer, la défenseure colombienne Carolina Arias est forcée de détourner le ballon dans son propre but. Largement dominatrices et faisant preuve d'une agressivité nettement supérieure à celle de son adversaire sud-américain, les françaises s'offrent un deuxième but au quart d'heure de jeu sur une reprise à bout portant d'Eugénie Le Sommer après une frappe d'Amandine Henry repoussée par la barre transversale. Juste avant la mi-temps, Camille Abily inscrit un but sur coup-franc direct permettant ainsi aux françaises de mener 3 buts à 0 à la pause. Au retour des vestiaires, l'intense domination des joueuses de Philippe Bergeroo se poursuit et se traduit par un quatrième but inscrit par Amel Majri à la 80e minute toujours sur coup-franc. La France, très peu inquiétée défensivement, prend la tête du groupe G avant le choc de la prochaine journée face aux États-Unis[22],[23],[24].

Classement[modifier | modifier le code]

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : États-Unis États-Unis 7 3 2 1 0 5 2 +3
2 Drapeau : France France 6 3 2 0 1 7 1 +6
3 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 3 3 1 0 2 1 5 -4
4 Drapeau : Colombie Colombie 1 3 0 1 2 2 7 -5

     Équipes qualifiées ; Pts = points ; J = joués ; G = gagnés ; N = nuls ; P = perdus ;
Bp = buts pour ; Bc = buts contre ; Diff = différence de buts.

Matchs[modifier | modifier le code]



Classement des meilleurs troisièmes de groupes[modifier | modifier le code]

Les deux meilleures troisièmes sont qualifiées pour les quarts de finale. Les équipes sont départagées comme suit :

  • le plus grand nombre de points obtenus dans tous les matches de groupes ;
  • la différence de buts de tous les matches de groupes ;
  • le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches de groupes ;
  • un tirage au sort par la commission d’organisation de la FIFA.
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 Drapeau : Australie Australie 4 3 1 1 1 8 5 +3
2 Drapeau : Suède Suède 4 3 1 1 1 2 5 -3
3 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 3 3 1 0 2 1 5 -4

Phase à élimination directe[modifier | modifier le code]

Format et règlement[modifier | modifier le code]

Les matchs à partir des quarts de finale sont à élimination directe. En cas de match nul à la fin du temps réglementaire, une prolongation de deux fois quinze minutes est jouée (une victoire après prolongation est indiquée par (a.p.) dans le tableau). Si les deux équipes sont toujours à égalité à la fin de la prolongation, une séance de tirs au but (t.a.b.) permet de les départager[B 2].

Tableau final[modifier | modifier le code]

Quarts de finale Demi-finales Finale
 12 août, Belo Horizonte      16 août, Rio de Janeiro      19 août, Rio de Janeiro
 Drapeau du Brésil Brésil  0 (7)tab
 Drapeau de l'Australie Australie  0 (6)tab  
 Drapeau du Brésil Brésil  0 (3)tab
 12 août, Brasilia
   Drapeau de la Suède Suède  0 (4)tab  
 Drapeau des États-Unis États-Unis  1 (3)tab
 Drapeau de la Suède Suède  1 (4)tab  
 Drapeau de la Suède Suède  1
 12 août, São Paulo
   Drapeau de l'Allemagne Allemagne  2
 Drapeau du Canada Canada  1
 16 août, Belo Horizonte
 Drapeau de la France France  0  
 Drapeau du Canada Canada  0
 12 août, Salvador Troisième place
   Drapeau de l'Allemagne Allemagne  2  
 Drapeau de la République populaire de Chine Chine  0  19 août, São Paulo
 Drapeau de l'Allemagne Allemagne  1    Drapeau du Brésil Brésil  1
 Drapeau du Canada Canada  2

Quarts de finale[modifier | modifier le code]

États-Unis Drapeau : États-Unis 1 - 1 Drapeau : Suède Suède Estádio Nacional, Brasilia
13h00 (UTC−03:00)
Alex Morgan But inscrit après 77 minutes 77e (0 - 0, 1 - 1, 1 - 1) But inscrit après 63 minutes 63e Stina Blackstenius
Rapport
Alex Morgan Manqué
Lindsey Horan Réussi
Carli Lloyd Réussi
Morgan Brian Réussi
Christen Press Manqué
Tirs au but
3 - 4
Réussi Lotta Schelin
Réussi Kosovare Asllani
Manqué Linda Sembrant
Réussi Caroline Seger
Réussi Lisa Dahlkvist

Chine Drapeau : République populaire de Chine 0 - 1 Drapeau : Allemagne Allemagne Itaipava Arena Fonte Nova, Salvador
16h00 (UTC−03:00)
(0 - 0) But inscrit après 76 minutes 76e Melanie Behringer
Rapport

Canada Drapeau : Canada 1 - 0 Drapeau : France France Arena Corinthians, São Paulo
19h00 (UTC−03:00)
Sophie Schmidt But inscrit après 56 minutes 56e (0 - 0)
Rapport

Brésil Drapeau : Brésil 0 - 0 Drapeau : Australie Australie Mineirão, Belo Horizonte
22h00 (UTC−03:00)
(0 - 0, 0 - 0, 0 - 0)
Rapport
Andressa Alves Réussi
Andressa Réussi
Beatriz Réussi
Rafaelle Réussi
Marta Manqué
Debinha Réussi
Monica Réussi
Tamires Réussi
Tirs au but
7 - 6
Réussi Elise Kellond-Knight
Réussi Laura Alleway
Réussi Emily van Egmond
Réussi Clare Polkinghorne
Manqué Katrina Gorry
Réussi Michelle Heyman
Réussi Chloe Logarzo
Manqué Alanna Kennedy

Demi-finales[modifier | modifier le code]

Brésil Drapeau : Brésil 0 - 0 Drapeau : Suède Suède Mineirão, Belo Horizonte
13h00 (UTC−03:00)
(0 - 0, 0 - 0, 0 - 0)
Marta Réussi
Cristiane Manqué
Andressa Alves Réussi
Rafaelle Réussi
Andressa Manqué
Tirs au but
3 - 4
Réussi Lotta Schelin
Manqué Kosovare Asllani
Réussi Caroline Seger
Réussi Nilla Fischer
Réussi Lisa Dahlkvist

Canada Drapeau : Canada 0 - 2 Drapeau : Allemagne Allemagne Stade Maracanã, Rio de Janeiro
16h00 (UTC−03:00)
(0 - 1) But inscrit après 21 minutes 21e (pén.) Melanie Behringer
But inscrit après 59 minutes 59e Sara Däbritz

Match pour la médaille de bronze[modifier | modifier le code]

Brésil Drapeau : Brésil 1 - 2 Drapeau : Canada Canada Arena Corinthians, São Paulo
13h00 (UTC−03:00)
Beatriz But inscrit après 79 minutes 79e But inscrit après 25 minutes 25e Deanne Rose
But inscrit après 52 minutes 52e Christine Sinclair

Finale[modifier | modifier le code]

Suède Drapeau : Suède 1 - 2 Drapeau : Allemagne Allemagne Stade Maracanã, Rio de Janeiro
17h30 (UTC−03:00)
Stina Blackstenius But inscrit après 67 minutes 67e But inscrit après 48 minutes 48e Dzsenifer Marozsan
But inscrit après 62 minutes 62e (csc) Linda Sembrant

Résultats[modifier | modifier le code]

Podium[modifier | modifier le code]

Épreuve Or Argent Bronze
Tournoi féminin Médaille d'or, Jeux olympiques Drapeau : Allemagne Allemagne Médaille d'argent, Jeux olympiques Drapeau : Suède Suède Médaille de bronze, Jeux olympiques Drapeau : Canada Canada

Statistiques[modifier | modifier le code]

Buteuses[modifier | modifier le code]

Les buteuses lors de ces Jeux sont présentés dans ce classement : l'Allemande Melanie Behringer, joueuse du Bayern Munich, termine meilleur buteuse de la compétition avec cinq buts.

5 buts
3 buts
2 buts

1 but

Contre-son-camp

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Tournois Olympiques se joueront dans sept stades de six villes », FIFA, (consulté le 12 juillet 2015)
  2. [PDF] Tournoi olympique de football féminin 2016-La liste des officiels
  3. « Jeux olympiques : Le tirage au sort des tournois de football aura lieu au Maracana », sur www.lequipe.fr (consulté le 14 avril 2016)
  4. (fr) « JO 2016 : Suède-Afrique du sud ouvre les Jeux dans un stade quasiment vide », sur sport24.lefigaro.fr,
  5. (fr) « JO 2016: la Suède et l'Afrique du Sud ont donné le coup d'envoi du tournoi de football féminin », sur sportmagazine.levif.be,
  6. (fr) « JO-2016/Foot dames : La Suède bat l'Afrique du Sud 1-0, 1er résultat des Jeux », sur fr.besoccer.com,
  7. (fr) « La Suède lance les JO avec une victoire sur l'Afrique du Sud », sur rds.ca,
  8. (fr) « JO 2016. Foot féminin : Le Brésil débute en surclassant la Chine (3-0) », sur ouest-france.fr,
  9. (fr) « Rio2016 - JO - Groupe E : la CHINE piège l'AFRIQUE DU SUD », sur footofeminin.fr,
  10. a et b (fr) « Foot féminin: Le but le plus rapide de l'histoire des Jeux Olympiques », sur huffingtonpost.fr,
  11. (fr) « JO 2016 : Les Canadiennes solides contre l'Australie », sur francefootball.fr,
  12. a et b (fr) « Rio 2016 : Jour 1 – des records, une veste et une blague qui ne passe pas », sur womens-soccer.fr,
  13. a et b (fr) « JO 2016 : Foot féminin: les Etats-Unis et le reste du monde », sur www.eurosport.fr,
  14. (fr) « Rio 2016 / Football (F): Le Zimbabwe giflé 6-1 par l’Allemagne », sur africatopsports.com,
  15. (en) « Olympic Games: German women crush Zimbabwe, lose key player Laudehr », sur dw.com,
  16. (en) « Football: Germany thrash Zimbabwe 6-1 in women's tournament », sur gdnonline.com,
  17. (fr) « 2016-08-06 - Canada vs Zimbabwe », sur canadasoccer.com,
  18. (fr) « Rio 2016 : Les Canadiennes l’emportent face au Zimbabwe », sur olympique.ca,
  19. (en) « Canada 3, Zimbabwe 1 », sur mlssoccer.com,
  20. (fr) « Football : l'Allemagne cartonne, le Brésil et les États-Unis réussissent leur entrée », sur sport.francetvinfo.fr,
  21. (fr) « Avant France - Colombie, les Bleues auront leur adversaire dans les yeux et le podium en tête », sur eurosport.fr,
  22. (fr) « Rio 2016 : les Bleues du foot démarrent en fanfare », sur lemonde.fr,
  23. (fr) « Jeux Olympiques (f) : l'équipe de France étrille la Colombie pour son entrée en lice », sur maxifoot.fr,
  24. (fr) « JO-2016: les Bleues démarrent bien en écrasant la Colombie 4-0 », sur ladepeche.fr,

Références issues du Règlement FIFA[modifier | modifier le code]

  1. FIFA 2016, p. 41
  2. FIFA 2016, p. 43

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) FIFA, Règlement des Tournois Olympiques de Football Jeux de la XXXIe Olympiade – Rio de Janeiro 2016, . [1] (consulté le 15 avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]