Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Philbert.

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Prieuré de l'ancienne abbatiale reconverti en office du tourisme
Blason de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de Grand Lieu
Maire
Mandat
Stéphan Beaugé
2014-2020
Code postal 44310
Code commune 44188
Démographie
Gentilé Philibertins
Population
municipale
8 767 hab. (2015 en augmentation de 8,76 % par rapport à 2010)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 09″ nord, 1° 38′ 19″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 51 m
Superficie 58,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Philbert-de-Grand-Lieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Liens
Site web http://www.stphilbert.fr/

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu est une commune de l'Ouest de la France, située dans le département de la Loire-Atlantique, en région Pays de la Loire. La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du Pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu comptait 8 708 habitants au recensement de 2014.

L'abbatiale pré-romane de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, datant de l'époque carolingienne, construite sur la commune au IXe siècle abrite une partie des reliques de Saint Philibert , moine fondateur de l'abbaye de Noirmoutier dont dépendait ensuite l'Abbatiale[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte montrant le territoire de la commune et les localités limitrophes.
Limite administrative de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu avec les communes limitrophes.

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu est localisé au sud-ouest du département de la Loire-Atlantique, dans la partie orientale du Pays de Retz. Au sud de la commune se trouve une pénéplaine bocagère avec son bourg[2]. La moitié nord de la commune est occupée par le lac de Grand-Lieu, qui constitue un repère paysager important dans le département.

Saint-Philbert-de-Grand-Lieu se trouve à proximité de la principale agglomération régionale puisqu'il est distant à vol d'oiseau de 21,4 km de Nantes, le chef-lieu du département et de la région Pays de la Loire. Saint-Philbert-de-Grand-Lieu se trouve aussi à 43,4 km à vol d'oiseau de La Roche-sur-Yon et 51,4 km de Saint-Nazaire[Note 1]. La commune se trouve également à proximité des côtes de l'océan Atlantique, dont elle est séparée d'environ 25 km (au niveau de Villeneuve-en-Retz).

Les communes limitrophes de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu sont, en partant du Nord en direction de l'Est : Bouaye, Saint-Aignan-Grandlieu, La Chevrolière, Saint-Colomban, Geneston, La Limouzinière, La Marne, Machecoul-Saint-Même, Saint-Lumine-de-Coutais et Saint-Mars-de-Coutais[3].

Selon les découpages statistiques territoriaux de l'Insee, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu appartient à l’aire urbaine de Nantes (008), au bassin d'emploi de Nantes (5203), au bassin de vie de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (44188) constitué de cinq autres communes et à l’unité urbaine monocommunale de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (44211)[4].

Communes limitrophes de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu
Saint-Mars-de-Coutais Bouaye Saint-Aignan-Grandlieu,
La Chevrolière
Saint-Lumine-de-Coutais Saint-Philbert-de-Grand-Lieu Geneston
Machecoul-Saint-Même,
La Marne
La Limouzinière Saint-Colomban

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la Loire-Atlantique, est de type tempéré océanique. L'influence de ce climat est largement facilitée par l'estuaire de la Loire et l'absence de relief notable[5]. Les hivers sont doux (min −5 °C / max 10 °C) et pluvieux et les étés relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C). Les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les précipitations annuelles sont d'environ 820 mm[6] et peuvent fortement varier d'une année à l'autre. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

Climat de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu sur la période 1961 - 1990, selon les données de Nantes (situé à 21 km)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Nombre de jours avec précipitations 12,8 11 11,1 8,9 11 7,7 6,7 7 8,4 10,4 11,1 11,5 117,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 6,1 4,8 4,9 3,6 4,5 2,9 2,7 3,1 3,9 5 6,2 6,1 53,7
Humidité relative (%) 88 84 80 77 78 76 75 76 80 86 88 89 81
Source : Relevés 1961-1990


Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Sanctus Phelibertus de Grandi Lacu en 1258, S. Ph. de Grandi Loco en 1265, Seint Philiberd de Gran Leu en 1362. La signification en est incertaine et peut se rattacher soit à "grand lac", soit à " grand lieu sacré".

Le nom de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu provient de Saint Philibert (vers 616-vers 684), moine évangélisateur, descendant d’une famille noble d’Aquitaine, et fondateur de l'abbaye de Jumièges puis de l'abbaye de Noirmoutier. La première mention du nom actuel de la commune est référencée en 1159. Appelée auparavant Déas (nom probablement d'origine gallo-romaine[7]), son nom est en lien avec l'arrivée des moines de l'abbaye de Noirmoutier lors de leur installation dans la région en 675. Grand-Lieu est le nom du lac de Grand-Lieu voisin de la ville et dont la quasi-totalité est cadastrée sur la commune.

Son nom en langue bretonne est Sant-Filberzh-Deaz[8].

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la muraille crénelée ouverte du champ, flanquée de deux tours également crénelées, le tout d'argent maçonné de sable.
Commentaires : La muraille crénelée est une porte de ville. Blason présenté en 1895, enregistré le .

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu : Fortitudo Mea Civium Fides (Je tire ma force de la loyauté de mes citoyens).

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Philbert de Grand-Lieu s'appellent les Philibertins et les Philibertines.

Histoire[modifier | modifier le code]

La nef carolingienne de l'abbatiale.

D'origine gallo-romaine, la ville porte d'abord le nom de Déas. Elle est donnée par un diacre nommé Magnobodus à Ansoald, évêque de Poitiers, qui en fait présent à son tour au moine Philibert en 677, pour subvenir aux besoins de sa communauté des moines de l'Abbaye qu'il a fondée sur l'île de Noirmoutier en 675. La commune doit son nom actuel à ces moines qui édifient à Déas, entre 815 et 819, sous la direction de leur Abbé Arnulf, un ensemble de bâtiments monastiques dont l'Abbatiale, probablement pour commencer à se retrancher des Vikings qui depuis quelques années viennent, de plus en plus régulièrement, les visiter brutalement à l'Ile d'Her (ou HERIO, ancien nom de Noirmoutier). Les moines s'installent d'ailleurs à Déas, définitivement pensent-ils, en 834. En 836 ils y transportent le sarcophage (toujours présent et redécouvert lors des fouilles de 1865) contenant les reliques du saint. Début 846 les moines fuient, après avoir muré et enterré la crypte, juste avant les incursions normandes de 847 qui saccagent l'abbaye. Ils viendront reconstruire ensuite la nef, dans l'état où on peut la voir actuellement, mais partiront définitivement en 858 en emmenant les reliques de saint Philibert jusqu'à Tournus où ils parviendront, après une longue pérégrination, en 875. Déas restera ensuite un de leurs prieurés rattachés à Tournus.[9]

Les reliques principales de saint Philbert sont toujours à Tournus. Seul un petit tube contenant des poussières de reliques a été déposé par Henri Curé, dans le sarcophage resté à Déas, lorsqu'il est venu bénir la statue de saint Philbert à Beauvoir-sur-Mer en Vendée en 1937.

Caractéristique de l'architecture pré-romane, l'abbatiale est considérée comme le plus ancien lieu de culte de l'époque carolingienne de France.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Une commune à la vie politique municipale parfois mouvementée.

Les élections municipales de mars 2008 ont vu la victoire de Monique Rabin (PS) remporta alors le scrutin avec seulement deux voix d'avance sur le maire sortant Yvonnick Gilet (DVD-UMP) qui n'a pas demandé le recomptage des voix.

Pourtant un recours en annulation a été immédiatement déposé par Yvonnick Gilet et ses colistiers auprès du tribunal administratif de Nantes. Sur l'ensemble des griefs déposés par M. Gilet, neuf ont été rejetés par le commissaire du Gouvernement. Le seul point qui pouvait conduire à l'annulation du scrutin du 9 mars dernier portait sur des anomalies dans la prise en compte des bulletins blancs ou nuls sur les procès-verbaux. Erreurs relevées notamment dans le bureau de vote no 5, présidé par un colistier de M. Gilet. La gestion de ce bureau de vote ayant été qualifiée de « catastrophique » par le tribunal. Paradoxe de cette affaire, que n'a pas manqué de souligner le commissaire du Gouvernement : « Si ce recours déposé par M. Gilet aboutit à l'annulation de l'élection, ce sera à cause d'erreurs dont ses adjoints et/ou colistiers sont, semble-t-il, à l'origine en tant que présidents ou assesseurs des bureaux de vote ». Les élections du 9 mars 2008 ont donc été annulées par décision du tribunal administratif en raison d'erreurs d'émargements concernant les bulletins nuls.

De nouvelles élections se sont déroulées le 29 juin 2008 et ont vu la victoire de la liste conduite par Monique Rabin (59,23 %, 2 311 voix) face à la liste conduite par Yvonnick Gilet (40,77 %, 1 591 voix).[10]

En mars 2014, Monique Rabin, candidate à sa succession, fut battue par Stéphan Beaugé, conseiller municipal UMP depuis 2001 et ancien colistier de M. Gilet en 2008.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 ???? GUITTON    
???? 1791 GARNIER    
???? 1792 GUITTON    
???? 1794 Jacques PROU   (emprisonné à Nantes le 5 mai 1794)
???? ???? Jean MICHON    
1800 ???? Michel Cyr LEROY    
???? 1813 Louis JUCHAULT des JAMONIERES    
???? 1814 Pierre Honoré DUGAST    
???? 1817 JUCHAULT des JAMONIERES    
???? 1830 Antoine d'ESTREE    
???? ???? Louis DEMANGEAT    
1832 1834 Félix JAMONT    
???? ???? Pierre André GRASSET    
1840 1847 Joseph MONNIER    
         
1848 1855 de COÜETUS    
1855 1870 Louis CORMERAIS    
1870 1871 de LIGER    
1871 1881 Louis CORMERAIS    
1881 1884 ROBERTEAU   Conseiller général (1889-1910)
1884 1885 Louis CORMERAIS Cons. Conseiller général (1910-1923)
1923 1941 Joseph de La ROBRIE    
1941 1959 Pierre de La ROBRIE DVD Conseiller général (1945-1961)
1959 1971 Gustave PENNETIER DVD Notaire
Conseiller général (1961-1979)
mars 1971 juin 1995 Claude VINCENDEAU DVD Conseiller général (1979-1998)
juin 1995 mars 2001 Michel LEPRI DVD  
mars 2001 mars 2008 Yvonnick GILET UMP Agent de la direction départementale de l'équipement (DDE)
mars 2008 mars 2014 [[Monique RABIN] PS Retraitée de la fonction publique
Vice-présidente du conseil régional des Pays de la Loire (2004)
Députée de la 9e circonscription de la Loire-Atlantique (2012)
mars 2014 en cours Stéphan BEAUGE[Note 2] UMP-LR Cadre territorial
Conseiller général (1998-2015)
Conseiller départemental (depuis 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Finances locales[modifier | modifier le code]

Budget[modifier | modifier le code]

Pour l'exercice 2015, le compte administratif du budget municipal de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu s'établit à 12 038 000 € en dépenses et 13 487 000 € en recettes. Les dépenses se répartissent en 7 246 000 € de charges de fonctionnement et 4 792 000 € d'emplois d'investissement. Les recettes proviennent, quant à elles, des 8 030 000 € de produits de fonctionnement et de 5 457 000 € de ressources d'investissement.

Capacité d'autofinancement (CAF) à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu de 2000 à 2015.
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 5 000 habitants à 10 000 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Commune 138 167 138 131 143 159 171 168 211 168 179 158 156 128 139 126
Moyenne de la strate 159 143 138 151 163 168 172 167 155 163 184 200 190 181 168 171


CAF de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu CAF moyenne de la strate

La capacité d'autofinancement de la commune[Note 3], par rapport à la moyenne de la strate, connaît deux périodes notables en 15 ans. Entre 2000 et 2008, la capacité d'autofinancement de la commune est globalement en augmentation passant ainsi de 138 à un pic de 211 € par habitant entre 2000 et 2008, soit des valeurs souvent supérieures à la moyenne de la strate. À partir de l'année suivante, la tendance est baissière jusqu'à la fin de la période étudiée et au minima observé en 2015 à 126 € par habitant, avec des valeurs souvent inférieures à la moyenne de la strate.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu est une commune urbaine monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique). Elle est la seule commune de son unité urbaine.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 sont perdues.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2015, la commune comptait 8 767 habitants[Note 4], en augmentation de 8,76 % par rapport à 2010 (Loire-Atlantique : +6,49 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
2 0321 9342 1353 2003 3903 2853 5473 5713 606
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
3 6723 6993 7613 8833 8933 9743 9473 9804 044
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 9173 7253 3203 2693 2303 1683 1263 0853 239
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
3 3413 6334 2555 1596 2517 3127 4657 6178 619
2015 - - - - - - - -
8 767--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Les données suivantes concernent l'année 2013. La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,8 %) est en effet inférieur au taux national (22,6 %) et au taux départemental (22,5 %)[15],[16],[17]. Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine[15],[16],[17]..

Pyramide des âges à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu en 2013 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
0,7 
3,6 
75 à 89 ans
7,0 
10,9 
60 à 74 ans
11,1 
20,4 
45 à 59 ans
19,8 
21,9 
30 à 44 ans
22,6 
17,2 
15 à 29 ans
16,1 
25,7 
0 à 14 ans
22,6 
Pyramide des âges de la Loire-Atlantique en 2013 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,3 
5,8 
75 à 89 ans
9,1 
13,5 
60 à 74 ans
14,6 
19,6 
45 à 59 ans
19,2 
20,8 
30 à 44 ans
19,6 
19,4 
15 à 29 ans
17,7 
20,5 
0 à 14 ans
18,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose de :

  • trois écoles primaires (deux publiques et une privée) :
    • école maternelle et élémentaire Jean-Rostand : école publique située dans le bourg, à proximité de l'église, dans la rue du Général-Lamoricière[18].
    • école maternelle et élémentaire Jacqueline-Auriol : école publique située à proximité du centre aquatique intercommunal.
    • école maternelle et élémentaire Notre-Dame-de-la-Clarté : école privée située en face du collège Lamoricière, dans la rue Félix-Platel.
  • trois collèges (deux publics et un privé) :
    • collège Condorcet : collège public situé dans la rue Joinville.
    • collège Julie-Victoire-Daubié : collège public situé route de Saint-Colomban.
    • collège Lamoricière : collège privé situé dans la rue Félix-Platel.
  • un institut de formation par l'alternance : situé rue de Joinville, il propose des formations en Bac pro, services en milieu rural et services aux personnes et aux territoires[19].

En décembre 2017, le Conseil régional annonce la création d'un lycée général pour le bassin du Sud Loire donc la location à Saint-Philbert est à l'étude[20].

Santé[modifier | modifier le code]

La maison de retraite Saint-Joseph a été agrandie en 2010, et rebaptisée « Résidence de l'Ile Verte ». Elle s'étend aujourd'hui sur 4 000 m2 et dispose de 85 chambres dont 10 spécialement destinées aux personnes souffrant de désorientation (Alzheimer).

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un cinéma associatif, Le Cinéphil. Il est situé 2, rue des Anciens-Combattants (anciennement rue de la Cure) et propose toutes les semaines une programmation très variée pour toucher tous les publics. Le Cinéphil a récemment déménagé dans un nouveau bâtiment, à côté de l'ancienne salle reconvertie en salle de théâtre.

La commune dispose également d'une bibliothèque municipale : la bibliothèque André-Malraux. Elle est située rue Sainte-Barbe.

La commune inaugure en 2002 le Cybercentre, labellisé Cyber-base en 2003. Il est situé rue de l'abreuvoir.

Sports[modifier | modifier le code]

Quelques événements sportifs annuels :

  • le triathlon vert de Grand-Lieu (mi-juillet) ;
  • le tournoi de sixte de football (juin).

Équipements sportifs :

  • trois terrains de football (deux en herbe et un synthétique) ;
  • un patinodrome ;
  • un skateparc ;
  • six salles de sports (omnisports (2) / tennis de table / gymnastique / tennis / judo) ;
  • un terrain de tennis outdoor ;
  • un centre aquatique « Le Grand 9 » ;
  • une base nautique au plan d'eau ;
  • un swin golf 18 trous ;
  • un terrain de beach-sport ;
  • une salle de billard ;
  • une piste d'athlétisme

Évènement 2012

EuropaCup de swin golf

  • L’EuropaCup est un évènement majeur dans le domaine du swing golf.[réf. nécessaire] Après s’être déroulé en Autriche en 2011, le trophée est remis en course en 2012 en France, à Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

Saint-Philbert est une terre de vignes. On y produit du Muscadet-côtes-de-grandlieu, appellation AOC décrochée en 1994, ainsi que du Gros-plant-du-pays-nantais, appellation AOVDQS.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le lac de Grand-Lieu

D'une superficie moyenne de 62,92 km2, le lac de Grand-Lieu appartient en quasi-totalité à la commune. La majeure partie du lac est recouverte d'herbiers flottants. Les zones inondables sont composées de roselières, de forêts reposant sur de la vase, de prairies marécageuses. Le lac est habité par plusieurs centaines d'espèces animales, dont environ 250 espèces d'oiseaux et une cinquantaine de mammifères parmi lesquelles la loutre et le vison d'Europe. Le grand capricorne et le lucane cerf-volant sont des invertébrés également présents sur le site. Situé sur une des grandes voies de migration de la façade atlantique, le lac de Grand-Lieu accueille 270 espèces d’oiseaux, ce qui le place au second rang en France en termes de richesse ornithologique, après la Camargue[21]. Le lac accueille d'ailleurs la plus grande colonie au monde de hérons et c’est le seul espace européen avec le delta du Danube à accueillir les neuf espèces de hérons existantes. De ce fait, le lac est labellisé « zone humide d’intérêt mondial » au titre de la convention de Ramsar.

En1980 le lac devient propriété de l’État et passe en zone naturelle protégée. C’est le fameux parfumeur Jean-Pierre Guerlain qui fut son dernier propriétaire et qui légua ce joyau vert du pays nantais à l’État. Pour préserver l'écosystème du lac, seuls sept pêcheurs professionnels, cooptés au sein d’une coopérative séculaire, sont autorisés à se rendre sur le lac de Grand-Lieu toute l’année pour poser filets et verveux et ramener des poissons prisés comme le sandre ou l’anguille. Ce n’est qu’au 15 août, lors de la fête des pêcheurs, que les visiteurs privilégiés peuvent se promener en barque sur le lac. Mais le lac peut se découvrir aussi tout au long de l’année d’autres manières : la randonnée, les musées (musée des oiseaux, musée du lac, etc.), la pêche.

De nombreuses légendes et histoires entourent le lac de mystères : ainsi Herbauges, ville riche et prospère y serait engloutie. Au IVe siècle, saint Martin de Vertou qui visitait les abords du lac s’arrête à Herbauges, ville « demeurée attachée aux superstitions païennes ». Refusant le prosélytisme du moine, les habitants le passèrent à tabac. Alors « la colère divine allait se déverser sur la coupable Herbauges ». Toute la ville y aurait été submergée par les eaux, ne laissant la vie sauve qu’au moine et à un couple de « bons samaritains » qui lui avait pansé ses blessures. Mais la femme, qui aurait désobéi à l’injonction divine de s’enfuir sans se retourner, se serait changée en statue de pierre. D’aucuns affirment avoir des preuves de cette tragédie : dans le marais de Pont-Saint-Martin, on peut encore voir une roche qui ne serait que « l’image défigurée » de la femme statufiée. De plus, le curieux qui tendrait l’oreille la nuit de Noël pourrait, dit-on, entendre les cloches de la cité coupable, tinter du fond de leurs abîmes. Certains historiens pensent que la légende est née au moment de terribles tempêtes qui ont dû provoquer la submersion des « villages sur pilotis dont on a [...] retrouvé dans le lac des pieux mêlés aux débris des forêts disparues »[22].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Abbatiale de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.
  • L'abbatiale carolingienne du IXe siècle : nef carolingienne, crypte Saint-Philibert où se trouve un sarcophage mérovingien en marbre, contenant des reliques du Saint, le reste de ses reliques se trouvant dans la crypte de l'église de Noirmoutier-en-l'Île, et surtout à Tournus. Jardin médiéval
  • La communauté Saint-François et sa chapelle
  • L'église de Saint-Philbert
  • La cure
  • La chapelle Lamoricière
  • La chapelle des Jamonières
  • La croix du nouveau cimetière
  • La chapelle de Lottrye, de style néogothique du XIXe siècle

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La mairie
  • Le château des Jamonières
  • Le château des Brétaudières
  • Le château de Monceau
  • Le manoir de Lottrye : sur la route de Saint-Colomban, construit au XVIe siècle, modifie au XVIIe, et agrandi au XVIIIe, avec construction d'une chapelle. Détruit en grande partie à la Révolution, reconstruit, et prolongé d'une aile dans le style clissonnais par M. Bertin, maire de Clisson sous le Premier Empire, acheté en 1937 par Joseph Ecomard de Sainte-Pazanne, qui l'agrandit, puis vendu par sa petite fille Hélène Courtois à la philosophe Mme Françoise Barbaras en 1992.
  • Château de Lamoriciere, maison de famille du général.
  • Château de la Picotiere
  • Château de La Noue
  • Château de Port Bossinot
  • Manoir de l'Holnais, propriété de la famille Reliquet
  • La ferme de Saint-Rémi
  • Les caves du Rocher
  • L'école de garçons
  • Les ponts sur la Boulogne
    • Le pont d'amont
    • Le pont de fer en aval
  • L'inscription de Réguyon
  • La statue du général Lamoricière
  • Le cinéma sainte Jeanne d'Arc
  • Les moulins

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tourisme et loisirs[modifier | modifier le code]

Au lac de Grand-Lieu se trouve une réserve naturelle, une aire d'accueil pour camping-car, un camping, et une base de loisirs : « le parc nautique et de loisirs de la Boulogne », où l'on peut pratiquer la baignade, le pédalo, la planche à voile.

Une flamme postale de la commune des années 1980 était intitulée en caractères gothiques St Philbert de Grand Lieu, avec les sous-titres suivants : Cité Verte, Abbatiale du IX, Sa maison du lac, Son camping, Ses vins, et portait le dessin du pont sur la Boulogne, l'abbatiale et le clocher de l'église contemporaine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux

  • Gustave Brunellière, Histoire de Saint-Philbert-de-Grandlieu, ville, paroisse, commune, Nantes, imp. Dupas, , 302 p.
  • Baudry D, Perraudeau Gilles, Baudry Pierre, Dore Daniel, Saint-Philbert-de-Grandlieu, Paris, Nouvelles éditions latines, , 27 p.
  • Maitre Léon, Les Villes disparues (Géographie historique et descriptive de la Loire-Inférieure), t. II, Les Villes disparues des Pictons(les Origines des paroisses poitevines et angevines réunies au Diocèse de Nantes; Rezé, le Lac de Grandlieu, Vertou, Déas ou Saint-Philbert de Grandlieu), Nantes, E. Grimaud,
  • Giordano-Orsini Aurélia, sous la direction de Croix Nicole et de Renard Jean, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, un bourg sous l'influence de l'agglomération nantaise, mémoire de maîtrise en géographie, Nantes, université, , 266 p.
  • Jouan Sylvain, sous la direction de Garat Isabelle et Mesnard André-Hubert, Patrimoine, identité, aménagement : approche sur le bourg de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu, mémoire DESS, Nantes, université, , 1 disque optique numérique p.
  • Marcel Scellos, Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, vol. 2, Charenton-le-pont, Flohic éditions, , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X)[Note 5] Document utilisé pour la rédaction de l’article

Divers

  • Abbatiale et découvertes Saint-Philbert de Grandlieu, Les sœurs de Saint François d'Assise, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, association Abbatiale et découvertes, , 46 p.
  • Aux électeurs de Saint-Philbert (contre les 221), imp. Merson, , 10 p.
  • abbé Ch. Charles Loyer, Mre Charles Aubry, prieur-curé primitif de Sainet-Philbert-de-Grand-Lieu, et Mre Claude Ragault, vicaire perpétuel de ladite paroisse, 1657; extrait de la Revue des provinces de l'Ouest, 6e année, imp. André Guéraud, , 12 p.
  • Bernède Charles, Vie de M. Jean-Marie Gandon, curé de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu ; suivi de deux chants, l'un à la Vierge, l'autre à saint Philbert, paroles et musique par M. Charles Bernède père, Nantes; chez Mazeau; imprimerie Charpentier, , 106 p.
  • Mayot Lionel, Guide-découverte des vins de Saint-Philbert de-Grand-Lieu et de ses environs, Loire-Atlantique, Rennes, Ouest éditions, , 30 p.
  • Sur les chemins de la mémoire... Saint Philbert de Grand Lieu, janvier 2000, Rezé, Carpe diem, , 52 p.
  • Kervarec Michel, Terroir et Moyen Age au Pays nantais, Rezé-Les Sorinières-Vertou-Nantes-Bouguenais-Pont-Saint-Martin-La Bignon-Basse-Goulaaine-Saint-Sébastien-Saint-Philbert-de-Grandlieu-Carquefou etc., Nantes, Petit véhicule, , 426 p.
  • Certificat délivré le 18 novembre 1794 par Maximin Garcia, chanoine et administrateur de Saint-Jacques de Compostelle, à « Guillaume Doriou, vicaire de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu », pour constater sa visite à Saint-Jacques,
  • Martinez Sandrine, sous la direction de Croix Nicole, Maraîchage entre Saint-Philbert-de-Grand-Lieu et les Sorinières de 1989 à 2000, mémoire de maîtrise en géographie, Nantes, université, , 115 p.
  • Barreteau Rémy, Observations sur la flore et la végétation des environs de Saint-Philibert-de-Grand-Lieu, mémoire DEA en biologie végétale, Nantes, université, , 29 p.

Périodiques

  • Dominique Pierrelée, Elevage et paysage à Grand-Lieu XIIe – XIXe siècle, in Bulletin de la Société des historiens du pays de Retz, no 25, , 17 à 24 p.
  • Dahéron Blandine, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu en pleine réorganisation des services, in la Gazette des communes, des départements, des régions, no 2033, , 66 p.

Cartes et images

  • Institut Géographique National, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, 1/50 000è,
  • Institut Géographique National, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, 1/25 000è,
  • BRGM, Saint-Philbert-de-Grand-Lieu, carte géologique et minière, 1/50 000è,
  • Gabriel Hocart, Lithographie de la crypte de Saint-Philbert, in un registre illisible, notes sur Noirmoutier, 1577-1589, par Stéphane de La Nicollière-Teijeiro, impr. V. Forest et Ém. Grimaud ,, , 16 p.

Médias

  • Boucard Gérard, Des eaux et débats, Rezé, CAVLA prod., 1986, vidéocassette et dvd-vidéo
  • Michel Esquirol, Grand Lieu, lac tropical, Le Mans, 24 Images, 2005, dvd-vidéo

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les orthodromies séparant Saint-Philbert-de-Grand-Lieu de Nantes, de Saint-Nazaire et de La Roche-sur-Yon sont indiquées par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Saint-Philbert-de-Grand-Lieu et Nantes », sur le site Lion 1906 (consulté le 28 juillet 2017), par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Saint-Philbert-de-Grand-Lieu et Saint-Nazaire », sur le site Lion 1906 (consulté le 28 juillet 2017) et par Lionel Delvarre, « Orthodromie entre Saint-Philbert-de-Grand-Lieu et Roche-sur-Yon », sur le site Lion 1906 (consulté le 28 juillet 2017).
  2. Le maire actuel, Stéphan Beaugé, a été élu avec 58,83 % des suffrages exprimés, ce qui représente 2504 voix, contre 1752 voix pour le maire sortant.
  3. La « capacité d'autofinancement » (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement ; cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  5. Il s'agit d'un ouvrage collectif, l'auteur dont le nom est mentionné ne doit être crédité que de la partie concernant le canton de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Epoque carolingienne + Nos moines en 834 », sur http://www.abbatiale-et-decouvertes.fr,
  2. « La pénéplaine de Grandlieu », sur Atlas des paysages de Loire-Atlantique, (consulté le 28 juillet 2017)
  3. « Saint-Philbert-de-Grand-Lieu », sur Datafrance (consulté le 28 juillet 2017)
  4. « Commune de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (44188) », sur Insee, (consulté le 28 juillet 2017)
  5. climat de la Loire-Atlantique
  6. nantes.fr Climat
  7. Fiche de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu sur infobretagne.com
  8. Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis »
  9. « Epoque carolingienne + nos moines en 834 », sur http://www.abbatiale-et-decouvertes.fr
  10. « Municipales à Saint-Philbert : Monique Rabin réélue largement. Info - Nantes.maville.com », sur www.nantes.maville.com (consulté le 7 février 2016)
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  15. a, b et c « Chiffres clés Évolution et structure de la population - Saint-Philbert-de-Grand-Lieu - POP T0-T3 - Population par sexe et âge en 2013 », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  16. a, b et c « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  17. a et b « Résultats du recensement de la population française - POP T0-T3 - Population par grandes tranches d'âges », sur insee.fr, Insee (consulté le 22 septembre 2016).
  18. http://ec-rostand-44.ac-nantes.fr/links.php?lng=fr
  19. « Les formations », sur le site de la maison familiale rurale de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu (consulté le 20 décembre 2011)
  20. « Éducation. Vers la construction d'un nouveau lycée en Sud-Loire », Presse Océan,‎ (lire en ligne)
  21. Les réserves naturelles de la Région - Le lac de Grand-Lieu, sur www.rnr.paysdelaloire.fr, consulté le 6 mai 2010.
  22. (Brunellière 1924, p. 22-24)
  23. basket44.com.