Gail Fisher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gail Fisher
Description de cette image, également commentée ci-après

Gail Fisher et Mark Stewart en 1970

Nom de naissance Gail Ann Fisher
Naissance
Orange, New Jersey, (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 65 ans)
Culver City, (Californie)
Profession Actrice
Avec M. Connors pour la série Mannix (1970).

Gail Fisher, née le à Orange, New Jersey (États-Unis) et morte le à Culver City (Californie), est une actrice afro-américaine. Elle a connu une notoriété internationale pour son interprétation du rôle de Peggy Fair, la secrétaire du détective privé Joe Mannix dans la série Mannix. Dans ce rôle, elle a gagné deux Golden Globe et un Emmy Award. Elle est la première femme noire à gagner un Golden Globe .

Biographie[modifier | modifier le code]

Dernière née d'une fratrie de cinq enfants, Abigaïl Fisher a vu le jour à Orange (New Jersey). Son père mourut alors qu'elle n'avait que deux ans : aussi fut-elle élevée par sa mère, Ona Fisher, qui tenait un salon de coiffure à domicile dans la banlieue de Potter's Crossing à Edison (New Jersey). Elle passa sa licence à Metuchen (New Jersey). Adolescente, elle fut pom-pom girl et participa à plusieurs concours de beauté : elle obtint les titres de Miss Transit, de Miss Black New Jersey, et de Miss Press Photographer[1],[2].

Lauréate d'un concours arganisé par Coca-Cola, Fisher obtint une bourse pour deux années d'étude à l’American Academy of Dramatic Arts. Elle travailla ainsi sous la direction de Lee Strasberg[3] et devint membre du Repertory Theater de Lincoln Center ; là, elle travailla avec Elia Kazan et Herbert Blau[1],[2]. Parallèlement, elle gagnait sa vie comme mannequin[2].

Gaïl Fisher fait sa première apparition à la télévision en 1960 dans l'émission « Play of the Week[4]. » Toujours au début des années 1960, elle joue dans une publicité pour la lessive Sun, et affirmera par la suite que cette publicité a fait d'elle « la première femme noire... non, mettons même le premier noir tout court, à tourner une publicité télé à la caméra[1]. » En 1965, Herbert Blau lui confie un rôle dans sa mise en scène de « La Mort de Danton[1]. »

Elle apparaît pour la première fois dans Mannix au cours de la deuxième saison, marquée par le départ de Mannix du bureau de détectives Intertect pour se mettre à son compte. En 1968, on la retrouve dans certains épisodes de la série télévisée Mes trois fils, Love, American Style, et Room 222[4]. En 1970, son interprétation dans Mannix est couronnée par l'attribution de l'Emmy Award pour meilleur second rôle dans une série télévisée dramatique : elle surclasse pour l'occasion Susan Saint James (avec Les Règles du jeu) et Barbara Anderson (pour L'Homme de fer), et devient la première femme noire à remporter un Emmy Award[4]. Après l'arrêt de la série Mannix, en 1975, elle se fit plus rare à l'écran. Elle est artiste invitée dans un épisode de la série L'Ombre blanche[4], en 1980.

Elle disparaît à Los Angeles à l'âge de 65 ans d'une insuffisance rénale[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Emmy de la meilleure actrice dans un second rôle au cours de la saison 1969-1970.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e D'après Lawrence Van Gelder, « Gail Fisher, 65, TV Actress Who Won Emmy for 'Mannix' », New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c D'après Laurie Jarmon, Notable Black American Women, Jessie Carney Smith, (ISBN 0-8103-9177-5), p. 223-224.
  3. David Garfield, A Player's Place: The Story of The Actors Studio, New York, MacMillan Publishing Co., Inc., (ISBN 0-02-542650-8), « Appendix: Life Members of The Actors Studio as of January 1980 », p. 278
  4. a, b, c et d D'après « Gail Fisher », sur African American Registry (consulté le 22 août 2009) ; l'article cite comme source Jet.

Liens externes[modifier | modifier le code]