Furlane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La furlane est une danse du début du XXe siècle en France, inspirée par la forlane, une danse de la province italienne du Frioul.

C'est aussi un autre nom donné, au XVIIIe siècle, à la forlane.

Historique[modifier | modifier le code]

Elle a été promue par l'Église et notamment le pape Pie X pour contrecarrer le tango jugé indécent. On la surnomma la danse du pape, par opposition au tango, la danse du péché, mais cette prise de position du Pape contre le tango et en faveur de la furlane, n'est qu'une pure légende inventée par un journaliste dénommé Carrere[réf. nécessaire], correspondant du journal le Temps. La Papauté réagit par l'intermédiaire du Corriere de la Serra du 30 janvier 1914, où il était écrit : « Le ridicule public ne serait qu'un juste châtiment à l'égard des prétendus informateurs concernant le Vatican, pour l'offense faite à la dignité de notre Auguste Pontife, gratuitement mêlé à ces interventions grotesques, si la dite offense ne méritait pas également la protestation indignée de tous les catholiques ». La réponse du Vatican incluait l'ensemble de l'affabulation du journaliste qui avait inventé, à l'occasion, la scène du Pape regardant un couple exécuter un tango.

Des salons de la bonne société prirent l'interdiction du tango au sérieux et se mirent à danser la furlane qui devint le comble du snobisme. Pragmatiques, les grands hôtels de la Côte d'Azur disposaient de professeurs de danse qui enseignaient à la fois le tango et la furlane. Mais finalement, la Furlane n'a pas eu de succès et a disparu pendant la Première Guerre mondiale.

Source[modifier | modifier le code]

  • Henri Joannis Deberne, Danser en société, éditions Bonneton, 1999, p. 114-115 (ISBN 2-86253-229-0).