Marche funèbre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la musique classique
Cet article est une ébauche concernant la musique classique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Marche funèbre est le nom dont on désigne diverses œuvres musicales généralement écrites en mode mineur dont le rythme lent et à deux temps convient à un cortège funèbre.

Marches funèbres célèbres[modifier | modifier le code]

Frédéric CHOPIN[modifier | modifier le code]

  • Le troisième mouvement de la Sonate pour piano no 2 op. 35 est la plus connue. Extrait significatif en code Parsons : *RRRUDRDRRR.
  • De Chopin, il existe une autre marche funèbre (posthume), moins connue : l'op. 72 no 2.

Ludwig Van BEETHOVEN[modifier | modifier le code]

  • Le second mouvement de la Symphonie « Héroïque » est une « Marcia funebre ».
  • La marche funèbre de Léonore Prohaska WoO 96 (œuvre posthume)[1]
  • Bien qu'il n'en porte pas le nom, le célèbre deuxième mouvement (Allegretto) de la Septième symphonie de Beethoven est souvent assimilé à une marche funèbre (comme Robert Schumann le fit déjà remarquer en son temps)[2]
  • Le troisième mouvement de la Sonate pour piano no 12 op. 26, intitulé « Marcia funebre sulla morte d'un eroe ».
  • Le premier mouvement de la Sonate pour Piano n° 14 (dite "Au Clair de Lune"). Le violoniste Karl Holz aurait reçu comme confidence de Beethoven que ce premier mouvement de la sonate fut improvisé auprès du cadavre d'un ami. Mais de quel ami s'agirait-il ?L'appellation tardive "Au Clair de Lune" (en 1832, soit cinq ans après la mort de Beethoven) est en grande partie due à un jeu biaisé de la plupart des interprètes dans le but de répondre aux goûts du public. Ce mouvement est tout sauf une balade romantique.

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ludwig van Beethoven - le Livre de l'intégrale
  2. Guide illustré de la musique symphonique de Beethoven de Michel Lecompte, p. 149, ed.Fayard