Chaconne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La chaconne, ou plus rarement chacone, dont on trouve aussi le nom italien ciaccona, est un genre musical pratiqué aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Origine et caractères[modifier | modifier le code]

Initialement, vers la fin du XVIe siècle, la chaconne est une chanson populaire à danser, à trois temps de caractère vif, originaire d'Amérique, pendant le vice royaume de Nouvelle-Espagne et introduite en Espagne par les marins. Transplantée ensuite dans d'autres pays d'Europe au début du XVIIe siècle, elle y devient une danse de caractère noble puis est abordée par les instruments, en orchestre ou solistes. C'est alors une pièce de grandes proportions, en mesure ternaire, lente et solennelle, basée sur la répétition et la variation d'un thème comprenant en général 4 ou 8 mesures avec reprise. Elle est construite sur une basse qui est un tétracorde descendant, alors que la passacaille est construite sur un thème joué à la basse et qui ensuite se distribue sur les autres voix. L'origine en serait la forme « rondeau » (autre danse) avec refrain et couplets, ces derniers réalisant des variations du refrain, d'où l'impression de répétition.

À ce stade de son évolution, elle devient indiscernable de la passacaille, car les noms semblent interchangeables selon les compositeurs : Louis Couperin intitule une de ses pièces « chaconne ou passacaille » ; François Couperin fait de même dans sa première suite pour viole (passacaille ou chaconne) et semble éviter le problème en nommant une de ses compositions pour clavecin L'amphibie ; selon Mattheson, la chaconne est plus lente que la passacaille mais d'Alembert dit le contraire. Cependant, la chaconne commence fréquemment en anacrouse sur le deuxième temps, contrairement à la passacaille dans laquelle le procédé est plus rare[1].

Ces deux pièces sont construites selon trois procédés qui peuvent se combiner :

  • le rondeau (un refrain répété entre des couplets variés) ;
  • la variation mélodique ou rythmique ;
  • la basse obstinée (motif thématique répété à la basse).

Dans la musique baroque, la chaconne est utilisée de façon occasionnelle dans la suite de danses instrumentales, dont elle est presque toujours la pièce finale. Elle est également souvent utilisée en France, comme morceau final, ou au cours des pièces lyriques importantes dans la tragédie lyrique et l'opéra-ballet.

Ce grand genre marqué par la lenteur et la solennité du tempo, la mesure à trois temps, et le principe de l'ostinato est indissociable du genre baroque et a trouvé son terrain d'élection chez les compositeurs des XVIIe et XVIIIe siècles, tels que Frescobaldi, Couperin, Rameau, d'Anglebert, Chambonnières, Purcell, Buxtehude, Bach, Pachelbel et d'autres.

Chaconne contemporaine[modifier | modifier le code]

De nombreux compositeurs modernes utilisent le procédé, notamment chez Busoni, Bartók, Křenek, Britten et en 1963, chez la compositrice russe, Sofia Goubaïdoulina, mais également chez Heinz Holliger (1975) et György Ligeti (1978).

La chaconne est utilisée dans quelques œuvres de compositeurs minimalistes : second mouvement du concerto pour violon (1993) de John Adams, Echorus pour deux violons et orchestre (1995) et troisième mouvement de la symphonie no 3 de Philip Glass.

Chaconnes célèbres[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Louis Couperin Chaconne en ré
Buxtehude Chaconne en mi min BuxWV160
Pachelbel Chaconne en fa min
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?

Pour orchestre : Rameau, chaconne finale des Indes galantes ; Thierry Escaich, Chaconne pour orchestre (2000) ; Johannes Brahms, dernier mouvement de la Symphonie n° 4.

  • Pour ténor, haute contre, basse, deux violons et basse continue : " Magnificat à trois voix égales et symphonie" de Marc-Antoine Charpentier.

La chaconne pour violon de Bach est, de très loin, la plus célèbre :

  • un détail peu connu de la littérature : c'est ce morceau qu'Aldous Huxley demanda que l'on joue sur sa tombe, lors de son dernier voyage. La chronique veut que l'invitation ait été relevée par Yehudi Menuhin à Los Angeles (1963) ;
  • le nombre considérable de transcriptions dont ce morceau a fait l'objet : guitare, harpe, orchestre de chambre, orchestre, accordéon orgue et bien entendu piano ;
  • cette variante particulière donna à Busoni l'occasion de libérer un véritable déluge de notes, les dix doigts et les deux pieds intégralement mobilisés ;
  • la transcription de Brahms, pour la main gauche seule du pianiste, est une étude qui reprend le texte de la partie de violon seul.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Chaconne (Brahms, Busoni, Lutz, Bach). Edna Stern, piano ; Amandine Beyer, violon (Zig-Zag Territoires).
  • Chaconnes : Marin Marais, Intégrale du quatrième livre de pièces de viole - Jean Louis Charbonnier, basse de viole (Pierre Verany/Arion).
  • Follie All'italiana : Œuvres de Vivaldi, Corelli, Storace, Cazzati, Vitali, Caldara, Reali, Falconieri, Pandolfi-Mealli, Corbetta - Sonatori De La Gioiosa Marca (Erato).
  • Chaconne : Œuvres de Lully, Blow, Corelli, Marini, Mayr, Muffat, Pezel, Purcell - Reinhard Goebel, Musica Antiqua Köln (Archiv).
  • Chaconne : Œuvres de Frescobaldi, Cabanilles, Storace, Couperin, Kerll, Ligeti, Muffat, Dagincour, Haendel, Forqueray - Rinaldo Alessandrini, clavecin (février 2008, Naïve) (OCLC 755948914).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Benoit 1992, p. 122.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]