Frugerès-les-Mines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Frugères-les-Mines redirige ici.

Frugerès-les-Mines
Frugerès-les-Mines
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Canton Sainte-Florine
Intercommunalité Communauté de communes Auzon Communauté
Maire
Mandat
André Ollagnier
2014-2020
Code postal 43250
Code commune 43099
Démographie
Population
municipale
559 hab. (2016 en augmentation de 8,54 % par rapport à 2011)
Densité 518 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 14″ nord, 3° 18′ 27″ est
Altitude Min. 414 m
Max. 480 m
Superficie 1,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Frugerès-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Frugerès-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frugerès-les-Mines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frugerès-les-Mines

Frugerès-les-Mines est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Frugerès-les-Mines fait partie du bassin minier de Brassac-les-Mines et de La Combelle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Graphies anciennes[1] : Frodegarius, 937 et Frotgeriarum 1272.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, fut fondé un hospice. Il dépendait de l'hôpital de Saint-Antoine en Viennois. Il avait pour vocation la thérapie du mal des ardents. Cette maladie était provoquée par l'absorption de farine contenant de l'ergotine ou alcaloïde de l'ergot du seigle (proche du LSD). Les malades présentaient des hallucinations, troubles psychiques commençant par des frissons, suivis de chaleurs avec impressions de brûlures.

En 1928, trois mineurs trouvent la mort dans une explosion au Puits de Coincy[2].

Au puits du Parc, le , un accident dû au gaz carbonique a causé la mort de douze mineurs. Il s'agit de la plus grosse catastrophe connue dans le bassin minier de Brassac[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 27 août 2014)
André Ollagnier[4] SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 559 habitants[Note 1], en augmentation de 8,54 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
166181190190247215300304322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
329341368378403429455424531
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
545533534450435430379396449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
491524564647567498496515550
2016 - - - - - - - -
559--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - 2 volumes - Étymologie de 35 000 noms de lieux, p. 877.
  2. Le Temps, [s.n.], (lire en ligne)
  3. La catastrophe du puits du Parc
  4. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 27 août 2014).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]