Azérat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Azérat
Azérat
L'église d'Allevier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Brioude
Intercommunalité Communauté de communes Auzon Communauté
Maire
Mandat
Gérard Bonjean
2020-2026
Code postal 43390
Code commune 43017
Démographie
Population
municipale
279 hab. (2018 en augmentation de 4,89 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 21′ 47″ nord, 3° 23′ 00″ est
Altitude Min. 404 m
Max. 661 m
Superficie 18,11 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Brioude
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sainte-Florine
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Azérat
Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire
Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Azérat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Azérat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Azérat

Azérat est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Six communes sont limitrophes d'Azérat[1] :

Communes limitrophes d’Azérat
Vergongheon Auzon Saint-Hilaire
Azérat Agnat
Cohade Lamothe

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit « Allevier ».
  • Allevier Alverio
  • Chadriat, maison forte
  • Chamalière, « Villa de Chamaleira ».
  • Chausse Lo Chauce
  • Chazelle Villa Casalellas
  • Clémensat, source Saint Odilon.
  • Côte Rouge
  • Fouret
  • Jauria Lauriago, Gauriago
  • Le Cros, au XIXe siècle les Morel de La Colombe habitaient au Cros.
  • Lindes, Le batteau de leinde, 1640[2] Prieuré de La Chaise-Dieu [3].
  • Rigoux
  • Triozon (Peut-être préfixe TRI, au-delà, de l´autre côté de, indiquant une ancienne limite de la communauté d'Auzon)
  • La Bastide
  • Domaine de Puybaudry. Dans ce petit fort était établi un péage. Connu depuis le XIIIe siècle, la taxe était levée au profit des moines de la Chaise-Dieu.
  • Gourdon, Perouge, Pauriat, Chauderasse, Chastagnier, chausse,
  • La Couarde, Le Bouchatrot, Les Iles, Les Ormeaux, Champ Dollan, Marcoux, Champ Magaud, Les Prés, Cote Rouge, Le Méze, Le Bos, Le Pireyre, La Graille, Rouland, La Vigerie, Les Verdiers, La Boucharelle, Bois d'arbioux, La Peyraille, Gondolle, Le festre, Le Crouzet, Font Morie, Les Vizades, Bois de la chatte, Le Rey, Le Cheylat, Puy Claroux, Le Bousquet, Peyjadiu, Le couti, signe longue, Le Filiant,
  • La Broe Lo Coderc de la bro, La Broc
  • Saugiat, Villa Satiag, . Loc. Disp
  • Teinat Caisnago, Tanago.

La Leuge, Mansus de la Logia . Rivus de Gozealague, ruisseau Le Chadriat, ruisseau. Le Lindes, ruisseau Le Cros, ruisseau

L'écluse de Salvain sous Alvier[4]

Il serait fort utile de constituer ici, la liste des noms de lieux provenant du cadastre napoléonien. Cette liste aura comme intérêt d'aider les toponymistes et historiens qui s'intéressent à ce terroir. La liste ci-dessous concerne le cadastre actuel. (Avis aux chercheurs)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Azérat est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Brioude, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (49,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (49,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (48,7 %), prairies (30,4 %), terres arables (19,5 %), zones urbanisées (1,4 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 190, alors qu'il était de 183 en 2013 et de 169 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 68,4 % étaient des résidences principales, 16,3 % des résidences secondaires et 15,3 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 98,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 1,6 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Azérat en 2018 en comparaison avec celle de la Haute-Loire et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (16,3 %) supérieure à celle du département (16,1 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 83,8 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (78,5 % en 2013), contre 70 % pour la Haute-Loire et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Azérat en 2018.
Typologie Azérat[I 1] Haute-Loire[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 68,4 71,5 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 16,3 16,1 9,7
Logements vacants (en %) 15,3 12,4 8,2

Histoire[modifier | modifier le code]

Formes anciennes[modifier | modifier le code]

  • Azorag vers 1011
  • Azeracus
  • Arezacus
  • Azerac en 1256
  • Aseracum en 1397
  • Aserat en 1397
  • Azerat en 1401

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 19 avril 2019)
Gérard Bonjean[12] DVG  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune comptait 279 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Une réforme du mode de recensement permet à l'Insee de publier annuellement les populations légales des communes à partir de 2006. Pour Azérat, commune de moins de 10 000 habitants, les recensements ont lieu tous les cinq ans, les populations légales intermédiaires sont quant à elles estimées par calcul[13]. Les populations légales des années 2008, 2013, 2018 correspondent à des recensements exhaustifs[14].

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
545706702626626674672646612
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
658624648602619583618590557
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
552540515436412387350288304
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
268252234240285274266265264
2013 2018 - - - - - - -
266279-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Âge de la population[modifier | modifier le code]

La pyramide des âges, à savoir la répartition par sexe et âge de la population, de la commune d'Azérat en 2010[17] ainsi que, comparativement, celle du département de la Haute-Loire la même année[18], sont représentées avec les graphiques ci-dessous.

La population de la commune comporte 49,1 % d'hommes et 50,9 % de femmes. Elle présente en 2010 une structure par grands groupes d'âge légèrement plus âgée que celle de la France métropolitaine[19]. L'indicateur de jeunesse, égal à la division de la part des moins de 20 ans par la part des plus de 60 ans[20], est en effet de 0,76 pour la commune, soit 76 jeunes de moins de 20 ans pour cent personnes de plus de 60 ans, alors que pour la France métropolitaine il est de 1,06. Cet indicateur est également inférieur à celui du département (0,87) et à celui de la région (0,8)[21].

Pyramide des âges à Azérat en 2010 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
12,3 
75 à 89 ans
13,4 
13,8 
60 à 74 ans
14,2 
25,4 
45 à 59 ans
23,9 
16,9 
30 à 44 ans
16,4 
17,7 
15 à 29 ans
18,7 
13,8 
0 à 14 ans
13,4 
Pyramide des âges dans le département de la Haute-Loire en 2010 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,4 
7,9 
75 à 89 ans
12,3 
15,9 
60 à 74 ans
16,3 
21,7 
45 à 59 ans
20,2 
19,8 
30 à 44 ans
18,6 
15,6 
15 à 29 ans
14,0 
18,7 
0 à 14 ans
17,2 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Église romane fortifiée, classée MH[22], XIe, XIIe et XVe siècles. Ce prieuré est connu dès le XIIe siècle. À l'origine, cet édifice semble avoir servi de chapelle au prieuré d'Azérat, lequel dépendait de l'abbaye de la Chaise-Dieu. Vers le XIVe ou le XVe siècle, la chapelle est érigée en église paroissiale. L'église primitive ne comportait qu'une nef de trois travées précédant la croisée d'un transept et l'abside à cinq pans. Ce transept semble n'avoir jamais été réalisé en entier, mais il a été amorcé du côté nord par la construction d'une absidiole et de l'arc doubleau à deux rouleaux, porté par deux colonnes engagées, qui ouvrait sur le croisillon nord. La façade occidentale a conservé son portail, sa fenêtre et son pignon du XIIe siècle. Au début du XVe siècle, la nef romane a été doublée d'un bas-côté nord voûté sur croisée d'ogive avec clefs historiées. L'étage du clocher est de la même époque. Ce clocher et le bas-côté sont certainement l'œuvre des moines de la Chaise-Dieu. La décoration extérieure de l'abside est caractéristique : les fenêtres sont inscrites sous un grand arc nettement brisé, mouluré sur l'arête et venant retomber sur une sorte d'abaque localisé aux contreforts.
  • La source bénédictine.
  • Port Sainte Radegonde d'Azerat puis Saint Jean d'Azerat.
  • La mine de cuivre.
  • Le château d'Azérat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2018 à Azérat », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Azérat - Section LOG T2 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. « Chiffres clés - Logement en 2018 à Azérat - Section LOG T7 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la Haute-Loire », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2018 dans la France entière », sur le site de l'Insee (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Géoportail (consulté le 30 novembre 2015).
  2. Liève de Rilhat.
  3. Inventaire des Châteaux de la Haute-Loire, Paul Bellaton, Bernard Galland, Martin de Framond, Christian de Seauve.
  4. L'ancienne batellerie de l'Allier & de la Dore: de Langeac à Nevers, par Pierre Mondanel, p. 113.
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. « Liste des maires » [PDF], sur le site de la préfecture de la Haute-Loire, (consulté le ).
  13. « Le recensement de la population en bref », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  14. « Calendrier de recensement des communes de la Haute-Loire », sur Insee (consulté le ).
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population de Azérat », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  18. a et b « Chiffres clés évolution et structure de la population du département de la Haute-Loire en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  19. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la France métropolitaine en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  20. « Indicateur de jeunesse », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  21. « Chiffres clés évolution et structure de la population de la région Auvergne en 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. « Église Saint-Jean-Baptiste », notice no PA00092589, base Mérimée, ministère français de la Culture.