Frontière entre l'Algérie et le Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frontière entre l'Algérie et le Maroc
Caractéristiques
Délimite Drapeau de l'Algérie Algérie
Drapeau du Maroc Maroc
Longueur totale Suivant la position sur le Sahara occidental : 1 900 ou 1 941[1] km
Particularités Terrestre et maritime ; 41 km avec le Sahara occidental, revendiqué et majoritairement contrôlé par le Maroc
Historique
Création 1845 (Traité de Lalla Maghnia)
Drapeau de la France France
Tracé actuel (Traité d'Ifrane)
Drapeau du Maroc Maroc

(Traité de Tlemcen)
Drapeau de l'Algérie Algérie
(Convention de Rabat)
Drapeau du Maroc Maroc

La frontière entre l'Algérie et le Maroc est une frontière internationale délimitée par une convention[2] signée à Rabat en 1972 et ratifiée par l'Algérie en 1973 puis par le Maroc en 1992.

La frontière terrestre entre l'Algérie et le Maroc –dans ses frontières internationalement reconnues– est longue de 1 900 kilomètres[1],[3], ou de 1 941 kilomètres en incluant les 41 km de la frontière entre l'Algérie et le Sahara occidental[1],[4], selon la revendication du Maroc sur ce territoire contesté. Elle reste fermée à tout trafic depuis 1994[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Avant la colonisation française[modifier | modifier le code]

Frontières nord[modifier | modifier le code]

Définitivement stabilisée à la fin du XVIIIe siècle, la frontière est jusqu'alors fluctuante[6], Najima Thay Thay Rhozali rappelant que « les pays du Maghreb n'ont connu des frontières qu'après l'établissement militaire des Européens dans ces contrées »[7]. Auparavant, la notion de frontière est inexistante, permettant une grande mobilité des populations qui ne reconnaissent pas les tentatives de délimitation[7].

Sous le règne de la dynastie saadienne, la Moulouya sert de frontière entre le Maroc et la Régence d'Alger[8], arrêtant « l'hégémonie des Turcs ottomans » vers l'ouest[9]. Anthony S. Reyner fait démarrer cette délimitation à son embouchure, sans lui faire suivre l'ensemble du cours, la présentant comme la « frontière orientale traditionnelle du Maroc » mais aussi une zone de conflit pour la possession d'Oujda[10]. La Moulouya est une limite fixée d'un commun accord[11] même si Oujda (1549)[12] puis Debdou (1563)[13], à l'est de la Moulouya, sont prises par les Saadiens, la première pour un temps. La frontière de la Moulouya est respectée de part et d'autre pendant un siècle après l'assassinat du roi saadien Mohammed ech-Cheikh[6] (1557).

Le prince alaouite Mohammed Ier reprend Oujda en 1641[14], razzie la région de Tlemcen et pousse même jusqu'à Laghouat, avant que les Turcs n'obtiennent qu'il se tienne « en deçà de la Tafna »[15]. Quelques coups de force sont aussi tentés contre Oran, considérée comme marocaine par la dynastie des Alaouites[16]. Mohammed Ier s'engage, dans un traité négocié avec le pacha d'Alger en 1647, à ne plus franchir la Tafna, « considérée alors comme la frontière commune délimitant les influences turques des influences chérifiennes »[17]. En 1651, il soumet la région de Nedroma avant de revenir sur Oujda[18] qui retombe aux mains des Turcs vers 1692[19]. Malgré ces contestations frontalières, les Turcs considèrent la Tafna comme limite entre les territoires marocain et turc[20].

Le sultan alaouite Moulay Ismail tente à son tour une incursion jusqu'au Djebel Amour en 1678-1679 mais, défait par l'artillerie turque, doit reconnaître la limite sur la Tafna[21],[17], après que des lettres de ses prédécesseurs, Mohammed Ier et Moulay Rachid, reconnaissant cette délimitation, lui soient présentées[20] ; le traité n'est sans doute pas appliqué car une garnison turque demeure à Nedroma[18], ce que confirme Pierre Boyer, qualifiant la frontière sur la Tafna de « théorique »[22].

À la fin du XVIIIe siècle, le sultan alaouite Moulay Slimane réoccupe Oujda qui est intégrée au territoire marocain en 1795 et la frontière définitivement fixée à l'oued Kiss[6]. Dans le même temps, entre 1792 et 1830, les sultans alaouites harcèlent les beys d'Oran, « successeurs patrimoniaux de l'Espagne », avant de profiter de l'effondrement de la Régence d'Alger pour lancer leur armée sur l'Oranie : les habitants de Tlemcen reconnaissent bientôt le sultan marocain Abd ar-Rahman ibn Hicham comme leur suzerain[16].


Frontières sahariennes[modifier | modifier le code]

Période française[modifier | modifier le code]

Frontières nord[modifier | modifier le code]

Frontière entre le Maroc et l'Algérie en 1963

La frontière entre l'Algérie française (les Territoires du Sud compris) et le Maroc se divise en trois tronçons qui ont été définis successivement : de la mer Méditerranée à Figuig, de Figuig à la Hamada du Guir, de la Hamada du Guir au Sahara espagnol[23].

De la Méditerranée à Figuig[modifier | modifier le code]

Le premier tronçon a été défini pour la première fois par le traité de Lalla Maghnia signé le , par le général comte de la Rüe, pour la France, et le sid Ahmida Ben-Ali, pour le Maroc[23].

Ce traité, qui fait suite à la bataille d'Isly remportée par le maréchal Bugeaud, fixe la frontière de l'embouchure de l'oued Kiss, sur la côte méditerranéenne, jusqu'au col de Teniet-Sassi, dans l'Atlas tellien, à 120 kilomètres de la Méditerranée.

De Teniet Sassi à Figuig, le tracé correspond à « une ligne fictive médiane » entre les deux séries de postes énumérés dans le traité précité[23]. Jusqu'à la fin de la période coloniale, ce tracé, qui n'est pas officiellement reconnu par le Maroc, ne donne lieu qu'à peu de contestations[23]. Pour autant, en , le gouvernement français concède que son homologue marocain serait fondé à réclamer la palmeraie d'El-Adjar qui appartient aux habitants de Figuig et que les autorités françaises d'Algérie ont renoncé à recenser en [23].

De Figuig à la hamada du Guir[modifier | modifier le code]

Au sud de Figuig et jusqu'à la hamada du Guir, les limites entre l'Algérie française et le Maroc sont restées moins précises[23]. Les administrations françaises de l'Algérie et du protectorat au Maroc se sont efforcées d'adapter aux données géographiques et humaines les stipulations deux accords franco-marocains antérieurs au protectorat[23].

Le premier est le protocole du , signé à Paris par le ministre français des Affaires étrangères, Théophile Delcassé, et son homologue marocain, Abdelkrim ben Slimane. Il nomme une commission commune de mise en œuvre de leur coopération commune le long de la frontière. L'accord du 20 avril 1902, est le résultat du travail de la commission commune décidée lors du protocole du 20 juillet 1901. Dans son article 1er, il est dit: « l'autorité chérifienne sera consolidée entre la Méditerranée et Figuig avec le concours de la France, le royaume aidera la France à asseoir le sien au Sahara ». L'article IX demande la nomination d'un administrateur marocain de Figuig devant aider les autorités algériennes à assurer l'ordre et la paix à Kenadsa, Béchar et Ouakda.

Le second accord est celui du , signé à Paris par le ministre français des Affaires étrangères, Stephen Pichon, et, pour le Maroc, Mohammed el Mokri et Abdellah El Fassi.

Les deux accords étant imprécis et parfois contradictoires[23], les administrations françaises cherchent un tracé plus précis. Un premier tracé, connu comme la ligne Varnier, est proposé dès [23] par Maurice Varnier. Un second tracé, connu comme la ligne Trinquet, est proposé en [23] par le colonel Trinquet. Ces deux projets de frontière ne sont pas officiellement homologués[23] bien que la ligne Trinquet serve de frontière de fait jusqu'en [23] et la fin du protectorat français au Maroc. Jusqu'en et l'indépendance de l'Algérie, le gouvernement marocain considère la ligne Tringuet comme la frontière orientale minimale du Maroc[23]. En , le gouvernement français reconnaît que son homologue marocain serait fondé à invoquer les accords de 1901 et de 1910 qui lui sont plus avantageux, notamment parce que Meridja, poste algérien situé sur la ligne Trinquet, figurait en 1912 au nombre des postes reconnus au sultan[23]. Le gouvernement français concède néanmoins que son homologue algérien pourrait soutenir que les autorités françaises ne considéraient pas la ligne Trinquet comme une véritable frontière puisqu'en 1958, le commandement français en Algérie l'avait repoussée vers l'ouest, pour des raisons stratégiques, créant ainsi une troisième ligne, connue comme la ligne opérationnelle[23].

De la hamada du Guir au Sahara espagnol[modifier | modifier le code]

Nul accord franco-marocain, « si vague soit-il », ne se rapporte au tronçon allant de la hamada de Guir au Sahara espagnol[23]. En 1938, le colonel Trinquet a certes prolongé sa ligne en tenant compte de l'obédience administrative des populations, de leurs terrains de parcours traditionnel ainsi que des accidents géographiques[23].

En 1903 le général Lyautey fonde Colomb-Béchar poste avancé face au Maroc et les luttes du Cheikh Bouamama. Les autorités marocaines affirment que Colomb-Béchar a été construite sur leur territoire.

Au-delà de Teniet Sassi, une décision ministérielle française du [24] fixe une frontière provisoire[24] dite « ligne Varnier »[24]. Elle passe près d'Ich, Figuig et Tiberiatine. La région de Tindouf est conquise par les Français en 1934 ; elle sera plus tard revendiquée par le royaume du Maroc.

Depuis l'indépendance du Maroc[modifier | modifier le code]

Le « Grand Maroc » revendiqué par l'Istiqlal en 1956
Salutations de voisins, de part et d'autre de la frontière algéro marocaine.
  • 1994, à la suite de l'attentat de Marrakech décision marocaine d'imposer le visa au ressortissants algériens, l'Algérie ferme ses frontières avec le Maroc.
  • 31 juillet 2004, l’accès au territoire marocain n’est plus soumis aux formalités de visa.
  • 2005 : le visa d'entrée en Algérie est levé à son tour.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La frontière entre l'Algérie et le Maroc reste un sujet de disputes : par prudence, son tracé n'est pas indiqué sur la carte Michelin du Maroc au 1/1 000 000e ; les tracés indiqués par les autres éditeurs sont en pointillés en dessous du 34e parallèle, et contradictoires : la carte routière Rough guides indique un tracé proche de celui de la convention citée plus haut, celle commercialisée par l'IGN français s'en écarte sensiblement.

Nord[modifier | modifier le code]

Hamada du Guir[modifier | modifier le code]

  • Ensuite ce sont les monts des Ksour contreforts de l'Atlas saharien qui serviront de frontière naturelle à l'exception de l'enclave formée par la région de l'Oasis de Figuig.
  • Un lignage Est-Ouest de près de 160 km de long au nord de Béchar jusqu'à l'Oued EchChair le long duquel elle descend plein sud sur une quarantaine de kilomètres jusqu'à l'Oued Guir.
  • Elle repart de façon linéaire sur un axe Est-Ouest sur près de 80 kilomètres avant de repartir plein sud à travers le Hamada du Guir. La frontière est matérialisée par un léger massif côté algérien et par les dunes de la Marzouga côté marocain.

Hamada du Draâ[modifier | modifier le code]

  • La frontière continue sur près de 200 kilomètres sur un axe Nord-Est - Sud-Ouest le long des contreforts rocheux du Hamada de la Daoura jusqu'à Dayet Ahrbor et la vallée du Draâ.
  • Elle suit ensuite les lignes de crêtes le long de l'oued Draâ sur 380 kilomètres jusqu'au méridien 8° 40' ouest.
  • Enfin la frontière suit le méridien 8° 40' ouest vers le Sud sur 116 kilomètres jusqu'au tripoint entre l'Algérie, le Maroc, et le Sahara occidental.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Algeria », CIA World Factbook (lien), Janvier 2017
  2. United Nations, Convention relative au tracé de la frontière d'État établie entre le Royaume du Maroc et la République algérienne démocratique et populaire, texte authentique en arabe et français, texte en anglais., United Nations Publications, (ISBN 9789219001985, lire en ligne)
  3. « Morocco », CIA World Factbook (lien), Janvier 2017
  4. « Western Sahara », CIA World Factbook (lien), Janvier 2017
  5. sauf exception humanitaire ; voir par exemple Algérie - Maroc : la réouverture des frontières n’est pas pour demain
  6. a, b et c Tayeb Chenntouf, La dynamique de la frontière au Maghreb, Des frontières en Afrique du XIIe au XXe siècle, éd. UNESCO, Paris, 2005, p. 204-205
  7. a et b Najima Thay Thay Rhozali, L'ogre entre le réel et l'imaginaire dans le conte populaire du Maroc, p. 193-194
  8. Chantal de La Véronne, Histoire sommaire des Saʼdiens au Maroc : la première dynastie chérifienne, 1511-1659, éd. Paul Geuthner, Paris, 1997, p. 29
  9. Georges Marçais, L'art musulman, éd. Presses universitaires de France, Paris, 1962, p. 171
  10. Anthony S. Reyner, « Morocco's International Boundaries: A Factual Background », The Journal of Modern African Studies, vol. 1, n°3, septembre 1963, p. 313-326
  11. Auguste Cour, L'établissement des dynasties des Chérifs au Maroc et leur rivalité avec les Turcs de la Régence d'Alger, 1509-1830, éd. Bouchène, Paris, 2004, p. 11
  12. Chantal de La Véronne, « Relations entre le Maroc et la Turquie dans la seconde moitié du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle (1554-1616) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 1973, p. 391
  13. Louis Massignon, Le Maroc dans les premières années du XVIe siècle : tableau géographique d'après Léon l'Africain, éd. Paul Geuthner, Paris, 1906, p. 266
  14. Pierre Boyer, « Contribution à l'étude de la politique religieuse des Turcs dans la Régence d'Alger (XVIe-XIXe siècles) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 1966, p. 33
  15. Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord : Des origines à 1830, éd. Payot et Rivages, Paris, 1994, p. 595
  16. a et b Alfred Salinas, Quand Franco réclamait Oran : l'Opération Cisneros, éd. L'Harmattan, Paris, 2008, p. 15
  17. a et b Laurent Pointier, Sahara occidental : la controverse devant les Nations unies, éd. Karthala, Paris, 2004, p. 46
  18. a et b Gilbert Grandguillaume, « Une médina de l'Ouest algérien : Nédroma », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, 1971, p. 60
  19. Abdelkader Retnani, Mohamed Brahimi et Jean-Pierre Péroncel-Hugoz, Oujda : années 20, éd. Eddif, Casablanca, 2010, p. 25
  20. a et b Magali Morsy, La relation de Thomas Pellow : une lecture du Maroc au 18e siècle, éd. Recherche sur les civilisations, Paris, 1983, p. 127
  21. Charles-André Julien, Histoire de l'Afrique du Nord : Des origines à 1830, éd. Payot et Rivages, Paris, 1994, p. 605
  22. Pierre Boyer, « Contribution à l'étude de la politique religieuse des Turcs dans la Régence d'Alger (XVIe-XIXe siècles) », Revue de l'Occident musulman et de la Méditerranée, n°1, 1966, p. 33
  23. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Ministère des Affaires étrangères. Direction des Affaires politiques (Afrique du nord), « Note du sur les confins algéro-marocains », dans Ministère des Affaires étrangères. Commission de publication des documents diplomatiques français (sous la dir. de Maurice Vaïsse), Documents diplomatiques français : , t. 2 : , Paris, Imprimerie nationale, coll. « Documents diplomatiques français / depuis  », (1re éd.), XLIII-711 p., 25 cm (ISBN 2-11-089-152-1 et 978-2-11-089-152-5, OCLC 469102300, notice BnF no FRBNF38812062), p. 509-511 [lire en ligne (page consultée le 25 octobre 2015)]
  24. a, b et c Pierre Cornet (préf. Albert Sarraut), Sahara, terre de demain (monographie), Paris, Nouvelles Éditions latines, (éd. 1956), 271 p., in-8o (22 cm) (OCLC 465907449, notice BnF no FRBNF36278022), p. 240 [lire en ligne (page consultée le 25 octobre 2015)]
  25. Convention relative au tracé de la frontière d'État établie entre le Royaume du Maroc et la République algérienne démocratique et populaire, Journal officiel de la république algérienne, no 11, 5 février 1969.
  26. « CONVENTION RELATIVE AU TRACÉ DE LA FRONTIÈRE D'ÉTAT ÉTABLIE ENTRE LE ROYAUME DU MAROC ET LA RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE », sur figuignews.com
  27. Robert Cornevin, « Questions nationales et frontières coloniales », Revue française d'histoire d'outre-mer, Persée, vol. 68, no 250,‎ , p. 251-262 (DOI 10.3406/outre.1981.2298, lire en ligne).
  28. « Convention relative au tracé de la frontière d'État établie entre le Royaume du Maroc et la République algérienne démocratique et populaire », sur joradp.dz

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]