Mohammed ben Chérif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mohammed Ier
محمد الأول
Titre
Chef du Tafilalet
[1]
Prédécesseur Moulay Chérif
Successeur Rachid ben Chérif
Biographie
Dynastie alaouite
Date de décès
Père Moulay Chérif
Religion Islam
Monarques du Maroc

Moulay Mohammed[2], dit ultérieurement Mohammed Ier, mort le , est un chérif alaouite, chef[3],[4] du Tafilalet de 1636[1] à 1664. Il est le fils du chef Moulay Chérif et le frère des sultans Moulay Rachid et Moulay Ismail.

Biographie[modifier | modifier le code]

Contexte, origines et accession au pouvoir[modifier | modifier le code]

Moulay Mohammed succède à son père Moulay Chérif en 1636[1].

Conquêtes et campagnes militaires[modifier | modifier le code]

Moulay Mohammed pille et soumet de force Tabouâsamt en 1637-1638 déclenchant la colère d'Ali Bou Hassoun Essemlâli qui capture son père, Moulay Chérif. Celui-ci est relâché après le paiement d'une importante somme bien que la zaouïa d'Illigh est chassée du Drâa.

À partir de là, Moulay Mohammed concentre son regard à l'est. Il s'empare d'Oujda en 1641, puis razzie la région de Tlemcen pillant et dévastant tout sur son passage. Un traité est ensuite signé en 1647 avec le pacha d'Alger.

En 1646, les Dilaïtes rompent l'accord et saccage Sijilmassa et sa région. À l'appel de Fès, il lance une incursion dans cette ville. Les Dilaïtes le repousse et l'oblige à rentrer au Tafilalet.

Révolte de Moulay Rachid, puis mort[modifier | modifier le code]

À la mort de son père en 1659, les rivalités avec son frère Moulay Rachid commencent. Il est finalement tué le lors d'une bataille dans la plaine d'Angad (nord-est du Maroc) par les troupes de son frère.

Description physique, caractère et regards des contemporains[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dans Julien 1951, p. 594, Bencheikh 2010 et Lugan 2011, p. 184, le début de son pouvoir est situé en 1636, tandis que dans El Alaoui 2008, p. 27, il est établi à partir de 1640 et que, dans Abitbol 2009, p. 231, il est indiqué que son père Moulay Chérif fut « arrêté en 1637, puis déporté [par le cheik Bu D'mia du Tazerwalt] dans le Souss » et qu'une fois libéré, « de retour dans le Tafilalet, [il] constata avec déplaisir qu'il avait été “lâché” par les siens qui avaient entre-temps proclamé à sa place son fils Moulay Mohammed ».
  2. Voir les dénominations utilisées dans les ressources bibliographiques.
  3. Dans Julien 1951, p. 594, Abitbol 2009, p. 231 et Bencheikh 2010, il est qualifié de chef.
  4. Dans El Alaoui 2008, p. 27, il est désigné comme un sultan.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Moulay Mohammed (1636-1664) : Le continuateur », dans Souleïman Bencheikh, « Enquête. La vraie histoire des [A]laouites », TelQuel, Casablanca, no 408,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article