Droits LGBT en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) en Italie peuvent faire face à des difficultés légales que ne connaissent pas les résidents non LGBT.

Les relations homosexuelles sont décriminalisées et légales dès 1890. L'Italie adopte l'union civile homosexuelle le [1], faisant de l'Italie le dernier pays de l'Europe occidentale à accorder un statut aux couples de même sexe[2]. Sous l'impulsion du président du Conseil des ministres, Matteo Renzi, ce texte de loi, déjà approuvé par le sénat en février[3], met en place une norme législative qui encadre l’union de couples du même sexe[4].

Le texte de loi a été promulgué par le Président italien Sergio Mattarella dans les 30 jours, puis publié au Journal officiel[3]. Selon la sénatrice Monica Cirinnà, rapporteuse du projet de loi[5],[6] les premières unions pouvaient dejà être célébrées en [7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jérémie Lacroix, « Italie : l'union civile homoselxuelle, une avancée sociétale qui divise », sur www.tetu.com, (consulté le 12 mai 2016)
  2. « L'Italie adopte l'union civile homosexuelle », sur www.libération.fr, (consulté le 12 mai 2016)
  3. a et b « L'Italie adopte l'union civile homosexuelle », sur www.lci.tf1.fr (TF1), (consulté le 12 mai 2016)
  4. Mathieu Boch, « Union civile homosexuelle : l'Italie dit oui », sur www.info.arte.tv (ARTE Info), (consulté le 12 mai 2016)
  5. Juliette Gheerbrant, « Européenne de la semaine : Monica Cirinnà, sénatrice italienne », sur www.rfi.fr, (consulté le 12 mai 2016)
  6. Philippe Ridet, « Monica Cirinna, la championne du pacs à l’italienne », sur www.lemonde.fr, (consulté le 12 mai 2016)
  7. Clémence Apetogbor, « L'union homosexuelle validée en Italie », sur www.20minutes.fr, (consulté le 12 mai 2016)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • K. T. Schappo et Matteo Winkle, « Le nouveau droit international privé italien des partenariats enregistrés », Revue critique de droit international privé, no 3,‎ , p. 319-335 (lire en ligne)