Denis Rivière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Denis Rivière
Image dans Infobox.
Denis Rivière en 1995.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Denis Henri Robert Olivier RivièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Denis Rivière est un peintre et lithographe français né le à Honfleur, et mort le à Château-Thierry. Il résida à Coincy (Aisne).

Biographie[modifier | modifier le code]

Denis Rivière naît le à Honfleur[1],[2],[3]. Celui qui disait que la peinture « était d’abord une aventure », a commencé par dessiner puis peindre ses premiers tableaux, « de la Lieutenance », à 14 ans.

Entre 1964 et 1966[2], il étudie aux Écoles des Beaux-Arts de Caen, du Havre et de Rouen avant de quitter sa Normandie natale pour s'inscrire aux Beaux-Arts de Paris[2],[3], où il commence à vivre de sa passion, tout en partageant une activité d’enseignant. Il commence à peindre les ciels en 1971[1],[4].

En 1981, il décore un salon de l'Élysée, le plafond, des arpettes et des toiles[2].

Peintre de formation classique, Denis Rivière a notamment manifesté son intérêt par l’Antiquité. Un voyage en Égypte lui donna l’envie de retracer certaines images à sa manière.

Comme Eugène Boudin, peintre honfleurais, Denis Rivière s’est pris d’une passion pour les subtilités offertes par les ciels auxquels il a consacré une de ses pièces majeures. « Mon projet a été de dresser le constat du ciel, pendant toute l’avant-dernière année du siècle, du au . Chaque jour, à l’heure qui m’a semblé la plus propice, quels que soient la qualité du temps et le lieu où je me trouvais, j’ai peint le ciel tel que je le voyais. », explique-t-il[5].

Ce travail fait l'objet de deux expositions, la première organisée par l'espace Electra de la Fondation EDF en 2000[5], la seconde par le Musée Eugène-Boudin de Honfleur en 2019. 366 pastels ont été donnés par l’artiste à sa ville natale à l’occasion de l’exposition Denis Rivière, retour aux ciels, organisée à ce musée Eugène-Boudin du 27 avril au 26 août 2019[6]. Depuis la Biennale de Paris en 1973 jusqu'à cette rétrospective qui lui a rendu hommage de son vivant, Denis Rivière a participé à 54 expositions majeures.

Il participe avant l’heure au Salon d'art contemporain de Montrouge, à la Foire internationale d'art contemporain, et a présenté son travail sur Art Miami. Le travail de figuration de Denis Rivière a été acquis par de nombreux musées nationaux et centres d’art, par le Frac de Caen ainsi que par le Palais de l'Élysée. Il a également été retenu dans des appels d’offre de grande envergure, comme une peinture pour le plafond du grand salon des appartements privés du Président de la République[7],  pour le paquebot à voile Windstar[8], pour un avion, pour l'hôpital Broussais de Paris[8], pour la banque Neuflize OBC[7] ou encore pour des hôtels particuliers.

Des tableaux de Denis Rivière ont été acquis par de nombreux musées nationaux et centres d’art, par un Frac ainsi que par le palais de l'Élysée (tapisserie d’Aubusson, tissée au Népal).

Il était chevalier des Arts et des Lettres. Il meurt le [6],[9],[10],[11],[12].

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Valérie Schmidt, Paris, 1973, 1974.
  • Galerie Athanor, Marseille, 1975.
  • Maison de la culture de Cergy-Pontoise, 1976.
  • Galerie Mathias Fels, Paris, 1977[13], 1983[14], 1984.
  • Galerie contemporaine, centre Beaubourg, Paris, octobre-novembre 1977[15].
  • Galerie Lanzenberg, Bruxelles, 1978[16].
  • Galerie C, Paris, 1979[17].
  • Galerie Christiane Vallé, Clermont-Ferrand, 1980[18].
  • Galerie L'Autre musée, Bruxelles, 1983, 1984, 1986.
  • Galerie du Centre, Paris, 1985[19], 1987[20], 1989[21], 1992.
  • Galerie L'Aître Saint-Maclou, Rouen, 1985.
  • Galerie Grey, Cannes, 1985.
  • Maison de la culture du Havre, 1985.
  • Centre culturel français d'Heliopolis, 1986.
  • Kraine Club Gallery, New York, 1986.
  • Thomas Monahan Gallery, Chicago, 1988.
  • Commenoz Gallery, Key Biscane (Floride), 1990[22].
  • Temple de Chauray, Anvers, 1991.
  • Les jardins de Dionysos, palais Bénédictine, Fécamp, 1994[23].
  • Galerie Daniielle Bourdette, Honfleur, 1995, 1996, 2010.
  • Galerie Jaune, Le Mans, 1996.
  • Denis Rivière - 366 pastels, Espace Electra, Paris, janvier-février 2000[2],[24].
  • Galerie van Remmen, Solingen (Allemagne), 2000.
  • Kunsthanlung Kugel, Duisbourg (Allemagne), 2000.
  • Art-gallery, Wiesbaden (Allemagne), 2000.
  • Bibliothèque de l’Université du Littoral Côte d’Opale, Dunkerque, 2000[25].
  • Ciel aux quotidiens, galerie Lefor Openo, Paris, 2002[2].
  • Galerie Samedi, Montfort-l'Amaury, 2002.
  • Salles Saint-Pierre, La Fabrique, Avallon, 2003.
  • L’Arsenal-Musée de Soissons, 2003[25].
  • La Galerie Jaune, Le Mans, 2004.
  • Musée Jean-de-La-Fontaine, Château-Thierry, janvier-avril 2005[25],[26].
  • Galerie Samedi, Montfort-l’Amaury, 2005.
  • 366 ciels, Quimperlé, 2005.
  • Salle Saint-Jacques, Saint-Quentin, 2006[25].
  • Galerie Daniel Duchoze, Rouen, 2006, 2008, 2009[27].
  • Entre ciels et terres, Espace APcis, Maisons-Alfort, 2006[25].
  • Ciel ! Le sac est plastique, Galerie Le Garage, Orléans, mars-avril 2007[28].
  • Galerie F.G.Conzen, Düsseldorf (Allemagne), 2008.
  • La magie du pigment, Panorama Museum, Bad Frankenhausen (Allemagne), 2008.
  • Figurez vous, Musée de Soissons (Arsenal et St. Léger), 2008.
  • Galerie Jamault, Paris, 2008.
  • Galerie F.G. Conzen, Dusseldorf (Allemagne), 2008.
  • Galerie Anne-Marie et Roland Pallade, Lyon, février-avril 2009[29], 2014[7].
  • Galerie Patrice Peltier, Paris, 2009, 2014[30].
  • A.P.A.C.C., Montreuil, 2011.
  • Galerie Clavreul, Paris, janvier-mars 2012.
  • Maison des Arts et Loisirs, Laon, 2012.
  • Galerie Detai, Paris, 2013.
  • Denis Rivière - Le sac (était) plastique, Galerie Mondapart, Boulogne-Billancourt, octobre-novembre 2016[31].
  • Denis Rivière - Retour au ciel, Musée Eugène-Boudin de Honfleur, 2019[6],[32].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « Peintre réaliste dont toutes les images sont inventées... » - Jean-Luc Chalumeau[34]
  • « Avec la thématique de la trace de quelque chose qui fut mais n'est presque plus, vestiges tronqués de la splendeur gréco-romaine, pierres de taille disloquées d'un monument égyptien avant l'écroulement fatal, fresques rongées par la corrosion de l'humidité et des moisissures dont apparaissent encore des fragments superbes, fantasmes autour des bacchanales d'avant le crépuscule des dieux, c'est en fait, plus que le thème de la trace, le thème de la disparition, et sous-jacent le thème de la mort, qui l'habite... Dans tous les cas, la peinture de Denis Rivière se veut froide, se présente apparemment comme une peinture de constat, mais avec lui, il ne faut pas trop se fier à sa bonne mine de Normand rigolard, c'est un anxieux gai, un faiseur d'images iconoclastes, un apôtre du mentir-vrai, un faux témoin crédible. » - Jacques Busse[8]
  • « Tel un voyageur fourbu que kles merveilles des contrées lointaines n'ont pas durablement étonné et qui trouve moins d'intérêt à contempler "les plus riches cités, les plus grands paysages qui jamais ne contenaient l'attrait mystérieux de ceux que le hasard fait avec les nuages", l'artiste en rend compte comme de traces d'une évasion absolue. Liberté d'aller et venir au gré du vent ! Ce qui semble surtout fasciner Rivière, c'est leur nature protéiforme, symbole peut-être de l'être rendu à sa pureté, abstrait de sa finitude. Parfois il semble que c'est l'appétit des signes qui agite le peintre, comme si au-delà du plaisir esthétique que procurent les nuages qui vont se croisant et disparaissent, l'artiste attendait secrètement d'être sollicité par quelque forme particulière, quelque hiéroglyphe, ainsi ces voyageurs partis "déchiffrer l'objet céleste des antipodes". Ou bien encore la pure vacuité signifiante du ciel qui lui plait, l'absence totale de sens qui apaise sa conscience. » - Renaud Faroux[7]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Collections privées[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Autres pays[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b J. M., « Denis Rivière, un romantique aujourd'hui », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. a b c d e et f « Rivière, Denis », sur ledelarge.fr (consulté le ).
  3. a et b (en) « Rivière, Denis », extrait de la notice dans le dictionnaire Bénézit, sur Oxford Art Online, (ISBN 9780199773787)
  4. Jean-Luc Chalumeau, « Entretien avec Denis Rivière : la maîtrise de l'œil, de la main et du désir  », Visuel Image,‎ (lire en ligne)
  5. a et b « Denis Rivière et l’indicible », Chroniques du chapeau noir,‎ (lire en ligne)
  6. a b et c « Honfleur : le peintre aquarelliste Denis Rivière, est décédé », sur actu.fr (consulté le )
  7. a b c d e f g h i j et k Renaud Faroux, Denis Rivière, Éditions Galerie Anne-Marie et Roland Pallade, Lyon, 2014.
  8. a b c et d Jacques Busse, Denis Rivière, Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.11, pp. 745-746.
  9. Jean-Louis Garros, « Le peintre honfleurais Denis Rivière est décédé », Honfleur Infos, 25 janvier 2020
  10. Michel Lamarre, maire de Honfleur, Hommage à Denis Rivière, ville de Honfleur, 28 janvier 2020
  11. « Honfleur : Denis Rivière était l'autre "roi des ciels" », Ouest-France, 29 janvier 2019
  12. Jean-Luc Chalumeau, « Le retour aux ciels de Denis Rivière », Visuel Image, n°119, 29 janvier 2020
  13. Maurice Eschapasse, Denis Rivière, catalogue d'exposition, Galerie Mathias Fels, Paris, 1977.
  14. Dany Bloch, Denis Rivière, catalogue d'exposition, Galerie Mathias Fels, 1983.
  15. Maurice Eschapasse et Simone Frigerio, Denis Rivière, catalogue d'exposition, éditions de la Galerie contemporaine, centre Beaubourg, 1977.
  16. Eddy Devolder, Denis Rivière, catalogue d'exposition, éditions de la Galerie Lanzenberg, Bruxelles, 1978.
  17. Maurice Eschapasse, Denis Rivière, éditions de la Galerie C, Paris, 1979.
  18. Marc Held, Denis Rivière, catalogue d'exposition, Galerie Christiane Vallé, Clermont-Ferrand, 1980.
  19. Jean-Luc Chalumeau, Denis Rivière, catalogue d'exposition, éditions de la Galerie du Centre, Paris, 1985.
  20. Alain Borer, Denis Rivière, catalogue d'exposition, éditions de la Galerie du Centre, Paris, 1987.
  21. Françoise Le Saout, Denis Rivière - Mémoire de la route oubliée, éditions de la Galerie du Centre, Paris, 1989.
  22. Jean-Luc Chalumeau, Denis Rivière, éditions Commenoz Gallery, Key Biscayne 1990.
  23. Bernard Vergely, Denis Rivière ou l'instant crucial, éditions du Palais Bénédictine de Fécamp, 1994.
  24. Claude Guibert, « Denis Rivière et l'indicible », Chroniques du chapeau noir, 19 février 2012
  25. a b c d et e « Rivière Denis », sur Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain (consulté le ).
  26. Musée Jean-de-La-Fontaine, Denis Rivière - Le vol au noir, présentation de l'exposition, 2005
  27. Manon Cautès, « Galerie Duchoze, Rouen : Denis Rivière expose à Rouen », Le Bouffon, 9 mars 2009
  28. Galerie Le Garage, Ciel ! Le sac est plastique, présentation de l'exposition, Galerie Le Garage, 2007
  29. Galerie Anne-Marie et Roland Pallade, Exposition Denis Rivière, dossier de presse, 2009
  30. « Galerie Patrice Peltier : exposition Denis Rivière », News Art Today TV, 2014
  31. Bruno Souverbie, Le sac (était) plastique, reportage (interview de Denis Rivière par Vanessa Logerais, Galerie Mondapart, 2016 (source : YouTube)
  32. Marie-Christine Urset, « Les ciels de Denis Rivière à découvrir au musée Boudin », Paris-Normandie, 2 mai 2019
  33. a et b Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992, p. 351.
  34. Jean-Luc Chalumeau, Denis Rivière, catalogue d'exposition, Commenoz gallery, Key Biscayne, 1990.
  35. Mobilier national, Denis Rivière dans les collections
  36. Julien Hector, « Entretien avec Denis Rivière au sujet des "Ateliers Aujourd'hui 2" », Histoire des expositions - Carnet de recherche du catalogue raisonné des expositions du Centre Pompidou, 26 octobre 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Van der Malière, Denis Rivière - Peintures, 1973-1985, éditions de la Maison de la culture du Havre, 1985.
  • Laurent Pézerolles, Denis Rivière, la mémoire de la route oubliée, Opus International, no 117, janvier-février 1990.
  • Françoise Woimant, Marie-Cécile Miessner et Anne Mœglin-Delcroix, De Bonnard à Baselitz - Estampes et livres d'artistes, B.N.F., 1992.
  • Emmanuel Bénézit (article de Jacques Busse), Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, vol.11, Gründ, 1999.
  • Charles Sala (texte), Jacques Faujour, Hervé Tenot et Daniel Franck (photographies), Denis Rivière, l'envers de l'image, éditions Au même titre, 1998.
  • Jean-Pierre Delarge, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains, Gründ, 2001.
  • Denis Rivière et Rachid Boudjedra, 365 jours, 365 ciels, éditions Au même titre, 2003.
  • Renaud Faroux, Denis Rivière, 300 exemplaires numérotés, éditions Galerie Anne-Marie et Roland Pallade, Lyon, 2014 (consulter en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]