Neuflize OBC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neuflize OBC
logo de Neuflize OBC

Création 1667
Fondateurs David André
Isaac Mallet
Jonas Berthoud
Forme juridique Société anonyme à directoire et conseil de surveillance
Slogan « Une banque meilleure pour les générations à venir »
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Laurent Garret
(président du directoire)
Actionnaires ABN AMROVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Banque
Mécénat
Société mère ABN AMRO
Filiales Abn Amro Advisors

Abn Amro Investment Solutions
Neuflize Vie

Site web neuflizeobc.fr prismes.neuflizeobc.fr

Fonds propres 727 M€[1]
Résultat net 45,5 M€

Neuflize OBC est une banque française issue de la fusion de la Banque NSMD (Neuflize Schlumberger Mallet Demachy) et OBC (Odier Bungener et Courvoisier) en 2006. Elle est aujourd'hui filiale de la banque néerlandaise ABN AMRO, elle-même sous contrôle de l'État néerlandais. Ses origines remontent à 1667 pour Neuflize et 1785 pour OBC.

Mission[modifier | modifier le code]

La Banque Neuflize OBC se présente comme la banque des familles, des entrepreneurs, des familles d'entrepreneurs, des fondations et associations. Elle emploie environ un millier de collaborateurs répartis entre le siège parisien et dix centres de gestion patrimoniale en province.

La banque se revendique « banque responsable et mécène. » Elle offre des produits et services de mandats d'Investissement socialement responsable. Elle propose ses services à des acteurs du microcrédit comme Babyloan (premier site Internet français de microcrédit solidaire) ou encore l'ADIE (Association pour le droit à l'initiative économique). Son rôle en faveur des arts a été reconnu par le ministère de la Culture et de la Communication qui lui a décerné en 2009 le titre de grand mécène[2].

Chronologie détaillée[modifier | modifier le code]

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les fondateurs de Neuflize et OBC, Émilie Mallet et Jacqueline Mallet notamment, furent des précurseurs en contribuant à l'émergence d'œuvres sociales : la fondation à l'origine de l'œuvre des orphelins de Ménilmontant, la création des premières écoles maternelles pour la première ou encore la Fondation Mallet pour le handicap pour la seconde.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

  • 2003 - Création de la Banque NSM Entreprises consacrée aux entreprises patrimoniales.
  • 2004 - La banque NSMD devient Banque de Neuflize.
  • 2006 - fusion des banques de Neuflize et OBC, qui donne naissance à la Banque Neuflize-OBC.
  • 2009 - Neuflize OBC participe au capital de Babyloan, premier organisme français de microcrédit solidaire en ligne. La banque gère les actifs d'environ 900 fondations, associations et ONG au sein de son pôle Fondations et Associations.
  • 2009 - Fusion de la Banque Neuflize OBC et de Neuflize OBC Entreprises au sein de la Banque Neuflize OBC et réunion des banquiers entreprises et banque privée au sein d'une même direction commerciale.
  • 2009 - Le ministère de la Culture et de la Communication décerne le titre de Grand mécène à la Banque Neuflize OBC ainsi qu'à sa compagnie d'assurance-vie.
  • 2010 - Neuflize OBC réorganise son pôle de gestion financière avec la création des sociétés de gestion Neuflize OBC Investissements et Neuflize Private Assets.
  • 2013 - Neuflize OBC fonde un département cinéma et audiovisuel via la société CinéFrance[4], créée pour l'occasion et présidée par Étienne Mallet.

Notes & références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.neuflizeobc.fr/fr/portrait/informations-financieres/index.html
  2. « Le cercle des Grands Mécènes du ministère de la Culture accueille quatre nouvelles entreprises et fondations françaises », ministère de la Culture et de la Communication, (consulté le )
  3. Associés-gérants de la banque de Neuflize & Cie en 1944 : Jacques de Neuflize, Baron de Neuflize, Louis Monnier, Pierre Girod, Lucien Ménage, Philippe Cruse et Christian Monnier. En 1936, la banque de Neuflize et Cie était au capital de dix millions de francs : trois millions et demi par moitié à Jacques et André de Neuflize, deux millions à Louis et Christian Monnier, un million à M. Lucien Ménage, un million à M. Pierre Girod, cinq cent mille francs à M. Philippe Cruse (cf. Les maîtres de la France, Vol. 1 - par Augustin Frédéric Hamon, Éditions sociales internationales, 1936, page 234)
  4. Paule Gonzales, « Neuflize OBC crée un fonds d'investissement pour les films familiaux », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le )

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Elizabeth Azoulay, Monographie d'une Banque, Paris, Éditions Babylone,
  • Christian Grand, Trois siècles de Banque de Neuflize Schlumberger Mallet : de 1667 à nos jours, S.l., Éditions E/P/A, , 285 p. (ISBN 2-85120-397-5)
  • Raymond Dartevelle, La Banque Seillière-Demachy : Une dynastie familiale au centre du négoce, de la finance et des arts. 1798-1998, Paris, Éditions PERRIN/FHHB, , 239 p. (ISBN 2-262-01520-1)
  • Dominique Rousset, Banque OBC : Odier Bungener Courvoisier, Paris, Éditions Calman-Levy, , 63 p. (ISBN 2-7021-1706-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]