Alain Borer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borer (homonymie).
Alain Borer
Alainborer2.JPG
Naissance
Nationalité
Langue maternelle
Formation
Principaux intérêts
Distinction

Alain Borer, né à Luxeuil-les-Bains, en 1949, est poète, critique d’art, essayiste, romancier, dramaturge, écrivain-voyageur (signataire du Manifeste pour une Littérature-monde), spécialiste mondialement reconnu d’Arthur Rimbaud. Professeur d’enseignement artistique à l’École supérieure des Beaux-Arts de Tours de 1979 à 2014, il enseigne la littérature française à USC (University of Southern California), Los Angeles depuis 2005[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Borer passe son enfance à Luxeuil-les-Bains, en Franche-Comté. Il fait ses études à Genève à l'Institut Florimont de 1965 à 1969, puis en hypokhâgne à Nancy au lycée Henri-Poincaré en 1970. Il étudie ensuite en khâgne à Paris, au lycée Henri IV en 1971, puis aux universités Paris VII-Jussieu et Paris X-Nanterre. Il effectue un séjour en Croatie de 1974 à 1980, puis à Rome de 1986 à 1989. Il réside actuellement en Touraine, à Chaumussay. Il est cofondateur, avec Jean-Marie Laclavetine et Jean-Jack Martin, de l'« école de Chaumussay »[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

À 17 ans, Alain Borer dirige Le Bateau ivre, revue des étudiants de l’Institut Florimont, à Genève. À 27 ans, il arrive au Harar, en Éthiopie : il en rapporte un film , Le Voleur de feu, avec Léo Ferré, et aussi deux livres, un livre-album, Un sieur Rimbaud, se disant négociant, et un essai et récit de voyage, Rimbaud en Abyssinie. Il cesse d'écrire sur Rimbaud à 37 ans après avoir développé le concept d’œuvre-vie autour du poète[3].

Alain Borer est également romancier et critique d’art, notamment sur Joseph Beuys. Il a écrit aussi différents essais et pièces de théâtre.

Il forme avec André Velter et Zeno Bianu le Groupe Actéon un groupe d'écriture poétique.

Il participe également à de nombreux projets : livre-objets, collages, exposition de photographies, participations à des préfaces de livres d'art et de revues. Il a aussi pris part à plusieurs émissions de radio et de télévision, notamment Apostrophes, en 1984.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis

  • Rimbaud in Abissinia. New York, William Morrow, 1991
  • The Essential Joseph Beuys, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 1997

Roman

Théâtre
Essais sur Rimbaud
  • Rimbaud en Abyssinie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1984, réédition 1991, édition revue et augmentée, Points-Seuil, 2004
  • Un sieur Rimbaud, se disant négociant… Avec Philippe Soupault, Arthur Aeschbacher et François Margolin, Lachenal & Ritter, 1984 (prix de l’essai de l’Académie française 1985) ; Réédition Le Livre de poche, Hachette, 1989, sous le titre La Terre et les pierres
  • Rimbaud d’Arabie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1991
  • Rimbaud, l’heure de la fuite, générique de Hugo Pratt, coll. « Découvertes Gallimard » (no 102), Paris : Gallimard, 1991, réédition 2001
  • Rimbaud, d’Enid Starkie, traduction, préface et notes, Flammarion, 1982, réédition 1989
  • Œuvre-vie, Édition du centenaire, en collaboration, Arléa, 1991
  • Bouts rimés d’Arthur Rimbaud, dessins de Michel Gérard, collection « Muro Torto », Rome, Villa Médicis, 1980
  • Je me ressouviens, FNAC & Institut du Monde Arabe, 1991
  • « Nothing de Rimbe », Intervention/image d'Ernest Pignon-Ernest, AREA, 1986, nouvelle édition La Nuée bleue, 1991
  • Le Lieu et la Formule, Mercure de France, 1999
Essais sur l’art
  • Déploration de Joseph Beuys, Bibliothèque des Arts, Lausanne, 2001
  • Chambord Les trois corps de Chambord, photographies de Dominic Hofbauer, Monum, éditions du patrimoine, 2006
  • L'Œuvre-vie d4Hugo Pratt et son empire perdu : Éthiopie, La trace du scorpion, Casterman, 2005
Essais
  • De quel amour blessée. Réflexions sur la langue française, Gallimard, 2014[4]

Récit de voyage

  • Le Ciel & la Carte : Carnet de voyage dans les mers du Sud à bord de La Boudeuse, Le Seuil, 2010
Poésie
  • François Coupé, SAFC-Encres Vives, 1973
  • Bestiaire, coll. « Les Poquettes volantes », La Louvière (Belgique), Daily-Bul, 1979
  • Le Nuage de Magellan, I, gouaches de Georges Badin, Musée d'art moderne de Céret, 1980
  • Le Nuage de Magellan, II, collage de Peter Briggs, Bruxelles, Bibliothèque Phantomas, 1983
  • Zone bleue, La Chevelure de Bérénice ; Le Nuage de Magellan, extrait III, dessin de Barbara von Thaden, Lachenal & Ritter, 1984
  • Les Très Riches Heures de Chuck Berry, photomontages de Joël Hubaut, Éditions de la C.R.E.M., 1991
  • Départs arrêtés, aquarelles de Jean-Claude Vignes, Aréa, 1995
  • Jeil, noèmes, Interventions de Pierre Zanzucchi, L’Échelle, Hôtel Beury, 2000
  • Carte mère, noèmes, Vice-versa, 2002
  • Loups plats, illustrés par Pierre Antoniucci, Georges Badin, Peter Briggs, Alain Gauvin, Christian Jaccard, Jacques Vimard
  • Jeil, Pierre Zanzucchi, Rencontre, 2006

Audiovisuel

  • Arthur Rimbaud, raconté par Alain Borer. textes lus par Laurent Terzieff, cassettes Radio France, 1978 et 1989
  • Paul Verlaine, raconté par Alain Borer. cassettes Radio France, 1979
  • Le Voleur de feu, film de Charles Brabant. avec Léo Ferré, TF1, 1978 et 1986
  • Sur les terrasses de Rimbaud. film de Saad Salman, Paris, Les Productions de La Lanterne, 1990
  • Pour l'amour du ciel. textes lus par Alain Borer (livre CD), Cassettes Radio France, 1996
Expositions
  • Le Reste à voir, Hôtel Beury, L'Échelle, mars 2006
  • La Sanglinière (photographies), Château de Tours, 29 mars – 27 avril 2007

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu le prix Kessel pour son roman Koba, le prix Apollinaire pour sa pièce de théâtre Icare & I don’t, le prix Pierre-Mac-Orlan, le prix Mémoires de la mer 2011 et le prix Maurice-Genevoix de l’Académie française en 2011 pour Le ciel & la carte, le prix François-Mauriac de la région Aquitaine et le Prix Guy Deluen de l'Académie Française en 2015[5] pour De quel amour blessée.

Il a reçu le prix Édouard-Glissant en 2005 décerné par l'Université Paris VIII pour l'ensemble de son œuvre[6].

Il est officier des Arts et Lettres depuis 1991, et président du Printemps des poètes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation Fr », sur www.alainborer.fr (consulté le 25 février 2017)
  2. « Biographie - Portraits écrits », sur www.alainborer.fr (consulté le 13 décembre 2015)
  3. « Étonnants-Voyageurs », sur www.etonnants-voyageurs.com (consulté le 13 décembre 2015)
  4. Xavier Houssin, « Alain Borer, vigie de la langue », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. « Le prix François Mauriac 2015 décerné à Alain Borer », sur www.lexpress.fr (consulté le 13 décembre 2015)
  6. « Prix Edouard Glissant remis à Alain Borer », sur www.fabula.org (consulté le 13 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]