Alain Borer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Borer (homonymie).
Alain Borer
Alainborer2.JPG
Naissance
Nationalité
Langue maternelle
Formation
Principaux intérêts
Distinction

Alain Borer, né à Luxeuil-les-Bains, en 1949, est poète, critique d’art, essayiste, romancier, dramaturge, écrivain-voyageur (signataire du Manifeste pour une Littérature-monde), spécialiste mondialement reconnu d’Arthur Rimbaud. Professeur d’enseignement artistique à l’École supérieure des Beaux-Arts de Tours de 1979 à 2014, il enseigne la littérature française à USC (University of Southern California), Los Angeles depuis 2005[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Alain Borer passe son enfance à Luxeuil-les-Bains, en Franche-Comté. Il fait ses études à Genève à l'Institut Florimont de 1965 à 1969, puis à Nancy au lycée Henri-Poincaré en 1970. Il étudie ensuite à Paris, au lycée Henri IV en 1971, puis aux universités Paris VII-Jussieu et Paris X-Nanterre. Il effectue un séjour en Croatie de 1974 à 1980, puis à Rome de 1986 à 1989. Il réside actuellement en Touraine, à Chaumussay. Il est cofondateur, avec Jean-Marie Laclavetine et Jean-Jack Martin, de l'« école de Chaumussay »[2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

À 17 ans, Alain Borer dirige Le Bateau ivre, revue des étudiants de l’Institut Florimont, à Genève. À 27 ans, il arrive au Harar, en Éthiopie : il en rapporte un film , Le Voleur de feu, avec Léo Ferré, et aussi deux livres, un livre-album, Un sieur Rimbaud, se disant négociant, et un essai et récit de voyage, Rimbaud en Abyssinie. Il cesse d'écrire sur Rimbaud à 37 ans après avoir développé le concept d’œuvre-vie autour du poète[3].

Alain Borer est également romancier et critique d’art, notamment sur Joseph Beuys. Il a écrit aussi différents essais et pièces de théâtre.

Il forme avec André Velter et Zeno Bianu le Groupe Actéon un groupe d'écriture poétique.

Il participe également à de nombreux projets : livre-objets, collages, exposition de photographies, participations à des préfaces de livres d'art et de revues. Il a aussi pris part à plusieurs émissions de radio et de télévision, notamment Apostrophes, en 1984.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis

  • Rimbaud in Abissinia. New York, William Morrow, 1991
  • The Essential Joseph Beuys, The MIT Press, Cambridge, Massachusetts, 1997

Roman

Théâtre
Essais sur Rimbaud
  • Rimbaud en Abyssinie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1984, réédition 1991, édition revue et augmentée, Points-Seuil, 2004
  • Un sieur Rimbaud, se disant négociant… Avec Philippe Soupault, Arthur Aeschbacher et François Margolin, Lachenal & Ritter, 1984 (prix de l’essai de l’Académie française 1985) ; Réédition Le Livre de poche, Hachette, 1989, sous le titre La Terre et les pierres
  • Rimbaud d’Arabie, Éditions du Seuil, « Fiction & Cie », 1991
  • Rimbaud, l’heure de la fuite, générique de Hugo Pratt, Découvertes-Gallimard, 1991, réédition 2001
  • Rimbaud, d’Enid Starkie, traduction, préface et notes, Flammarion, 1982, réédition 1989
  • Œuvre-vie, Édition du centenaire, en collaboration, Arléa, 1991
  • Bouts rimés d’Arthur Rimbaud, dessins de Michel Gérard, collection « Muro Torto », Rome, Villa Médicis, 1980
  • Je me ressouviens, FNAC & Institut du Monde Arabe, 1991
  • « Nothing de Rimbe », Intervention/image d'Ernest Pignon-Ernest, AREA, 1986, nouvelle édition La Nuée bleue, 1991
  • Le lieu et la formule, Mercure de France, 1999
Essais sur l’art
  • Déploration de Joseph Beuys, Bibliothèque des Arts, Lausanne, 2001
  • Chambord Les trois corps de Chambord, photographies de Dominic Hofbauer, Monum, éditions du patrimoine, 2006
  • L'Œuvre-vie d4Hugo Pratt et son empire perdu : Éthiopie, La trace du scorpion, Casterman, 2005
Essais
  • De quel amour blessée. Réflexions sur la langue française, Gallimard, 2014[4]

Récit de voyage

  • Le Ciel & la Carte : Carnet de voyage dans les mers du Sud à bord de La Boudeuse, Le Seuil, 2010
Poésie
  • François Coupé, SAFC-Encres Vives, 1973
  • Bestiaire, coll. « Les Poquettes volantes », La Louvière (Belgique), Daily-Bul, 1979
  • Le Nuage de Magellan, I, gouaches de Georges Badin, Musée d'art moderne de Céret, 1980
  • Le Nuage de Magellan, II, collage de Peter Briggs, Bruxelles, Bibliothèque Phantomas, 1983
  • Zone bleue, La Chevelure de Bérénice ; Le Nuage de Magellan, extrait III, dessin de Barbara von Thaden, Lachenal & Ritter, 1984
  • Les Très Riches Heures de Chuck Berry, photomontages de Joël Hubaut, Éditions de la C.R.E.M., 1991
  • Départs arrêtés, aquarelles de Jean-Claude Vignes, Aréa, 1995
  • Jeil, noèmes, Interventions de Pierre Zanzucchi, L’Échelle, Hôtel Beury, 2000
  • Carte mère, noèmes, Vice-versa, 2002
  • Loups plats, illustrés par Pierre Antoniucci, Georges Badin, Peter Briggs, Alain Gauvin, Christian Jaccard, Jacques Vimard
  • Jeil, Pierre Zanzucchi, Rencontre, 2006

Audiovisuel

  • Arthur Rimbaud, raconté par Alain Borer. textes lus par Laurent Terzieff, cassettes Radio France, 1978 et 1989
  • Paul Verlaine, raconté par Alain Borer. cassettes Radio France, 1979
  • Le Voleur de feu, film de Charles Brabant. avec Léo Ferré, TF1, 1978 et 1986
  • Sur les terrasses de Rimbaud. film de Saad Salman, Paris, Les Productions de La Lanterne, 1990
  • Pour l'amour du ciel. textes lus par Alain Borer (livre CD), Cassettes Radio France, 1996
Expositions
  • Le Reste à voir, Hôtel Beury, L'Échelle, mars 2006
  • La Sanglinière (photographies), Château de Tours, 29 mars – 27 avril 2007

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Il a reçu le prix Kessel pour son roman Koba, le prix Apollinaire pour sa pièce de théâtre Icare & I don’t, le prix Pierre-Mac-Orlan, le prix Mémoires de la mer 2011 et le prix Maurice-Genevoix de l’Académie française en 2011 pour Le ciel & la carte, le prix François Mauriac et le Prix Guy Deluen de l'Académie Française en 2015[5] pour De quel amour blessée.

Il a reçu le prix Édouard-Glissant en 2005 décerné par l'Université Paris VIII pour l'ensemble de son œuvre[6].

Il est officier des Arts et Lettres depuis 1991, et président du Printemps des poètes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Présentation Fr », sur www.alainborer.fr (consulté le 25 février 2017)
  2. « Biographie - Portraits écrits », sur www.alainborer.fr (consulté le 13 décembre 2015)
  3. « Étonnants-Voyageurs », sur www.etonnants-voyageurs.com (consulté le 13 décembre 2015)
  4. Xavier Houssin, « Alain Borer, vigie de la langue », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. « Le prix François Mauriac 2015 décerné à Alain Borer », sur www.lexpress.fr (consulté le 13 décembre 2015)
  6. « Prix Edouard Glissant remis à Alain Borer », sur www.fabula.org (consulté le 13 décembre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]