Yusra Mardini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Yusra Mardini
image illustrative de l’article Yusra Mardini
Yusra Mardini en 2016.
Informations
Nages 200 mètres nage libre
Période active depuis 2016
Nationalité Drapeau de la Syrie Syrienne (Drapeau olympique Athlètes réfugiés)
Naissance (20 ans)
Lieu Drapeau de la Syrie Damas

Yusra Mardini, née le à Damas en Syrie, est une nageuse syrienne. Échappée de son pays durant la guerre civile syrienne, elle demande l'asile politique en Allemagne et concourt aux Jeux olympiques d'été de 2016 dans une équipe d'athlètes réfugiés. Elle devient l'année suivante Ambassadrice de bonne volonté à l'Unesco.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yusra Mardini naît le à Damas, la capitale syrienne. En 2015, avec sa sœur Sarah, plus âgée de deux ans, elle fuit la Syrie en guerre, par Beyrouth, Istanbul et Izmir, avant de s'embarquer pour Lesbos. Le bateau devant les mener à cette île étant tombé en panne, les deux sœurs ainsi qu'une troisième femme, seules personnes à bord sachant nager sur les dix-huit passagers, se mettent à l'eau pour pousser et tirer l'embarcation durant trois heures jusqu'au rivage[1],[2].

Yusra demande et reçoit l'asile politique en Allemagne, ainsi que sa sœur, puis son père qui y rejoint ses filles. Elle s'entraîne alors au Wasserfreunde Spandau 04, sous la direction de Sven Spannekrebs pour les jeux olympiques de Rio, où elle ambitionne de s'inscrire en tant qu'athlète réfugiée, sous la bannière olympique[1],[2]. Elle est présélectionnée par le CIO et cherche à s'inscrire en 200 mètres nage libre, épreuve pour laquelle elle doit néanmoins progresser afin de passer sous le seuil éliminatoire de 2 min 03 s, son meilleur temps (en mars 2016) n'étant que de 2 min 10 s[3],[4]. En juin, elle est retenue au sein de l'équipe des dix athlètes réfugiés pour Rio[2].

En parallèle de son entraînement sportif, la jeune fille est scolarisée en Allemagne[4].

Le 27 avril 2017, à Genève en Suisse, Yusra Mardini est nommée ambassadrice de bonne volonté par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés[5]. Elle devient ainsi la plus jeune ambassadrice à l'Organisation des Nations unies[6].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Mardini remporte sa série des 100 m aux Jeux olympiques d'été de Rio de Janeiro d'août 2016 mais son temps est insuffisant pour lui permettre d'accéder aux demi-finales[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Esther Addley et Philip Oltermann, « From Syria to Rio : refugee Yusra Mardini targets Olympic swimming spot », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, OCLC 60623878, lire en ligne).
  2. a, b et c Richard Duclos, « Yusra, réfugiée syrienne, d'un canot de sauvetage au large de la Turquie aux JO de Rio », L'Obs,‎ (ISSN 0029-4713, lire en ligne).
  3. « De Damas aux JO de Rio : le fabuleux destin de Yusra Mardini », sur Europe 1, (consulté le 7 juillet 2016).
  4. a et b « La femme de la semaine : Yusra Mardini, nageuse et réfugiée syrienne en route vers les J.O. de Rio », Au Féminin,‎ (lire en ligne).
  5. « Yusra Mardini, de réfugié syrienne à ambassadrice de bonne volonté de l'ONU », sur 20 Minutes, (consulté le 28 avril 2017).
  6. « Yusra Mardini, athlète olympique réfugiée, nommée ambassadrice de bonne volonté du HCR », sur Olympic.org, 28 avri 2017 (consulté le 28 avril 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]