Inondations d'octobre 2018 dans l'Aude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Inondations d'octobre 2018 dans l'Aude
Localisation
Pays
Régions affectées
Coordonnées
Caractéristiques
Type
Cumul des précipitations
maxi enregistré 296 mm / 8 h à Trèbes
Hauteur de crue maximale
~ 7,66 m à Trèbes[1]
Débit maximal
~ 1 100 m3/s à Carcassonne[2]
Date de formation
Date de dissipation
Durée
2 jours
Conséquences
Nombre de morts
15
Coût
~ 220 000 000 euro[3]
Destructions notables
4 ponts routiers

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

(Voir situation sur carte : région Occitanie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Aude

(Voir situation sur carte : Aude)
Point carte.svg

Des inondations se sont produites les 15 et 16 octobre 2018 dans l'Aude, et à la marge dans les départements de l'Hérault et du Tarn, suite à un violent épisode méditerranéen survenu dans la nuit du 14 au . Le département de l'Aude a été le plus gravement touché par les crues de nombreux cours d'eau, en particulier les secteurs de Trèbes et de Carcassonne, avec notamment les communes de Villegailhenc, Villemoustaussou, Villalier, Villardonnel, Saint-Couat-d'Aude, Coursan et Saint-Marcel-sur-Aude. Les hauteurs d’eau ont atteint en certains endroits des niveaux jamais observés depuis 1891.

En plus d'importants dégâts matériels, 15 personnes perdent la vie au cours de cette inondation et 99 personnes sont blessées. 257 communes sont rapidement reconnues en état de catastrophe naturelle (204 dans l'Aude, 29 dans l'Hérault et 24 dans le Tarn). Les dégâts de cette catastrophe sont estimés un mois après à environ 220 M€, rappelant la catastrophe de qui avait coûté à l’époque 330 M€ et pour laquelle 443 communes avaient été sinistrées et 31 victimes étaient à déplorer.

Description[modifier | modifier le code]

Contexte météorologique[modifier | modifier le code]

Cumuls de pluie suite à l'épisode méditerranéen des 14 et 15 octobre 2018.

L'ex-ouragan Leslie transformé en tempête post-tropicale atteint les côtes du Portugal le 14 octobre au matin. Il s'agit du plus puissant cyclone tropical atteignant le Portugal depuis 1842[4]. Son passage dégradé sur l'Espagne jusqu'à la Catalogne provoque des fortes remontées d'air doux et ré-humidifié venant de la mer Méditerranée, du Golfe du Lion, car d'une part un anticyclone résistait à l'Est depuis la Tunisie jusqu'à la Scandinavie[5] et d'autre part la température de la mer Méditerranée était anormalement élevée pour l'époque[6]. Par ailleurs une circulation froide descendait sur le golfe de Gascogne. Ces remontées méditerranéennes très instables et fortement pluvieuses et orageuses[7] se retrouvent ralenties, puis bloquées, en Occitanie et surtout en Languedoc-Roussillon au pied de la Montagne Noire[8].

Dans l'Aude, l'axe de précipitations, long d'une quarantaine de kilomètres et large de moins de 10 kilomètres, s'étend du sud-est de Carcassonne au bassin-versant de l'Orbiel et du Trapel. Des cumuls exceptionnels sont constatés à la station de Trèbes : 296 mm en 8 heures environ (de dimanche soir à lundi 6 du matin), dont 244 mm cumulés en 6 heures et 111 mm en 2 heures[9],[5] comprenant un pic de 111 mm en 2 h. Les précipitations ont été également remarquables dans le Tarn, représentant souvent entre un mois et un mois-et-demi de pluie[9] (302 mm à Fraisse Murat ou 280 mm Labastide-Rouairoux) ou dans l'Hérault (364 mm à La Salvetat-sur-Agout ou 293 mm à Saint-Gervais-sur-Mare, relief du Haut-Languedoc).

Conséquences hydrologiques[modifier | modifier le code]

Hydrogramme de la station de Trèbes pour la période du 14 au 18 octobre 2018.

Ces intenses précipitations provoquent très rapidement au matin du 15 octobre une crue des cours d'eau affluents de l'Aude (Orbiel notamment, mais aussi le Fresquel, le Trapel)[10] en rive gauche et l'Orbieu en rive droite) puis une crue de niveau centennal de l'Aude moyenne[9]. À la station hydrométrique de Trèbes, sur le tronçon « Vallée centrale de l'Aude », la crue commence le vers h avec une hauteur de 0.39 m, et le pic de crue est atteint très rapidement au petit matin du même jour à h avec une hauteur de 7,66 m, soit une élévation de 7,27 m en 8 heures. Le pic de crue approche de près de 30 cm le record historique de cette station atteint lors de la crue du avec 7,95 m[11].

Plus à l'aval, sur le tronçon des « Basses plaines de l'Aude », à Coursan, l'hydrogramme présente un plateau de crue à plus de 8 m se maintenant entre le 15 octobre 14 h (avec 8.10 m) et le 16 octobre 16 h (avec 8.09 m), soit pendant 26 heures, avec un maximum de 8,5 m entre 23 h et h, avec un débit passant de 23 m3/s à plus de 600 m3/s en 8 heures[12]. Cette hauteur est légèrement supérieure à celle de la plus haute crue référencée (le ) sur cette station de jaugeage.

Avec la puissance des courants, de nombreux objets, des monticules de bois arrachés aux berges, troncs, des branchages sont charriés et viennent s'accumuler en certains endroits formant des embâcles et contribuant à augmenter la dangerosité des crues[13].

Vigilance et alerte[modifier | modifier le code]

Vigilance météorologique[modifier | modifier le code]

Carte de vigilance MeteoFrance du 15 octobre 2018 à 11h00.

La vigilance météorologique constitue un dispositif d’avertissement et d’aide à la décision destiné aux pouvoirs publics ainsi qu’au grand public. Météo-France élabore ainsi, depuis 2001, une “carte de vigilance météorologique” actualisée systématiquement deux fois par jour, destinée, le cas échéant, à attirer l’attention du public et des autorités sur la possibilité d’occurrence d’un phénomène météorologique “dangereux” dans les 24 heures qui suivent son émission[14] Les phénomènes susceptibles de générer des inondations sont identifiés par la vigilance “pluie-inondation”, “inondation”, “vagues-submersion” et “orages”[15]. Le lundi 15 octobre à 6 h du matin, Météofrance lance une vigilance rouge pluie-inondation sur le département de l'Aude. Cette vigilance est levée à 11 h et réévaluée en vigilance rouge pour les crues[16]. De nombreux médias soulignent l'aspect tardif de la mise en vigilance rouge puisque à cette heure l'Aude était déjà à son pic de crue en certains endroits et que les inondations étaient déjà en cours [17].

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Frédéric de Lanouvelle, évoque en outre « une fragilité » dans le système de vigilance de Météo France au niveau de la vigilance orange qui est très souvent utilisée et qui n'est plus prise en compte par la population quand il y a un vrai problème[18],[19].

Vigilance crues[modifier | modifier le code]

Échelle de crue à Carcassonne - 15 octobre 2018, 9h41 - l'Aude est en crue.

La vigilance “crues” est quant à elle assurée par les Services de prévisions des crues (SPC) dont l’action est coordonnée par le Service central d'hydrométéorologie et d'appui à la prévision des inondations (SCHAPI)[20]. Les principaux cours d'eau font l’objet d’une surveillance par les SPC. Une carte de vigilance est diffusée aux institutions et acteurs susceptibles d’être concernés en cas de crise (préfectures, SDIS, DDT, opérateurs de réseaux…). Elle est également mise à disposition du public via le site Vigicrues à l’adresse www.vigicrues.gouv.fr. Elle permet en principe de connaître la prévision du niveau ou du débit des principaux cours d'eau à une échéance donnée (entre 3 et 6 h)[20]. Le CEPRI souligne néanmoins les limites du dispositif car seule une petite partie des cours d'eau est surveillée. Ainsi, pour la seule région Languedoc-Roussillon, la moitié des 63 décès recensés entre 1996 et 2006 ont eu lieu sur des bassins versants non surveillés par les services d'annonces de crues [21].

Le problème est identifié dans le bassin de l'Aude depuis la dernière crue de novembre 1999[22] et constitue d'ailleurs un axe d'amélioration défini dans le premier Programmes d'actions de prévention des inondations (PAPI) couvrant le bassin de l'Aude pour la période 2006-2014 (PAPI I) [23]. Néanmoins cet axe n'a pas pu être mis en oeuvre sur la période [24]. Il a été reconduit dans le PAPI II courant sur la période 2015-2020 [25],[26].

Alerte[modifier | modifier le code]

Au-delà de la mise en vigilance, se situe l'alerte physique même des services (collectivités en particulier) et de la population, par message audio, papier ou numérique ou par sirène.

La prévision des phénomènes hydrométéorologiques susceptibles de générer des inondations est établie par Météo-France et les SPC dans le cadre d'un dialogue entre services. Le niveau de vigilance est ensuite arrêté, pour ce qui concerne la vigilance météorologique, par le Centre national de prévision de Météo-France et, pour ce qui concerne la vigilance hydrologique, par le SCHAPI. Les différents allers-retours entre les services contribuent à allonger les délais d'alerte physique aux acteurs de terrains et a fortiori à la population[27].

Organisation des secours et assistance aux victimes[modifier | modifier le code]

Gestion de crise et organisation des secours[modifier | modifier le code]

En application du dispositif Orsec, le Centre opérationnel départemental (COD) est activé en préfecture le lundi dès 2 heures du matin, sous le commandement du Préfet, directeur des opérations de secours. Deux postes de commandement opérationnels (PCO) sont installés respectivement à Conques-sur-Orbiel et à Villemoustaussou. Le dispositif de recherche et de secours et de sécurisation des zones sinistrées et des déplacements de personnes comprend des forces de l'ordre (gendarmes et policiers) et des sapeurs-pompiers [28], [29].

Le Groupement de gendarmerie de l'Aude (GGD 11) engage quelque 200 militaires, dont sa brigade nautique, aux côtés et en coordination avec les services de secours. Ils sont appuyés par différentes brigades nautiques en provenance des départements des Pyrénées-Orientales, de l'Hérault et du Gard ainsi que par le peloton de surveillance maritime et portuaire de Port-de-Bouc (13). Viennent ensuite des renforts de la région de gendarmerie et trois pelotons de l’escadron de gendarmerie mobile 14/6 de Perpignan [29].

Le service départemental d’incendie et de secours de l'Aude mobilise quant à lui près de 300 pompiers durant la semaine qui suit la catastrophe et reçoit l'appui de 450 autres envoyés en renforts par d'autres départements[30] (21 du Tarn-et-Garonne[31], 28 du Var[32], 20 des Hautes-Pyrénées[33], 8 de la Corrèze[34], etc.), totalisant ainsi 750 pompiers mobilisés.

Dès 7 heures du matin, le préfet prend un arrêté de fermeture des établissements scolaires du département et d’interdiction de circulation des transports scolaires [29]. Le village de Pezens est entièrement évacué sur décision préfectorale, de même qu’un camping à Narbonne-plage ou encore le quartier de l'Estagnol, à Cuxac-d’Aude. Une dizaine de personnes est également évacuée à Couffoulens. Au total, près de 150 personnes doivent être évacuées sur le département[29] et 141 hélitreuillages sont effectués dans la journée du [35].

Solidarité et relogement[modifier | modifier le code]

Dès le lendemain de la catastrophe, un élan de solidarité exceptionnel se met en place pour aider les sinistrés tant dans le nettoyage des biens souillés que dans l'apport de dons ou d'aide alimentaire[36],[37],[38],[39].

Beaucoup de personnes sinistrées sont hébergés dans un premier temps par des amis ou de la famille. Les autres trouvent refuge dans des équipements publics, comme le dojo du club de judo de Trèbes, ou dans des gîtes[40]. Mais une solution doit être trouvée pour un hébergement provisoire de courte ou longue durée. A cette fin, la préfecture de l'Aude met en place le 19 octobre une procédure pour recueillir les demandes et les offres de logements[41]. Afin d'accompagner les sinistrés dans leur demande de relogement ainsi que les communes dans la gestion de ces opérations, une mission de maîtrise d'oeuvre urbaine sociale (MOUS) est mise en place et financée par l'État le 19 octobre. Cette mission est confiée à l'opérateur Soliha Méditerranée pour une durée de six mois [42].

Assurances[modifier | modifier le code]

Les assureurs se sont organisés[43] (déclarations en ligne, équipes de terrain renforcées, mesures d'urgence), avec le mode d'emploi pour être correctement indemnisé[44].

Dommages[modifier | modifier le code]

Communes sinistrées[modifier | modifier le code]

Communes sinistrées déclarées en état de catastrophe naturelle.

Deux arrêtés sont pris respectivement les 17 et reconnaissant 257 communes en état de catastrophe naturelle ː 204 dans l'Aude, 29 dans l'Hérault et 24 dans le Tarn[45],[46].

Dommages aux personnes[modifier | modifier le code]

15 morts sont à déplorer[47] dont 6 à Trèbes, 3 à Villegailhenc, 2 à Villalier, 1 à Villardonnel, 1 à Carcassonne et 1 à Saint-Couat-d'Aude[48] ; Au moins la moitié sont des personnes agées (à Trèbes[49], Villardonnel, Villegailhenc[50],[51]). 99 personnes ont été blessées[52].

Plusieurs villages, en tout ou en partie, ont été évacués de leurs habitants le 15 octobre : Trèbes, Villegailhenc et Villemoustaussou, Coursan[53] ; celui de Pezens l'a été préventivement[54] jusqu'au 16 octobre à cause d'un risque de submersion consécutif au risque de stabilité d'un barrage situé en amont ; Environ 1 000 personnes ont été évacuées de chez elle et environ 250 personnes ont été prises en charge dans les centres d'hébergements ouverts par certaines communes[55].

Dommages aux biens[modifier | modifier le code]

Selon le président de la Fédération française de l'assurance, 19 000 maisons et 5700 voitures ont été touchées dans l'Aude, ce qui représente 198 M€ de dégâts[56]. Au moins 3 maisons détruites (2 à Villegailhenc et 1 à Cuxac)[57] et de très nombreuses autres endommagées. De très nombreux véhicules ont été emportés par les flots. Concernant les réseaux, plus de 10 000 habitants de l'Aude se sont retrouvés sans eau potable[54] le lundi 15 et plus de 6 000 clients Enedis du département se sont retrouvés privés d'électricité[57].

Sur le plan agricole, des hectares de vignobles et de vergers sont détruits[58].

Dommages aux infrastructures[modifier | modifier le code]

Les infrastructures ont particulièrement souffert des inondations. De nombreuse routes ont été coupées[59] (plus de 1 000 km de départementales, 50 routes totalement impraticables le 15 octobre et encore 15 le 22 octobre)[60] par la submersion mais aussi par destruction (entre Villalier et Carcassonne (RD 620) et Conques-sur-Orbiel et Carcassonne (RD 101))[61]. Sur les 50 routes totalement coupées et impraticables le jour des intempéries, 33 ont pu être rouvertes à la circulation dans les 5 jours qui ont suivi la catastrophe, notamment sur les secteurs du Carcassonnais, de la Vallée de l'Orbiel, du Lauquet et basses plaines de l’Aude[62]. Quatre ponts routiers ont été détruits[59],[63] (à Trèbes, le pont central de Villegailhenc, à Salsigne et à Aragon)[61] ; Cinq autres ponts[52] ont été endommagés (dont un dans la Haute vallée de l'Aude et un dans les Corbières)[61]. Plusieurs lignes de train ont également été endommagées et ont été temporairement fermées[59] (entre Narbonne et Carcassonne, entre Carcassonne et Castelnaudary, entre Narbonne et Béziers)[61].

De nombreux bâtiments publics sont endommagés. Le récent hôpital de Carcassonne a ainsi été très gravement touché[64]. 17 collèges ont subi des avaries[60] et 800 élèves sont encore impactés une semaine après[52]. Une dizaine de stations d'épuration des eaux usées est à reconstruire[65], notamment celles de Trèbes, de Villegailhenc et de Bagnoles. Les réseaux eaux, électriques, téléphoniques et internet ont également subi des dommages[52].

Le barrage du lac de la Cavayère présente également quelques dégradations avec en particulier la disparition de béton sur la partie haute du barrage et nécessitera une expertise[65].

Évaluation des dégâts[modifier | modifier le code]

La Fédération française de l'assurance estime le 9 novembre 2018 le nombre de sinistres occasionnés par ces inondations à 35 000, dont 27 000 pour le seul département de l’Aude, pour un coût final avoisinant les 220 millions d'euros[66].

Réactions[modifier | modifier le code]

Dès le 15 octobre, dans l’après-midi, le chef du gouvernement, Édouard Philippe, accompagné du ministre de la transition écologique et solidaire, François de Rugy, et de la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, se sont rendus sur zone. Le Premier ministre annonce alors la mise en place de la « procédure de catastrophe naturelle accélérée ». Le 18 octobre, l'état de catastrophe naturelle est reconnu dans 126 communes[67],[68] suivi d'un deuxième le 29 octobre reconnaissant 77 communes supplémentaires dans l'Aude, 29 dans l'Hérault et 24 dans le Tarn[46].

Une semaine après, le 22 octobre, le Président de la République française, Emmanuel Macron, accompagné notamment du ministre de l'intérieur, Christophe Castaner et par le ministre chargé des collectivités territoriales, Sébastien Lecornu, se sont également rendus à Villalier et à Trèbes pour y rencontrer les familles de victimes et les différents corps de secours (sapeurs-pompiers, gendarmerie, police, sécurité civile) qui sont intervenus[69],[70]. Il y annonce la création d'un fonds spécial dédié aux collectivités "d'au moins 80 millions d'euros"[69],[71], le déblocage d'un fonds de secours d'aides d'extrême urgence pour les individus sinistrés et d'un fonds spécial versé aux commerçants et aux agriculteurs[69].

Gestion post-crise et reconstruction[modifier | modifier le code]

Comité de pilotage et financements[modifier | modifier le code]

Un premier comité de pilotage de gestion post-crise se tient en préfecture le sous la présidence du préfet Alain Thirion, entouré de André Viola, président du conseil départemental, de Patrick Maugard, président de l'association des maires de l'Aude et de Didier Codorniou, vice-président de la région Occitanie. Cette instance dresse un inventaire des projets à mettre en œuvre pour un retour à la normale le plus rapide et prend les premières mesures d'urgence. La préfet annonce qu'une mission d'évaluation des dégâts composée de deux inspecteurs généraux de l'Inspection générale de l'administration et du conseil général de l'environnement et du développement durable se rendra dans l'Aude afin d'évaluer les enjeux de la reconstruction et de donner des lignes directrices pour l'octroi des subventions[72].

Différents financements sont mis en place par les donneurs d'ordres afin de faciliter la reconstruction. L'État, par le biais du ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, débloque le une somme de 16 M€, une première partie des 80 M€ d'aides annoncés par le Président de la République lors de sa venue sur le terrain[73]. La région Occitanie annonce un plan d'investissement de 25 millions d'euros[69] et le département de l'Aude annoncent 37 millions d'euros de crédits supplémentaires, dont 20 millions sont réservés aux infrastructures[60].

Infrastructures régionales[modifier | modifier le code]

La Région entend mener des travaux d'urgence sur son patrimoine, notamment les lycées, l'aéroport de Carcassonne-Salvaza mais aussi sur la ligne SNCF Carcassonne-Limoux, qui n'a rouvert le 18 octobre que sur une seule voie et à vitesse réduite[74],[75].

Infrastructures départementales[modifier | modifier le code]

Selon le département, une centaine de ponts auraient été plus ou moins impactés dans le département dont quatre plus particulièrement : les ponts de Villegailhenc, emportés par les flots du Trapel, et ceux de Salsigne, de Verzeille et d'Aragon[30]. Pour permettre un retour progressif du trafic, un pont provisoire de type « Bailey », portatif et préfabriqué avec une charpente métallique, va être installé dans le courant du mois de novembre pour remplacer temporairement le pont de Villegailhenc[76]. Les premiers éléments de l'ouvrage arrivent le sur place[77].

17 collèges départementaux ont été endommagés pour un montant de réparation estimé à près de 500 000 , dont 220 000  rien que pour le collège Antoine Courrière de Cuxac-Cabardès, dont la réouverture est tout de même prévue après les vacances de la Toussaint[78].

Infrastructures communales[modifier | modifier le code]

Le comité de pilotage estime à 800 le nombre d'élèves impactés par les inondations. Des solutions pour le relogement des scolaires sont à l'étude. Un dispositif de modules préfabriqués est à l'étude début novembre[72].

Les réseaux communaux d'assainissement collectif ou d'approvisionnement en eau dans les zones sinistrées ont pour beaucoup été impactés, occasionnant des ruptures d'approvisionnement en eau potable. Les équipes du Département ont été mobilisées, en lien avec les intercommunalités audoises, pour dresser un état des lieux rapides des installations et faire des tests d'analyse de l'eau afin de permettre un chiffrage rapide des dégradations. Au total, 7 stations d’épuration du département ont été détruites par les intempéries. Des interventions ont été par ailleurs nécessaires pour retirer les embâcles, constituées d'accumulations de troncs, de branches et de déchets drainés par les eaux, et tous les dépôts accumulés dans de nombreuses conduites[30].

Les travaux communaux peuvent être subventionnés par la dotation 25 millions d'euros mise en place par la région Occitanie dans le cadre d'un plan d'investissement au sein d'un guichet unique de 62 millions d'euros entre la collectivité départementale et régionale. Au-delà des travaux de voirie, cette somme permettra de venir en aide aux communes concernant l'aide d'urgence aux sinistrés, l'aide aux entreprises et au secteur agricole[75].

Indemnisation des sinistrés[modifier | modifier le code]

Dès le 25 octobre, 1 441 personnes en difficulté dans 25 communes ont déjà bénéficié du fond secours d'extrême urgence mis en place par l’État français et le département pour un montant cumulé de 614 000 euros[52].

Retour d'expérience[modifier | modifier le code]

Cartographie de l'événement[modifier | modifier le code]

Plusieurs centaines de laisses de crues[Note 1] relatives à l'événement ont été relevées par les agents du Syndicat Mixte des Milieux Aquatiques et des Rivières (SMMAR), un syndicat créée en 2002 et reconnu établissement public territorial de bassin (EPTB) en 2008[79], en charge de la gestion du bassin versant de l'Aude, et de la Direction départementale des Territoires et de la mer de l'Aude. Ces informations permettront d'obtenir, début 2019, une première cartographie des zones sévèrement impactées[72].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une laisse de crue est une trace laissée par le haut niveau des eaux fluviales ou marines, en cas des submersions marines (marques sur les murs, déchets accrochés aux branches).

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Station Trèbes (Aude) : Hauteur - 11/11/2018 (30 jours) », sur Vigicrues, (consulté le 11 novembre 2018)
  2. « Station Carcassonne (Pont-Vieux) (Aude) : Débit - 10/11/2018 (30 jours) », sur Vigicrues, (consulté le 11 novembre 2018)
  3. « Inondations dans l’Aude : coût total réévalué à 220 millions d’euros », sur Le Monde, (consulté le 11 novembre 2018)
  4. « Des rafales à 176km/h pour la tempête Leslie, qui a occasionné de violents dégâts au Portugal », sur Sciences et Avenir, (consulté le 16 octobre 2018)
  5. a et b « Bilan de l'épisode méditerranéen et des inondations meurtrières dans l'Aude », sur La Chaîne météo, (consulté le 18 octobre 2018)
  6. « Températures élevées de la Méditerranée : quelles conséquences pour l'automne ? », sur Météo Contact, (consulté le 18 octobre 2018)
  7. « Qu'est ce qu'un épisode méditerranéen ? », sur Météo-France, (consulté le 18 octobre 2018)
  8. « Episode pluvio-orageux exceptionnel dans l'Aude le 15 octobre - KERAUNOS, Observatoire français des tornades et orages violents », sur keraunos.org (consulté le 18 octobre 2018)
  9. a b et c Météo-France, « Épisode méditerranéen : 1er bilan », sur Météo-France, (consulté le 18 octobre 2018)
  10. « L'Orbiel et le Fresquel en furie emportent tout », La Dépêche du Midi, (consulté le 22 octobre 2018)
  11. « Station Trèbes (Aude) : Graphiques », Vigicrues, (consulté le 16 octobre 2018)
  12. « Station Coursan [Arminis] (Aude) : Graphiques », Vigicrues, (consulté le 16 octobre 2018)
  13. « Des tas d'objets divers, dont des bouteilles de gaz, charriés par les eaux au barrage de Sournies », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 12 novembre 2018)
  14. Prévision et anticipation des crues et des inondations, p. 13
  15. Prévision et anticipation des crues et des inondations, p. 15
  16. « Vigilance météorologique - carte du 15 octobre 2018 », sur https://forums.infoclimat.fr/ (consulté le 10 novembre 2018)
  17. « Les décodeurs : Inondations dans l’Aude : quelle est l’efficacité du système d’alerte météo ? », Le Monde, (consulté le 19 octobre 2018)
  18. « Inondations dans l'Aude: 11 morts, le système d'alerte critiqué », sur https://www.la-croix.com/, (consulté le 10 novembre 2018)
  19. « Inondations dans l’Aude: 11 morts, le système d’alerte critiqué », sur https://www.liberation.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  20. a et b Prévision et anticipation des crues et des inondations, p. 23
  21. Prévision et anticipation des crues et des inondations, p. 33
  22. Claude LEFROU, Xavier MARTIN, Jean-Pierre LABARTHE, Jean VARRET, Brigitte MAZIERE, Raymond TORDJEMAN et René FEUNTEUN, « Les crues des 12, 13 et 14 novembre 1999 dans les départements de l'Aude, de l'Hérault, des Pyrénées-Orientales et du Tarn », (consulté le 20 octobre 2018) : « facteurs de progrès : l’amélioration de la mise en œuvre des procédures d’alerte existantes, la révision de l’organisation de l’alerte pour tenir compte de la rapidité et de l’intensité des phénomènes météorologiques et hydrologiques du sud-est de la France, ... », p. 4
  23. « PAPI 1 : 2006-2013 - Convention cadre », sur http://www.smmar.org/ (consulté le 25 octobre 2018)
  24. « PAPI 1 : 2006-2013 - Bilan de sept ans d’actions concertées », sur http://www.smmar.org/ (consulté le 25 octobre 2018)
  25. « Programme d'actions de prévention des inondations - PAPI sur le bassin versant de l’Aude et de la Berre : 2015 – 2020 », sur http://www.smmar.org/ (consulté le 25 octobre 2018)
  26. « Programme d'actions de prévention des inondations - PAPI sur le bassin versant de l’Aude et de la Berre : 2015 – 2020 - synthèse », sur http://www.smmar.org/ (consulté le 25 octobre 2018)
  27. Prévision et anticipation des crues et des inondations, p. 37
  28. Dossier départemental des risques majeurs, p. 22
  29. a b c et d capitaine Céline Morin, « Inondations dans l'Aude : toutes les forces mobilisées », sur https://www.gendcom.gendarmerie.interieur.gouv.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  30. a b et c Audemag n°17, p. 7
  31. « 21 pompiers tarn-et-garonnais en renfort dans l'Aude », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  32. « Inondations: les pompiers varois vont prêter main forte dans l'Hérault », sur https://www.varmatin.com/, (consulté le 10 novembre 2018)
  33. « Inondations dans l'Aude : 20 pompiers des Hautes-Pyrénées en renfort », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  34. « Inondations dans l'Aude : une équipe de pompiers plongeurs corréziens envoyés en renfort », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  35. « Aude : 141 hélitreuillages, des dégâts dans plus de 100 communes », sur https://www.midilibre.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  36. « Inondations dans l'Aude : "Nous avons un élan de solidarité exceptionnel", témoigne le maire de Trèbes », sur https://www.francetvinfo.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  37. « Inondations dans l'Aude : Un formidable élan de solidarité se met en place. », sur https://www.lindependant.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  38. « Un bel élan de solidarité pour les sinistrés de l'Aude », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  39. Préfecture de l'Aude, « Accompagnement de l'Aide européenne pour les sinistrés de l'Aude », sur Twitter, (consulté le 19 octobre 2018)
  40. Helene Menal, « Inondations dans l'Aude: A Trèbes, le dojo sert de refuge aux naufragés et le relogement est en cours », sur https://www.20minutes.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  41. « Intempéries dans l'Aude : la Préfecture lance une procédure de demande de relogement pour les sinistrés », sur https://www.lindependant.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  42. « Aude / Inondations : Soliha en charge de la mission consacrée au relogement », sur https://www.lindependant.fr/, (consulté le 10 novembre 2018)
  43. « Inondations dans l’Aude : le dispositif de crise des assureurs », sur L'Argus de l'assurance, (consulté le 19 octobre 2018)
  44. « Inondations dans l’Aude : mode d’emploi pour être indemnisé par son assurance », sur Le Figaro, (consulté le 19 octobre 2018)
  45. « Arrêté du 17 octobre 2018 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 10 novembre 2018)
  46. a et b « Arrêté du 29 octobre 2018 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 10 novembre 2018)
  47. « Inondations dans l'Aude : le bilan s'alourdit à 15 morts », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 3 novembre 2018)
  48. « Inondations dans l'Aude : le dernier bilan fait état de 14 morts », Le Figaro, (consulté le 18 octobre 2018)
  49. « Intempéries : l’Aude en vigilance rouge, au moins onze morts », Le Parisien, (consulté le 19 octobre 2018)
  50. « Inondations dans l'Aude : "On a ouvert les volets et on a vu l'apocalypse" », Europe 1, (consulté le 19 octobre 2018)
  51. « Inondations dans l'Aude : "A Villedaigne, on attend l'eau, 100 % du village est en zone inondable" », Midi Libre, (consulté le 19 octobre 2018)
  52. a b c d et e « Inondations dans l'Aude : les mesures d'urgence sont en place », La Dépêche du Midi, (consulté le 27 octobre 2018)
  53. « Inondations dans l’Aude : un territoire meurtri, l’alerte rouge maintenue », Sud Ouest, (consulté le 19 octobre 2018)
  54. a et b « DIRECT - Aude - 11 morts dans les inondations, le pic de crue attendu dans la nuit de lundi à mardi », L'Indépendant, (consulté le 18 octobre 2018)
  55. « Inondations dans l'Aude : le département fait face à des dégâts gigantesques », France Régions 3, (consulté le 22 octobre 2018)
  56. Inondations dans l'Aude : 19 000 maisons et 5700 voitures touchées, 198 M€ de dégâts, La Dépêche du 9 novembre 2018
  57. a et b « Orages et inondations dans l'Aude. Le bilan provisoire fait état de douze morts », Ouest-France, (consulté le 28 octobre 2018)
  58. « Inondations dans l'Aude : dans les vignes et les vergers, c'est un champ de ruines », La Dépêche du Midi, (consulté le 27 octobre 2018)
  59. a b et c « Communiqué de presse - Préfecture de l'Aude : Point de situation à 14h », sur Twitter, (consulté le 19 octobre 2018)
  60. a b et c « Inondations dans l'Aude : le département dresse le bilan des travaux », France Régions 3, (consulté le 22 octobre 2018)
  61. a b c et d « Inondations dans l'Aude : le point sur les routes et les ponts endommagés », France Régions 3, (consulté le 19 octobre 2018)
  62. Audemag n°17, p. 8
  63. « Inondations dans l'Aude - 4 ponts emportés, 500 km de route touchés, 64 communes sinistrées », L'Indépendant, (consulté le 18 octobre 2018)
  64. « Inondations dans l'Aude : pourquoi l'hôpital de Carcassonne a-t-il été construit dans une zone inondable ? », France Info, (consulté le 20 octobre 2018)
  65. a et b « Inondations dans l'Aude : le barrage du lac de la Cavayère a souffert et va être expertisé », La Dépêche du Midi, (consulté le 27 octobre 2018)
  66. Benjamin Chabrier, « Inondations dans l’Aude : la FFA estime la facture à 220 millions d’euros », sur https://www.argusdelassurance.com/l, (consulté le 11 novembre 2018)
  67. Légifrance, « Arrêté du 17 octobre 2018 portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle », sur Légifrance, (consulté le 19 octobre 2018)
  68. « Inondations dans l'Aude : découvrez la liste des 126 communes en état de catastrophe naturelle », sur La Dépêche du Midi, (consulté le 18 octobre 2018)
  69. a b c et d « Inondations dans l'Aude : "Au moins 80 millions d'euros débloqués dans les prochains jours" promet le président Macron aux sinistrés », sur L'indépendant, (consulté le 22 octobre 2018)
  70. « Inondations dans l'Aude : Emmanuel Macron à Villalier et Trèbes », sur France 3 Régions, (consulté le 22 octobre 2018)
  71. « Aude : Macron annonce la création d'un fonds "d'au moins 80 millions d'euros" », sur RTL, (consulté le 22 octobre 2018)
  72. a b et c « Inondations dans l'Aude : les mesures d'urgence sont en place », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 11 novembre 2018)
  73. « Inondations : 16 M€ alloués au préfet de l'Aude pour la reconstruction », sur https://www.lindependant.fr/, (consulté le 11 novembre 2018)
  74. Fabrice Dubault, « Inondations dans l'Aude : réouverture sur une voie de la liaison SNCF Narbonne-Carcassonne », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 11 novembre 2018)
  75. a et b Eline Erzilbengoa, « Inondations dans l'Aude : la région et le département solidaires à hauteur de 62 millions d'euros », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 11 novembre 2018)
  76. Audemag n°17, p. 9
  77. « Début de la mise en place du pont Bailey sur le Trapel », sur https://www.ladepeche.fr/, (consulté le 11 novembre 2018)
  78. Eline Erzilbengoa, « Inondations dans l'Aude : le département dresse le bilan des travaux », sur https://france3-regions.francetvinfo.fr/, (consulté le 11 novembre 2018)
  79. « Présentation du SMMAR », sur http://www.smmar.org/ (consulté le 11 novembre 2018)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Centre européen de prévention des inondations (CEPRI), Prévision et anticipation des crues et des inondations, Paris, , 70 p. (lire en ligne)
  • Conseil départemental de l'Aude, Audemag n°17, le journal de l'Aude et des Audoises, spécial inondations, Carcassonne, nov-décembre 2018, 16 p. (lire en ligne)