Conrad IV du Saint-Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Conrad.
Conrad IV du Saint-Empire
Image illustrative de l'article Conrad IV du Saint-Empire
Titre
Roi de Jérusalem Armoiries de Jérusalem.svg
12321254
Prédécesseur Isabelle II de Jérusalem
avec Frédéric II du Saint-Empire
Successeur Conradin de Hohenstaufen
Duc de Souabe Armoiries Famille Hohenstaufen.svg
12351254
Prédécesseur Henri II de Souabe
Successeur Conradin de Hohenstaufen
Roi de Sicile Armoiries Manfred de Sicile.svg
12501254
Prédécesseur Frédéric II du Saint-Empire
Successeur Conradin de Hohenstaufen
Roi de Germanie Armoiries empereurs Hohenstaufen.svg
Prédécesseur Frédéric II du Saint-Empire
Successeur Guillaume Ier du Saint-Empire
Biographie
Dynastie Hohenstaufen
Nom de naissance Conrad de Hohenstaufen
Date de naissance
Lieu de naissance Andria, Barletta-Andria-Trani, Italie
Date de décès (à 26 ans)
Lieu de décès Lavello, Basilicate, Italie
Père Frédéric II du Saint-Empire
Mère Isabelle II de Jérusalem
Conjoint Élisabeth de Bavière (en)
Enfant(s) Conradin de Hohenstaufen

Conrad IV[1] (1228-1254), roi des Romains de 1237 à 1254, roi de Sicile (1250-1254), roi de Jérusalem (1228-1254), duc de Souabe (1235-1254).

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Frédéric II Hohenstaufen et de Yolande de Brienne, il épouse Élisabeth de Bavière (1227-1273) en 1246. Ils ont un fils, Conradin (1252-1268), futur duc de Souabe.
À sa naissance, Conrad est destiné à la succession de la Sicile, le pape souhaitant séparer les couronnes de Germanie et de Sicile[2]. C'est son demi-frère aîné Henri qui est donc élu roi des Romains en avril 1220.
En 1228, à la mort de sa mère, il devient titulaire du Royaume de Jérusalem, où il ne se rendit jamais. Les représentants impériaux sur place parlent en son nom, en pratique suivant les ordres de Frédéric II. Duc de Souabe, élu roi des Romains en 1237, suite à la déposition de son frère Henri VII, il se voit opposé un anti-roi, le landgrave de Thuringe Henri le Raspon, qui le vainc à la bataille de la Nidda en 1246, mais décède en 1247. Guillaume II de Hollande[3] devient le nouvel anti-roi. Conrad IV n'arrive finalement pas à dominer la Germanie. Son règne en tant que roi des Romains fut contesté par Guillaume II de Hollande puisque le pape Innocent IV combattit son élection en soutenant Guillaume II. Il fit d'ailleurs prêcher une croisade contre lui.

Sceau de Conrad IV

En tant que seul fils survivant et légitime de Frédéric II, Conrad hérite à la mort de son père en 1250 du royaume de Sicile[4] tandis que son frère illégitime, Manfred[5] est fait prince de Tarente. Toutefois, Conrad ne fut pas reconnu et dut passer en Italie afin de se faire reconnaître roi de Sicile : il prit Naples, Capoue, Aquino ; mais il mourut au milieu de ses conquêtes, 1254. On accusa son frère naturel Manfred, qui convoitait sa succession, de l'avoir empoisonné. À Conrad succéda son fils Conradin, âgé de deux ans, sous la régence d'un capitaine allemand, Berthold de Hohenbourg[6]. Ce dernier vit toutefois sa régence usurpée par l'oncle de Conradin : Manfred. Le pape confirma ensuite Manfred en tant que vicaire de Conradin[7].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Généalogie de Conrad IV sur le site Medieval Lands
  2. Ernst Kantorowicz, L'Empereur Frédéric II, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1987, p. 99
  3. Généalogie de Guillaume II de Hollande sur le site Medieval Lands
  4. Émile-Guillaume Léonard, Les Angevins de Naples, p. 37
  5. Généalogie de Manfred sur le site Medieval Lands
  6. Émile-Guillaume Léonard, op. cit. p. 38
  7. Émile-Guillaume Léonard, op. cit. p. 39

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Source partielle[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Conrad IV » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)