Henri VII de Luxembourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri VII.
Henri VII
Image illustrative de l'article Henri VII de Luxembourg
Titre
Comte de Luxembourg
Prédécesseur Henri VI
Successeur Jean Ier
Roi des Romains
Prédécesseur Albert Ier
Successeur Louis V
Empereur des Romains
Prédécesseur Frédéric II
Successeur Louis IV
Biographie
Date de naissance vers 1275
Lieu de naissance Valenciennes
Date de décès
Lieu de décès Buonconvento
Sépulture Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Pise
Père Henri VI de Luxembourg
Mère Béatrice d'Avesnes
Conjoint Marguerite de Brabant
Enfants Jean
Marie
Béatrice

Henri VII de Luxembourg

Henri VII est un prince de la maison de Luxembourg né vers 1275 à Valenciennes et mort le à Buonconvento, aux environs de Sienne.

Fils d'Henri VI de Luxembourg, Henri VII succède à son père en tant que comte de Luxembourg en 1288. Il est élu roi des Romains en 1308, après l'assassinat d'Albert Ier de Habsbourg, puis sacré empereur des Romains en 1312.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les sept princes-électeurs choisissent Henri VII.

Henri VII est le fils aîné du comte Henri VI de Luxembourg et de son épouse Béatrice d'Avesnes. Il est éduqué à la cour de France et se place sous la protection du roi Philippe IV le Bel après avoir hérité du titre de comte de Luxembourg, en 1288.

Après l'assassinat d'Albert Ier de Habsbourg, le , plusieurs prétendants à la couronne impériale se font connaître, notamment Frédéric le Bel, fils et héritier d'Albert, mais aussi Charles de Valois, le frère de Philippe le Bel. Le choix du collège électoral se porte plutôt sur Henri VII, un candidat qui ne semble pas devoir représenter une menace pour les intérêts des princes de l'Empire. Le soutien de son frère Baudouin, membre du collège électoral en sa qualité d'archevêque de Trèves, est déterminant pour son élection au titre de roi des Romains.

Son fils Jean est élu roi de Bohême en 1310 après avoir épousé Élisabeth, une fille de l'ancien roi Venceslas III, dernier rejeton des Přemyslides, les Habsbourg de leur côté ayant renoncé au trône de Bohême[1].

Henri VII se rend en Italie en 1310 pour recevoir la couronne impériale, restée sans titulaire depuis la mort de Frédéric II de Hohenstaufen. Il entend restaurer la gloire du Saint-Empire romain germanique et rétablit le pouvoir impérial dans certaines régions d'Italie du Nord, face à la résistance de la commune de Florence. Cependant, il entre en querelle avec les guelfes, notamment dans les cités libres de Toscane, et ses manières autoritaires suscitent l'inquiétude du roi de Naples Robert d'Anjou et du pape Clément V. C'est pourquoi Henri VII est sacré par trois cardinaux et non par le pape, le au palais du Latran. Robert étant nominalement son vassal, Henri cherche à le punir en s'alliant à Frédéric de Sicile, mais il meurt de la malaria en allant à sa rencontre.

Après sa mort, le pouvoir impérial se délite en Italie, tandis que le titre d'empereur, disputé par plusieurs prétendants dont Frédéric de Habsbourg et Louis IV de Wittelsbach, demeure vacant pendant la plus grande partie de la décennie suivante.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Henri VII épouse le Marguerite de Brabant (1276-1311), fille de Jean Ier, duc de Brabant et de Marguerite de Flandre. Ils ont trois enfants :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Bogdan, Histoire des Habsbourg des origines à nos jours, Perrin 2002, p. 35.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]