Constance de Hohenstaufen (1248-1302)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Constance de Hohenstaufen
Constance d'Aragon
Illustration.
Titre
Reine de la couronne d'Aragon
Reine de Sicile

(19 ans, 7 mois et 4 jours)
Prédécesseur Marguerite de Bourgogne-Tonnerre
Successeur Isabelle de Castille
Biographie
Dynastie Hohenstaufen
Date de naissance
Lieu de naissance Catane (royaume de Sicile)
Date de décès
Lieu de décès Barcelone (comté de Barcelone)
Sépulture cathédrale Sainte-Croix de Barcelone
Père Manfred Ier de Sicile
Mère Béatrice de Savoie
Conjoint Pierre III d'Aragon le Grand

Constance de Hohenstaufen (1248-1302)
Blason de Constance de Sicile

Constance d'Aragon
Bienheureuse
Image illustrative de l’article Constance de Hohenstaufen (1248-1302)
Tombe de Constance
à la cathédrale Sainte-Croix de Barcelone.
reine d'Aragon, reine de Sicile
Ordre religieux Ordre des Pauvres Dames
Vénérée à Barcelone
Vénérée par Église catholique
Fête 8 avril

Constance de Hohenstaufen ou de Souabe, Constance d'Aragon[1] ou encore Constance II de Sicile[Note 1], née en 1248 à Catane (Sicile) et morte le à Barcelone, est une princesse issue de la maison de Hohenstaufen, petite-fille de l'empereur Frédéric II du Saint-Empire. Elle se marie avec Pierre III, souverain de la couronne d'Aragon, puis de Sicile. Elle est proclamée bienheureuse par l'Église catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de Manfred de Hohenstaufen, prince de Tarente et plus tard roi de Sicile, et de Béatrice de Savoie[3], Constance naît en 1248, probablement à Catane. Elle est donc héritière du royaume de Sicile[1].

Elle épouse, à l'âge de 14 ans, le , à Montpellier, dans la basilique Notre-Dame des Tables[4], l'infant Pierre, fils du roi d'Aragon, Jacques Ier le Conquérant[3]. Le mariage est célébré par l'évêque de Maguelone[4].

Pierre succède à son père, en 1276, sous le nom de Pierre III d'Aragon. En 1282, à la suite de la révolte des Vêpres siciliennes, Constance et Pierre obtiennent la couronne de Sicile[5].

Pierre meurt le . Constance de Hohenstaufen se retire au monastère franciscain de Santa Clara de Barcelone[6]. Elle meurt dans la même ville, probablement le [6], et sa sépulture se trouve à la cathédrale Sainte-Croix de Barcelone.

Deux de ses fils, Alphonse et Jacques, deviennent rois d'Aragon et le dernier, Frédéric, roi de Sicile.

Famille[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Pierre III sont nés :

Vénération[modifier | modifier le code]

Constance de Sicile est proclamée bienheureuse par l'Église catholique et célébrée le 8 avril[7].

Dante mentionne dans la Divine Comédie cette fille de Manfred, « buona Costanza » (bonne Constance) dans le Purgatoire (III), tout comme son ancêtre, Constance de Hauteville « gran Costanza » (grande Constance), dans le Paradis (III)[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Constance de Hohenstaufen porte parfois le nom de Constance de Sicile[2]. Elle est toutefois numéroté II afin de la distinguer de Constance de Hauteville, reine de Sicile de 1194 à 1198.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Colette Gros, Images de la femme dans l’historiographie florentine du XIVe siècle, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l’histoire », 238 p. (ISBN 978-2-8218-8283-6, lire en ligne), p. 48, « Constance d'Aragon ».
  2. Faure 2001, p. 227.
  3. a et b Gratien Charvet (1826-1884), La première maison d'Uzès : étude historique et généalogique [sur la] première maison d'Uzès : suivie du catalogue analytique des évêques d'Uzès, Impr. J. Martin, , 131 p. (lire en ligne), p. 91.
  4. a et b Honoré Fisquet, La France pontificale (Gallia Christiana) : histoire chronologique et biographique des Archevêques et Evêques de tous les diocèses de France, depuis l'établissement du christianisme jusqu'à nos jours, divisée en 18 provinces ecclésiastiques : Métropole d'Avignon - Montpellier - Première partie, Paris, Etienne Repos, , 597 p. (lire en ligne), p. 120.
  5. Jean-Yves Frétigné, Histoire de la Sicile : des origines à nos jours, Paris, Fayard, , 477 p. (ISBN 978-2-213-63154-7), p. 219,476.
  6. a et b Elisenda Albertí i Casas, Dames, reines, abadesses. 18 personalitats femenines a la Catalunya medieval (Orígens), Albertí Editor, , 160 p. (ISBN 978-84-7246-085-0), p. 59-72.
  7. « Bienheureuse Constance », sur www.nominis.cef.fr (consulté en ).
  8. Anne-Marie Flambard Héricher, Frédéric II (1194-1250) et l'héritage normand de Sicile (Colloques de Cerisy), Presses universitaires de Caen, , 240 p. (ISBN 978-2-84133-809-2, lire en ligne), p. 185-187.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ca) Jaume Sobrequés i Callicó et Mercè Morales i Montoya, Contes, reis, comtesses i reines de Catalunya, Barcelone, Editorial Base, coll. « Base Històrica » (no 75), , 272 p. (ISBN 978-84-15267-24-9), p. 101-102
  • Marcel Faure (sous la dir.), Reines et princesses au Moyen Age : actes du Cinquième Colloque international de Montpellier, Université Paul-Valéry, 24-27 novembre 1999, vol. 1, Centre de recherche interdisciplinaire sur la société et l'imaginaire au Moyen Âge, Université Paul-Valéry-Montpellier, coll. « Les Cahiers du C.R.I.S.I.M.A », , 860 p. (ISBN 978-2-84269-460-9), p. 227

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]