Lentini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lentini
Lentini
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la Sicile Sicile 
Province Syracuse 
Code postal 96016
Code ISTAT 089011
Code cadastral E532
Préfixe tel. 095
Démographie
Gentilé lentinesi
Population 24 017 hab. (31-12-2010[1])
Densité 111 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 17′ 00″ nord, 15° 00′ 00″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 53 m
Superficie 21 575 ha = 215,75 km2
Divers
Saint patron Sant'Alfio
Fête patronale 10 mai
Localisation
Localisation de Lentini
Géolocalisation sur la carte : Sicile
Voir sur la carte administrative de Sicile
City locator 14.svg
Lentini
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Lentini
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Lentini
Liens
Site web http://www.comune.lentini.sr.it/

Lentini est une ville italienne de la province de Syracuse en Sicile, Léontines en français, pour la période antique.

Géographie

La ville s’étend dans une dépression entre les collines San Mauro et Metapiccola. Autour, la plaine, formée par les alluvions du Simeto et du Fiume di Lentini, réputée pour sa fertilité. Le Terias (nom antique du fiume di Lentini) était navigable, permettant aux Grecs d'accéder à la mer, située à 10 km[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lentinoi[modifier | modifier le code]

Une occupation protohistorique a été découverte sur la colline Metapiccola, avec des cabanes italiques rectangulaires avec foyer central, soutenues par des piliers et parfois un auvent[2]. L'épisode du mythe d'Héraclès traversant la plaine de Léontinoi avec les bœufs de Géryon et vainc les Sicanes prouve également des échanges avec les Achéens[2].

Les Grecs arrivèrent en Sicile vers 734, en provenance de l'île d'Eubée et plus particulièrement de la cité de Chalcis. Sous la conduite de l'oïkiste Théoclès, ils fondèrent tout d'abord la cité de Naxos. De là, toujours mené par Théoclès, un groupe quitta la ville de Naxos pour aller fonder la cité de Leontinoi (latin Leontini) en -729 dans la plaine du fleuve Symaethos, aujourd'hui Simeto. Des colons (apoikoi) en provenance de Mégare et dirigés par Lamis, s'établirent avec les Chalcidiens dans la cité. Polyen raconte que l'entente entre les deux groupes ne dura pas plus de six mois[3]. Théoclès prétendant qu'il avait promis de faire un sacrifice aux douze dieux et d'organiser un défilé militaire, les Mégariens acceptèrent de prêter leurs armes aux Chalcidiens pour le rituel. Théoclès exigea alors que les Mégariens quittent la cité. Ces derniers durent donc s'enfuir vers les montagnes. Ils rencontrèrent un roi sicule nommé Hyblon, qui finit par leur donner un territoire où s'installer. Ils y fondèrent la cité de Mégara Hyblaea.

A la fin du VIIe siècle, une stasis secoua la cité. Alors que les Léontins sont en guerre contre les Mégariens, Panétios, un général, accompagné de six cents hoplites, massacra une partie de la population et s'empara du pouvoir. Panétios est le premier tyran des cités siciliotes, s’appuyant sur le peuple contre l’aristocratie[2].

Entre 498 et 491, Hippocrate de Géla s'empare de Léontinoi/Léontines ainsi que de la plupart des cités grecques de Sicile à l'exception de Syracuse. Son successeur, Gélon, conquit Syracuse et en fit la capitale de son empire. Jusqu'à la chute des Deinoménides, Lentini reste sous le contrôle du tyran de Syracuse.

Vers 466∕5, Léontines retrouve son indépendance. Les cités chalcidiennes de Sicile, sous la coupe de Léontines, s'unissent pour être en mesure de résister à une nouvelle tentative d'expansion syracusaine. Une guerre éclate effectivement en 427. Avec le soutien des Athéniens obtenu par une délégation menée par Gorgias, les Chalcidiens résistent aux Syracusains. La paix est signée en 424 lors du congrès de Géla. Malgré le succès de l'alliance, une nouvelle stasis secoue la cité deux ans plus tard et les Syracusains en profitent pour s'emparer à nouveau de Léontines. Lors de l'expédition de Sicile, menée par les Athéniens contre les Syracusains, les Léontiniens n'interviennent pas en faveur des Athéniens.

La fin du Ve siècle est marquée par la reprise de la guerre contre les Carthaginois qui dévastent la cité en 406[2]. Denys l'Ancien s'empare du pouvoir à Syracuse et renforce son pouvoir en menant à nouveau une politique expansionniste contre les autres cités grecques. Au début du IVe siècle, Léontines est prise par les troupes syracusaines. Les habitants sont déportés à Syracuse où ils reçoivent la citoyenneté. Dès lors, Léontines disparaît des sources antiques.

Léontinoi, nous dit Polybe, « à regarder sa position en général, est tournée vers le septentrion. Elle est traversée, dans son milieu, par un vallon, dans lequel se trouvent les palais où s’assemblent les magistrats et où la justice se rend ; c’est là aussi que se tient le marché. Les deux côtés de ce vallon sont formés par deux montagnes escarpées, dont la cime, qui présente une surface aplanie, est couverte de maisons et de temples. Il y a deux portes, dont l’une, à l’extrémité du vallon qui regarde le midi, conduit à Syracuse ; l’autre, à l’autre extrémité du côté du septentrion, mène aux champs qu’on appelle Léontins, et à ces campagnes si célèbres par leur fertilité. Au pied de l’une de ces montagnes qui est à l’occident, coule le Lissos, sur le bord et comme sous le rocher duquel on a bâti une longue chaîne de maisons situées toutes à égale distance du fleuve : entre ces maisons et le fleuve s’étend la place dont nous avons parlé. »[2]

Epoque moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

La ville a été le siège d'un diocèse, entre le IIIe siècle et le VIIIe siècle.

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
13 juin 2011 En cours Alfio Mangiameli    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Belpasso, Carlentini, Catane, Francofonte, Militello in Val di Catania, Palagonia, Ramacca, Scordia

Archéologie[modifier | modifier le code]

Trois enceintes se sont succédé. La première, sur la colline San Mauro, est agrandie au VIe siècle aux deux acropoles et la cité entre les deux par un rempart à double parement avec blocage central, flanqué de tours et percé de deux portes, la porte de Syracuse au sud, et celle donnant sur la plaine au nord. A l'époque hellénistique, une nouvelle enceinte, est érigée. La porte de Syracuse est élément le mieux conservée[2].

Près de la porte de Syracuse, une nécropole existait depuis le vie siècle jusqu’à l’époque hellénistique[2].

Le Musée archéologique régional de Syracuse conserve un kouros funéraire de la première décennie du Ve siècle et le Musée civique de Catane une tête de kouros dorique des environs de -490[2].

Cité agricole et peu commerçante, on a retrouvé peu de monnaies de Léontinoi, portant généralement une tête de lion, évoquant le toponyme de la cité, et des épis, symbolisant la fertilité des terres et l'origine de sa richesse[2].

Sport[modifier | modifier le code]

Son club de football est le Sicula Leonzio depuis 1909.

Personnalités liées à Lentinoi et Lentini[modifier | modifier le code]

  • Gorgias, philosophe né à Léontinoi vers 480 av. J.-C.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a b c d e f g h i et j Pierre Lévêque, « Les colonies chalcidiennes de la côte orientale », La Sicile, Presses universitaires de France, « Nous partons pour », 1989, p. 261-278. [lire en ligne]
  3. Polyen, Ruses diplomatiques et stratagèmes politiques, p. V, 5, 2