Cerveteri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cerveteri
Blason de Cerveteri
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région du Latium Latium 
Ville métropolitaine Rome Capitale 
Code postal 00052
Code ISTAT 058029
Code cadastral C522
Préfixe tel. 06
Démographie
Gentilé cerveterani
Population 36 229 hab. (31-12-2010[1])
Densité 270 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 00′ 00″ nord, 12° 06′ 00″ est
Altitude Min. 81 m
Max. 81 m
Superficie 13 400 ha = 134 km2
Divers
Saint patron San Michele Arcangelo
Fête patronale 8 mai
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Latium

Voir sur la carte administrative du Latium
City locator 14.svg
Cerveteri

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Cerveteri

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Cerveteri
Liens
Site web http://www.comune.cerveteri.rm.it/

Cerveteri [ʧer'vɛ:teri] est une ville de la ville métropolitaine de Rome Capitale dans le Latium en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cerveteri est située à 42 km au nord-ouest de Rome et proche de la mer Tyrrhénienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque étrusque[modifier | modifier le code]

Rome et ses voisins au Ve siècle av. J.-C.

Cisra était membre de la dodécapole étrusque d'Étrurie, ce qui permit à la cité de réaliser une allégorie représentant Vulci, Tarquinia et Vetulonia, trois autres cités étrusques membres de cette dodécapole[2].

Son nom dérive de Caere Vetus donné au XIIIe siècle pour la différencier de Caere Novum, l’actuelle Ceri. Les noms antiques de la cité sont Caere pour les Romains, Cisra pour les Étrusques et Agylla pour les Grecs (et « Caeré » en français[3]). Caeré fut intégrée aux possessions romaines au milieu du IVe siècle av. J.-C. en devenant le premier municipe sine suffragio[4]. Elle conserva ses institutions particulières qui sont encore attestées au IIe siècle de notre ère.

Depuis Cerveteri, on accède à la nécropole étrusque de Banditaccia, classée au patrimoine mondial de l’humanité établie par Unesco avec celle de Monterozzi en 2004.

Le Museo Nazionale Archeologico expose dans ses vitrines des éléments des trousseaux funéraires de ses tombes.

«  Anciennement, en effet, Cæré se nommait Agylla : c'étaient, à ce qu'on assure, des Pélasges venus de Thessalie qui l'avaient fondée. Mais les Lydiens (j'entends ceux qui prirent le nom de Tyrrhènes) ayant mis le siège devant Agylla, un des leurs, dit-on, s'approcha du rempart et demanda qu'on lui dit le nom de la ville, et comme, au lieu d'obtenir la réponse à sa question, il avait été salué par un Thessalien du haut du rempart du mot Χαῖρε (bonjour), les Tyrrhènes virent là un présage heureux et firent de ce mot un nom nouveau qu'ils donnèrent à la ville, quand ils l'eurent prise. Aujourd'hui, du reste, cette ville illustre et naguère si florissante, n'est plus que l'ombre d'elle-même, au point que les thermes qui se trouvent dans ses environs, les thermes dits de Cæré, sont en réalité infiniment plus peuplés qu'elle, vu l'affluence des gens qui s'y rendent pour raison de santé  »

— Strabon , Géographie,V, 2

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

À l'instar de ses homologues urbaines toscanes, la cité-état de « Cisra » s'octroie d'un fait fondateur assigné au VIIIe siècle av. J.-C.[7]. Cette dernière se présente en situation de hauteur, prenant appui sur un large promontoire, lequel surplombe le littoral tyrrhénien. Par conséquent, en regard de ce cadre topographique particulier, on peut attribuer à la métropole étrusque, une implantation géostratégique dite de castramétation. Le ville, cooptant d'une surface au sol d'environ 150 hectares, est ceinte d'une massive fortification de pierre taillée[8]. D'autre part, dès le milieu du 1er âge du fer, le complexe urbain étrusque semble procéder d'un statut de plaque tournante économique majeur[c][11],[13]. Différents faits archéologiques, corroborées à plusieurs évocations littéraires antiques, mettent en évidence que celle-ci fait l'objet d'abondants échanges commerciaux, essentiellement avec les chalcidiens, les syrio-phéniciens, et les grecs de Méditerranée orientale[14],[15],[16]. Cette situation contribue à l'enrichissement de la cité protohistorique, notamment par le biais d'exportations massives de produits manufacturés étrusques de bronze et d'étain, mais également, et dans une moindre mesure, par la vente de biens de vaissellerie fine ouvragés en terracotta tels que des bucchero à vernis noir[17],[18], ou encore des « pythoï » pourvus de dorures à la feuille[19],[20],[13],[21].

En contre-point, les connaissances que l'on possède sur la cité de « Cisra » à l'époque villano-proto-étrusque et au début de la période orientalisante (du IXe siècle av. J.-C. jusqu'au début du VIIe siècle av. J.-C.) présentent une relative faiblesse en regard de celles correspondant à la fin de cette dernière et à l'ensemble de l'époque archaïsante[22],[23]. Toutefois, on peut objecter que le complexe funéraire auquel la métropole est associée, nous fourni des éléments d'information matériels. La nécropole de Banditaccia, localisée à quelques centaines de mètres est attestée dès le début du IXe siècle av. J.-C.. Ces nombreuses infrastructures mortuaires, lesquelles ont fait l'objet de multiples fouilles et découvertes archéologiques majeures[d][26], révèlent des indices concrêts sur le quotidien social, culturel et économique des citadins du complexe proto-urbain de « Cisra », au cours de la genèse de la civilisation étrusque[e][19],[20],[26],[27].

Pour autant, les connaissances que l'on possède de la métropole étrusque du Latium septentrional, bénéficient d'un élément archéologique concret témoignant de l'existence probable d'un haut personnage, un « Zilath »[28],[29],[30],[31],[32],[33],[f] (l'équivalent du rex en Étrurie). Cette personnalité souveraine, connue sous le patronyme de « Thepharie Velanias »[37],[38],[39] (ou « Thebarie Velanias »[40] selon la traduction), aurait régné sur la cité de « Cisra » au cours du VIe siècle av. J.-C.[37].

En l'occurrence, une dédicace à vocation à la fois funéraire et religieuse[g], dont on a retranscrit la syntaxe apparaissant sur l'un des artéfacts épigraphiques du groupe dit lamelles de Pyrgi[h],[41], met en lumière certains faits et événements historiques associés au « zilath » de « Cisra ». La lamelle A de Pyrgi matérialise également les circonstances relatives à la mort du roi étrusque[42],[43],[44],[37],[41]. En voici la transcription littérale, établie en langue étrusque :

« ita . tmia . icac . he/ramaśva . vatieχe / unialastres . θemia/sa . meχ . θuta . θefa/rie{i} . velianas . sal / cluvenias . turu/ce . munistas . θuvas / tameresca . ilacve / tulerase . nac . ci . avi/l . curvar . teśiameit/ale . ilacve . als′ase/ nac . atranes . zilac/al . seleitala . acnaśv/ers . itanim . heram/ve . avil . eniaca . pul/umχva »

— Scuola Normale Superiore Laboratorio di Storia, Archeologia, Epigrafia, Tradizione dell'antico[i], Lamelle A de Pyrgi, 2008-2016[41].

Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 2003 29 avril 2008 Antonio Brazzini    
29 avril 2008 en cours Gino Ciogli Partito Democratico  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Sasso, Ceri, Valcanneto, Marina di Cerveteri, Cerenova, Campo di mare, San Martino, I Terzi, Due Casette

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Anguillara Sabazia, Bracciano, Fiumicino, Ladispoli, Santa Marinella, Tolfa

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En l'occurrence ce point de vue souligne le dispositif technique mis en œuvre par les architectes et artisans étrusques. On relève par ailleurs la mise en place de blocs de pierre taillés soumis à une structure en appareillé.
  2. Laquelle est associée au complexe urbain étrusque de « Cisra ». Le caveau mortuaire étrusque est dénommé la Tomba Dei Capitelli.
  3. La cité « Cisra », se préemptait d'un emplacement légèrement en retrait par rapport par rapport à la côte tyrrhénnienne, toutefois on objecte que cette dernière possédait un débouché maritime, via le site portuaire étrusque de Pyrgi[9],[10],[11],[12].
  4. Le site funéraire est actuellement classé au patrimoine mondial de l'UNESCO[24], les artefacts mis au jour au sein de celui-ci conservés et exposés au Musée national archéologique de Cérétain à Cerveteri, Latium[25].
  5. Celui-ci se présentait sous une de petits villages régulièrement espacés au sein d'un zone spatiale ne dépassant pas 2 km2.
  6. Ou encore « Zilach », le suffixe « -ch- » étant parfois privilégié dans la transcription linguistitique par certains spécialistes de l'étrusque, ou des étruscologues, tels que l'historien Alain Hus[34],[35],[36].
  7. L'inscription procède d'un cadre et d'un contexte religieux. Concrètement, cette dernière a été mise au jour lors des fouilles d'un temple étrusque dévolu à la déesse égyptienne étruscoïsée Astartée, à Pyrgi.
  8. Lesquelles sont au nombre de trois.
  9. Laboratoire de l'École Normale Supérieure d'histoire, archéologie, épigraphie et tradition de l'antiquité.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Irollo 2010, p. 14
  3. in La Civilisation étrusque de Dominique Briquel
  4. Michel Humbert, « L'incorporation de Caeré dans la Civitas Romana », MEFRA, 84-1, 1972, p. 231-268 Lire en ligne
  5. (it) « Il Museo Nazionale Cerite », sur le site officiel du Musée National Archéologique de Cérétain, (consulté le 1er juillet 2016)
  6. Référence d'inventaire : exposition du musée Louvre-Lens, Les Étrusques et la Méditerranée - 301 - Cerveteri, issue du Musée National Archéologique de Cérétain (Cerveteri, Toscane) inventaire numéro 2013.4.385[5].
  7. Irollo 2010, p. 86
  8. Irollo 2010, p. 87
  9. Stéphane Bourdin, « Fréquentation ou intégration : les présences allogènes dans les emporia étrusques et ligures (Ve-IVe siècles av. J.-C. », dans François Clément, John Tolan et Jérôme Wilgaux, Espaces d'échanges en Méditerranée, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, (lire en ligne), pages 19 à 39
  10. (it) « Pyrgi », sur site officiel du Museo di Santa Severa, (consulté le 2 juillet 2016)
  11. a et b Irollo 2010, p. 70
  12. (it) Laura Ambrosini, « Una lekanis etrusca a figure rosse : Significato ed uso della forma vascolare a Cerveteri e in Etruria », dans William Van Andringa, Archéologie et religion : le sanctuaire dionysiaque de S. Abbondio à Pompéi, Varia, (ISBN 978-2-7283-1039-5, lire en ligne)
  13. a et b Irollo 2010, p. 72
  14. Irollo 2010, p. 76
  15. Irollo 2010, p. 77
  16. Irollo 2010, p. 78
  17. Irollo 2010, p. 140
  18. Irollo 2010, p. 141
  19. a et b Dominique Briquel, La civilisation étrusque, Fayard, , 353 p. (ISBN 2213603855, lire en ligne)
  20. a et b Massimo Pallottino, Les Etrusques et l'Europe : exposition Galeries nationales du Grand Palais, Paris 15 septembre-14 décembre 1992, Altes Museum, Berlin 25 février-31 mai 1993, Editions de la Réunion des musées nationaux, , 519 p. (lire en ligne)
  21. Irollo 2010, p. 74
  22. Irollo 2010, p. 14
  23. Irollo 2010, p. 38
  24. « Rapport de l'UNESCO N° 1158 de 2004 sur l'état des sites de tombes de Monterozzi et de Cerveteri », sur Site officiel de l'UNESCO, (consulté le 2 juillet 2016)
  25. (it) « Museo Nazionale Archeologico di Cervereti », sur Site officiel sur le musée, (consulté le 2 juillet 2016)
  26. a et b Irollo 2010, p. 144
  27. Irollo 2010, p. 145
  28. André Chastagnol, « Jacques Heurgon : La vie quotidienne chez les Etrusques. », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 18e année,‎ , pages 170 et 171 (lire en ligne)
  29. Jacques Heurgon, « L'elogium d'un magistrat étrusque découvert à Tarquinia. », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 94e année,‎ , page 213 (DOI 10.3406/crai.1950.78534, lire en ligne)
  30. Françoise-Hélène Massa-Pairault, Recherches sur l'art et l'artisanat étrusco-italiques à l'époque hellénistique, vol. 257, Rome, École française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome », , 358 p. (DOI 10.3406/befar.1985.1235, lire en ligne), page 97
  31. Françoise-Hélène Massa-Pairault, « Humanisme, étruscologie et dialogue de cultures », Bulletin de l'Association Guillaume Budé, no 2,‎ , page 117 (DOI 10.3406/bude.2010.2380, lire en ligne)
  32. (it) Koen Wylin, « Modi, tempi ed aspetti : un primo tentativo per una morfologia del verbo etrusco », Revue belge de philologie et d'histoire, Antiquite - Oudheid, vol. tome 75, no fascicule 1,‎ , pages 7 et-à 9 (DOI 10.3406/rbph.1997.4161, lire en ligne)
  33. Dominique Briquel, « Philologie italique et latine. », École pratique des hautes études. Section des sciences historiques et philologiques, vol. Livret-Annuaire 15. 1999-2000,‎ , page 111 (lire en ligne)
  34. Roger Lambrechts, « Alain Hus, Vulci étrusque et étrusco-romaine. », L'antiquité classique, vol. Tome 42,‎ , page 371 (lire en ligne)
  35. (en) Guiliano Bonfante, The Etruscan Language : An Introduction, Manchester Press edition, 2002 (édition revue et corrigée), 226 p. (lire en ligne), page 126
  36. Jean-Paul Thuillier, Les Étrusques : Histoire d'un peuple, Armand Colin, coll. « Civilisations », , 240 p. (lire en ligne), pages 149 à 151
  37. a, b et c Irollo 2010, p. 95 et 96
  38. (it) Robert Kruise, Lingua di Sangue, (lire en ligne), page
  39. (en) « Etruscan (Extinct) Language Sample », sur Encyclopédie des inscriptions étrusque sur le site du LM national British museum of history de Londres, (consulté le 31 juillet 2016)
  40. Javier Teixidor, « Bulletin d'épigraphie sémitique », Syria, vol. Tome 44, no fascicule 1-2,‎ , page 174 (DOI 10.3406/syria.1967.5915, lire en ligne)
  41. a, b et c « Lamelle A de Pyrgi », sur Mnamon - Antiche scritture del Mediterraneo - Scuola Normale Superiore Laboratorio di Storia, Archeologia, Epigrafia, Tradizione dell'antico, (consulté le 31 juillet 2016)
  42. François Clément, John Tolan et Jérôme Wilgaux, Espaces d'échanges en Méditerranée: Antiquité et Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, , 268 p. (lire en ligne), pages 26 à 30
  43. Edward Lipninsky, Orientalia Lovaniensa Analecta : Dieux et déesses de l'univers phéniciens et puniques, , 596 p. (lire en ligne), pages 140 à 150
  44. Marie-Laurence Haack, L'espace et la mort : Épigraphie et nécropoles à l'époque pré-romaine, Publications de l'École française de Rome, (lire en ligne), pages 233 à 240

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques : l'antique civilisation toscane, VIIIe-Ier siècle av. J.-C., Paris, Perrin, coll. « Tempus » (no 313), , 212 p. (ISBN 978-2-262-02837-4). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Autres projets[modifier | modifier le code]