Carlo Ponti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ponti (homonymie).
Carlo Ponti
Description de cette image, également commentée ci-après
Carlo Ponti en 1951
Nom de naissance Carlo Fortunato Pietro Ponti
Naissance
Magenta, Lombardie, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Drapeau de la France Française (naturalisé)
Décès (à 94 ans)
Genève, Suisse
Profession Producteur
Films notables voir filmographie

Carlo Ponti, Sr. est un producteur de cinéma franco-italien, né le à Magenta en Lombardie en Italie et mort le à Genève en Suisse[1]. Il a obtenu la nationalité française en 1966.

Depuis 1941, il produit plus de 140 films, dont ceux réalisés par Federico Fellini (La Strada, 1954), Vittorio De Sica (Boccaccio '70, 1962), David Lean (Le Docteur Jivago, 1965) et Michelangelo Antonioni (Blow-Up, 1966).

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Carlo Ponti voit le jour à Magenta en Lombardie, la ville dont son grand-père est maire. Il suit des études de droit à l'université de Milan. Il se joint au cabinet de son père à Milan et se trouve mêlé dans le milieu du cinéma pour la négociation des contrats[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1940, il tente de créer une industrie cinématographique à Milan et produit son premier long métrage Piccolo mondo antico (it) de Mario Soldati, dans lequel Alida Valli tient son premier rôle important. Ce film est examiné par le la loi italienne luttant contre la Restauration autrichienne dans le royaume d’Italie pendant le Risorgimento et a connu le succès, car il a pris l’exemple des Autrichiens avec les Allemands[évasif] durant la Seconde Guerre mondiale[3]. Pour cette cause, il est brièvement emprisonné pour nuisance de relations avec le Troisième Reich[4].

En 1941, il accepte une offre de Lux Film, société de production appartenant à Riccardo Gualino à Rome, où il produit des films à succès commerciaux mettant en scène l’acteur Totò[5]. En 1954, il a beaucoup de succès avec la production du film La Strada de Federico Fellini. Cependant, ce dernier nie le succès du producteur : « La Strada est produit par Carlo Ponti et Dino De Laurentiis »[5]. Il produit ensuite Boccaccio '70 (1962), Hier, aujourd'hui et demain (Ieri, oggi, domani, 1963) et Mariage à l'italienne (Matrimonio all'italiana, 1964) de Vittorio De Sica, ainsi que les films populaires Le Docteur Jivago de David Lean (Doctor Zhivago, 1965) et Blow-Up de Michelangelo Antonioni (1966).

Le , il est décoré de chevalier grand-croix de l'ordre du Mérite de la République italienne à Rome[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Mariages[modifier | modifier le code]

En 1946, Carlo Pinto se marie à Giuliana Fiastri, avec qui il a une fille, née en 1951, et un garçon, né en 1953[7]. Cependant, en 1951, en tant que jury du du concours de beauté, il rencontre une actrice de dix-sept ans Sofia Lazzaro. Il lui propose des rôles dans des films comme Anna d'Alberto Lattuada dans la même année. En 1952, son ami Goffredo Lombardo, chef de production à Titanus, change le nom de cette actrice en Sophia Loren.

Le divorce étant interdit en Italie, il obtient le contrat de divorce au Mexique et, en 1957, épouse Sophia Loren par procuration : la justice italienne le condamne pour bigamie.

Il coproduit plusieurs films mettant en vedette Sophia Loren à Hollywood. En 1960, tous deux retournent en Italie, lorsqu'ils sont convoqués à la cour, ils sont à nouveau refusé à se marier. En 1962, après avoir arrangé avec sa première femme, ils contiennent leur mariage annulé et, tous les trois, partent en France où ils demandent la naturalisation française. En 1965, Giuliana et Carlo Ponti sont officiellement divorcés, ce qui permet, en 1966, d’épouser Sophia Loren à Sèvres[2],[8],[9]. Ils deviennent citoyens français suite à une demande approuvée par le président de la République française Georges Pompidou[10].

Ensemble, ils ont deux enfants, dont Carlo Ponti Jr., né le 29 décembre 1968, et Edoardo Ponti, né le 6 janvier 1973.

Polémique[modifier | modifier le code]

En 1979, sa condamnation à une lourde amende par le fisc italien et le transfert de ses affaires au Canada marquent la fin de son formidable parcours de producteur[2].

Mort[modifier | modifier le code]

Au milieu de la nuit du mardi 9 au mercredi 10 janvier 2007, il meurt des suites d'une complication pulmonaire dans un hôpital à Genève[1].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le producteur italien Carlo Ponti est mort », sur Le Monde, (consulté le 27 septembre 2018).
  2. a, b et c (en) John Exshaw, « Carlo Ponti », sur The Independent, (consulté le 27 septembre 2018).
  3. (en) Douglas Martin, « Carlo Ponti, Film Producer, Dies at 94 », sur The New York Times, (consulté le 27 septembre 2018).
  4. (en) Eric J. Lyman, « Top Italian producer Carlo Ponti dies at 94 », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 27 septembre 2018).
  5. a et b (en) John Francis Lane, « Carlo Ponti », sur The Guardian, (consulté le 27 septembre 2018).
  6. a et b (it) « PONTI Dott. Carlo », sur Quirinale (consulté le 27 septembre 2018).
  7. (en) « Carlo Ponti », sur The Times, (consulté le 27 septembre 2018).
  8. (en) Sheri & Bob Stritof, « Sophia Loren and Carlo Ponti Marriage Profile », sur About (consulté le 27 septembre 2018).
  9. (en) « Italian Producer Carlo Ponti », sur Associated Press, (consulté le 27 septembre 2018).
  10. (en) « Carlo Ponti, Husband to Sophia Loren, Dead at 94 », sur Fox News, (consulté le 27 septembre 2018).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Xavier Bétaucourt et Nathalie Ferlut, La Pyramide de Ponzi, 2018, éd. Delcourt, coll. « Mirages ».

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :