Cines (production)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Centre informatique national de l'enseignement supérieur.
Un des logos de la Cines romaine.

La Cines (raison sociale complète : Società Italiana Cines ; appelée couramment Cines romaine ; prononciation en italien : tchinès) est une maison cinématographique italienne spécialisée dans la production et la distribution de films.

La Cines[modifier | modifier le code]

La Cines vit le jour à Rome le à la suite de la transformation en société anonyme de la manufacture de films Alberini & Santoni, elle-même fondée en 1905 à l’initiative de Filoteo Alberini et Dante Santoni. En créant la Cines les deux associés souhaitaient produire des pellicules, fabriquer des appareils et commercialiser des accessoires de cinématographie, de photographie et de techniques connexes.

Pendant l'été 1906, le réalisateur français Gaston Velle, qui travaillait jusque-là pour Pathé, les scénaristes Dumesnil et Vasseur et l'opérateur Vauzèle, spécialiste des effets spéciaux, rejoignirent la Cines. C'est pendant cette année que la société réalisa les films La Malia dell'oro, Pierrot amoureux (Pierrot innamorato) et Viaggio in una stella.

En 1907, Mario Caserini, qui était entré à la Cines comme acteur, y commença son activité de réalisateur, alors que Velle, retournait à Paris. La Cines commença à se spécialiser dans les productions historiques et en costumes d’époque, telles Il Fornaretto di Venezia, Otello, Garibaldi. En 1908 Carlo Rossi, fondateur de la Rossi & C. de Turin (issue de la Itala Film de Carlo Sciamengo et Giovanni Pastrone), devint membre de la direction. Ce fut Rossi qui représenta la Cines au Congrès des industries cinématographiques européennes de Paris de 1909, mais il quitta la société en 1911. En même temps le jeune peintre Enrico Guazzoni, qu'Alberini avait introduit dans la société comme réalisateur, commençait à se distinguer.

Un des logos de la Cines romaine.

Guazzoni obtint un premier succès personnel avec Brutus en 1910, l'année même où la Cines avait dû affronter la grande crise qui avait frappé toutes les maisons cinématographiques européennes et américaines. Une fois révolue l'époque des grands bénéfices, la banque confia à un mandataire, Alberto Fassini, la charge de liquider l'établissement. Au lieu de cela Fassini entreprit de réorganiser et de recapitaliser la firme et prit la fonction de président du conseil d'administration.

Dès lors, la Cines réussit à garantir aux cinémas italiens et étrangers la fourniture hebdomadaire d'un drame (environ 600 mètres), une comédie, deux films comiques et deux documentaires. L'établissement fut équipé d'appareils modernes, une troupe fixe fut engagée et les principaux acteurs, dont Amleto Novelli et Gianna Terribili-Gonzales, reçurent des contrats à long terme.

En 1911, la Cines figurait dans le catalogue général officiel de l'Exposition internationale de l'industrie et du travail de Turin, et déclarait les établissements suivants:

En 1911, la Cines remporta au Concours international de cinématographie de l'Exposition internationale du cinéma de Turin le deuxième prix dans la catégorie artistique avec le film San Francesco (o Il poverello d'Assisi) et le deuxième prix en catégorie didactique avec Il tamburino sardo.

En 1912, la Cines se hissa dans les premiers rangs des maisons de production au niveau mondial avec le film Quo vadis ? d'Enrico Guazzoni. Puis elle consolida sa position en 1913 avec le film Marcantonio e Cleopatra du même réalisateur, un des premiers films à haut budget de l'histoire du cinéma, mais dont les coûts furent récupérés par la seule cession des droits de projection pendant un an à l'armée britannique.

Dans la même année, la Cines organisa un concours international pour un sujet cinématographique, doté d'un premier prix de 25 000 lires italiennes. Mais ces élans furent interrompus par la Première Guerre mondiale. Après la Guerre la Cines reprit rapidement ses activités et contracta avec de grandes actrices, telles Lyda Borelli, et des réalisateurs comme Nino Oxilia, Giulio Antamaro, Nino Martoglio, Carmine Gallone, Ivo Illuminati, Amleto Palermi, Augusto Genina.

En 1919, la Cines fusionna dans l'Unione Cinematografica Italiana et cessa toute activité dès 1921.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Riccardo Redi, La Cines. Storia di una casa di produzione italiana, Persiani Editore, Bologne, seconde édition, 2009, (ISBN 9788896013045).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]