Carl Sandburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carl Sandburg
Carl Sandburg NYWTS.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
Flat Rock (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Carl August Sandburg
Nationalité
Formation
Université Lombard (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Lilian Steichen
Enfant
Margaret, Helga et Janet
Autres informations
Parti politique
Conflit
Distinctions

Carl Sandburg, né le à Galesburg, Illinois, de parents suédois, et mort le , à son domicile, à Flat Rock, Caroline du Nord, est un poète, historien, écrivain américain d'origine suédoise connu notamment pour ses ouvrages Chicago Poems (1916), Cornhuskers (1918) et Smoke and Steel (1920).

À sa mort, en 1967, le président Lyndon B. Johnson déclare :

« Carl Sandburg était plus que la voix de l'Amérique, plus que le poète de sa force et de son génie. Il était l'Amérique[1]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Carl August Sandburg naît dans un cottage de trois pièces au 313 East Third Street à Galesburg dans l'Illinois de parents d'origine suédoise, August Sandberg[2] et Clara Mathilda Anderson[3]. Il prit les surnoms de "Charles" ou de "Charlie" à l'école primaire. C'est à la même période qu'avec sa sœur, Mary, et son frère, Carl, ils changèrent l'orthographe de leur nom de famille pour "Sandburg."[4]

N'ayant pas eu les moyens de faire des études, le jeune Carl voyage à travers les États-Unis à partir de treize ans et occupe plusieurs petits boulots avant de rejoindre l'armée pendant quelques mois. Ce n'est qu'ensuite qu'il commence ses études à Lombard College pour devenir journaliste. Sandburg fut également l'un des organisateurs du parti social démocratique avant de devenir membre du Chicago Literary Renaissance, un groupe composé de natifs de la ville de l'état Illinois, dont les écrits en reflètent la culture. C'est ainsi que Sandburg devient non seulement écrivain mais aussi biographe et poète à succès.

Lorsque la guerre hispano-américaine éclata, en 1898, le jeune Carl Sandburg s'engagea en tant que soldat volontaire pendant huit mois dans la 6e infanterie de l'état de l'Illinois. Il ne fut jamais envoyé au front. C'est pendant cette période qu'il fit la connaissance d'un étudiant à l'université de Lombard qui encouragea Carl Sandburg à s'y inscrire dès son retour de la guerre[5]. Bien qu'il ne dispose pas d'un diplôme secondaire, son statut de vétéran lui offrit la possibilité d'entreprendre des études gratuitement. En 1899, en essayant d'intégrer l'académie militaire américaine, il dût se rendre à West Point pour passer les examens d'admission : il fut recalé pour avoir échoué dans deux matières : en mathématiques et en grammaire. Il est retourné dans sa ville natale de Galesburg pour reprendre ses études à l'université de Lombard jusqu'en 1902. Carl Sandburg quitta l'université sans être diplômé[6].

Entre 1902 et la fin de l'année 1907, Carl Sandburg a écrit pour de nombreux petits journaux de Chicago[6].

C'est en 1910 qu'il débuta sa carrière militante en devenant secrétaire du maire socialiste de Milwaukee. Il écrit alors des éditoriaux pour le Daily News de Chicago et collabore à de multiples publications tout en restant très proche du milieu syndical et politique[7].

Au cours de sa carrière, Carl Sandburg remporte trois fois le prix Pulitzer : en 1919 pour son recueil Corn Huskers, en 1940 pour sa biographie d'Abraham Lincoln, Abraham Lincoln: The War Years, et en 1951 pour son recueil The Complete Poems of Carl Sandburg[8].

La plupart de ses poèmes, comme Chicago ou Clark Street Bridge ont pour thème cette ville qu'il connaît particulièrement par son travail de journaliste-reporter au Chicago Daily News et au Day Book.

Il était marié à Lilian Steichen (1883-1977), sœur du photographe Edward Steichen.

Carl Sandburg a soutenu le Mouvement des Droits Civiques aux États-Unis et a été le premier homme blanc à être honoré du Silver Plaque Award par la NAACP pour avoir été un "prophète majeur des droits civiques de notre époque."[9]

Citation[modifier | modifier le code]

Jack Kerouac fait référence à Sandburg dans son roman Docteur Sax publié en 1959. En décrivant le vampirique comte Condu, il écrit[10] : « il avait un faux air de Carl Sandburg […] Carl Sandburg affublé d'un chapeau noir. »

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Œuvres (sélection)[modifier | modifier le code]

Poésie, chansons[modifier | modifier le code]

  • In Reckless Ecstasy (1904), initialement publié sous le nom de Charles Sandburg
  • Incidentals (1904), initialement publié sous le nom de Charles Sandburg
  • Plaint of a Rose (1908), initialement publié sous le nom de Charles Sandburg
  • Joseffy (1910), initialement publié sous le nom de Charles Sandburg
  • You and Your Job (1910), initialement publié sous le nom de Charles Sandburg
  • Chicago Poems (1916)
  • Cornhuskers (1918)
  • Smoke and Steel (1920)
  • Slabs of the Sunburnt West (1922)
  • Selected Poems (1926)
  • The American Songbag (1927), chansons de folk
  • Good Morning, America (1928)
  • The People, Yes (1936)
  • The New American Songbag (1950), chansons de folk
  • Complete Poems (1950)
  • Harvest Poems (1950)
  • Wind Song (1960)
  • Honey and Salt (1963)
  • Breathing Tokens (1978)

Histoires pour enfant[modifier | modifier le code]

  • Rootabaga Stories (1920)
  • More Rootabaga Stories (1923)

Histoire, biographie[modifier | modifier le code]

  • Abraham Lincoln: The Prairie Years (1926)
  • Steichen the Photographer (1929)
  • Mary Lincoln: Wife and Widow (1932)
  • Abraham Lincoln: The War Years (1939)

Autobiographie[modifier | modifier le code]

  • Always the Young Strangers (1953)
  • The Letters of Carl Sandburg (1968), correspondance
  • Ever the Winds of Chance (1983), autobiographie commencée par Sandburg, complétée par Margaret Sandburg et George Hendrick

Essai, préface[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) North Callahan, Carl Sandburg: His Life and Works, Pennsylvania State University Press, (ISBN 978-0271004860, lire en ligne), p. 233.
  2. (en) Carl Sandburg, Always the Young Strangers, New York, Harcourt, Brace and Company (New York), (lire en ligne), p. 39.
  3. (en) « Carl Sandburg », sur U-S-History.com (consulté le 26 septembre 2016).
  4. (en) Carl Sandburg, Always the Young Strangers, New York, Harcourt, Brace and Company, (ISBN 978-1122028998, lire en ligne), p. 29, 39
  5. (en) « Poet Carl Sandburg », sur poets.org (consulté le 5 octobre 2016)
  6. a et b (en) Penelope Niven, « Carl Sandburg's Life », sur english.illinois.edu (consulté le 5 octobre 2016)
  7. Marc Chénetier, « SANDBURG CARL (1878-1967) », sur universalis.fr (consulté le 7 novembre 2016)
  8. (en) « The Pulitzer Prizes », sur Pulitzer Prize, (consulté le 26 septembre 2016).
  9. (en) « Carl Sanburg cited by NAACP », Baltimore Afro-American,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  10. Chapitre 14 du premier livre (« Les fantômes de la nuit de Pawtucketville ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]