Charles McLean Andrews

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Charles McLean Andrews () est un historien américain. Il est l'une des figures de l'historiographie portant sur l'histoire coloniale américaine[1]. Auteur de très nombreux articles et ouvrages sur la question[2], il est l'un des chefs de fil du courant historiographique dit de l'Imperial school (l'école impériale), qui se focalise sur l'importance de l'Empire britannique dans le processus colonial.

Il remporte le prix Pulitzer d'histoire en 1935, pour le premier volume de son ouvrage The Colonial Period of American History, publié en 1934.

Biographie[modifier | modifier le code]

Charles McLean Andrews naît le 22 février 1863 en Wethersfield, dans le Connecticut. Son père est prêtre de l'Église catholique-apostolique. Andrews obtient son bachelor au Trinity College, à Hartford, en 1884, et dirige pendant deux ans un lycée, le West Hartford High School, avant d'intégrer l'université Johns Hopkins. Là, il étudie sous la direction de Herbert Baxter Adams et, obtient son doctorat en 1889. Il est professeur au Bryn Mawr College  de 1889 à 1907, puis à l'université Johns-Hopkins, de 1907 à 1910, avant de travailler à l'université Yale. Il y enseigne l'histoire américaine de 1910 à 1931, année de sa retraite[1].

Il est préside par intérim l'American Historical Association en 1924, après la mort de Woodrow Wilson, puis devient président pour l'année 1925. Il est membres de plusieurs organisations, comme la Société américaine de philosophie, la Royal Historical Society, l'Académie américaine des arts et des lettres, et la Phi Beta Kappa. Il devient membre de l'American Antiquarian Society en 1907[3], et de l'Académie américaine des arts et des sciences en 1918[4].

Charles McLean Andrews remporte le prix Pulitzer d'histoire, en 1935, pour le premier volume de son ouvrage The Colonial Period of American History, en 4 volumes. Il reçoit la médaille d'or, remise une fois par décennie, du National Institute of Arts and Letters pour son œuvre. Au cours de sa carrière, il est aussi récipiendaire de doctorats honorifiques des universités Harvard, Yale, Johns Hopkins et Lehigh.

Il est marié à Evangline Holcombe Walker. leur fille Ethel épouse John Marshall Harlan II, juge assesseur à la Cour suprême des États-Unis de 1955 à 1971.

Charles McLean Andrews est mort à New Haven, le 9 septembre 1943.

Apports historiographiques[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de colons anglais, présents dans le Connecticut depuis sept générations. Son première ouvrage, The River Towns of Connecticut, publié à Baltimore, en 1889, traite de la colonisation de Wethersfield, Hartford, et Windsor. Il n'est cependant pas dans une posture hagiographique de ce processus colonial britannique.

Avec Herbert L. Osgood (en) de l'université Columbia, Il développe une approche particulière de l'histoire coloniale des États-Unis, appelé l'interprétation "Impériale", ou l'Imperial School. Andrews et Osgood se sont concentrés sur les liens entre la Grande-Bretagne et les colonies américaines, et écrivent des articles précurseurs de cette approche dans le Annual Report of the American Historical Association for the Year 1898, le rapport annuel de l'American Historical Association[5]. Au lieu d'aborder la Révolution américaine comme une conséquence de la pression économique et politique anglaise écrasante sur les colonies, il met plutôt en avant ce qu'il voit comme le résultat de l'incapacité des hommes d'état britanniques à comprendre les changements des sociétés américaines, amenant inévitablement à un affrontement entre les deux partis. C'est une thèse qu'il développe dans des ouvrages comme The Colonial Period, publié en 1912.

Ses recherches en font l'un des piliers de l'histoire coloniale américaine au début du vingtième siècle[6]. Parmi ses étudiants, à Yale, on compte de nombreux historiens qui s'investissent par la suite dans les questions coloniales, en suivant la ligne de l'Imperial School, comme Leonard Woods Labaree (en), Lawrence Henry Gipson (en), Isabel M. Calder, et Beverley W. Bond, Jr.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1901 : Ideal Empires and Republics (1901) lire en ligne
  • 1904 : Colonial Self-Government (1904) lire en ligne
  • 1911 : The Fathers of New England lire en ligne
  • 1912 : The Colonial Period New York, 1912 lire en ligne
  • 1912 : Pilgrims and Puritans (1919) lire en ligne
  • 1920 : Colonial Folkways (1920) lire en ligne
  • 1934-1937 : The Colonial Period of American History Yale UP: 1934-1937 (4 volumes).
  • 1924 : The Colonial Background of the American Revolution New Haven, 1924
  • 1945 (posthume) : Jonathan Dickinson's Journal, publié avec Evangeline Walker Andrews

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Roth, David M., editor, and Grenier, Judith Arnold, associate editor, "Connecticut History and Culture: An Historical overview and Resource Guide for Teachers", published by the Connecticut Historical Commission, 1985, chapter (unnumbered) titled "Connecticut 1865-1914 / Selected Persons and Events" written by David M. Roth, section titled "Charles McLean Andrews", p. 145-146
  2. Kross, p. 18
  3. American Antiquarian Society Members Directory
  4. « Book of Members, 1780-2010: Chapter A », American Academy of Arts and Sciences (consulté le 18 avril 2011)
  5. Charles M. Andrews, "American Colonial History, 1690-1750," Annual Report of the American Historical Association for the Year 1898 (1899): 47-60, in Internet Archive; Herbert L. Osgood, "Study of American Colonial History", Annual Report of the American Historical Association for the Year 1898 (1899): 61-76, in Internet Archive
  6. Kross, p. 9

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Charles McLean Andrews » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Boyd, Kelly, ed. Encyclopedia of Historians and Historical Writers (Rutledge, 1999) 1:32-34
  • Eisenstadt, Abraham S., Charles McLean Andrews (New York, 1956)
  • Essays in Colonial History Presented to Charles McLean Andrews by his Students (New Haven, 1931; repr. Freeport, NY, 1966)
  • Kross, Jessica. "Charles M. Andrews" in Clyde N. Wilson, ed. Twentieth-century American Historians (Gale Research Company, 1983) p. 9–19
  • Johnson, Richard R. "Charles McLean Andrews and the Invention of American Colonial History", William and Mary Quarterly, Third Series, Vol. 43, No. 4 (Oct., 1986), p. 520–541 JSTOR
  • Labaree, Leonard W., "Charles McLean Andrews: Historian, 1863-1943", William and Mary Quarterly, Third Series, Vol. 1, No. 1 (January 1944), p. 3–14 JSTOR

Liens externes[modifier | modifier le code]