Alan Taylor (historien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alan Taylor (homonymie) et Taylor.
Alan Taylor
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Colby College (jusqu'en )
Université Brandeis (doctorat) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions
Liste détaillée

Alan Shaw Taylor (né le à Portland, dans le Maine) est un historien américain spécialiste des États-Unis. Il est l'auteur de plusieurs livres sur l'Histoire coloniale de l'Amérique du Nord, la Révolution américaine et les débuts de la République.

Alan Taylor a remporté deux Prix Pulitzer d'histoire (1996 et 2014) et le Prix Bancroft (1996), et a été finaliste pour le National Book Award, dans la catégorie non-fiction.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alan Taylor est diplômé en 1977 de l'université Colby college, à Waterville, dans le Maine, et obtient son doctorat à l'Université Brandeis en 1986.

Il est professeur d'histoire à l'université de Virginie[1]. Il enseigne auparavant à l'université de Californie à Davis[2] et à l'université de Boston.

Alan Taylor est connu pour ses contributions à la microhistoire, notamment dans son William Cooper's Town: Power and Persuasion on the Frontier of the Early American Republic, publié en 1996. À l'aide des registres des tribunaux, des registres fonciers, des lettres et des journaux intimes, son travail reconstruit à l'environnement du juge William Cooper à partir de ses activités à Burlington, et s'intéresse à l'histoire économique, politique et sociale liée à la spéculation foncière, jusqu'à la fondation de Cooperstown, après la Guerre d'indépendance des États-Unis.Taylor s'inscrit aussi dans un courant de renouveau de l'« histoire narrative ».

Son ouvrage The Divided Ground: Indians, Settlers, and the Northern Borderland of the American Revolution, publié en 2006, explore l'histoire des frontières entre Canada et les États-Unis au lendemain de la Révolution américaine, ainsi que les tentatives iroquoises pour ne pas perdre contrôle de certaines terres[3]. The Civil War of 1812: American Citizens, British Subjects, Irish Rebels, & Indian Allies, publié en 2010, traite également de la question des zones frontalières et des stratégies que certains groupes adoptent pour défendre leurs intérêts[4].

Alan Taylor rédige aussi des essais, et fait des recensions d'ouvrages pour The New Republic.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Prix Bancroft pour William Cooper's Town: Power and Persuasion on the Frontier of the Early American Republic
  • 1996 : Beveridge Award (en) pour William Cooper's Town: Power and Persuasion on the Frontier of the Early American Republic
  • 1996 : Prix Pulitzer d'histoire pour William Cooper's Town: Power and Persuasion on the Frontier of the Early American Republic
  • 2013 : National Book Award for Nonfiction pour The Internal Enemy: Slavery and War in Virginia, 1772-1832
  • 2014 : Prix Pulitzer d'histoire pour The Internal Enemy: Slavery and War in Virginia: 1772-1832

Publications[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]