Caretta caretta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La mise en forme de cet article est à améliorer (juillet 2016).

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Découvrez comment faire.

La typographie, les liens internes ou externes, les conventions de style, la présentation des sourcesetc. sont autant de points qui peuvent ne pas convenir voire être absents. Les raisons de la pose de ce bandeau sont peut-être précisées sur la page de discussion. Si seules certaines sections de l'article sont à wikifier, pensez à les indiquer en utilisant {{section à wikifier}}.

Caouanne, Tortue carette, Caret

Caretta caretta
Description de cette image, également commentée ci-après

Caouanne ou Tortue carette.

Classification selon TFTSG
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Chelonii
Ordre Testudines
Sous-ordre Cryptodira
Super-famille Chelonioidea
Famille Cheloniidae
Sous-famille Carettinae
Genre Caretta

Nom binominal

Caretta caretta
(Linnaeus, 1758)

Synonymes

  • Testudo caretta Linnaeus, 1758
  • Testudo marina Garsault, 1764
  • Testudo cephalo Schneider, 1783
  • Testudo caouana Bonnaterrre, 1789
  • Testudo lauanna Meyer, 1790
  • Caretta nasuta Rafinesque, 1814
  • Caretta atra Merrem, 1820
  • Chelonia pelasgorum Bory, 1833
  • Caouana elongata Gray, 1844
  • Thalassochelys corticata Girard, 1858
  • Caretta gigas Deraniyagala, 1933

Statut de conservation UICN

( EN )
EN A1abd : En danger

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 06/06/1981

La Caouanne (Caretta caretta), est une tortue de mer que l’on retrouve dans les océans du monde entier. C’est un reptile marin qui appartient à la famille des Cheloniidae. La caouanne mesure en moyenne 90 cm de long quand elle a atteint sa taille adulte, bien que des spécimens dépassant les 270 cm ont été découverts. La tortue caouanne adulte pèse approximativement 135 kg, les plus grands spécimens pesant plus de 454 kg. La peau varie du jaune au marron, et la carapace est brun-rougeâtre. Il n’y a pas de différences visibles entre mâles et femelles jusqu’à ce que les tortues atteignent l’âge adulte. On peut alors repérer les mâles avec leur queue plus large et leur plastron plus court que les femelles.

On trouve la caouanne dans les océans Pacifique, Atlantique et Indien, ainsi qu’en mer Méditerranée. On la trouve principalement dans les eaux salées et les estuaires. Les femelles sortent de l’eau uniquement pour venir pondre sur la plage. La caouanne a un faible taux de reproduction ; les femelles pondent en moyenne quatre couvées et entrent en quiescence, ne pondant aucun œuf pendant deux à trois ans. La caouanne atteint la maturité sexuelle à l’âge de 17 à 33 ans et a une espérance de vie comprise entre 46 et 67 ans.

La caouanne est omnivore, se nourrissant principalement d’invertébrés vivant sur le fond. Ses mâchoires grandes et puissantes sont un outil efficace pour démembrer ses proies. Les jeunes tortues sont victimes de très nombreux prédateurs, et les œufs sont particulièrement vulnérables. Mais une fois que les tortues ont atteint l’âge adulte, leur grande taille et leur carapace les protègent des grands prédateurs marins comme les requins.

La caouanne est considérée comme une espèce menacée et est protégée par l’International Union for the Conservation of Nature. Des vieux filets de pêche à l’abandon cause de nombreuses morts chez cette espèce. Les tortues peuvent également suffoquer si elles sont prises dans les filets des chalutiers. Des dispositif d’exclusion des tortues sont adaptés au matériel des chalutiers afin de réduire leur impact sur la mortalité de ces animaux en leur offrant une voie pour s’enfuir. Le nombre de moins en moins important de plages adaptées à la ponte et l’introduction de prédateurs exotiques a également un lourd impact sur la population de caouanne. La sauvegarde de l’espèce nécessite une coopération internationale accrue car les lieux de nidifications sont éparpillés sur de nombreux pays différents.

Habitat et aire de répartition[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Répartition des lieux de pontes de la caouanne.
Repartition map - Where.PNG  Fond bleu : présence de caouannes.
Repartition map - Red point.png  Point rouge : lieux de pontes principaux.
Repartition map - Yellow point.png  Point jaune : lieux de pontes secondaires.

Cette espèce, peu pélagique, fréquente habituellement les eaux tempérées et parfois les eaux tropicales et subtropicales dans l’océan et les eaux costales peu profondes. Elle ne sort jamais de son habitat aquatique, à l’exception des femelles qui viennent construire leur nid et pondre sur la côte. Les tortues juste écloses vivent dans des amas d’algues Sargassum flottant[1]. Les adultes et les jeunes vivent le long des côtes et dans les estuaires[2]. Dans le nord-ouest de l’océan Atlantique, on remarque que les tortues occupent des habitats différents suivant leur âge. Les jeunes vivent principalement dans des estuaires aux eaux peu profondes alors que les tortues plus vieilles passent davantage de temps dans l’océan[3]. La caouanne occupe des eaux dont la température est située entre 13,3 et 28 ° C en dehors de la saison de la ponte. Des températures situées entre 27 et 28 ° C conviennent mieux aux tortues prêtes à pondre[4].

Les jeunes aiment se réfugier dans les enchevêtrements de sargasses où il cohabite avec de nombreux organismes. Ainsi les amas de sargasses contiennent plus de 100 espèces animales différentes, qui constituent une source de nourriture importante pour les jeunes caouannes. Certaines de ces proies comme les fourmis, les mouches, les aphides, les cicadelles et les scarabées sont apportés là parle vent. Les sargasses abritent des cirripèdess, de petites larves de crabes, des œufs de poissons et des colonies d'drozoa qui sont des mets appréciés des tortues[1]. Dans les sargasses on trouve également des mammifères marins et des poissons comme le thon, le coryphène et les Seriola[5].

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

La caouanne a une aire de distribution très large, et c’est la tortue marine qui a l’aire de ponte la plus étalée géographiquement. On trouve cette tortue dans les océans Atlantique, Indien et Pacifique, ainsi qu’en mer Méditerranée[6].

Dans l’océan Atlantique, les plus fortes concentrations de caouannes se rencontrent le long de la côte sud-est d’Amérique du Nord et dans le Golfe du Mexique[6]. La tortue est très rare le long des côtes européennes et africaines[7]. Le principal site de nidification des tortues caouannes de l’Atlantique est la Floride, qui abritent environ 67 000 nids par an[7]. Les sites de nidification sont observés au nord jusqu’en Virginie et au sud jusqu’au Brésil[7]. Dans la partie Est de l’océan, le seul site de nidification significatif est l’archipel du Cap Vert[6].

Dans l’océan Indien, la caouanne vit le long de la côte africaine, de la péninsule arabique et dans la mer d'Arabie[8]. Le long de la côte africaine, elle niche de l’archipel Bazaruto au large du Mozambique à l’estuaire de Sainte-Lucie en Afrique du Sud[9]. Le plus important site de nidification de l’océan indien se trouve à Oman, dans la péninsule arabique, avec environ 15 000 nids, soit le second site de nidification au monde pour la caouanne en termes de nombre de nids. On trouve également des nichées en Australie-Occidentale, avec entre 1 000 et 2 000 nids chaque année[8].

Les caouannes vivent dans des régions tempérées à tropicales du Pacifique[9]. Elles se nourrissent dans la mer de Chine orientale, le sud-ouest du Pacifique et le long de la péninsule de Basse-Californie. Les principaux sites de nidification se trouvent dans l’est de l’Australie et au Japon, la Grande barrière de corail constituant un important site de nidification[10]. Les caouannes du Pacifique nichent occasionellement à Vanuatu et Tokelau. L'île de Yakushima est le principal site de nidification, puisqu’elle comprend trois plages visitées par environ 40 % de la population de caouanne du Pacifique[8]. Après la ponte, les tortues se dirigent généralement vers la mer de Chine orientale, tandis que la région de Kuroshio Extension Bifurcation abritent de nombreux jeunes[9]. Les populations de l’Est du Pacifique sont concentrées autour de la côte de Basse-Californie, où les eaux peu profondes sont riches en nourriture pour les juvéniles et les subadultes. Les lieux de nidification dans l’est du Pacifique sont rares. Des analyses des séquences d’ADN mitochondrial et le suivi de certains individus ont permis d’estimer que 95% de la population de tortue que l’on trouvait le long de la côte américaine naissait sur les îles japonaises de l’ouest du Pacifique[11]. Les tortues sont portées par les courants marins pour traverser l’intégralité du Pacifique, une des plus longues migrations connues pour un animal marin[11]. Le retour aux plages japonaises où les tortues sont nées était pendant longtemps considéré comme impossible par les scientifiques, car une grande partie du voyage se faisait dans des eaux pauvres en nourriture[12]. La première preuve de ce voyage retour a été donnée par une tortue adulte baptisée Adelita qui, en 1996, alors qu’elle était équipée d’une borne permettant de la suivre par satellite, à réaliser un voyage de 14 500 km à travers le Pacifique en partant de Mexico. Adelita est le premier animal marin à avoir été suivi par satellite en train de traverser un bassin océanique entier[13].

La mer Méditerranée est une véritable nurserie pour les jeunes qui viennent s’y réfugier en nombre, et accueille également des adultes au printemps et en été[7],[14]. Environ 45% des jeunes caouannes de la Méditerranée viennent de l’océan Atlantique[7]. Les caouannes se nourrissent dans la mer d'Alboran et la mer Adriatique[7]. Le principal lieu de ponte est la Grèce avec plus de 3 000 nids par an[8]. C’est pourquoi les autorités grecs n’autorisent pas les avions à partir où atterrir de nuit à Zakynthos, pour que les tortues ne courent aucun danger[15]. Les caouannes pondent également sur les côtes chypriotes et turques[8].

Lieux de nidification, en mer Méditerranée.

Regroupées par plusieurs centaines d'individus, elles sont capables de parcourir des distances considérables depuis leur site de vie pour rejoindre les lieux de ponte. En Méditerranée, où l'on observe cinq des sept espèces de tortues marines, la tortue caouanne est l'espèce la plus commune[16]. Elle est également la tortue la plus commune dans l'ouest atlantique et elle a déjà été observée sur les côtes bretonnes[17]. Plusieurs lieux de ponte sont connus dans le monde et y compris en Méditerranée orientale par exemple en Turquie, Israël, à Chypre, dans les îles Ioniennes, en Tunisie, Libye, au Liban et même encore en Sicile. En Atlantique de l’Ouest, elles vont pondre du Mexique jusqu'en Virginie. Deux pontes découvertes en 2002, en Corse à proximité de Porto-Vecchio dans le secteur de Palombaggia, ainsi que deux autres dans le Var sur les plages de Saint-Tropez en 2006 et de Saint-Aygulf en 2016 restent des évènements exceptionnels[18] [19].

Anatomie et morphologie[modifier | modifier le code]

Photo de la carapace d’une caouanne.
La carapace de cette caouanne est brun-rougeâtre ; elle comprend cinq écailles vertébrales qui la traverse en son milieu, bordées par cinq paires d’écailles costales.

La caouanne est la tortue de mer à carapace dure la plus imposante au monde[20]. Les caouannes adultes pèsent en moyenne entre 80 et 200 kg et mesurent entre 70 et 95 cm[20]. Ces mensurations sont largement dépassés par certains spécimens, et on a observé des poids allant jusqu’à 545 kg et la plus grande carapace jamais observé mesure 213 cm[20]. La tête et la carapace de la tortue sont généralement brun-rougeâtre, tandis que le plastron est jaune pâle[21]. La nuque de la tortue et les membres sont bruns sur le dessus et jaune sur les côtés et en dessous[22]. Le nouveau né est noir, comme les autres tortues marines mais ses pattes sont claires.

La carapace de la tortue est en forme de cœur, aplatie, sa largeur est d'environ 76 % de sa longueur. Elle est divisée en larges plaques ou écailles[21]. Il y a normalement 11 à 12 paires d’écailles qui recouvrent la carapace[23]. Cinq paire d’écailles vertébrales traversent la carapace en son milieu, tandis que cinq paires d’écailles costales les bordent[24]. L’écaille nucale est située à la base de la tête[24]. La carapace est reliée au plastron par trois paires d’écailles marginales[24]. Le plastron présente des écailles gulaires, humérales, pectorales, abdominales, fémorales et anales appariées[23]. La carapace sert de bouclier externe protégeant la tortue, bien que la caouanne est incapable de rétracter sa tête ou ses nageoires à l’intérieur de cette carapace[25].

Sa tête est assez longue (environ 28 % de la longueur de la carapace) et très large. On distingue deux paires d'écailles préfrontales sur la tête et un bec corné puissant. Dédiés à la nage en haute mer, les membres de cette grande tortue marine servent à la fois de propulseurs (pattes antérieures) et de gouvernail (pattes postérieures). Comme la tortue imbriquée, elle possède deux griffes à chaque nageoire.

Le dimorphisme sexuel de la caouanne est seulement apparent chez les adultes. Les mâles adultes ont une queue et des griffes plus longues que la femelle. Leur plastron est par contre plus court, certainement pour mieux s’adapter à leur longue queue. Les mâles ont également une tête plus large, et une carapace plus large, mais formant un dôme moins marqué que chez la femelle[26]. Le sexe des jeunes ne peut être déterminé par une simple observation externe. On peut tout de même les différencier par diverses techniques comme la dissection, la laparoscopie, un examen histologique ou une étude radio-immunologique[26].

Les glandes lacrymales situées derrière chaque œil permettent à la caouanne de maintenir son équilibre osmotique en éliminant les excès de sel liés à l’absorption d’eau de mer. Quand elle est hors de l’eau, cette excrétion de sel donne l’impression que la tortue pleure[27].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

Une tortue caouanne se reposant sous un rocher les yeux ouverts.
Une tortue caouanne au repos.

La caouanne est surtout active le jour. En captivité où elle facilement observable elle passe sa journée à nager, avec des pauses au fond de l’eau pour se reposer. Quand elles se reposent les caouannes étendent leurs membres antérieurs sur les côtés. Elles restent alors sans bouger, les yeux ouverts ou à moitié fermés, et demeurent en alerte. La nuit, les caouannes détenues en captivité dorment, dans une posture semblable à celle qu’elles adoptent pour se reposer, avec les yeux fermés. Elles sont alors nettement plus lentes à réagir[4]. Les caouannes passent près de 85 % de leur temps sous l’eau, les mâles étant plus fréquemment en train de nager que les femelles. La durée moyenne des plongées est de 15 à 30 minutes, mais elles peuvent rester submergées pendant 4 heures[28]. Les jeunes diffèrent des adultes dans leur manière de nager. Les jeunes gardent leurs pattes antérieures pressées sur le côté de leur carapace et se propulsent par le battement de leurs pattes postérieures. Les adultes alternent entre pattes antérieures et postérieures pour se propulser dans l’eau[29].

La température de l’eau a un impact sur l’activité métabolique des tortues[4]. Ainsi, à des températures situées entre 13 et 15 °C, la tortue entre en léthargie. Elle prend une posture statique, se laissant flotter, lorsque les températures descendent aux environs de 10 ° C[4]. Toutefois, les jeunes caouannes sont plus résistantes au froid et restent conscientes jusqu’à une température de 9 ° C. La migration opérée par cette tortue lui évite de se retrouver dans de telles conditions de température[30]. Des eaux plus chaudes lui permettent d’augmenter son métabolisme et sa fréquence cardiaque. Par ailleurs le corps de la tortue augmente rapidement lorsque l’eau se réchauffe, alors qu’elle descend lentement en eau froide. On ne connait pas les températures létales pour cette espèce[30].

Les combats entre femelles, rares chez les vertébrés marins, sont relativement courants chez la caouanne. Ces agressions ritualisées peuvent aller de la simple tentative d’intimidation au combat. Ces conflits concernent souvent l’accès aux aires d’alimentation. On observe quatre étapes dans un conflit qui va jusqu’à son terme[31]. Tout d’abord, un premier contact est établi visuellement ou tactilement. Ensuite, la confrontation a lieu, commençant passivement, les deux individus se poursuivant en faisant de larges cercles. La confrontation directe, plus agressive, débute lorsqu’une tortue cesse de tourner pour faire directement face à sa congénère. Puis, la mise en couple intervient quand les tortues se mordent mutuellement la mâchoire. Enfin, la séparation est également mutuelle, les deux tortues nageant dans des directions opposées, où chassant l’autre hors de sa proximité directe[31]. La probabilité de l’émergence d’un conflit est déterminée par plusieurs facteurs comme le niveau hormonal, la dépense d’énergie, le gain potentiel et l’importance du lieu. Dans tous les cas, une queue dressée montre une volonté de se battre, tandis qu’une queue recroquevillée montre la soumission. Comme les combats peuvent entraîner des blessures et occasionnent de grandes dépenses d’énergie, c’est surtout pour l’accès à de bonnes zones d’alimentation que les conflits apparaissent[31]. Des agressions ont été observées chez les caouannes en captivité. Les tortues semblent territoriales et se battent avec d’autres caouannes et des tortues de mer d’autres espèces[28].

Système d'orientation[modifier | modifier le code]

Quand elles quittent leur nid terrestre à la naissance, les tortues marines combinent la perception de différents signaux pour s'orienter. Elles sont sensibles à la lumière. Près des côtes, où l'eau est peu profonde, cette tortue se sert probablement aussi de l'orientation des vagues. À distance, durant sa migration et dans l'obscurité des profondeurs marines, elle maintient le cap en se servant du champ magnétique terrestre[32]. Ces tortues sont ainsi sensibles à la latitude en fonction du champ magnétique terrestre et de son inclinaison[33]. Ainsi de très jeunes tortues caouanne placées, peu après leur éclosion, en bassin reproduisant des conditions de champ magnétique d’autres régions (Porto Rico et Cap-Vert, situés sur leur route migratoire habituelle à la même latitude (20 ° N), mais à des longitudes différentes) se sont rapidement orientées dans la direction qu’elle prendraient dans cet environnement (respectivement vers le NE et vers le SE) [33].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Méduse transluscide sur fond noir. La médise contient une masse blanche solide qui représente environ les deux tiers de son corps
Une méduse Aurelia adulte, proie courante des caouannes lors de leurs migrations en haute mer.

La tortue caouanne est omnivore, se nourrissant principalement d’invertébrés vivant au fond de l’eau, comme des gastéropodes, des bivalves et des décapodes. La caouanne a une liste de proies connues plus grande que n’importe qu’elle autre tortue marine. Elle peut également se nourrir d’éponges, de coraux, de Pennatulacea, de polychètes, d’anémones de mer, de céphalopodes, de cirripèdes, de brachiopodes, d’isopodes, d’insectes, de bryozoaires, d’oursins, de Clypéastéroïdes, de concombres de mer, d’étoiles de mer, de poissons (œufs, jeunes, et adultes), de labres, de tortues juste écloses (y compris de sa propre espèce), d’algues et de plantes vasculaires[34]. Durant sa migration à travers les océans, la caouanne mange des méduses, des mollusques flottants, des amas d’œufs flottant, des calmars, et des poissons volants[22].

Les caouannes écrasent leurs proies avec leurs puissantes mâchoires[22],[35]. Des écailles proéminentes sur le bord antérieur des pattes avant permettent de manipuler la nourriture. Elles peuvent être utilisées comme des griffes pour déchirer des morceaux de nourriture avant qu’ils soient amenés à la gueule de l’animal. La caouanne tourne la tête d’un côté puis de l’autre pour manger la nourriture ainsi déchirée par ces écailles[35]. Des papilles recouvertes de mucus et pointées vers l’intérieur du corps tapissent la partie antérieure de l’œsophage des tortues et filtrent les corps étrangers tels que les arêtes de poisson. Le reste de l’œsophage n’est pas recouvert de papilles, mais présente de nombreux feuillets muqueux. La vitesse de la digestion des tortues dépend de la température, et est plus rapide quand cette dernière augmente[35].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Premiers pas[modifier | modifier le code]

Nouveau-né courant vers la mer

Les nouveau-nés ont une couleur qui varie du brun clair à presque noir, ne présentant pas les marques jaunes et rouges caractéristiques des adultes[21]. Au moment de l’éclosion, ils mesurent environ 4,6 cm pour un poids d’environ 20 g[22]. Les œufs sont généralement pondus sur la plage dans une zone au-delà du niveau des marées hautes. Ils sont pondus près de l’eau afin que les jeunes puissent rapidement gagner la mer[36]. Le sexe des tortues caouannes est influencé par la température du nid durant l’incubation. Celle-ci varie généralement entre 26 et 32 °C. Des études montrent que si le nid est maintenu à une température supérieure à 32 °C, les nouveau-nés sont exclusivement des femelles. Au contraire, une température d’incubation inférieure 28 ° C engendre des mâles. A 30 °C on obtient généralement un sex-ratio équilibré[37]. Les nouveau-nés issus des œufs situés au milieu de la ponte sont généralement les plus grands, croissent le plus vite et sont les plus actifs durant les premiers jours en mer[38].

Après une incubation d’environ 80 jours, les nouveau-nés creusent le sable pour s’en extraire et émerger à la surface de la plage. L’éclosion a généralement lieu la nuit, et l’obscurité augmente les chances d’échapper aux prédateurs et évite les dommages occasionnés par une température du sable trop importante[36]. Les nouveau-nés entrent dans l’océan en se dirigeant vers l’horizon lumineux créé par la réflexion de la lumière de la lune et des étoiles sur la surface de l’eau[39].

Les nouveau-nés peuvent perdre jusqu’à 20 % de leur masse corporelle du fait de l’évaporation de leur eau durant leur voyage du nid jusqu’à l’océan[40]. Ils utilisent ensuite le reflux de la marée pour les éloigner de la côte[40]. Une fois dans l’océan, ils nagent durant environ 20 heures, ce qui les emmènent loin des côtes[21]. Un composé métallique, la magnétite, contenue dans leur cerveau leur permet de percevoir le champ magnétique terrestre[41], pour se diriger. De nombreux nouveau-nés utilisent les plantes du genre Sargassum une fois arrivés dans l’océan pour se protéger, jusqu’à ce qu’ils atteignent 45 cm[21]. Les jeunes caouannes vivent dans un environnement pélagique jusqu’à l’adolescence, puis migrent vers des eaux près des côtes[21].

Maturation[modifier | modifier le code]

 Photo d’une caouanne nageant au-dessus d’un récif.
Caouanne adulte.

Quand les eaux de l’océan refroidissent, les caouannes peuvent migrer vers des eaux plus chaudes ou hiberner à un certain niveau. Durant les mois les plus froids de l’année, les caouannes peuvent rester immergées durant 7 heures d’affilée, ne faisant surface que sept minutes pour respirer. Bien que dépassées par les tortues d'eau douce, elles font partie des vertébrés marins respirant à l’air libre à pouvoir plonger le plus longtemps[42]. Durant leurs migrations saisonnières, les jeunes caouannes ont la capacité à utiliser des repères visuels et magnétiques[43]. Quand ces deux types de repères sont disponibles, ils sont utilisés simultanément ; si l’un deux n’est pas disponible, l’autre prend le relais[43]. Les tortues nagent à environ 1,6 m/s durant la migration[44].

Comme toutes les tortues marines, la caouanne prépare la reproduction dans ses zones d’alimentation. Cela peut prendre plusieurs années avant que la tortue migre vers une aire de reproduction[45]. La femelle caouanne se reproduit pour la première fois à l’âge de 28 à 33 ans au sud-est des États-Unis et en Australie, et à l’âge de 17 à 30 ans en Afrique du Sud. L’âge de la première reproduction en Méditerranée, à Oman, Oman, au Japon et au Brésil n’est pas connu[46]. Les tortues caouannes en âge de pondre ont une carapace qui mesure 70 à 109 cm. Du fait de cette grande variabilité, la taille de la carapace ne constitue pas un indicateur fiable de la maturité sexuelle[45]. Les caouannes ont une longévité maximale de 47 à 67 ans dans la nature[34].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Une femelle caouanne vue de dos, pondant ses œufs dans un trou qu’elle a creusé
Tortue caouanne pondant ses œufs.

Les femelles caouannes se reproduisent pour la première fois à l’âge de 17 à 33 ans[46], et leur période de reproduction dure jusqu’à six semaines[47]. Elles font la cour à leur partenaire, bien que ce comportement ne soit pas parfaitement étudié[48]. La parade nuptiale des mâles inclut des frottements avec la tête, des morsures et des mouvements de la tête et des nageoires[48]. Des études suggèrent que les femelles produisent des phéromones cloaquale pour indiquer leur réceptivité sexuelle[48]. Avant l’accouplement, le mâle approche la femelle et tente de monter dessus, tandis que celle-ci résiste. Ensuite, le mâle et la femelle commence à tourner en rond ensemble. Si le mâle à des concurrents, la femelle laisse les mâles se battre entre eux. Le vainqueur pourra s’accoupler. Lors de cet accouplement, les griffes incurvées des mâles endommagent les épaules de la carapace de la femelle. D’autres mâles peuvent parfois mordre celui qui est en train de copuler, laissant des blessures sur les nageoires et la queue, laissant parfois l’os à nu. Ces blessures peuvent stopper l’accouplement, et mettent des semaines à guérir[48].

Les femelles pondent en moyenne 3,9 œufs dans leur nid, et ne produisent ensuite pas d’œufs pendant deux à trois ans[47],[49]. A la différence des autres tortues marines, la parade nuptiale et l’accouplement n’ont pas lieu à proximité des plages sur lesquelles nichent les tortues mais plutôt sur les routes de migration entre les aires d’alimentation et les zones de reproduction[48]. Il a été démontré que l’ovulation des tortues caouannes est induites par l’accouplement[50]. Au moment de l’accouplement, la femelle ovule des œufs qui sont fertilisés par le mâle. Ce cas est relativement unique, l’induction de l’ovulation par l’accouplement étant très rare en dehors des mammifères[50]. Dans la mer Méditerranée, les caouannes s’accouplent de fin mars à début juin. La période de nidification atteint son sommet en juin et juillet, mais varie suivant les plages[51].

Les caouannes peuvent présenter des cas de pontes à multiple paternité[52]. Ceci est rendu possible car la femelle peut stocker du sperme de plusieurs mâles dans ses oviductes jusqu’à l’ovulation[53]. Une seule ponte peut présenter des œufs fertilisés par jusqu’à cinq mâles différents[52]. La multiple parternité et la taille des femelles sont positivement corrélées[52]. Deux hypothèses peuvent expliquer cette corrélation. Tout d’abord les mâles s’accouplent de préférence avec les plus grandes femelles qui présentent généralement une plus grande fécondité[52]. D’autre part, comme les grandes femelles sont capables d’atteindre plus rapidement à la nage les aires de ponte, leur période d’accouplement est plus longue[52].

Toutes les tortues marines ont un comportement de nidification similaire. Les femelles retournent pondre des œufs à des intervalles de 12 à 17 jours durant la période de nidification, sur la plage sur laquelle elles sont elles-mêmes nées, ou une plage voisine[49],[54]. Elles sortent de l’eau, montent sur la plage et creuse une fosse dans le sable à l’aide de leurs pattes arrière, dans laquelle elles pondent leurs œufs. Les femelles recouvrent le nid avec du sable et retourne à la mer[55]. Tout ceci prend de une à deux heures, et se déroule dans des zones sableuses ouvertes ou au sommet de dunes de sable[49]. La zone de nidification doit être choisie avec vigilance car elle joue sur la vitalité des jeunes, le taux de nouveau-nés s’extirpant du sable et la vulnérabilité du nid aux prédateurs[36]. Les caouannes pondent en moyenne 4 œufs par nid[56].

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Un Renard roux marchant le long d’un arbre tombé à terre
Le Renard roux est un prédateur des nids de caouanne en Australie.

Les tortues caouannes ont de nombreux prédateurs. Les œufs et les jeunes juste éclos peuvent être victimes des Oligochètes, scarabées, larves de mouches, fourmis, larves de Guêpe parasitoïde, mouches Sarcophagidae, crabes, serpents, mouettes, corbeaux, opossums, ours, rats, Dasypodidae, ratels, moufettes, canidés, ratons-laveurs, chats, hérissons et des Hommes. Durant leur trajet entre le nid et la mer, les jeunes tortues sont prises pour cible par les larves de diptères, les crabes, les crapauds, les lézards, les serpents, les oiseaux et les mammifères. Dans l’océan, les prédateurs comprennent les requins et divers poissons comme les poissons-perroquets ou les murènes, mais aussi les crabes Portunidae, les mouettes, phoques moines, et les orques. Les femelles au moment de la ponte sont prises pour proies par les mouches Sarcophagidae, les chiens errants et les Hommes. Les moustiques des marais salant peuvent aussi s’en prendre aux femelles en train de nicher[35],[57].

En Australie, l‘introduction du Renard roux (Vulpes vulpes) par les colons anglais au XIXe siècle a conduit à une forte diminution des populations de caouanne. Une étude menée dans les années 1970 a montré que sur une zone côtière de l’est de l’Australie, la prédation des œufs de tortues par les renards avait conduit à la destruction de 95 % des pontes[38]. Des efforts importants pour détruire les renards dans les années 1980 et 1990 ont réduit cet impact, mais on estime toutefois que d’ici 2020 la population de renards aura recouvré de ces pertes[58].

Le long de la côte du sud-est des États-Unis, le raton-laveur (Procyon lotor) est le principal prédateur des nids. Des pertes pouvant aller jusqu’à 100 % des nids certaines saisons ont été enregistrés sur certaines plages de Floride[38]. C’est attribué à une augmentation de la population de ratons-laveurs qui se sont très bien adaptés aux environnements urbains. Des efforts sont réalisés pour tenter de protéger les nids avec des grillages, ce qui a permis de réduire l’impact des ratons-laveurs[58]. A Bald Head Island, en Caroline du Nord, ces grillages sont utilisés sur tous les sites de pontes connues pour les protéger des Renards roux. La technique de protection par des cages crée un nouveau problème car il créé des interférences au niveau du développement normal du sens de l’orientation magnétique des jeunes tortues du fait de l’utilisation de fil de fer, ce qui peut gêner les tortues pour s’orienter correctement. Des efforts sont faits pour trouver des matériaux suffisamment résistants et non magnétiques.

Jusqu’à 40 % des femelles caouannes adultes dans le monde portent des blessures occasionnées par des attaques de requins[57].

Maladies et parasites[modifier | modifier le code]

Des bactéries infectieuses comme Pseudomonas et Salmonella touchent les jeunes tortues caouannes et les œufs. Des champignons comme Penicillium peuvent également infectés les nids et les cloaques[57].

Des maladies causées par des fibropapillomatoses menacent les caouannes sous la forme de virus herpes qui causent des tumeurs internes et externes. Ces tumeurs peuvent perturbées le comportement de la tortue, et au niveau des yeux causer des cécités définitives et totales[59]. Les trématodes de la famille des Spirorchiidae vivent dans les tissus du corps de la caouanne, dont certains organes vitaux comme le cœur et le cerveau[60]. Les infections par des trématodes peuvent être hautement dégénératives. Par exemple, une lésion causée par un trématode provoquant une inflammation peut induire une endocardite et des troubles neurologiques[60]. Un nématode, Angiostoma carettae, infectent également les caouannes[61]. Les nématodes causent des lésions histologiques au niveau du tractus respiratoire[61].

Plus de 100 espèces d’animaux appartenant à 13 phyla ainsi que 37 sortes d’algues vivent sur la carapace des tortues caouannes[62]. Ces organismes parasites qui diminuent sa pénétration dans l’eau n’offrent pas d’avantages particuliers aux tortues, bien qu’il se pourrait qu’il lui permettre de mieux se camoufler[62].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

C’est Carolus Linnaeus qui a donné sa première dénomination scientifique à la caouanne, Testudo caretta, en 1758[63],[23]. 35 autres appellations scientifiques ont été utilisées durant les deux siècles suivant. Caretta caretta lui est finalement attribué pour la première fois en 1902 par Leonhard Stejneger[64]. Le terme scientifique caretta est une latinisation de « caret », utilisé par les francophones pour désigner cet animal, un nom dont l'origine est mal connue, mais qui date du XVIe siècle et pourrait être un emprunt aux langues des caraïbes via l'espagnol[65]. Son nom commun anglais, « loggerhead », se réfère à sa grande tête[22],[66]. Elle est d'ailleurs appelée « Grosse tête » en Nouvelle-Calédonie[67]. En kali'na, langue des amérindiens vivant près des grands sites de pontes en Guyane française et au Suriname, le nom de la tortue luth est Kawana. Ce nom pourrait avoir été emprunté en français pour désigner la caouanne[68].

La caouanne appartient à la famille des Cheloniidae, qui comprend l’ensemble des tortues marines à l’exception de la tortue luth[69]. La classification des sous-espèces de la caouanne fait débat, mais pour la plupart des auteurs il s’agirait d’une espèce polymorphique qui n’aurait pas véritablement de sous-espèces[70]. Des études sur la génétique moléculaire de ses animaux a confirmé des cas d’hybridation de cette espèce avec la Tortue de Kemp, la Tortue imbriquée, et la tortue verte. On ne connait pas véritablement l’ampleur de ces hybridations, mais des cas d’hybrides de deuxième générations ont été révélés, ce qui montre que certains hybrides pourraient être fertiles[71].

Les principaux groupes évolutifs relatifs sont décrits ci-dessous par phylogénie[72] selon Hirayama, 1997, 1998, Lapparent de Broin, 2000, and Parham, 2005 :

 --o Procoelocryptodira
 |--o Chelonioidea Oppel, 1811 c’est-à-dire les tortues marines
 | |--o
 | | |--o †Toxochelyidae
 | | `--o Cheloniidae Oppel, 1811
 | | |----o Caretta Rafinesque, 1814
 | | | |--o †Caretta patriciae Zug, 2001
 | | |   `--o Caretta caretta Linné, 1758
 | | |----o Natator McCulloch, 1908
 | |   `----o Chelonini Oppel, 1811
 | |       |--o Eretmochelys Fitzinger, 1843
 | |       |--o Lepidochelys Fitzinger, 1843
 | |         `--o Chelonia Brongniart, 1800
 | `--o Dermochelyidae dont la tortue luth
   `--o Chelomacryptodira, c'est-à-dire les autres tortues cryptodires

Histoire évolutive[modifier | modifier le code]

Toutes les espèces de tortues actuelles descendent probablement d’un même ancêtre commun ayant vécu au Crétacé. Toutefois celui-ci n’a jamais été réellement identifié[73]. Les caouannes, comme toutes les autres espèces de tortues de mer à l’exception de la Tortue luth, appartiennent à l’ancienne famille des Cheloniidae. Il y a environ 40 millions d’années, cette branche des Cheloniidae a vu apparaître la caouanne[74]. Parmi les six espèces de Cheloniidae existantes aujourd’hui, la caouanne est plus apparentée à la Tortue de Kemp, la Tortue olivâtre et la Tortue imbriquée qu’à la Tortue à dos plate et la Tortue verte.

Il y a environ 3 millions d’années, au Pliocène, l’Amérique centrale a émergé, formant une barrière entre les océans Atlantique et Indo-Pacifique. Il en découle une réorganisation des courants marins, et la Terre entre alors dans une ère glaciaire. Le fort refroidissement des eaux au Cap de Bonne Espérance et au Cap Horn forme une barrière infranchissable pour les tortues, et les populations de l’Atlantique et du Pacifique se trouvent alors complètement isolées[75]. Durant la dernière ère glaciaire, les plages du sud-ouest de l’Amérique du Nord étaient trop froides pour accueillir les œufs des tortues de mer. Au fur et à mesure que la Terre s’est réchauffée, les caouannes ont migré vers le Nord et colonisé de nouvelles plages. Ainsi, les tortues qui pondent sur les plages de Caroline du Nord et du nord de la Floride forment une population génétiquement distincte de celle du sud de la Floride[75].

Chaque population de caouannes possède des caractéristiques anatomiques et génétiques distinctes. Ainsi, les caouannes de Méditerranée sont en moyenne plus petites que celles de l’océan Atlantique[8]. Les caouannes de l’Atlantique Nord et de la Méditerranée descendent de tortues venant du Tongaland, en Afrique du Sud. Les gènes des caouannes sud-africaines sont toujours présents dans ces populations de nos jours[75].

La caouanne et l'Homme[modifier | modifier le code]

Trace de caouanne venue pondre sur une plage.
Signalisation d'un lieu de ponte.

En France, elle avait déjà disparu des côtes méditerranéennes en tant qu'espèce reproductrice depuis le début du XIXe siècle. En mer, elle est capturée accidentellement par les filets de pêche. Elle est victime de la pollution par ingestion de sacs plastiques qu'elle confond avec des méduses. L'avenir de cette espèce en Méditerranée dépend principalement de la protection des lieux de ponte subsistant dans la zone orientale. Elle est essentiellement victime du tourisme et de la pêche industrielle.

Pour empêcher les captures accidentelles par les chalutiers, les américains ont mis en place un dispositif d’exclusion des tortues qui permet de les limiter. En Méditerranée, des mesures limitant les captures accidentelles de ces tortues devront être édictées.

Protection[modifier | modifier le code]

Elle est protégée en France par l’arrêté du 17 juillet 1991. Les femelles nidifiantes sont protégées à Chypre et les aires de ponte sont protégées sur les rivages de Zante et au parc national de Kouf en Libye.
Les îles Kuriat en Tunisie abritent un site de nidification important de la tortue Caouanne.

Elle est en France concernée par un plan de restauration des tortues marines des Antilles françaises (plan local et régional qui concerne aussi d'autres tortues Marines des Antilles françaises (tortue imbriquée, tortue verte, tortue luth, tortue olivâtre). Ce plan est subdivisé en :

  • un Plan de Restauration des Tortues Marines de Guadeloupe,
  • un Plan de Restauration des Tortues Marines de Martinique,
  • un projet de programme de coopération internationale à développer à échelle géographique plus large, voire planétaire afin de mieux prendre en compte les métapopulations et la diversité génétique des espèces. Une campagne de protection internationale a également été lancée par June Haimoff pour la protection des tortues.

Timbres-poste[modifier | modifier le code]

Caretta caretta a fait l'objet d'une série de six timbres émis par la République du Cap-Vert en 2002[76].

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Linnaeus, 1758 : Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis, ed. 10 (texte intégral).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Spotila 2004, p. 172
  2. Spotila 2004, p. 174
  3. Conant 2009, p. 11
  4. a, b, c et d Ernst 2009, p. 39
  5. (en) Steve Ross, « Sargassum: A Complex 'Island' Community at Sea », NOAA,‎ (consulté le 27 mai 2010)
  6. a, b et c Spotila 2004, p. 164
  7. a, b, c, d, e et f Spotila 2004, p. 165
  8. a, b, c, d, e et f Spotila 2004, p. 166
  9. a, b et c Conant 2009, p. 8
  10. C.Michael Hogan. 2011. Coral Sea. Encyclopedia of Earth. Eds. P.Saundry & C.J.Cleveland. National Council for Science and the Environment. Washington DC
  11. a et b Bowen 1995, p. 3731
  12. Bowen 1995, p. 3733
  13. (en) Nichols Wallace J., « Voyage of the Lonely Turtle – Interview: Wallace J. Nichols », PBS, Educational Broadcasting Corporation,‎ (consulté le 30 mai 2010)
  14. Conant 2009, p. 20
  15. (en) « Zakynthos Airport », Zakynthos Internet Services,‎ (consulté le 12 avril 2010) : « Night flights are banned on Zakynthos, so as not to disturb the endangered Caretta Carettaturtles which nest their eggs on the beaches of Zante. »
  16. [1]
  17. (fr) « Une tortue retrouvée sur la plage à Plouharnel », sur Ouest-France.fr (consulté le 2 février 2016)
  18. les tortues refont surface sur www.corsematin.com (consulté le 11 février 2016)
  19. [2] sur www.varmatin.com (consulté le 24 août 2016)
  20. a, b et c Ernst 2009, p. 37
  21. a, b, c, d, e et f Wynne 1999, p. 104
  22. a, b, c, d et e (en) A.B. Bolten, « Loggerhead Turtle (Caretta caretta) », NOAA Fisheries, NOAA Fisheries,‎ (consulté le 31 janvier 2010)
  23. a, b et c Conant 2009, p. 7
  24. a, b et c Wynne 1999, p. 110
  25. (en) SeaWorld Parks & Entertainment, « Sea Turtles: Physical Characteristics », SeaWorld/Busch Gardens Animals,‎ (consulté le 26 mai 2010) : « A sea turtle cannot retract its limbs under its shell as a land turtle can. »
  26. a et b Valente 2007, p. 22
  27. Peaker 1975, p. 231
  28. a et b Ernst 2009, p. 44
  29. Ernst 2009, p. 43
  30. a et b Ernst 2009, p. 40
  31. a, b et c (en) G Schofield, Gail Katselidis, KA Pantis, JD Dimopoulos et P Hays, « Female-female aggressions: structure of interaction and outcome in loggerhead sea turtles », Marine Ecology Progress Series, vol. 336, no 1,‎ , p. 267 (ISSN 1616-1599, DOI 10.3354/meps336267, lire en ligne)
  32. « Loggerhead Sea Turtle », WWF (consulté le 30 mai 2007)
  33. a et b Nathan Putman et al. (Université de Caroline du Nord) ; Current Biology, vol 21, p. 463-466, 2011
  34. a et b Ernst 2009, p. 50
  35. a, b, c et d Ernst 2009, p. 52
  36. a, b et c Miller 2000, p. 10
  37. Yntema 1982, p. 1013
  38. a, b et c Spotila 2004, p. 171
  39. (en) Fish and Wildlife Research Institute, « Artificial Lighting and Sea Turtle Hatchling Behavior », Florida Fish and Wildlife Conservation Commission, Coastal Carolina University,‎ (consulté le 1er avril 2010)
  40. a et b Spotila 2004, p. 21
  41. Spotila 2004, p. 22
  42. (en) S. Hochscheid, F. Bentivegna et G.C. Hay, « First Records of Dive Durations for a Hibernating Sea Turtle », Biol. Lett., vol. 1, no 1,‎ , p. 82–6 (PMID 17148134, PMCID 1629053, DOI 10.1098/rsbl.2004.0250, lire en ligne)
  43. a et b (en) Larisa Avens, « Use of multiple orientation cues by juvenile loggerhead sea turtles Caretta caretta », The Journal of Experimental Biology, vol. 206, no 1,‎ , p. 4317 (DOI 10.1242/jeb.00657)
  44. (en) F. Bentivegna, F. Valentino, P. Falco, E. Zambianchi et S. Hochscheid, « The relationship between loggerhead turtle (Caretta caretta) movement patterns and Mediterranean currents », Marine biology, vol. 151, no 5,‎ , p. 1605–1614
  45. a et b Miller 2000, p. 5
  46. a et b Spotila 2004, p. 16
  47. a et b Miller 2000, p. 4
  48. a, b, c, d et e Miller 2000, p. 6
  49. a, b et c Spotila 2004, p. 170
  50. a et b (en) Charles Manire, « Mating-induced ovulation in loggerhead sea turtles, Caretta caretta », Zoo Biology,‎ Modèle:Subscription
  51. Miller 2000, p. 9
  52. a, b, c, d et e (en) Judith Zbinden, « High frequency of multiple paternity in the largest rookery of Mediterranean loggerhead sea turtles. », Molecular Ecology,‎ Modèle:Subscription
  53. (en) D.E. Pearce, « Turtle Behavior Systems: Behavior, Sperm Storage, and Genetic Paternity », The Journal of Heredity,‎ (consulté le 29 avril 2010)
  54. Miller 2000, p. 29
  55. Miller 2000, p. 13
  56. Miller 2000, p. 17
  57. a, b et c Ernst 2009, p. 53
  58. a et b National Research Council 1990, p. 62
  59. (en) NOAA Fisheries, « Threats to Marine Turtles », Endangered marine animal preservation, NOAA Fisheries Office of Protected Resources,‎ (consulté le 7 février 2010)
  60. a et b (en) Mark Flint, « Postmortem diagnostic investigation of disease in free-ranging marine turtle populations: a review of common pathologic findings and protocols », Journal of Veterinary Diagnostic Investigation,‎ (consulté le 27 mai 2010)
  61. a et b (en) Charles Manire, « Lungworm infection in three loggerhead sea turtles, Caretta caretta », Journal of Zoo and Wildlife Medicine,‎ Modèle:Subscription
  62. a et b Spotila 2004, p. 177
  63. Dodd 1988, p. 1
  64. Dodd 1988, p. 2
  65. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Caret » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales Consulté le=29/5/2007
  66. Dodd 1988, p. 4
  67. « sensibilisation », IFRECOR
  68. (fr) « Du nom indigène des îles de l'archipel des Antilles » de Thierry L'Étang, note (92).
  69. Wynne 1999, p. 97
  70. Marquez 1990, p. 14
  71. James 2004, p. 581
  72. « Chelonioinea turtles and relatives », Mikko's Phylogeny Archive (consulté le 17 mai 2007)
  73. Witherington 2006, p. 12
  74. Spotila 2004, p. 59
  75. a, b et c Spotila 2004, p. 167
  76. (fr) Union postale universelle [3]

Erreur de référence : La balise <ref> nommée « NMF » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « spotila178 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « seaturtlebook13 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « lorne23 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « council114 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « council115 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « janzen7489 » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « eatingturtles » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « eatturtleeggs » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « seaturtlebacteria » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « volunteerwork » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « southafricaconservation » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « japanconservation » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « southeastasiaconservation » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « greececonservation » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « omanconservation » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « cartagenaconvention » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « plosone » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.
Erreur de référence : La balise <ref> nommée « lewison » définie dans <references> n’est pas utilisée dans le texte précédent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Piano di azione per la conservazione della tartaruga marina Caretta caretta nelle Isole Pelagie a cura di Emilio Balletto, Cristina Giacoma, Susanna Piovano, Franco Mari e Luigi Dell’Anna.
  • (en) B.W. Bowen, F.A. Abreu-Grobois, G.H. Balazs, N Kamezaki, C.J. Limpus et R.J. Ferl, « Trans-Pacific migrations of the loggerhead turtle (Caretta caretta) demonstrated with mitochondrial DNA markers », Proc. Natl. Acad. Sci. USA, vol. 92, no 9,‎ (lire en ligne [PDF])
  • (en) Committee on Sea Turtle Conservation, National Research Council, Decline of the Sea Turtles: Causes and Prevention, The National Academies Press, (ISBN 0-309-04247-X, lire en ligne)
  • (en) Therese A. Conant, Peter H. Dutton, Tomoharu Eguchi, Sheryan P. Epperly, Christina C. Fahy, Matthew H. Godfrey, Sandra L. MacPherson, Earl E. Possardt, Barbara A. Schroeder, Jeffrey A. Seminoff, Melissa L. Snover, Carrie M. Upite et Blair E. Witherington, Loggerhead Sea Turtle (Caretta caretta) 2009 Status Review Under the U.S. Endangered Species Act, Loggerhead Biological Review Team, , PDF (lire en ligne)
  • Dodd C.K., A bibliography of the Loggerhead sea turtle Caretta caretta (2005), Florida Integrated Science Center, U.S. Geological Survey.
  • (en) Kenneth Dodd, « Synopsis of the Biological Data on the Loggerhead Sea Turtle Caretta caretta (Linnaeus 1758) », Biological Report 88 (14),‎ , p. 1–83 (lire en ligne [PDF])
  • (en) C. H. Ernst et J.E. Lovich, Turtles of the United States and Canada, JHU Press, (ISBN 978-0-8018-9121-2, lire en ligne)
  • Groombridge, Brian. (1990) : Marine turtles in the Mediterranean: distribution, population status, conservation. A report to the Council of Europe Environment Conservation and Management. Division 48. Strasbourg.
  • (en) Kathleen Martin, Peter H. Dutton, « Hybridization Between a Green Turtle, Chelonia mydas, and Loggerhead Turtle, Caretta caretta, and the First Record of a Green Turtle in Atlantic Canada » [PDF], Canadian Field- Naturalist,‎ (consulté le 2 juin 2010)
  • (en) Fredric J Janzen, « Climate change and temperature-dependent sex determination inreptiles », PopulationBiology, vol. 91, no 16,‎ , p. 7487–7490 (lire en ligne [PDF])
  • (en) Jacquelyn Lorne et Michael Salmon, « Effects of exposure to artificial lighting on orientation of hatchling sea turtles on the beach and in the ocean », Endangered Species Research, vol. 3,‎ , p. 23 (DOI 10.3354/esr003023, lire en ligne [PDF])
  • Laurent, L., Lescure J., Excoffier L., Bowen B., Domingo M., Hadjichristophorou M., Kornaraki L., & G. Trabuchet (1993). Genetic studies of relationships between Mediterranean and Atlantic populations of loggerhead turtle Caretta caretta with a mitochondrial marker. Compte-rendu de l’Académie des Sciences, Paris 316:1233-1239.
  • Laurent L., Bradai M.N., Hadoud D.A., El Gomati H.E., 1995. Marine turtle nesting activity assessment in Lybian coasts. Phase 1: survey of the coasts between the Egyptian border and Sirte. RAC/SPA, Tunis, Tunisia.
  • Laurent L., Bradai M.N., Hadoud D.A., El Gomati H.E., Hamza A.A., 1999. Marine turtle nesting activity assessment in Lybian coasts. Phase 3: survey of the coasts between the Tunisian border and Misratah. RAC/SPA, Tunis, Tunisia.
  • René Márquez M. et M.-L. Bauchot, Les Tortues, FAO (lire en ligne)
  • (en) R. Márquez, « Sea Turtles of the World: an Annotated and Illustrated Catalogue of Sea Turtle Species Known to Date », FAO Fisheries Synopsis, vol. 11, no 125,‎ (lire en ligne [PDF])
  • (en) Jeffrey D. Miller, Collin J. Limpus et Matthew H. Godfrey, Nest Site Selection, Oviposition, Eggs, Development, Hatching and Emergence of Loggerhead Turtles., University of Florida Press, (lire en ligne [PDF])
  • (en) National Marine Fisheries Service and U.S. Fish and Wildlife Service, « Recovery Plan for U.S. Pacific Populations of the Loggerhead Turtle (Caretta caretta). » [PDF], Silver Spring, MD., National Marine Fisheries Service,‎ (consulté le 25 octobre 2010)
  • (en) Malcolm Peaker et J. Linzell, Salt Glands in Birds and Reptiles, (ISBN 0-521-20629-4)
  • (en) Benjamin F. Shearer et Barbara S. Shearer, State names, seals, flags, and symbols, Westport, Connecticut, Greenwood Publishing Group, (ISBN 0-313-28862-3)
  • (en) James R. Spotila, Sea Turtles: A Complete Guide to their Biology, Behavior, and Conservation, Baltimore, Maryland, The Johns Hopkins University Press and Oakwood Arts, (ISBN 0-8018-8007-6)
  • (en) A. L. S. Valente, Diagnostic Imaging of the Loggerhead Sea Turtle, Caretta Caretta, (OCLC 804338278, lire en ligne)
  • (en) Blair Witherington, Sea Turtles – An Extraordinar Natural History of Some Uncommon Turtles, St Paul, Minnesota, MBI Publishing Company, (ISBN 0-7603-2644-4, lire en ligne), « Ancient Origins »
  • (en) Kate Wynne et Malia Schwartz, Guide to Marine Mammals and Turtles of the U.S. Atlantic and Gulf of Mexico, Rhode Island Sea Grant, (ISBN 0-938412-43-4)
  • (en) C. Yntema et N. Mrosovsky, « Critical periods and pivotal temperatures for sexual differentiation in loggerhead sea turtles », Canadian Journal of Zoology, vol. 60, no 5,‎ , p. 1012–1016 (ISSN 1480-3283, DOI 10.1139/z82-141, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]