Decapoda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Decapoda (du grec déca, dix, et pous, podos, pied) sont par définition des crustacés possédant 5 paires de pattes. Cet ordre comprend notamment quelques crustacés bien connus, tels que les galathées, les crabes, les crevettes, les écrevisses ou encore les homards et langoustes. On les qualifie dans le langage courant de décapodes, terme qui désigne également le groupe des Sepiida, des mollusques céphalopodes.

Écologie[modifier | modifier le code]

Les Decapoda sont des animaux principalement carnassiers, charognards ou détritivores.

La plupart sont marins. Certains, comme les écrevisses, vivent en eau douce et d'autres, comme le crabe de cocotier, mènent une existence terrestre, dans des endroits humides.

Anatomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Anatomie des décapodes.

Les décapodes ont ordinairement la tête et la région thoracique soudées en une masse commune, ou céphalothorax, revêtue d'une carapace solide et d'une grande résistance.

Leur carapace est très calcifiée.

Leurs appendices thoraciques comprennent trois paires de pattes-mâchoires ou maxillipèdes, et seulement cinq paires de pattes locomotrices ou péréiopodes. De ces dernières est tiré le nom des décapodes. La formule appendiculaire est (2+1+2) + (3+5) + 6. C'est le type le mieux équilibré.

Les branchies sont portées par les pattes thoraciques et protégées, de chaque côté du corps, par un repli de la carapace délimitant une chambre branchiale. Des parties spéciales des membres y assurent une circulation d'eau.

L'estomac, souvent subdivisé en deux parties appelées estomac cardiaque et estomac pylorique, est prolongé par l'intestin moyen et accompagné d'un important hépatopancréas, glande qui synthétise les principales enzymes digestives. L'estomac cardiaque comporte un appareil masticateur (moulin gastrique) formé de pièces chitineuses épaissies très mobiles, parfois calcifiées en certaines régions qui forment des sortes d'osselets[2].

Le système artériel est bien développé.

Le système nerveux est plus ou moins condensé, et parfois réduit, comme chez le crabe, à une seule masse thoracique rattachée aux ganglions cérébroïdes.

Les yeux sont pédonculés et très mobiles en tous sens. Les décapodes sont des podophtalmes.

L'abdomen peut être très long, comme les homards, ou très court, comme chez les tourteaux.

La larve caractéristique du décapode et de beaucoup de crustacés est le nauplius.

Systématique[modifier | modifier le code]

Place des décapodes dans le règne animal[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Une langouste Panulirus argus.
Crabe terrestre Ocypode quadrata
Le Crabe du cocotier (Birgus latro) est le plus gros arthropode terrestre.
Lithodes santolla, un « crabe royal »

Les Décapodes représentent un ordre de crustacés de la classe Malacostraca. L'ordre des décapodes a été créé par Pierre André Latreille (1762-1833) en 1802.

On les divise traditionnellement en macroures, à abdomen très développé, comme l'écrevisse, le homard et la langouste ; et brachyures, à abdomen court et souvent replié sous le thorax, comme le crabe-tourteau.

Ils sont divisés en deux sous-ordres en fonction de la morphologie des branchies et du mode de gestation :

et un genre de classification incertaine : Charassocarcinus Van Straelen, 1925

Auparavant, ils étaient classés en deux sous-ordres appelés Natantia, ou décapodes nageurs, et Reptantia, ou décapodes marcheurs.

Selon World Register of Marine Species (1 avril 2015)[3] :

Classification alternative :


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucia Falciai et Roberto Minervini, Guide des homards, crabes, langoustes, crevettes : et autres crustacés décapodes d'Europe, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste », , 287 p. (ISBN 978-2603009949).

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 1 avril 2015
  2. (en) D.R. Khanna, Biology of ArthropodaDiscovery Publishing House, Discovery Publishing House, , p. 6
  3. World Register of Marine Species, consulté le 1 avril 2015