Herpesviridae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les virus
Cet article est une ébauche concernant les virus.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Herpesviridae
Description de cette image, également commentée ci-après

Différents herpèsvirus
(dont VZV, HSV-1, HSV-2)

Classification
Type Virus
Groupe Groupe I

Famille

Herpesviridae
— auteur incomplet —, date à préciser

Les herpèsvirus (Herpesviridae) sont une famille de virus à ADN qui provoquent des maladies chez les humains et les animaux.

Herpèsvirus humains[modifier | modifier le code]

Huit types de virus de cette famille sont la cause de maladies chez les humains. Ce sont, en anglais, les « human herpesvirus » (HHV) :

Transmission[modifier | modifier le code]

À l'exception de VZV (de la famille des alpha Herpès Virus), le mode de transmission est le fait de contacts interhumains rapprochés, oraux ou sexuels. Le VZV est transmis par voie respiratoire. Notons que le CMV qui se transmet essentiellement par la salive (plus généralement par contact à des liquides biologiques infectés, lait maternel, urines des couches) peut être transmis par voie sanguine

Structure virale[modifier | modifier le code]

Tous les herpèsvirus humains partagent des propriétés communes. Une d'entre elles est la structure virale — tous les herpèsvirus sont composés d'un génome relativement important à ADN linéaire double brin codant 100 à 200 gènes encapsulé dans une cage protéinique icosaèdrique appelée la capside, elle-même enveloppée dans une membrane lipidique bi-couche appelée l'enveloppe. Cette particule est appelée virion. À la suite de la liaison de l'enveloppe virale protéique aux récepteurs de la membrane cellulaire, le virion est ingéré et démantelé, permettant à l'ADN viral de migrer vers le noyau de la cellule. À l'intérieur du noyau, l'ADN viral subit une réplication et une transcription limitées à un petit nombre de gènes viraux appelés gènes latents. De cette manière, le virus peut persister dans la cellule (et donc dans l'hôte) indéfiniment. La réactivation de virus latents intervient dans de nombreuses maladies organiques.

Tandis que la primo-infection est souvent accompagnée d'une période limitée de maladie clinique, la latence à long terme est asymptomatique. À la suite de l'activation, le virus entame la transcription de nombreux gènes additionnels non-latents appelés gènes lytiques qui conduisent à une réplication accélérée et à la production de nouveaux virus. La formation de l'enveloppe se fait à partir de la membrane nucléaire contrairement à la plupart des autres virus dont l'enveloppe se forme à partir de la membrane plasmique. Souvent, l'activation lytique entraîne la mort de la cellule.

Cliniquement, l'activation lytique s'accompagne souvent de l'apparition de symptômes non spécifiques tels qu'une faible fièvre, un mal de crâne, un mal de gorge, un état de fatigue, un érythème, etc. ainsi que de signes cliniques tels que des ganglions lymphatiques enflés ou douloureux et des signes immunologiques tels qu'une diminution du nombre des cellules tueuses naturelles.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-familles[modifier | modifier le code]

Selon BioLib (27 mai 2016)[1], NCBI (27 mai 2016)[2] et World Register of Marine Species (27 mai 2016)[3] :

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon Catalogue of Life (27 mai 2016)[4] et World Register of Marine Species (27 mai 2016)[3] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :