Glande lacrymale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
glande lacrymale
Description de cette image, également commentée ci-après
Système lacrymal :a = Glande lacrymale

b = Point lacrymal supérieur

c = Canal lacrymal supérieur

d = Sac lacrymal

e = Point lacrymal inférieur

f = Canal lacrymal inférieur

g = Canal nasolacrymal

La partie la plus rose à droite de l'œil s'appelle la caroncule lacrymale.
Données
Nom latin glandula lacrimalis (TA +/-)

Les glandes lacrymales sont des glandes exocrines qui font partie du système lacrymal ayant pour but de produire et d'évacuer les larmes. Elles assurent une hydratation permanente de la cornée et filtrent le sang.

Anatomie des glandes lacrymales [modifier | modifier le code]

L'appareil lacrymal comporte 2 types de glandes lacrymales. On distingue la glande lacrymale principale, située en arrière du bord supérieur de l'orbite, et les glandes lacrymales accessoires, situées dans la conjonctive :

  • La glande lacrymale principale assure la sécrétion réflexe des larmes. Ces larmes sont provoquées par une vive émotion ou une irritation causée par exemple par le vent, une lumière trop forte, une poussière ;
  • Les glandes lacrymales accessoires rentrent dans l'élaboration du liquide lacrymal.

La glande lacrymale est irriguée par l'artère lacrymale, un rameau de l'artère ophtalmique; par la veine lacrymale le sang veineux se déverse dans la veine ophtalmaique supérieure. Avant de se rendre aux ganglions parotidiens, les lymphatiques contournent le rebord de l'orbite. Les nerfs proviennent du nerf lacrymal, qui est un rameau du nerf ophtalmique (V1).[1]

Les glandes lacrymales et les larmes [modifier | modifier le code]

Pour fabriquer les larmes, les glandes lacrymales filtrent le sang apporté par des capillaires. Ces larmes sont ensuite envoyées sur l'œil pour l'hydrater, le lubrifier et le protéger. Les larmes sont salées, à hauteur de 14 g/l de chlorure de sodium.

L'appareil lacrymal est constitué des glandes lacrymales qui sécrètent les larmes et le liquide lacrymal, et d'un système de drainage, les voies lacrymales.

Le canal lacrymonasal évacue, par l'intermédiaire du sac lacrymal les larmes et impuretés vers l'intérieur du nez. Lors d'une grosse crise de larmes, les larmes s'écoulent par les yeux et par le nez. C'est pour cette raison que l'on a besoin de se moucher ou d'avaler.

Fonctions antimicrobiennes[modifier | modifier le code]

Les larmes contiennent des substances naturelles antimicrobiennes : antibactériennes, antifongiques et antivirales.

Ceci explique que les infections bactériennes et fongiques de l'œil sont rares.

Mais certains virus à ARN enveloppés (ex : virus de l'herpès simplex de type 1 [HSV-1][2] ; virus de l'influenza aviaire, dont notamment A H7N7[3], certains coronavirus dont le SARS-CoV-2 responsable de la COVID-19) et certains virus non enveloppés (ex : entérovirus, adénovirus)[4] infectent assez facilement la conjonctive (provoquant une conjonctivite).

La réplication du HSV-1 a été démontrée ex vivo dans des cultures d'explants de tissu oculaire humain[5] et des virus de la grippe pandémique H1N1[6]. Selon les études, de 0,9% à 31,6% des patients infectés par le SRAS-CoV-2 ont déclaré une conjonctivite, et bien que seul un faible nombre d'échantillons conjonctivaux ont été analysés et/ou trouvés positifs pour l'ARN du SRAS-CoV-2 la possibilité d'une infection de la conjonctive par ce virus semble avérée, et elle serait même plus fréquente que pour le SRAS-CoV-1 (dans les mêmes cadres expérimentaux normalisés)[7]. Ceci est un peu surprenant car on considérait jusqu'alors que le tissu conjonctival ne contient pas les récepteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine 2 (ACE2, réputés nécessaire à l'infection par le SARS-CoV-2). Ex vivo de preuves claires d'infections ont cependant été apportées mi-2020 [7] (ce qui signifie que l'ACE2 existe sur la muqueuse conjonctive qui doit alors être réexaminée, ou que d'autres récepteurs pour le virus existent pour ce virus[8].

Deux types de larmes[modifier | modifier le code]

Les glandes lacrymales sécrètent 2 types de larmes :

  1. les larmes réflexes ː le système nerveux peut informer les glandes lacrymales d'un danger pour la cornée, par exemple une poussière. Par réflexe, les glandes vont sécréter des larmes pour nettoyer la cornée.
    Les cellules de l'oignon contiennent une molécule volatile (l'oxyde de propanethial) qui excite ce système. C'est la raison pour laquelle on pleure à la découpe d'un oignon.
  1. les larmes émotionnelles ː ce type de larmes est sécrété lors d'une vive émotion. Bien que l'on ne connaisse pas leur origine, on sait qu'elles contiennent des protéines et des hormones qui procureraient une sensation d'apaisement et donc elles permettraient de nous calmer.

Pathologie des glandes lacrymales [modifier | modifier le code]

Lorsque les voies lacrymales sont rétrécies ou obstruées, l'évacuation des larmes est plus difficile, ce qui entraîne un larmoiement permanent. À préciser que tous les larmoiements ne sont pas dus à une obstruction de voies lacrymales. Si l'obstruction est avérée, on a alors recours à une intervention chirurgicale pour déboucher les voies.

La sécheresse oculaire est également une pathologie répandue. 4 millions de Français sont victimes de cette pathologie. La cause de cette pathologie peut être liée à un dysfonctionnement des glandes lacrymales qui ne remplissent plus leur fonction. Ce dysfonctionnement est notamment dû à la vieillesse. La solution est d'utiliser des collyres sans conservateur, également appelés larmes artificielles. Si le problème persiste, il faut consulter un ophtalmologue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Leblanc, Système Nerveux Encéphalo-Périphérique: Vascularisation Anatomie Imageries, (lire en ligne), p. 322
  2. (en) S Kaye et A Choudhary, « Herpes simplex keratitis », Progress in Retinal and Eye Research, vol. 25, no 4,‎ , p. 355–380 (DOI 10.1016/j.preteyeres.2006.05.001, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  3. (en) R. A. M. Fouchier, P. M. Schneeberger, F. W. Rozendaal et J. M. Broekman, « Avian influenza A virus (H7N7) associated with human conjunctivitis and a fatal case of acute respiratory distress syndrome », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 101, no 5,‎ , p. 1356–1361 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, DOI 10.1073/pnas.0308352100, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  4. (en) Vishal Jhanji, Tommy C.Y. Chan, Emmy Y.M. Li et Kanika Agarwal, « Adenoviral keratoconjunctivitis », Survey of Ophthalmology, vol. 60, no 5,‎ , p. 435–443 (DOI 10.1016/j.survophthal.2015.04.001, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  5. Alekseev, Oleg, Anh H. Tran, and Jane Azizkhan-Clifford. "Ex vivo organotypic corneal model of acute epithelial herpes simplex virus type I infection." JoVE (Journal of Visualized Experiments) 69 (2012): e3631.
  6. (en) Michael C.W. Chan, Renee W.Y. Chan, Wendy C.L. Yu et Carol C.C. Ho, « Tropism and Innate Host Responses of the 2009 Pandemic H1N1 Influenza Virus in ex Vivo and in Vitro Cultures of Human Conjunctiva and Respiratory Tract », The American Journal of Pathology, vol. 176, no 4,‎ , p. 1828–1840 (PMID 20110407, PMCID PMC2843473, DOI 10.2353/ajpath.2010.091087, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  7. a et b (en) Kenrie P Y Hui, Man-Chun Cheung, Ranawaka A P M Perera et Ka-Chun Ng, « Tropism, replication competence, and innate immune responses of the coronavirus SARS-CoV-2 in human respiratory tract and conjunctiva: an analysis in ex-vivo and in-vitro cultures », The Lancet Respiratory Medicine, vol. 8, no 7,‎ , p. 687–695 (PMID 32386571, PMCID PMC7252187, DOI 10.1016/S2213-2600(20)30193-4, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  8. (en) Kenrie PY Hui, Malik Peiris, Jm Nicholls et Michael CW Chan, « SARS-CoV-2 infection in conjunctival tissue – Authors' reply », The Lancet Respiratory Medicine, vol. 8, no 7,‎ , e58 (PMCID PMC7340404, DOI 10.1016/S2213-2600(20)30273-3, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-glande-lacrymale-13900/
  2. http://www.ophtavet.com/Medcom_Ophtavet/EspacePublic/10_fiches_client_lux_glande_lacrymale.cfm
  3. https://www.ophtalmo-dijon-toison.fr/les-pathologies/pathologies-des-voies-lacrymales-et-de-l-orbite.10
  4. https://www.santemagazine.fr/sante/maladies/maladies-de-l-oeil/secheresse-oculaire-quelles-solutions-170830
  5. http://www.em-consulte.com/en/article/113002
  6. https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-glande-lacrymale-13900/