Fañch Morvannou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Fañch Morvannou
Nom de naissance François Morvannou
Alias
Yann Glevareg
Naissance
Le Cloître-Pleyben (Finistère)
Décès (à 87 ans)
Brest (Finistère)
Activité principale
Professeur
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Breton, français, latin

Œuvres principales

  • Le breton, la jeunesse d'une vieille langue (essai, 1980)
  • Le breton sans peine (méthode de langue, 1975)
  • Julien Maunoir : Missionnaire en Bretagne (2010 et 2012)

Compléments

Fañch Morvannou né le 20 novembre 1931 au Cloître-Pleyben (Finistère) et mort le à Brest à 87 ans[1], est un universitaire breton défenseur de la langue bretonne et militant de l’Union démocratique bretonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fañch Morvannou, François Morvannou pour l'état civil, est né le 20 novembre 1931 au Cloître-Pleyben (Finistère). Linguiste agrégé de lettres classiques et docteur en celtique[2], il a enseigné comme professeur de latin puis de breton à l'Université de Bretagne occidentale (UBO)[3],[4],[5]. Il était également chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC)[6].

Fañch Morvannou a été le directeur de la revue Planedenn (br)[2].

De 1992 à 2001, il a conçu, produit et présenté une émission de radio hebdomadaire en langue bretonne, Skrivagner or bro, sur RCF-Rivages (diocèse du Finistère). Il a été membre de la commission interdiocésaine de traduction des textes liturgiques en langue bretonne de 1999 à 2004, et coordinateur de la commission Yez ha sevenadur (Langue et culture bretonne) du diocèse de Quimper de 2005 à 2010. Le pape François l'a nommé chevalier de l'ordre de Saint-Grégoire-le-Grand en 2013 pour services rendus à l'Église, par ses travaux de recherches, de traductions, et ses publications au sein du diocèse de Quimper et de Léon[7].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Fañch Morvannou a été membre de l'Union démocratique bretonne (UDB)[8]. Il avait d'ailleurs pris en charge la direction du mensuel brittophone Pobl Vreizh de juin 1976 jusqu'à sa dernière parution en mai 1982[9]. Il a également été un militant de l'association Ar Falz[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de nombreuses contributions dans les revues Armorica (éditée de 1996 à 2000), Hor Yezh, Al Liamm, Ar Falz et Brud Nevez.

Langue, pédagogie[modifier | modifier le code]

  • Fañch Morvannou (ill. Jean-Louis Goussé), Le breton sans peine, Chennevières-sur-Marne, Assimil, 1975-1979, 672 p., 18 cm (2 tomes et 4 cassettes audio en coffret carton) (ISBN 978-2-7005-0078-3 et 2-7005-0078-4)
  • Fañch Morvannou, Initiation au breton sans peine, Assimil, 1980, 186 p. (ISBN 2-7005-0090-3)
  • Fañch Morvannou (préf. Robert Laffont), Le breton, la jeunesse d'une vieille langue, Brest (1re éd.), Lannion (2e et 3e éd.), Presses populaires de Bretagne, coll. « Les cahiers du Peuple breton / hors-série », 1980 (1re éd.), 1988 (2e éd.) et 1994 (3e éd.), 90 p., 21 cm (ISBN 978-2-9502619-0-8 et 2-9502619-0-6, présentation en ligne)
  • Traduire en breton. Treiñ e brezhoneg. Fañch Morvannou dans le texte. Une brassée de ses thèmes bretons, présenté par Ronan Calvez, Morlaix, Skol Vreizh, 2011 (ISBN 978-2-915623-76-5)

Études[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • An Utopia, Tomaz Mor, traduction en breton depuis le latin de l'ouvrage de Thomas More L'Utopie, publiée dans la revue Planedenn, no 31-32-33, 1991.
  • Ar Roc'h Toull, traducteur et préfacier, Armorica, 2000.
  • O Klask Armand Robin, Armorica, 2001.

Cantiques bretons, liturgie[modifier | modifier le code]

  • « Langue bretonne et liturgie », Semaine Religieuse de Quimper et de Léon, 20 juin 1973, p. 341-351
  • Kanennoù ar feiz. Les chants de la foi, Paris, Editions du Layeur / Notre Histoire, , 47 p., (livre-CD) (ISBN 978-2-911468-17-9, présentation en ligne)

Biographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Disparition. Fañch Morvannou a consacré sa vie à la langue bretonne », sur Le Telegramme, (consulté le 8 mai 2019)
  2. a et b Bibliothèque nationale de France (BNF), « Notice d'autorité de Fañch Morvannou », sur Bnf.fr (consulté le 18 novembre 2013)
  3. « Disparition. Fañch Morvannou a consacré sa vie à la langue bretonne », sur Le Télégramme
  4. « Brest. Le linguiste Fañch Morvannou, docteur en celtique, est décédé », sur Ouest-France
  5. « Aet eo Fañch Morvannou d’an anaon. Fañch Morvannou est décédé ce lundi 6 mai » sur le site https://diocese-quimper.fr
  6. Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), « Notice d'autorité de Fañch Morvannou », Membres du laboratoire, sur Univ-brest.fr, Université de Bretagne occidentale (UBO) (consulté le 18 novembre 2013)
  7. O.L., « Foi et culture bretonne se rencontrent ! », Église en Finistère n°194,‎ , p. 16-17
  8. a et b Cadiou 2013, p. 299
  9. « Vos questions, nos réponses », Le Peuple breton, no 532,‎ , p. 34 (ISSN 0245-9507, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Cadiou (ill. Nono), Emsav : dictionnaire critique, historique et biographique : le mouvement breton de A à Z, Spézet, Coop Breizh, , 440 p., 15,5 × 24 x 3,6 cm (ISBN 978-2-84346-574-1, présentation en ligne), p. 299
  • Michel Renouard, Joëlle Méar et Nathalie Merrien, Dictionnaire de Bretagne, Rennes, Ouest-France, , 335 p., 14 x 21cm (ISBN 978-2-7373-0825-3)
  • Collectif, Annuaire des dix mille bretons, Saint-Brieuc, Presses universitaires de Bretagne (PUB), , 758 p., 18 x 25 cm

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]