Christian-Joseph Guyonvarc'h

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guyonvarc'h.
Ne doit pas être confondu avec Christian Guyonvarc'h.
Christian-Joseph Guyonvarc'h
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Christian-Joseph Guyonvarc'h, né en 1926 à Auray et mort le [1] à Bohars, était un mythographe et linguiste, professeur de gaulois et de Vieil irlandais, spécialiste du monde celtique antique. Il était l'époux de Françoise Le Roux, morte en 2004.

Études celtiques[modifier | modifier le code]

Spécialiste du monde celtique et du druidisme, Christian-Joseph Guyonvarc'h était philologue et linguiste, expert des langues celtiques antiques. Pendant 50 ans, avec sa femme, ils vont réaliser conjointement une œuvre scientifique, qui va révolutionner notre compréhension du monde celtique. L'idée directrice de leurs travaux fut d'appréhender le monde celtique dans le cadre indo-européen et lui appliquer le schéma trifonctionnel, tel qu'il avait été mis en lumière par Georges Dumézil. Il était spécialisé depuis très longtemps dans l'étude des textes irlandais médiévaux.

Seul, ou avec sa femme, il a écrit une vingtaine d'ouvrages et environ 300 articles, édités dans des publications spécialisées. Ils avaient repris des mains de celtomanes la revue Ogam Celticum, basée à Rennes, qui devint une maison d'édition. Ce fut un formidable outil pour la diffusion des études celtiques. En 1986, ils publient aux éditions Ouest-France une édition augmentée de Les Druides, qui va contribuer à la diffusion de leurs travaux, et connaître plusieurs rééditions, ainsi que d’autres titres (voir publications).

La rigueur scientifique de ses travaux avec sa femme est reconnue au niveau international. Les études celtiques ayant été quelque peu délaissées, cela avait laissé la porte ouverte à des celtomanes fantaisistes dont les publications ont donné lieu à nombre de divagations. L'étude des textes, leur analyse comparative dans le contexte indo-européen et la comparaison avec les travaux d'autres chercheurs ont contribué à enrichir notre connaissance de la civilisation celtique et sa compréhension[2],[3],[4].

Christian-J. Guyonvarc'h a collaboré à l’Encyclopædia Universalis.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Druides, avec la coll. de Françoise Le Roux, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9)
  • La Civilisation celtique, avec la coll. de Françoise Le Roux, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8)
  • La Société celtique, avec la coll. de Françoise Le Roux, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1991, (ISBN 2-7373-0902-6)
  • Les Fêtes celtiques, avec la coll. de Françoise Le Roux, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1995 (ISBN 978-2-7373-1198-7)
  • La légende de la ville d'Is, avec Françoise Le Roux, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d'homme : l'histoire », Rennes, 2000 (ISBN 2-7373-1413-5) (compte-rendu très critique dans la revue de linguistique Hor Yezh 223 (2000).
  • Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997 (ISBN 2-228-89112-6) (épuisé et introuvable)
  • Le Dialogue des deux Sages, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1999, (ISBN 2-228-89214-9)
  • Textes Mythologiques Irlandais, Rennes, Ogam-Celticum, n° 11/1 & 2, 1978
  • Aux origines du breton : Le glossaire vannetais du Chevalier Arnold von Harff, voyageur allemand du XVe siècle, Ogam-Celticum, 1984, (ISBN 2902761031), étude réalisé par Christian J. Guyonvarc'h
    • Glossaire breton collecté à Nantes en 1499 auprès d'un locuteur vraisemblablement originaire de la presqu'île de Guérande ; l'étude réalisée par Guyonvarc'h, tenant compte de la transcription utilisée par ce noble rhénan, montre la proximité des formes avec le breton de Batz-sur-Mer en Loire-Atlantique, aujourd'hui disparu, mais étudié dans l'Atlas Linguistique de la Basse-Bretagne de Pierre Le Roux réalisé au début du XXe siècle (point d'enquête 90). Il démontre aussi le développement précoce de la palatalisation, même si elle était moins systématique qu'actuellement, si particulière au breton du Vannetais et de ses marges.
    • Compte-rendu très critique du professeur Klaus Siewert qui lui reproche entre autres ne n'avoir utilisé qu'un seul des manuscrits alors qu'il en existe plusieurs (Zeitschrift für celtische Philologie 44 (1991), p. 239-272).
  • Le Catholicon, reproduction de l'édition de Jehan Calvez détenu par la ville de Rennes (5 novembre 1499), éditions Ogam, Rennes, 1975, réédité par les éditions Armeline, Brest, 2005
  • Dictionnaire étymologique du Breton ancien, moyen et moderne, Rennes, 1973
  • Le Sacrifice dans la tradition celtique, éditions Armeline, Brest, 2005, (ISBN 2-910878-31-7)

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Rennes 2 disparition de Christian J. Guyonvarc'h, spécialiste international des études celtiques », http://www.rennes.maville.com/actu/actudet_-Rennes-2-disparition-de-Christian-J.-Guyonvarc-h-specialiste-international-des-etudes-celtiques-_fil-2086077_actu.Htm
  2. [1] Je suis mort, biographie - ]
  3. Encyclopédie Universalis
  4. [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]