Vendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vendel (homonymie).

Vendel
Vendel
L'église Saint-Martin de Vendel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Fougères-1
Intercommunalité Communauté d'agglomération Fougères Agglomération
Statut Commune déléguée
Maire délégué Bernard Turoche
2019-2020
Code postal 35140
Code commune 35348
Démographie
Gentilé Vendelais
Population 391 hab. (2016 en diminution de 5,78 % par rapport à 2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 57″ nord, 1° 18′ 41″ ouest
Altitude Min. 50 m
Max. 105 m
Superficie 6,37 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Rives-du-Couesnon
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Vendel
Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine
Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 15.svg
Vendel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vendel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vendel

Vendel est une ancienne commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Le , elle a fusionné avec Saint-Georges-de-Chesné, Saint-Jean-sur-Couesnon et Saint-Marc-sur-Couesnon pour former la commune de Rives-du-Couesnon[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à 38 km au nord-est de Rennes et à 45 km au sud du mont Saint-Michel dans le pays de Fougères. Elle est proche de l'A84 (8/10 km).

Les communes limitrophes sont La Chapelle-Saint-Aubert, Billé, Saint-Georges-de-Chesné et Saint-Jean-sur-Couesnon.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


Communes limitrophes de Vendel
La Chapelle-Saint-Aubert
Saint-Jean-sur-Couesnon Vendel Billé
Saint-Georges-de-Chesné

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[2],[3] :

  • Vindelo vico (Ve siècle)
  • Vendelo (XIe)
  • Ecclesia de Vendels (XIe)
  • Parochia de Vendello (1516)

Étymologie :

Xavier Delamarre[4] voit dans Vendel un ancien uindellon, désignant "le domaine de Vindellos", variante d'un nom de personne gaulois attesté: Vindillos. Le radical est celui de l'adjectif gaulois uindos qui signifie "blanc", "heureux"[5]. Ce radical se rencontre fréquemment en toponymie, notamment dans des noms de cours d'eau (Vende, Vendée, Vendaine, etc.)[6]. Il est probable qu'il soit chargé de beaucoup de symbolisme, mais il serait hasardeux de l'affirmer pour le nom de Vendel, s'il est formé sur un nom de personne.

Vendel a donné son nom au pagus vendellensis (un pagus était une circonscription religieuse et politique du haut Moyen Âge) , probablement ancienne division de la cité des Riedones[7]; ce pagus vendellensis fut un temps un doyenné (doyenné de Vendel) et est à l'origine de la région dénommée Vendelais[8].

En Suède, Vendel est aussi le nom de la paroisse, située dans la province du Uppland, qui a donné son nom à l'âge de Vendel, période historique ayant précédé l'âge des Vikings.

Le nom de la commune est Gwennel en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Découverte de vestiges de tuiles gallo-romaines ainsi que deux tombes de l'époque mérovingienne en bon état de conservation, près du calvaire en novembre 2005.

La commune s'est fait connaître du grand public lorsque le maire a reçu un courrier, le , avec un don anonyme 30 000  pour la restauration de l'église[9].

Une confusion entre Vendeu en gallo, Vendel en français et la ville de Vendôme, serait à l'origine d'une erreur sur la localisation du lieu où est mort le roi breton Nominoë. Les prérogatives guerrières et défensives des bretons, proches de leurs frontières, et une reconnaissance détaillée du terrain sur base des chroniques franques et bretonnes laissent penser que Nominoë serait bien mort au combat près de Vendel, et non près de Vendôme.

Le , la commune fusionne avec trois autres communes pour former la commune nouvelle de Rives-du-Couesnon[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vendel Blason De gueules à trois gantelets d'argent.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1983 Joseph Lebreton   Agriculteur
1983 2008 Jean Coudray[11]   Agriculteur
2008[12] 2018 Bernard Turoche DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 391 habitants[Note 1], en diminution de 5,78 % par rapport à 2011 (Ille-et-Vilaine : +5,19 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446450487462507479467468473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
444469480466493474478487485
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
481475531390376357369319327
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
334344325300311339412421430
2013 2016 - - - - - - -
395391-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vue de la façade principale de l'église
Vue latérale de l'église

Monuments et vestiges sur la commune :

  • Église Saint-Martin, du XIVe siècle : le retable date du XVIIe, le chœur date du XVIIIe, la nef a été prolongée au XIXe siècle[17],[18].
  • Calvaire : érigé pour la mission de 1963, il est abattu par la tempête de 1999 et remonté en 2007.
  • Le moulin de Blot date du XVIIe siècle.
  • Vestiges de deux tombes mérovingiennes (non visibles).
  • Vestiges gallo-romains (non visibles).
  • Croix des Chouans, à 50 mètres de l'ancien terrain de football.
  • La croix du pont du Couesnon, en direction de La Chapelle-Saint-Aubert, date de 1599.

Lieux de promenade :

  • Chemin de randonnée le long du Couesnon.
  • Aire de pique-nique au bord du Couesnon.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ille-et-Vilaine : 7 communes nouvelles créées au 1er janvier 2019 », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 1er janvier 2019).
  2. Bossard (Abbé), Dictionnaire topographique du département d'Ille-et-Vilaine, AD35 (manuscrit)
  3. « Kerofis », sur Office public de la langue bretonne
  4. Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, éd. Errance (2012)
  5. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance (2003)
  6. E. Nègre, Toponymie générale de la France, Droz, 1990, Vol. Ier, n°2213.
  7. Le Grattoir (Bulletin des activités du CERAPAR), no 11 (2006) http://cerapar.free.fr/grattoir/fichiers/Le%20Grattoir%2011.pdf.
  8. Philippe Jouët et Kilian Delorme, Atlas historique des pays et terroirs de Bretagne, Skol Vreizh, (ISBN 978-2-915623-28-4)
  9. L'Alsace 5 janvier 2008
  10. Arrêté préfectoral n° 2018-23771 du 17 octobre 2018 portant création de la commune nouvelle de "Rives-du-Couesnon" à compter du 1er janvier 2019., Rennes, (lire en ligne)
  11. Maire sortant - LeMonde.fr
  12. « Jean Coudray passe le relais à Bernard Turoche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 juin 2015)
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. Notice no PA35000052, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA00130920, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :