Vendel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vendel (homonymie).
Vendel
L'église Saint-Martin de Vendel.
L'église Saint-Martin de Vendel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Fougères-1
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier
Maire
Mandat
Bernard Turoche
2014-2020
Code postal 35140
Code commune 35348
Démographie
Gentilé Vendelais
Population
municipale
405 hab. (2012)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 57″ N 1° 18′ 41″ O / 48.299167, -1.31138948° 17′ 57″ Nord 1° 18′ 41″ Ouest / 48.299167, -1.311389  
Altitude Min. 50 m – Max. 105 m
Superficie 6,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Vendel

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Vendel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendel

Vendel est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne, peuplée de 405 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à 38 km au nord-est de Rennes et à 45 km au sud du mont Saint-Michel dans le pays de Fougères. Elle est proche de l'A84 (8/10 km).

Les communes limitrophes sont La Chapelle-Saint-Aubert, Billé, Saint-Georges-de-Chesné et Saint-Jean-sur-Couesnon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Vendel peut avoir deux étymologies :

  • celtique continental : Pagus Vendellensis était le nom latinisé du fief d'une section redone situé en l'actuelle commune de Vendel ;
Plusieurs choix d'interprétation des racines :
    • uen + tellen ou telenn (mutation douce en dellen) + sis, soit blanche + harpe + suffixe inconnu
    • uen + del, soit blanche + tenu "(main)tenue blanche" ou "pure"
    • uen + del(l) + en (in) + dhyth (prononcé ziz après mutation), soit blanche + tenu + en + mystique, soit « ville blanche mystique ».
Les racines britonniques (breton, gallois, cornique) donne un rapprochement avec les deux dernières interprétations (gwenn + del ou gallois gwyn + dyll + yn + deth) et la confusion entre les dialectes celtiques létaviens et britons est suffisamment grande avant le Ve siècle pour donner un sens commun. À noter que les toponymes celtes font référence à des notions pratiques, agricoles ou militaires mais peuvent également donner un sens sur le caractère d'une population. Il semble que les pratiques funéraires grandioses des origines du lieu, indiquent un caractère sacré voir mystique à ce qui n'était supposée qu'une colonie militaire des redones. Un lieu dédié au passage des guerriers redones vers l'au delà, d'où blanche et mystique. Les tombeaux de calcaire laissent supposer un rapport au blanc, qu'il fusse « maintenu » en l'état ou utilisé à des fins mystiques, Vendel pourrait simplement venir du caractère géologique des lieux, blancs de leur calcaire.
La latinisation du toponyme semble aller également dans ce sens, par la traduction de « village (Pagus) de la lame (ensis) des Vendel ». Uen + del pourrait donc être la racine origine, avant latinisation. Vendel venant d'une langue celtique et signifierait donc bien « toujours blanche/pure » ou « maintenu blanc/pur ». Le nom de la ville en breton, Gwennel, porte cette dernière interprétation étymologique (gwenn + del, mutation du d en n).
  • Germanique (peu probable compte tenu d'une improbable population germanique ayant transité dans la région ou ayant pu s'y installer) : Wendel, nom patronymique germanique.

En Suède, Vendel est aussi le nom de la paroisse, située dans la province du Uppland, qui a donné son nom à l'âge de Vendel, période historique ayant précédé l'âge des Vikings.

Le nom de la commune est Gwennel en breton.

Histoire[modifier | modifier le code]

Découverte de vestiges de tuiles gallo-romaines ainsi que deux tombes de l'époque mérovingienne en bon état de conservation, près du calvaire en novembre 2005.

La commune s'est fait connaître du grand public, lorsque le maire a reçu un courrier, le 27 décembre 2007, avec un don anonyme 30 000 € pour la restauration de l'église[1].

Une confusion entre Vendeu en gallo, Vendel en français et la ville de Vandôme, serait à l'origine d'une erreur sur la localisation du lieu où est mort le roi breton Nominoë. Les prérogatives guerrières et défensives des bretons, proches de leurs frontières, et une reconnaissance détaillée du terrain sur base des chroniques franques et bretonnes laissent penser que Nominoë serait bien mort au combat près de Vendel, et non près de Vandôme.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vendel Blason De gueules à trois gantelets d'argent.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1983 Joseph Lebreton   Agriculteur
1983 2008 Jean Coudray[2]   Agriculteur
2008[3] en cours Bernard Turoche DVD Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 405 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2008, 2013, 2018, etc. pour Vendel[4]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
446 450 487 462 507 479 467 468 473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
444 469 480 466 493 474 478 487 485
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
481 475 531 390 376 357 369 319 327
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
334 344 325 300 311 339 412 430 405
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments et vestiges sur la commune :

  • Calvaire : érigé pour la mission de 1963, il est abattu par la tempête de 1999 et remonté en 2007.
  • Église du XIVe siècle : le retable date du XVIIe, le chœur date du XVIIIe, la nef a été prolongée au XIXe siècle.
  • Le moulin de Blot date du XVIIe siècle.
  • Vestiges de deux tombes mérovingiennes (non visibles).
  • Vestiges gallo-romains (non visibles).
  • Croix des Chouans, à 50 mètres de l'ancien terrain de football.
  • La croix du pont du Couesnon, en direction de La Chapelle-Saint-Aubert, date de 1599.

Lieux de promenade :

  • Chemin de randonnée le long du Couesnon.
  • Aire de pique-nique au bord du Couesnon.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2012, légale en 2015.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Alsace 5 janvier 2008
  2. Maire sortant - LeMonde.fr
  3. « Jean Coudray passe le relais à Bernard Turoche », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 juin 2015)
  4. Date du prochain recensement à Vendel, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :