Beni Douala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beni Douala
Beni Douala
Noms
Nom arabe بني دوالة
Nom amazigh ⴰⵜ ⴷⵡⴰⵍⴰ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Aït Douala
Code postal 15011
Code ONS 1532
Indicatif 026
Démographie
Population 21 551 hab. (2008[1])
Densité 614 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 37′ 00″ nord, 4° 04′ 00″ est
Altitude 780 m
Min. 700 m
Max. 840 m
Superficie 35,09 km2
Localisation
Localisation de Beni Douala
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Douala
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Beni Douala
Géolocalisation sur la carte : Algérie (nord)
Voir sur la carte topographique d'Algérie (nord)
City locator 14.svg
Beni Douala

Beni Douala ou Aït Douala (en berbère : Ath Dwala / en caractères tifinaghs : ⴰⵜ ⴷⵡⴰⵍⴰ / en arabe : بني دوالة) est une commune de la wilaya de Tizi Ouzou en Algérie, située à 17 km au sud-est de Tizi Ouzou. (Ath Dwala est aussi le nom que porte la tribu (leɛṛac) rattaché à la confédération (taqbilt) des Ath Ɛisi).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aṭ Douala se situe au centre de la wilaya de Tizi Ouzou. Aṭ Dwala est située à 17 km au sud de la ville de Tizi Ouzou et à 55 km de la mer Méditerranée. Elle se trouve à une altitude d'environ 850 mètres.

Villages de la commune[modifier | modifier le code]

À sa création, en 1984, la commune d'At Dwala est composée des dix-huit localités suivantes[2] :

  • Thala bounane
  • Ighil bezrou
  • Thighzert
  • Aguemoun
  • Thabarkoukth
  • Thamaright
  • Aït Ali Ouali (Ait Ɛli Waɛli)
  • Ath Bouyahia (Ath Bu Yehya)
  • Amsiouene (Amsiwen)
  • Aït Bouali (Ait Bu Ɛli)
  • Aït Hellal
  • Aït Idir (Ait Yidir)
  • Ait Mesbah
  • Aït Douala
  • Icherdiouene Oufella (Ichardiwen Oufella)
  • Taguemount Oukerrouch
  • Tamaghoucht (Tamaɣuct)
  • Ighil Mimoun
  • Taboudrist
  • Thaddarth Oufella
  • Tala Khelil
  • Tchardioune bedda

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la petite ville sont le souk qui rassemblait les gens des différents villages de la région chaque mercredi de chaque semaine ainsi que les lieux de culte de religion. Le nom d'Aṭ Dwala vient du mot Thala Dwala (la fontaine de Dwala) qui se trouve entre Thaddarth Oufella et Ighil Mimoune et Aṭ Idir.

Durant la période turque, les Ath Dwala sont souvent en guerre avec les Aït Mahmoud au sujet du souk de Larbaa, mais combattent ensemble quand il s'agit d'affronter une autre confédération ou un village extérieur à la confédération des Aṭ Aïssi[3].

Au début du XVIIIe siècle, les troupes turques du Bey de Titery obtiennent la soumission des Aṭ Aïssi. En quand les français débarquent à Sidi Ferruch, les Kabyles répondent à l’appel de Hussein Pacha à la guerre sainte contre l’envahisseur français[3].

L'achèvement de la conquête française de la Kabylie et du Djurdjura en 1857 est conduite par le général Randon ce qui lui vaudra le bâton de maréchal. Le , la division Renault composée de 203 officiers et 5427 hommes et les 4 bataillons de la colonne Pellé venus de Tizi-Ouzou attaquent les villages des Aṭ Dwala. Soutenue par des contingents des Ath Iraten et des Ath Yenni, la résistance est farouche. L'attaque se poursuit le lendemain et au soir les villages sont détruits et l'oliveraie en flamme. Vaincus mais pas encore soumis les Aṭ Dwala continuent la révolte. Ce n'est qu'après la reddition des Aṭ Iraten, que les Aṭ Dwala se soumettent le [3].

L'insurrection de 1871 exila de gré ou de force nombreux des Aṭ Dwala et Aṭ Iraten, notamment vers d'autres régions d'Algérie mais également vers Tunis et même la Syrie avec le village de Dayshoum (Palestine).

En 1950, l'immigration de travail vers l'Europe est très élevée. Dans le douar densément peuplé de Beni Douala le taux d’immigration par rapport à la population active masculine atteint un taux record de 53%[3].

Durant la guerre d'indépendance algérienne, ce territoire constitue pour les révolutionnaires après le Congrès de la Soummam le secteur 1 de la région 2 de la zone 3 de la wilaya III et pour la France la SAS de Beni Douala. Au début de la guerre les premiers chefs de l'insurrection en Kabylie Krim Belkacem et Saïd Mohammedi y ont leur PC. Mais c'est une région peu favorable au camouflage des maquisards. Les accrochages avec les soldats français sont néanmoins nombreux et verront notamment la mort du capitaine de Cathelineau[3].

Le , le général de Gaulle qui avait la veille encore déclaré « Moi vivant, jamais le drapeau FLN ne flottera sur l'Algérie... » débarque en hélicoptère à Aṭ Dwala accompagné de son aide de camp Gaston de Bonneval, Paul Delouvrier délégué général en Algérie, les Généraux Allard et Massu, les colonels Godard, Coustaux et Lemire, le général Faure commandant la région Kabylie, les journalistes Chauvel du Figaro, Lacan et Paillat de Paris-Presse, Marie Elbe de L'Écho d'Alger. Après un briefing à huis clos et une revue des troupes, il prononce un discours dans lequel il parle pour la première fois publiquement de l’autodétermination : « Après le cessez-le-feu, les Algériens choisiront entre la francisation, l’association avec la France et la sécession »[3].

Le , le célèbre chanteur algérien de musique kabyle Lounès Matoub est assassiné à "Thala Bounane", lieu situé à 5 km de la ville de Tizi Ouzou.

Le , Massinissa Guermah, un lycéen âgé de 18 ans, est mortellement blessé par une rafale d'arme automatique tirée par un gendarme à l'intérieur de la brigade de gendarmerie de Beni Douala. Il succombe à ses blessures le à l'hôpital Mustapha Pacha d'Alger. C'est l'élément déclencheur des événements du Printemps noir qui ensanglantent toute la Kabylie. 126 autres jeunes kabyles sont assassinés par le pouvoir algérien pendant ou à la suite des manifestations.

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune d'Aṭ Dwala dispose de deux lycées qui portent le nom d'Amar Imache et Nouveau lycée .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Tizi Ouzou, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, page 1504.
  3. a b c d e et f « L’exemple des Ath Douala », sur depechedekabylie.com,
  4. Kemkem, un autre pilier du FFS s'en va !, « Libre-Algérie, Chafaa Bouaïche. », Hébdomadaire, no 41,‎ (lire en ligne)
  5. « Photo: Kemkem et Hocine Aït Ahmed »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]