Gérard de Cathelineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Cathelineau.
Gérard de Cathelineau
Naissance
Paris
Décès (à 36 ans)
Tamaghoucht
Mort au combat
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Capitaine
Années de service 1942-1957
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Distinctions Chevalier de la Légion d'honneur (à titre posthume).
Croix de la valeur militaire avec palme.
Croix de guerre 1939-1945 avec palme.
Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs.
Chevalier de l'ordre royal du Cambodge.
Médaille de la Défense nationale du Cambodge avec étoile d'argent.
Hommages Les promotions 1962 des officiers de réserve de l'École Militaire de Cherchell, 1965-1967 de la Corniche Brutionne du Prytanée militaire, et 1976-1978 de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr portent son nom.
Famille Famille de Cathelineau

Gérard de Cathelineau (né le à Paris, mort pour la France le à Tamaghoucht) est un capitaine de l'armée française connu pour sa vie exemplaire, et parrain des promotions 1962 des officiers de réserve de l'École Militaire de Cherchell, 1965-1967 de la Corniche Brutionne du Prytanée militaire, et 1976-1978 de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de militaires fortement marquée par l'exemple de son aïeul Jacques Cathelineau, Gérard de Cathelineau naît à Paris le . Il fait de brillantes études chez les Jésuites, où il affirme un caractère de chef en même temps que des dons littéraires remarquables. Il entre en corniche à Janson-de-Sailly, puis au Prytanée Militaire de La Flèche en . La débâcle de l'empêche de passer l'oral du concours, qui est annulé. En , au lycée Saint-Louis, il prépare à nouveau l'École spéciale militaire de Saint-Cyr qu'il rejoint à Aix-en-Provence. Il appartient à la promotion Croix de Provence. Il participe ensuite à un réseau de résistance, puis entre aux Chantiers de jeunesse, qu'il quitte un an plus tard lorsque les Allemands les dénaturent. Il demande et obtient son affectation en au Premier régiment de France, l'armée de Vichy se préparant activement à reprendre le combat contre la résistance intérieure.

En août, le régiment rejoint les Alliés et engage la lutte face aux Allemands. Il se distingue au combat et reçoit la Croix de Guerre avec étoile de bronze. Il rejoint alors Cherchell pour y achever sa formation de Saint-Cyrien. Revenu en France en , il est affecté au 110e R.I., puis muté à l'école des cadres de Langenargen. Sa valeur d'exemple auprès de tous lui vaut des éloges du maréchal de Lattre lui-même. Le , il épouse Collette Plassard à Sarrebruck. En octobre, il est nommé Lieutenant. À la fin de l'année 1947, il est désigné pour partir en Indochine, vers laquelle il embarque le .

Affecté à la 3e Brigade de Chasseurs Cambodgiens, dans la plaine des Joncs, il rejoint ensuite le Cambodge à Takéo. Le , il est gravement blessé à la cuisse et reçoit la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs avec une citation à l'ordre du Corps d'armée. Rapatrié en , il prend en novembre le commandement d'une compagnie du 8e bataillon de chasseurs portés. En 1953, il obtient le concours d'état-major, ce qui lui permet de repartir en Indochine le .

Conseiller à l'état-major des forces khmères, il participe après la guerre à la création de l'Académie Royale Militaire. En , il quitte l'Indochine et il est muté à Bourg-Saint-Maurice comme commandant en second du centre d'instruction des recrues.

En novembre de l'année suivante, il est affecté au 3e Bataillon du 121e régiment d'infanterie à Beni Douala en Algérie. Il est mortellement touché par le tir d'un rebelle le lors d'une mission dans le village de Tamaghoucht. Il laisse le souvenir d'un officier cultivé et brillant et d'un homme dont le rayonnement impressionna ceux qui le rencontrèrent.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un officier français : le capitaine Gérard de Cathelineau, 1921-1957, Michel Gasnier, NEL, Paris, 1960
  • Arnaud de Vial, Ceux de Cherchell, tome 1, 2010 Éditions Jeanne d'Arc. (ISBN 2-911794-83-4)