Tizi Hibel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tizi n Ḥibel (kab)
ⵜⵉⵣⵉ ⵃⵉⴱⴻⵍ (ber)
(ar) تيزي هيبل
Noms
Nom arabe تيزي هيبل
Nom berbère ⵜⵉⵣⵉ ⵃⵉⴱⴻⵍ
Tizi Hibel
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Beni Douala
Commune Aït Mahmoud
Statut Village
Géographie
Coordonnées 36° 36′ 08″ nord, 4° 07′ 18″ est
Altitude 700 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Tizi n Ḥibel (kab)
ⵜⵉⵣⵉ ⵃⵉⴱⴻⵍ (ber)
Géolocalisation sur la carte : Algérie
Voir sur la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Tizi n Ḥibel (kab)
ⵜⵉⵣⵉ ⵃⵉⴱⴻⵍ (ber)

Tizi Hibel en berbère : Tizi n ḥibel / en caractères tifinaghs : ⵜⵉⵣⵉ ⵃⵉⴱⴻⵍ / en arabe : تيزي هيبل) est un village de Grande Kabylie, situé dans la commune d'Aït Mahmoud, daïra de Beni Douala, dans la wilaya de Tizi Ouzou en Algérie[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village Tizi Hibel était habité par la tribu des Aït Mahmoud de la confédération des Aït Aïssi[2].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village Tizi Hibel est limité au nord-ouest par le village de Taguemount Azouz, au nord par le village Taourirt Moussa, et par l'Asif n Taxuxt (ou rivière Takhoukhth) qui alimente le barrage de Taksebt a l'est par le village Agouni Arous.

Personnalités liées au village[modifier | modifier le code]

Tizi Hibel est le village natal de l'écrivain Mouloud Feraoun, de l'écrivaine Fadhma Aït Mansour Amrouche, de la chanteuse Malika Domrane, des chanteurs Amar Kobbi et Cherif Hamani, de Georges Dahmar premier kabyle à être ordonné prêtre, du martyr du printemps noir kabyle Massinissa Guerma et de la femme politique française Lydia Guirous.

En visite à Tizi Hibel, le , le général de Gaulle tient devant les villageois et un aréopage d'officiers supérieurs un discours annonciateur de la volte-face de sa politique algérienne qui prendra forme avec l'annonce le du droit des algériens à l'autodétermination.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret no 84-365 du fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes », Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire, no 67,‎ , p. 1504 (lire en ligne).
  2. Adolphe Hanoteau,Aristide Letourneux, La Kabylie et les coutumes kabyles, Volume 1, Impr. nationale, 1872, p.253