Ait Yenni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aït Yenni / Beni Yenni
Ait Yenni
La statue de Mouloud Mammeri à Aït Yenni
Noms
Nom arabe أث يني
Nom berbère ⴰⵜ ⵢⵏⵏⵉ / ⴰⵢⵜ ⵢⵏⵏⵉ
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Grande Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Beni Yenni
Chef-lieu Taourirt Mimoun
Président de l'APC Smail Deghoul
2012 - à ce jour
Code postal 15530
Code ONS 1552
Indicatif +213 26 33
Démographie
Population 5 737 hab. (2008[1])
Densité 168 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 34′ 31″ nord, 4° 12′ 28″ est
Superficie 34,250 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Aït Yenni / Beni Yenni

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Aït Yenni / Beni Yenni

Aït Yenni (parfois Beni Yenni) est une commune de la wilaya de Tizi Ouzou en Algérie. Elle est située à environ 35 km au sud-est de Tizi Ouzou, dans la région de Grande Kabylie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Aït Yenni est située à 35 km au sud-est de la wilaya de Tizi Ouzou.

Communes limitrophes de Aït Yenni
Ait Mahmoud Larbaâ Nath Irathen Ait Aggouacha
Ouadhia Aït Yenni Ain El Hammam
Aït Toudert Ouacif Iboudraren

Relief[modifier | modifier le code]

At Yenni est une commune rurale située dans le massif de Kabylie dont le relief est constitué d'une succession de collines au piémont de la chaîne du Djurdjura qui en constitue la limite septentrionale.

Les villages sont bâtis au sommet des crêtes de montagne à une altitude de 800 à 900 mètres [2].

Le massif du Djurdjura est visible depuis plusieurs villages, dont la montagne de Tikejda ainsi que Thaletat

La chaîne de Djurdjura vue d'Ath Yenni
La chaîne de Djurdjura vue d'Ath Yenni

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

La commune de Aït Yenni est composée, lors de sa création en 1984 dans ses limites actuelles, de onze localités[3] :

  • Taourirt Mimoun (chef-lieu de la commune)
  • Ait Lahcène
  • Aït Larbaa
  • Taourirt L'Hadjadj
  • Tigzirt
  • Agouni Ahmed
  • Tansaout
  • Agouni
  • Taourirt Khelf
  • Taourirt Issoulass
  • M'Draa

Transports et voies de communication[modifier | modifier le code]

Les villages de la commune d'Aït Yenni sont bâtis le long de la route CV n°06 qui est la voie de communication entre tous les villages.

La commune d'Aït Yenni est relié au réseau routier national algérien par les routes nationales suivante :

Ainsi que par les chemins wilayaux suivants :

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du nom de la tribu de Kabylie des Aït Yenni ou At Yenni ou encore Ath Yenni[4].

Dans sa version arabisée, la particule chabge et devient Beni Yenni.

À travers l'histoire et en particulier à l'époque coloniale, nous trouvons également d'autres toponymes orthographiés de la façon suivante : Beni Ienni, Beni Ianni, Beni Yanni ou Benni Yenni

Histoire[modifier | modifier le code]

Aux origines[modifier | modifier le code]

Plusieurs légendes entourent l'origine réelle des Aït-Yenni qui font partie des Tribus de la Kabylie. Elles s'accordent toutefois sur le fait que la tribu est issue d'un ancêtre commun nommé Yenni, fils de Aïssam qui eût deux fils dont son frère Ouacif, lui-même ancêtre des Aït-Ouacif [5]

La région est habitée depuis au moins le IIIe siècle soit lors de la présence romaine en Numidie occidentale. Une présence romaine dans la région était encore visible à la fin du XIXe siècle dans le village de Taourirt El Hedjadj[5]

La plus ancienne référence écrite au sujet des Aït-Yenni date de 1379, elle est signée par Ibn Khaldoun qu'il les classe parmi les principales tribus "Zouaoua" aux côtés des Aït Idjer, Aït Menguellet, Aït Betroun, Aït Bougherdane, Aït Yetouregh, Aït Bou Youcef, Aït Bou Chaïb, Aït Aïssi, Aït Sedka, Aït Ghobri, Aït Guechtoula, Aït Iraten, Aït Fraoussen, Aït Khellili ainsi que les Aït Yahia [6]

A l'époque du Royaume de Koukou et de la Régence d'Alger[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, les Aït-Yenni font partie du Royaume de Koukou unifié par Sidi Ahmed ou el Kadhi où ils participent à plusieurs batailles menés par le royaume lors de la lutte contre les espagnols, puis la Prise d'Alger (1520) aux turcs en 1520.

Au milieu du XVIe siècle, probablement en 1559[7] une guerre éclata entre le Royaume de Koukou et le Royaume des Beni Abbès. Allié aux turcs de la Régence d'Alger, les sujets du sultan de Koukou finissent par vaincre les troupes d'Aït Abbés dirigés par Abd el Aziz[7] et alliés aux espagnols. En guise de butin de guerre, le sultan de Koukou prit dans son royaume plusieurs artisans de Béjaïa qu'il répartit dans son royaume afin d'y développer de nouveaux métiers. C'est ainsi que des bijoutiers s'installèrent chez les Aït-Yenni probablement à Ait-Larbaa[7] et y développèrent une industrie du bijou en formant les habitants de la région à cet art.

Suite à cela, les Aït Yenni développèrent également les arts la forge, de l'armurerie, d'orfèvrerie et d'artisanat formant ainsi un important centre industriel en Kabylie qui fabriquait des bijoux, des fusils (moukahla), des couteaux (flissa), des fourreaux en bois sculpté, des rasoirs en acier, des cadres et pupitres ornés[5]. Souvent ces objets étaient estampillé d'une mention en arabe "Fait chez les Beni Yenni"[5] et exportés vers les marchés d'Alger, Constantine ou Tunis. La richesse de son industrie permit aux habitants de vivre dans une certaine aisance à l'époque et certains d'entre eux s'installèrent à Alger au fil des siècles pour y faire du commerce. Plus tard, ils développent une activité importante de fabrication de fausse-monnaie imitant les pièces de monnaies de la Régence d'Alger, mais également du Maroc, de Tunisie, de Tripoli[7].

Consolidation du territoire des Ait Yenni[modifier | modifier le code]

Entre 1612 et 1616, alors que le pouvoir du Royaume de Koukou s'estompe, des luttes intestines secouent la région et provoquent des guerre entre tribus[8]. Les Ottomans de la Régence d'Alger s'appuient sur les marabouts afin de faciliter l'administration de la Kabylie. Peu avant 1616[7], un marabout du nom de Sidi Ali Ou Yahia, fils de Sidi Ali Ben Machich[9], originaire de Meknes[9], et venu de Seguia el-Hamra s'installe à Taourirt Mimoun, y devint un important chef militaire[7], et donnera naissance à tous les marabouts de la région. En unifiant les troupes, il mène plusieurs batailles contre les autres tribus de la région dont les Aït-Ouacif[7].

À son arrivée, Aït-Yenni ne comptait que les villages d'Aït Lahcene, Aït Larbaa et Taourirt Mimoun, mais ses victoires ont permis d'étendre le territoire en prenant les villages de Takhabit (aujourd'hui devenu une partie Taourirt el Hedjadj), Taourirt el Hadjadj, et Tigzirt à une tribu désormais disparue, celle des Ait Belkacem[7]. Le village de Tigzirt sera repeuplé par la suite par des réfugiés des Ait Ouacif [9]. Le village de Tansaout sera fondé par un marabout des Ait Ouacif nommé Sidi Ahmed Ou Zegane[9]. Enfin, le village d'Agouni Ahmed sera construit par Ahmed Ou Hamza et sera habité par des habitants de Taourirt Mimoune et de Tassaft Ouguemoune [9].

En agrandissant leur territoire, et grâce à leur maîtrise des métiers de l'armurerie, les Ait-Yenni devinrent d'importants guerriers, ils menèrent et gagnèrent d'autres guerres notamment contre les Aït Sedka [7] et les Aït Saada [5]. Ils aidèrent également un chef des Ouadhias à rétabli la paix dans sa région.



Durant le XVIIe siècle, Sidi Lmouhoub Ou Ali fils de Sidi Ali Ou Yahia, qui faisait commerce de la poudre et de balles dans les marchés de la Régence d'Alger se fit arrêté par les janissaires ottomans et emprisonné par le bey d'Alger[9]. Plusieurs légendes orales parlent de cet événement et divergent sur le déroulement des événements [9], elles se rejoignent toute dans le fait que Sidi el Mouhoub fût libéré, et le bey d'Alger fit construire à ses frais une mosquée ottomane dans le village de Taourirt Mimoune à l'endroit voulu par Sidi el Mouhoub[9].

Entre 1818 et 1824, une guerre éclata avec les Aït Aïssi, dont les Aït Yenni sortirent vainqueurs[5].

Conflit avec le Dey d'Alger autour de la fausse-monnaie[modifier | modifier le code]

Face aux importantes taxes imposées par la Régence d'Alger, les habitants d'Aït Yenni réputés pour leur maîtrise de l’orfèvrerie et de l'artisanat, développent une importante activité de fabrication de fausse monnaie imitant les pièces de monnaies de la Régence d'Alger, mais également du Maroc, de Tunisie, de Tripoli[7]. D'abord utilisées pour payer les taxes, elle finiront par s'écouler partout dans le Maghreb.

En 1827, alors que la fausse monnaie produite par les Aït Yenni inonde les marchés de la Régence d'Alger y provoquant une crise économique, le dey d'Alger ordonne à l'Agha Yahia de procéder à l'arrestation de tous les faux-monnayeurs sur les marchés d'Alger, de Constantine, de Sétif et d'Annaba[7]. Il les menaça de mort si on ne lui remettait pas les moules et matrices qui servaient à la fabrication de fausse-monnaie[7]. Pour sauver leur frères, les habitants d'Aït Larbaa finirent par remettre leurs instruments et payer une forte amende[7].

Une fois libérés, ils reprennent aussitôt l'activité en augmentant la production, ce qui contraint le dey à tenter de négocier avec eux en leur proposant des terres dans la plaine de la Mitidja à condition qu'ils abandonnent leur activité. L'offre fut refusée avec à la clé une réponse bien sarcastique : « Nous sommes les fils du Djurdjura et sommes habitués à le saluer chaque matin. Que le dey lui dise de nous suivre dans la plaine » [7].

Le conflit se termine par un accord de paix entre les deux parties, et le Dey fit construire dans à Aït Larbaa une mosquée de style ottoman qui fût détruite lors de l'arrivée de l'armée au début de la colonisation en 1857 et dont il ne subsiste que la porte d'entrée[10].

Colonisation française[modifier | modifier le code]

Résistance à la colonisation[modifier | modifier le code]

Chérif Boubaghla et Lalla Fatma n'Soumer (Henri Félix Emmanuel Philippoteaux , 1866)

Même si la colonisation de l'Algérie a débuté en 1830, les Aït Yenni ainsi que la plupart des tribus voisines resteront insoumises à la France jusqu'en 1857. La capacité des Aït Yenni à fournir la région en armes et matériel de guerre en fera un bastion protégé et impénétrable, et a permis aux multiples actes de résistance de perdurer dans le temps, notamment celle menée par Cherif Boubaghla, qui séjournera chez les Aït Yenni en 1854.

En 1857, la population est Aït Yenni, est constituée d'environ 10 000 habitants ce qui fait d'elle l'une des plus peuplées de la région. Le village d'Aït Lahcene qui compte entre 4 000 habitants et 6 000 habitants est surnommé la "ville" grâce au nombre important de ses habitations, et est considérée comme la capitale industrielle de la Kabylie grâce à ses armuriers-orfèvres, capable de mobiliser 500 fusils en temps de guerre[11]. Le deuxième village le plus peuplé est Taourirt Mimoune avec 2.000 à 3 000 habitants[11]. Alors que le village d'Aït Larbaa produisait dans ses forges de la fausse monnaie française, et les vendait au taux de 80 Francs les 1.000 Francs[11].

En avril 1857, le Maréchal Randon sur ordre de l'empereur Napoléon III lance une campagne militaire afin de soumettre les Tribus de la Kabylie, en mobilisant 35.000 militaires et officiers du génie militaire en repartis en 3 divisions dirigées par des généraux français : les divisions Mac-Mahon, Renault et Jusuf ainsi qu'un corps d'observation. Il s'agit à l'époque de la plus grande armée mobilisée en Afrique par la France[11].

Alors que la division Mac Mahon mène la Bataille d'Icheriden, les divisions Renault et Jusuf seront chargées en date du 24 juin d'attaquer les Aït Yenni depuis les deux flancs de leur région avec un total de 15.000 militaires français soit plus que la population totale des Aït Yenni à l'époque, et équipés de batteries d'artillerie[11]. Alors que la plupart des hommes de la tribu sont mobilisés dans la Bataille d'Icheriden, d'âpres combats seront menés par la population restante notamment les femmes d'Aït Lahcene [12], qui ne résistera pas longtemps face au nombre important de militaires français épaulés par des régiments de zouaves. Ils s'enfuirent vers les montagnes, abandonnant leurs maisons livrées à un incendie provoqué par l'armée française, tout en prenant soin d'emporter leur bijoux et trésors ancestraux. Les villages sont livrés au pillage et aux razzias[11].

Le 25 juin 1857 les villages d'Aït Lahcene, Aït Larbaa et Taourirt Mimoune tombent aux mains de l'armée française simultanément à la Bataille d'Icheriden où des milliers d'hommes sont tués. Le Maréchal Randon installe sa tente à Ait Lahcene[11], après avoir brûlé les trois villages dont la mosquée ottomane d'Aït Larbaa [10].

Le 26 juin, les guerriers d'Aït Yenni (de retour de la la Bataille d'Icheriden) se regroupent à Taourirt el Hadjadj afin d'y organiser une contre-offensive. Ils sont bombardés par l'artillerie française le lendemain puis poursuivis par les militaires[11]. Battu, le village de Taourirt el Hadjadj est également incendié, et afin de soumettre définitivement les Aït Yenni, le Maréchal Randon donne l'ordre pour que les terres agricoles soient bouleversées, les moissons détruites et les arbres fruitiers coupés[11].

Le général Randon vainqueur en Kabylie en 1857.

Ceci est un extrait du livre Récits de Kabylie, la conquête de 1857 d'Émile Carrey, membre du corps militaire français en 1857 :

« Le triomphe sanglant d'Icheriden et la persistance de ses défenseurs à protéger les chemins directs du Djurdjura contre la division Mac-Mahon, ont contribué également des Beni-Yenni. Justement effrayés de la défaite commune de la veille, réduits à leurs propres forces, peut-être même à leur seule réserve de combattants, les Yenni ont été dans l'impossibilité d'organiser leur défense. Les deux divisions n'ont eu à combattre que des postes isolés d'ennemis, découragés d'avance, sans cohésion et sans commandements. Le succès de cette journée, moins meurtrier et plus complet que celui d'Icheriden, est important par ses résultats matériels non moins que par son effet moral. La tribu des Yenni est vaincue. Sa soumission et celle de toutes les tribus dont le territoire et les intérêts sont liés au siens, ne sont plus désormais qu'une question de patience et d'occupation armée... Comme effet moral, la défaite des Yenni est destinée à retentir dans toute l'Algérie... La double défaite d'Icheriden et des Yenni est la grande défaite de la Kabylie[11]  »

En effet, le calme étant revenu à partir du 28 juin, les Aït Yenni se rendront définitivement le 1er juillet 1857. Le Maréchal Randon négociera les redditions des Aït Boudrar, Aït Ouacif et autres tribus avoisinantes depuis son camp chez les Aït Yenni où il restera jusqu'au 5 juillet. Ensuite, L'armée française ne rencontrera de résistance majeure que chez les Illilten où s'est regroupée Lalla Fatma N'Soumer et son armée, qu'ils capturent le 11 juillet. La campagne de Kabylie se terminera le 14 juillet 1857.

Suite à cette bataille, l'administration française rattache les Aït Yenni au cercle militaire de Fort Napoléon construit durant l'année 1857 et les placera d'abord sous le régime militaire, sous tutelle du bachaghalik du Djurdjura confié à Si el Djoudi, ancien khalifa en Kabylie de l'émir Abdelkader.

En 1864, les Aït Yenni ne comptent plus que 2.378 habitants, ce qui dénote de la forte baisse de sa population après la lutte féroce de 1857[13].

« Les guerres avec la France ont dû nécessairement apporter un obstacle à la multiplication de la race humaine, par les vides qu'elles ont fait, par la destruction des ressources locales, par les entraves qu'elles ont apporté au commerce extérieur, etc.... La population de la tribu des Yenni paraît avoir baissé depuis les dernièrs événements, nous sommes étonnés de la voir figurer dans la statistique officielle que pour le chiffre de 2.378 habitants et le plus grand de ces centres d'habitation, Aït Lahcene que pour 689 habitants. En somme, la population a décidément depuis quelque temps subi une baisse appréciable"  »

[13]

En 1871, les Aït Yenni participent à la Révolte des Mokrani, notamment lors du siège du Fort Napoléon du mois d'avril au mois de juin 1871 sous le commandement de Mohamed Ouramdhane Aït Nabet du village d'Aït Larbaa. Vaincus le 18 juin 1871[14], plusieurs familles se verront spoliées de leurs biens et leurs terres pour leur participation à l'insurrection, et les Aït Yenni perdent une grande partie de leur population suite aux représailles de l'armée française[15].

Politique d'assimilation française[modifier | modifier le code]

Suite à la révolte de 1871, le régime colonialiste français s'engage dans une forte répression et une politique d'assimilation notamment contre les Aït Yenni afin de se prémunir contre de futures attaques, avec au menu des ouvertures d'écoles, changements de patronymes, et parfois tentatives d'évangélisation.

À partir de 1873, les Aït Yenni sont rattachés à la Commune mixte de Fort-National qui passe donc du régime militaire au régime civil.

En 1874, une délégation de l'administration française accompagnée de Jésuites se présente chez les chefs de la tribu Aït Yenni pour leur proposer l'ouverture d'une école congréganiste pour y éduquer leurs enfants. Après de longues discussions, les chefs de tribu sont en désaccord mais acceptent à condition qu'ils apprennent à leurs enfants la langue kabyle, et qu'ils ne cherchent pas à leur changer leur croyance islamique[7]. L'école construite à Aït Larbaa fût achevée et ouverte en 1876. Plus tard en 1880, l'école fût reprise par les Pères blancs du cardinal Lavigerie, elle est renommée École Saint-Louis des Pères blancs d'Aït Larbaa[7].

«  Paradoxalement en apparence, mais en fait suivant une stratégie mûrement réfléchie, les administrateurs coloniaux avaient, en fait, installé les premières écoles dans des douars et villages qu'ils savaient avoir été, durant la guerre de conquête, les ennemis les plus acharnés de leur armée[12].  »

En 1879 les Aït Yenni comptent une population de 3 996 habitants[16], répartis comme tel : 1 286 habitants à Aït Lahcène [17], 770 à Taourirt Mimoun [18], 696 habitants à Aït-Larbaa [19], 552 habitants à Tigzirt [20], 348 habitants à Taourirt el Hadjadj [18] et 316 habitants à Agouni Ahmed [21]. Cela témoigne de l'envergure du génocide commis par le colonialisme français, la population étant réduite pratiquement de ses deux tiers depuis 1856.

En 1883, une nouvelle école est fondée à Taourirt Mimoune par le gouvernement français et dirigée par M. Verdy[5]. Elle venait en opposition à l'école des Pères blancs d'Aït Larbaa, soupçonnée par les habitants de faire de l'évangélisation auprès de leurs enfants. Cette école qui comptait 150 élèves en 1887[5] contre 26 seulement à l'école des Pères blancs<[5] permit de délivrer plusieurs certificats d'études aux jeunes de la région, dont un certain nombre d'entre eux poursuivirent leurs études dès 1885 à l'École Normale d'Alger avec pour objectif de devenir instituteur qui fût le premier poste d'emploi ouvert par l'administration française aux algériens. Ces fonctionnaires de l'éducation iront répandre le savoir dans plusieurs contrées d'Algérie mais également au Maroc.

«  Voici deux écoles primaires d'instruction publique, l'une privée d'obédience religieuse, l'autre étatique d'obédience laïque, dans une même région, pour un même but à atteindre : cacher aux petits kabyles les atrocités de la conquête du pays et pourquoi pas leur faire aimer la France, leur "mère-patrie" comme on la qualifiait alors.... Certains des élèves des Beni-Yenni devenus adultes et ayant profité de leur scolarité voulurent suivre la voie de leur maîtres français. Ils enseignèrent à leur tour la langue qu'ils avait apprise. l'État français soucieux de la répandre dans le pays conquis forma ces nouveaux dispensateurs du savoir et les rémunéra. Il ne comprit que plus tard que ses nouveaux fonctionnaires, tout en véhiculant sa langue dans beaucoup de région du pays, formaient des hommes qui allaient le combattre avec sa prore langue - Extrait de "Le pays de mes ancêtres", Boussad Ibazizene, 2016 »

En 1887, le territoire des Aït Yenni compte 5 535 habitants dont 10 européens et occupe une superficie de 2 500 hectares [5] répartis en 5 principaux villages : Aït Lahcene, Ait Larbaa, Taourirt Mimoune, Taourirt el Hadjadj et Tigzirt. Ces derniers comptent 903 maisonnettes en pierre avec des tuiles et 473 habitations en terre[5], mais également 13 moulins à farine, 19 moulins à huiles, et un four à chaux[5]. Les terres comptaient 32.000 oliviers, 42.000 figuiers ainsi qu'une importante végétation comprenant des orangers, noyers, chêne-liege, arbousiers, jujubiers et frênes[5].

En 1889, les bijoux des Aït Yenni sont exposés lors de l'Exposition universelle de Paris de 1889. Ils seront récompensés par une mention honorable par la section orfèvrerie de ladite exposition[22].

En 1891, l'administration française entame la recomposition de l'état civil des Aït Yenni via le bureau arabe de la région[7]. Une équipe d'ethnologues français, interprètes algériens et militaires français se présentent chez Ait Maamar le caïd des Aït-Yenni[7] afin d'entamer la procédure de changement des noms de famille des habitants en prenant de soin de supprimer le préfixe "Aït". Sont donc abandonnés les patronymes ancestraux comme Ait Mimoune, Ait Bessa, Ait Betti, Ait Abdelkader, Ait Nabet et autres encore laissant à de nouveaux noms concoctés par cette équipe. Cela commença à Taourirt Mimoun où tous les noms assignés commençaient par les lettres A, B et C comme pour Abbad, Bouhadef, Cerbah, Chami[7]. Une exception fut faite pour le caïd qui garda son nom de souche en otant le préfixe "Aït" et passa de Aït Maamar a Mammeri[7]. Ensuite, ils enchaînerent leur travail à Aït Lahcene ou les noms débutaient par C-D-F-G-H-I-K comme pour Cheriet, Chermak, Djender, Fekkir, Gamar, Ghanes, Ghebbi, Halouane, Hamel, Hendel, Issas, Izri, Kebbous, Kerkouche, Ketem, Khalef[7]. Puis dans les villages de Tigzit et Tansaout où les noms commencent par K et L comme pour Koummad, Koucem, Labraoui, Ladrem, Ladjadj, Leffad, Loucif[7]. Ensuite, ce fut le tour d'Agouni Ahmed où les noms commencent par M comme pour Metref, Mellak, Meddane, Moali, Metari, Masdoua[7]. Plus tard, ils continuent leur travail à Ait Larbaa avec les lettres N-O-R-S comme pour Nab, Nouar, Nabti, Nazef, Nadji, Ogal, Ouggad, Omani, Remas, Reddad, Radji, Redjah, Sadeg, Saou, Senhadj, Sefrani, Sayad[7]. Enfin, le travail fût terminé à Taourirt el Hadjadj avec les lettres S-T-Y-Z comme pour Smadhi, Soumeur, Tadjer, Toum, Yaguer, Zenine, Zentar, Zafour[7].

Si la politique française d'assimilation fut forte auprès des Aït Yenni, la population sauf à de rares exceptions n'y adhérera que faiblement. En effet les Aït Yenni conserveront scrupuleusement leur langue, leurs noms originaux, leurs traditions et code d'honneur ancestraux, réglant leur différend auprès des tajmaat de village et cadis locaux plutôt que devant les tribunaux français[12].

Lors de la Première Guerre mondiale, ainsi que lors de la Deuxième Guerre Mondiale, plusieurs jeunes de la tribu des Aït Yenni seront enrôlés de force par l'armée française et participeront en nombre à la bataille de Verdun, puis à la bataille de Monte Cassino[12]. Au moins quatre villageois seront décorés de la Légion d'honneur suite à leur participation au conflit mondial.

En 1934, le territoire des Aït Yenni compte 8 090 habitants [23] dont 2.565 à Aït Lahcène[23], 1.516 à Taourirt Mimoune[23], 1.274 à Aït Larbaa[23], et 834 à Taourirt el Hadjadj[23]. Également, entre 200 et 300 commerçants ainsi que des dizaines d'instituteurs de la région sont installés à Alger et dans l'Oranie [23] et rapatrient plus de 3.000.000 de francs par an vers leurs villages [23]

Naissance du mouvement national algérien et Révolution algérienne[modifier | modifier le code]

Les évènements du 8 Mai 1945, sonneront chez les Aït Yenni comme partout ailleurs en Algérie le début du sursaut patriotique et nationaliste algérien[12].

«  Il y avait encore la tirade d'un vieux villageois que ponctuait son audacieuse conclusion : "Battue sur tous les fronts, la France remporta victoire sur le village de Kherrata" [12]  »

Durant l'année 1947, les Aït Yenni recevront la visite des grands leaders algériens Ferhat Abbas au début de l'année, puis Messali Hadj en mars, ce qui renforcera l'adhésion de militants auprès de l'UDMA et au MTLD[12].

Le retour des soldats enrôlés de force durant la deuxième guerre mondiale et plus tard durant la guerre d'Indochine dans les villages d'Aït Yenni contribueront également à l'éveil d'un sentiment de rébellion contre le colonisateur[12].

En 1955, Krim Belkacem rendra une visite secrète aux Aït Yenni pour y organiser la résistance. Une arrière base de l'ALN se constituera dans les villages de Tigzirt et de Tansaout. Les premiers enrôlement de citoyens des Aït Yenni auprès de l'ALN se feront dès le printemps 1955[12].

Les premiers passages de moudjahidines dans les villages d'Aït Yenni seront signalés dès 1955, ce qui amènera l'armée française à placer pour la première fois une brigade de gendarmerie à Taourirt Mimoune et Aït Larbaa à l'automne 1955, puis une section militaire de chasseurs alpins à Aït Lahcene quelques semaines plus tard[12].

Au début de 1956, une large réunion des moudjahidines et militants des Aït Yenni sera présidée par Said Mohammedi à Tansaout afin de procéder au recrutement des cellules clandestines du FLN dans chaque village[12].

Lors du printemps 1956, un gendarme français est abattu par un Moudjahid devant l'entrée du collège des pères-blancs à Aït Larbaa. L'armée française continuera suite à cela de renforcer ses positions au sein des villages en augmentant hommes et armements[12].

En juin 1956, l'armée française organisera une cérémonie militaire importante à Taourirt Mimoune à des fins de propagande auprès de la population. Un général français prononcera un discours devant des citoyens et des écoliers à l'école Verdy. Ces derniers refuseront de reprendre le "Vive la France" lancé par le général à trois reprises. Cette opération sera considéré comme un cuisant échec pour l'armée française. Dès août 1956, l'école Verdy sera transformée en caserne militaire par les français et n'accueillera plus d'écoliers jusqu'à la fin de la révolution. Cette nouvelle caserne accueillera des chasseurs alpins ainsi que les officiers des SAS. À présent la répression contre la population deviendra de plus en plus forte[12].

À partir du milieu de 1956, les villages Ait Yenni sont tenus d'observer un couvre feu total[12].

Au début de 1957, une action de sabotage est menée par l'ALN contre des installations électriques près d'Aït Yenni. Les officiers militaires français obligeront les citoyens de Taourirt Mimoune à rembourser les dégâts causés, ou à défaut, ils emprisonneraient les hommes durant la nuit et dormiraient dans leurs maisons avec femmes et enfants[12].

Le 11 juillet 1957 a lieu sur le territoire des Aït Yenni la bataille d'Imzoughene[24].

Durant l'année 1957 seront évacués les populations des villages de Tansaout, Agouni Ahmed et Imzoughene[12].

Le 23 mai 1958, alors que la région subit un ratissage de la part des parachutistes français et que le village d'Aït Lahcene est bombardé au napalm, un chasseur T6 de l'armée de l'air française est abattu par les moudjahidines[12].

En septembre 1958 a lieu la bataille de Taourirt el Hadjadj[24].

Durant l'été 1959, pendant l'opération Jumelles la population est interdite de quitter leurs villages et est frappé par le rationnement alimentaire[12].

L'activité militaire persistera durant les années 1960 et 1961 occasionnant une répression importante contre la population locale qui subira d'importantes rafles[12].

Le 19 mars 1962, le cessez-le-feu signera la fin des hostilités chez les Aït Yenni comme partout ailleurs en Algérie. Les moudjahidines paraderont pour la première fois dans les rues des villages sous les acclamations de la population. Sur la place principale de Taourirt Mimoune sera dressé pour la première fois le drapeau algérien lors dune cérémonie où seront entonnés l'hymne national Kassaman, et les chants patriotiques Min Djibalina et Fidaou El Djazair[12].

Au total, les Aït Yenni connaîtront 142 chahids durant la révolution algérienne, sans compter ceux qui se sont sacrifiés loin de leurs terres[12].

Administration[modifier | modifier le code]

Pendant la colonisation française, les Aït Yenni sont rattachés au cercle militaire de Fort-Napoleon à partir de 1857 sous le régime militaire. Puis à partir de 1873, à la commune mixte de Fort-National sous le régime civil et rattaché au Département d'Alger. En 1956, elle devient une commune du Département de Tizi-Ouzou.

À l'indépendance, Beni Yenni devient une commune de la wilaya de Tizi Ouzou. Elle fût tout d'abord rattachée à la Daïra de Larbaâ Nath Irathen. En 1991, elle fut érigée en chef-lieu de la daïra de Beni Yenni regroupant également les communes d'Iboudraren et Yatafen.

Liste des maires de la commune d'Aït Yenni[modifier | modifier le code]

  • 1962 - 1963 : Mokrane Baiche (At Hamza).
  • 1967 - 1971 : Amrane Degheb (At -Elfel).
  • 1971 - 1975 : Mahrez Lachebi (At Chaaban).
  • 1975 - 1976 : Yahia Aberkane (At Maamar).
  • 1975 - 1979 : Amar Metref (At Ameur).
  • 1979 - 1989 : Mohand ou Ramdane Djennane (At Larbi).
  • 1989 - 1990 : Ameur Boughareb (At Ibrahim) et Mohammed Kemmar.
  • 1990 - 1995 : Abdelkrim Koumad.
  • 1995 - 1997 : Mohand ou Ramdane Ghanes (At Mimoune).
  • 1997 - 2002 : Azouz Bellahmeur (At Azzouz).
  • 2002 - 2007 : Nacer Rabah Tabeche (At Si Mhemed).
    • Parti politique : FFS
  • 2007 - 2012 : Mohamed Arab Boumaza (At Lemoufok).
    • Parti politique : RND
  • 2012 - 2017 : Smail Deghoul.
    • Parti politique : FFS
  • 2017 - à ce jour : Smail Deghoul.
    • Parti politique : FFS

Économie[modifier | modifier le code]

Bijoux d'Aït Yenni

L’artisanat, dans le domaine de la joaillerie (« bijoux kabyles »), est la principale et ancestrale activité économique et touristique des villages de At Yenni[25],[26],[27].

Vie associative et culturelle[modifier | modifier le code]

Événements culturels[modifier | modifier le code]

La commune organise chaque année, en été, des expositions et des festivités basées principalement sur le thème de l'artisanat, de la joaillerie, mais aussi de la vannerie et de la broderie[2].

Depuis 2004 est organisée annuellement la Fête du Bijou d'Aït Yenni. En 2018, la 15eme édition de la fête du bijou s'est déroulée du 26 juillet au 3 août.

Apparu dabord entre 1983 et 1985, et ensuite depuis 2007 est organisé annuellement le festival du théâtre amateur dans le village d'Agouni Ahmed par l'association Azar. En 2018, la 12eme édition du festival a eu lieu du 15 au 18 août.

En 2004, 2006, 2008, 2013, Aït Yenni a organisé le festival Raconte-Arts.

Depuis 2016 est organisé annuellement l'événement Amager n'Tafsut (At Yenni fête le printemps) par l'association Ecovolonterre.

Le 24 juillet 2016, a été révélée au public une statue à l’effigie de Mouloud Mammeri dans le village de Taourirt Mimoun. La sculpture a été réalisée par Olivier Graine[28].

Statue de Mouloud Mammeri à Ait Yenni, village de Taourirt MimounOeuvre de Olivier Graine

En 2017 a été célébré la commémoration du centenaire de la naissance de Mouloud Mammeri. La cérémonie de lancement a été présidée par le Ministre de la Culture Azzedine Mihoubi le 28 février au cours de laquelle il a annoncé la construction d'un musée consacré à l'écrivain[29].

Associations[modifier | modifier le code]

Parmi les associations sises à Aït Yenni, l'on dénombre :

  • Association culturelle Azar dans le village de Agouni-Ahmed [30]
  • Association culturelle Talwit dans le village d'Aït Lahcène [30]
  • Association culturelle La Ruche dans le village d'Aït Larbaa[30]
  • Association sociale et humanitaire Relais & Solidarité
  • Association écologique Ecovolonterre
  • Association des artisans bijoutiers d'Ath Yenni

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Écrivains et hommes de lettre[modifier | modifier le code]


Artistes[modifier | modifier le code]

Idir. Star internationale de la musique kabyle.
  • Azouaou Mammeri (1890-1954), artiste-peintre, né dans le village de Taourirt-Mimoun en 1890.
  • Ali Silem (1948-), artiste-peintre, né en 1948 originaire de Taourirt El Hadjadj.
  • Idir (1949-), chanteur, auteur-compositeur-interprète et musicien algérien, né dans le village d'Aït Lahcène en 1949.
  • Brahim Izri (1954-2005), chanteur, auteur-compositeur-interprète algérien, né dans le village d'Aït Lahcène en 1954.
  • Tassadit Mandi (1950-), actrice et femme de théâtre, née à Taourirt Mimoune.
  • Olivier Graïne (1967-), sculpteur originaire de Tawrirt Issulas, né en 1967

Hommes politiques et révolutionnaires[modifier | modifier le code]


Monde du Football[modifier | modifier le code]

Autres personnalités liées à la Daïra de Beni Yenni[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Evolution intercensitaire de la population sur le site de la wilaya de Tizi Wezzu. Consulté le 25/02/2011
  2. a et b Daniel Babo, Algérie, Éditions le Sureau, coll. « Des hommes et des lieux » (ISBN 978-2-911328-25-1), p. 79
  3. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, page 1506.
  4. Med Tabeche, « "Raconter Ath Yanni" - Kabylie Djurdjura » (consulté le 20 août 2016)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Francis Drouet, Grande Kabylie - Les Beni Yenni, Kessinger Publishing, coll. « Société Normande de Géographie », (ISBN 9781161190823, lire en ligne)
  6. Le livre des exemples, Ibn Khaldoun, 1379
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Boussad Ibazizene, Le pays de mes ancêtres: At-yenni, Tamurt-iw Azizen, Hibr, , 121 p. (ISBN 9789931514510)
  8. Cours de langue kabyle, Belkacem Ben Sdira, p. 401
  9. a, b, c, d, e, f, g et h Henri Genevoix - Les Beni Yenni -1971
  10. a et b Colonel Robin - Notes et documents concernant l'insurrection de 1856-1857 de la Grande Kabylie
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Émile Carrey, Récits de Kabylie, la conquête de 1857, HACHETTE LIVRE BNF, (ISBN 2012867170, lire en ligne)
  12. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u Belkacem Achite, Le mont des Orfèvres, Casbah Editions, (ISBN 978-9947-62-152-3)
  13. a et b Dr. Leclerc, Exploration médicale de la Kabylie, Paris, J.B. Bailliere, , 251 p. (lire en ligne)
  14. de la Grande Kabylie en 1871
  15. no 189 du 5 avril 1872 portant sur l'apposition du séquestre des biens meubles et immeubles de 973 indigènes du cercle de Fort-National. Bulletin général du gouvernement général de l'Algérie, page 321
  16. | Répertoire alphabétique des tribus et douars de l'Algérie, p. 32
  17. | Répertoire alphabétique des tribus et douars de l'Algérie, p. 93
  18. a et b | Répertoire alphabétique des tribus et douars de l'Algérie, p. 187
  19. | Répertoire alphabétique des tribus et douars de l'Algérie, p. 10
  20. | Répertoire alphabétique des tribus et douars de l'Algérie, p. 192
  21. | Répertoire alphabétique des tribus et douars de l'Algérie, p. 5
  22. L'orfèvrerie algérienne et tunisienne, Paul Eudel, 1902, p. 397
  23. a, b, c, d, e, f et g Gabriel Payre, Les annales coloniales, no 62 - 1934, p. 1
  24. a et b Belkacem Achite, Le mont des Orfèvres. 2017 citant Salah Mekacher
  25. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Algérie 2009-2010, Le Petit Futé, coll. « Country Guide », 4e éd. (ISBN 9782746921962, OCLC 716716987), p. 313
  26. Visite des artisans et des bijouteries de Beni Yenni sur le site de l'Office national Algérien du Tourisme (ONAT). Consulté le 28/02/2011.
  27. Tizi Ouzou. Le bijou de Beni Yenni en voie de disparition, site du journal El Watan du 15/07/2011. Consulté le 15.07.11
  28. https://www.huffpostmaghreb.com/2016/07/24/mouloud-mammeri-ath-yenni_n_11161776.html
  29. http://wilaya-tiziouzou.dz/19-activit%C3%A9s-du-wali/54-visites-ministerielles
  30. a, b et c http://wilaya-tiziouzou.dz/la-direction-de-la-culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]