Irdjen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irdjen
Mairie d'Irdjen
Mairie d'Irdjen
Noms
Nom arabe إرجن
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Drapeau de la Kabylie Kabylie
Wilaya Tizi Ouzou
Daïra Larbâa Nath Irathen
Chef-lieu Tamazirt
Président de l'APC M. Chioukh Khelifa
2012-2017
Code postal 15540
Code ONS 1507
Démographie
Population 13 149 hab. (2008[1])
Densité 619 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 39′ 41″ nord, 4° 08′ 59″ est
Superficie 21,24 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.
Localisation de la commune dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Irdjen

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Irdjen
Liens
Site de la commune www.irdjen.dz

Irdjen (Irǧen en kabyle) est une commune de Kabylie, dans la wilaya de Tizi Ouzou en Algérie, située à 20 km au sud-est de Tizi Ouzou.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Irdjen est située au centre de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Communes limitrophes d’Irdjen
Tizi Ouzou Tizi Rached Tizi Rached
Beni Aissi Irdjen Larbaâ Nath Irathen
Beni Douala Ait Mahmoud Larbaâ Nath Irathen

Relief, géologie, hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Irjen représente la fraction la plus basse (en termes d'altitude qui varie entre 350 mètres environ à Adeni et 700 mètres à Ouïlal du territoire de la confédération des Aït Iraten dont les crêtes dominent la vallée du Sébaou.

Son relief se présente une crête ascendante vers le Sud. Les villages, en dehors de Tamazirt et d'At Sa3di Ou Zeggane implantés sur les crêtes et que traverse la RN 15, toutes les autres agglomérations appartenant à cette tribu des At Irjen sont accrochées aux flancs de la même montagne, des deux côtés de l'ex Route Impériale de Kabylie[Quoi ?] construite par le génie français au moment de la conquête de 1857 ; une route étroite en lacets qui relie Issiakhen Oumeddour et Bouira via Ain El Hammamet le col de Tirourda (l'endroit des avalanches.)

Le barrage de Taqsebt alimente les wilayas de Tizi Ouzou, Alger, Boumerdes et Blida. Il a été construit sur des vestiges romains anciens[réf. nécessaire].

Villages de la commune[modifier | modifier le code]

Lors du découpage administratif de 1984, la commune d'Irdjen est composée des localités suivantes[2] :

  • Oued Aïssi ;
  • Adeni (Ɛedni), village situé sur flanc de montagne et exposé au nord entre plaine et montagne. Le village se compose de cinq hameaux : Agadir (qui signifie "le rempart", par rapport à son contrebas du côté de l'Asif A3isi, le plus important affluent du Sébaou et sur lequel se trouve le barrage Taqsebt - citadelle)[réf. nécessaire], Ldjemaɛ (le nom est à interpréter comme étant le relais, le centre convergeant), Mestiga (du nom d'un prince-guerrier numide qui avait ses quartiers en l'endroit)[réf. nécessaire], Taɣanimt (le figuier en raison de son abondance autrefois en l'endroit du dit hameau), Vechaɛcha (escamotage du terme Mebla Ca3ca3 : qui signifie sans lumière, pour souligner l'humidité qui y règne en l'endroit de son implantation, devenu avec l'usage, pour faciliter: Becca3ca3)[réf. nécessaire] ;
  • Adni (Ath Adni)
  • Bouilef (Vuyilef), village de plaine fondé au début des années 1950. Vuyilef compte aujourd'hui un peu plus de 400 habitants[réf. nécessaire] ;
  • Thala Mahriz ;
  • Bousmahel (Busmaḥel), village de plaine ;
  • Ibahlal, village au pied d'un ruisseau éponyme en contrebas de Tamazirt ;
  • Boudjelil, village en contrebas de Tamazirt ;
  • Tamazirt, chef-lieu de la commune ;
  • Aït Helli (At Ḥalli) ;
  • Aït Yakoub (At Yeɛqub) ;
  • Aït Hague (At Ḥeg) ;
  • Aït Saïd Ouzeguen (At Said Ouzegane), le plus haut village de la commune avec sa crête Ouailal qui culmine à environ 700m d'altitude ;

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'At Iraten provient de la tribu éponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les At Irjen ont joué un rôle militaire prépondérant et non négligeable aux avant-postes contre l'occupant. D'abord Turc mené par le bey du Titery en personne et qui sera d'ailleurs tué sur leur territoire à Tala n Semdha en 1754 par les jeunes volontaires enrôlés par Cheikh Seddik Arab I de Tachraïhit. Et, ironie du sort, presque un siècle après, par l'envahisseur français mené par le maréchal Randon qui se verra opposer résistance par les contingents des At Iraten à leur tête le petit-fils du premier cité : Cheikh Seddik Arab II. Avant et entre ces deux événements majeurs dans les événements vécus par les At Irjen, ces derniers étaient en querelles sporadiques avec les Amraouas de la plaine et leurs voisins d'Ait Aïssi pour des questions de frontières ou de différends de familles.[réf. nécessaire]

Économie[modifier | modifier le code]

La région de moyenne montagne est essentiellement agraire, on y trouve beaucoup d'oliviers, des figuiers et des cerisiers.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Evolution intercensitaire de la population sur le site de la wilaya de Tizi Ouzou. Consulté le 25/02/2011
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret n° 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriale des communes. Wilaya de Tizi Ouzou, page 1506.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]