Beaumont-Hamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaumont et Hamel.
Beaumont-Hamel
Le monument aux morts de Beaumont du sculpteur Charles Gern
Le monument aux morts de Beaumont du sculpteur Charles Gern
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Gérard Magniez
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80069
Démographie
Population
municipale
193 hab. (2012)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 05′ 02″ N 2° 39′ 23″ E / 50.083936, 2.65637550° 05′ 02″ Nord 2° 39′ 23″ Est / 50.083936, 2.656375  
Altitude Min. 70 m – Max. 146 m
Superficie 8,31 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Picardie

Voir sur la carte administrative de Picardie
City locator 14.svg
Beaumont-Hamel

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Beaumont-Hamel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beaumont-Hamel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beaumont-Hamel

Beaumont-Hamel est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Beaumont-Hamel est située dans la région Picardie, au nord-est du département de la Somme.

À vol d'oiseau, la commune est située à 137,7 kilomètres au nord-est de Paris-Notre-Dame[1], point zéro des routes de France, à 33,3 kilomètres au sud-est de la préfecture Amiens[2] et à 27,2 kilomètres au sud-est de Lille[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Beaumont-Hamel
Hébuterne
(Pas-de-Calais)
Puisieux-au-Mont
(Pas-de-Calais)
Auchonvillers Beaumont-Hamel Beaucourt-sur-l'Ancre
Mesnil-Martinsart Aveluy et
Authuille
Thiepval

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est accidenté, vallées sèches, coteaux et plateau alternent. Un profond ravin, le Royard, sépare Beaumont de Hamel[4].

Le sol de la commune est calcaire en côte mais le plateau est argileux ou de terre franche[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ancre marque la limite sud-est de la commune, avec Thiepval et Authuille[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Jusque dans la seconde moitié du XXe siècle, le hameau Gare-de-Beaucourt disposait d'une gare ferroviaire, la gare de Beaucourt - Hamel, sur la ligne Paris – Lille.

Par ailleurs, ledit hameau est traversé par la route départementale 50, qui relie Albert à Achiet-le-Grand. Cette route permet en outre de rejoindre les gares ouvertes les plus proches, en l'occurrence celles d'Albert, de Miraumont et d'Achiet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Outre le bourg de Beaumont, qui constitue le village principal, la commune est composée de deux hameaux : le hameau de Gare-de-Beaucourt et le hameau de Hamel.

Le village et ses hameaux ont été entièrement détruits au cours de la Première Guerre mondiale ; ils ont été reconstruits après 1918.

Logements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village de Beaumont est mentionné sous la forme : Bumont (1532)[6].

Selon l'abbé Paul Decagny, Hamel désignerait, en langue gauloise, une habitation en terrain marécageux[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015). Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Article détaillé : Première Guerre mondiale.
Le cratère d'Hawthorn Ridge est figuré en haut à gauche sur cette carte du front au 1er juillet 1916 (secteur de la rivière Ancre). Les tranchées allemandes sont en bleu et le pointillé bleu figure les lignes de barbelés allemands.

La commune, située plusieurs mois sur la ligne de front ou très près du front, a été fortement marquée par de violents combats.

  • C'est là que l'armée britannique a utilisé pour la première fois en quantité importante un nouvel et puissant explosif à base de nitrates, de TNT et d'aluminium, l'ammonal, en 1916, dans la mine de la redoute d'Hawthorn Ridge, lors la Bataille de la Somme. Dix-huit tonnes d'ammonal ont pulvérisé une position allemande, laissant dans le sol un énorme cratère, à l'ouest de Beaumont-Hamel.
  • Le cinéaste britannique Geoffrey Malins, qui a filmé l'attaque de la 29e Division a été témoin de l'explosion. Il avait disposé sa caméra à environ un demi-mille de distance, sur une crête. Il témoigna ainsi :

    « Le terrain où je me tenais a été secoué par une énorme convulsion. Le sol a été secoué et balancé. Je me suis agrippé à mon trépied pour ne pas tomber. Puis, pour tout le monde comme une gigantesque éponge, la terre s'est expansée en l'air à jusqu'à une hauteur de centaines de pieds. Elle montait de plus en plus haut, et avec un terrible rugissement la terre broyée est retombée sur elle-même, ne laissant qu'une montagne de fumée. »

    « The ground where I stood gave a mighty convulsion. It rocked and swayed. I gripped hold of my tripod to steady myself. Then for all the world like a gigantic sponge, the earth rose high in the air to the height of hundreds of feet. Higher and higher it rose, and with a horrible grinding roar the earth settles back upon itself, leaving in its place a mountain of smoke. ». L'attaque a néanmoins été un échec pour les Britanniques qui n'ont pu tenir une des lèvres du cratère que quelques heures.
  • Le secteur ne sera plus attaqué par les alliés jusqu'au 13 novembre. Lors du lancement de la Bataille de l'Ancre, les sapeurs anglais ont alors posé une autre mine, sous la mine de la redoute d'Hawthorn Ridge, cette fois, avec 13 tonnes d'explosifs. Elle a permis aux Anglais de reconquérir la zone (dont le village de Beaumont-Hamel).
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En novembre 1918, truffé de tranchées, mines et sapes, il ne restait presque plus rien du village. Celui-ci, parallèlement à une phase de « désobusage » (enlèvement et destruction, neutralisation ou exportation des munitions non-explosées), a été classé en zone rouge en raison de la gravité des séquelles laissées par les combats. Il a ensuite fait l'objet d'une longue reconstruction.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Communauté de communes du Pays du Coquelicot[7].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Bernard Omiel    
mars 2008[8] en cours
(au 5 mai 2014)
Gérard Magniez   Réélu pour le mandat 2014-2020 [9]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 193 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
756 692 693 741 867 833 841 790 799
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742 666 642 566 563 598 568 601 538
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
516 538 502 104 221 271 279 243 264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
273 262 215 221 214 218 187 179 188
2012 - - - - - - - -
193 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Beaumont-Hamel est située dans l'Académie d'Amiens. La commune fait partie du regroupement pédagogique intercommunal Aux Sources de l'Ancre et adhère au syndicat intercommunal scolaire de Miraumont. Elle ne dispose pas d'école primaire sur son territoire, les élèves de la commune se rendent à l’école de la commune de Miraumont[7].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fête patronale de Beaumont a lieu le quatrième dimanche de septembre, celle de Hamel, le deuxième dimanche de septembre.

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

La commune de Beaumont-Hamel possède deux églises, l'une à Beaumont (Notre-Dame de l'Assomption), l'autre à Hamel (Notre-Dame de la Nativité). Cependant, le culte catholique n'est plus célébré régulièrement dans la commune qui est rattachée à la paroisse catholique Notre-Dame des Hauts de l'Ancre, au sein du diocèse d'Amiens[12].

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture est l'activité économique dominante de la commune. Cependant une certaine activité artisanale perdure et le tourisme de mémoire contribue également au dynamisme de la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Parc terre-neuvien[modifier | modifier le code]

Le Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel est un mémorial honorant les soldats du dominion de Terre-Neuve morts durant la Première Guerre mondiale[13],[14].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Cimetière militaire britanniques[modifier | modifier le code]
Serre road Cemetery[modifier | modifier le code]

C'est le plus important cimetière militaire britannique du département de la Somme par le nombre de morts. Il abrite 7 139 corps de soldats : 5 971 Britanniques, 301 Canadiens, 699 Australiens, 116 Néo-Zélandais et 39 Sud-Africains. Par ailleurs, 4 943 corps ne sont pas identifiés. La grande majorité des corps inhumés dans ce cimetière sont ceux de soldats tués en 1916, au cours de la bataille de la Somme.

Ancre british Cemetery[modifier | modifier le code]

Les corps de 2 541 soldats sont inhumés dans ce cimetière situé non loin de l'Ancre, dont : 2 495 Britanniques, 42 Terre-Neuviens, 2 Néo-Zélandais, un Sud-Africain et un Allemand. Par ailleurs, 1 300 corps ne sont pas identifiés. La plupart des corps inhumés dans ce cimetière sont ceux de soldats tués le 1er juillet 1916, premier jour de la bataille de la Somme, le 3 septembre 1916, jour d'une nouvelle attaque générale franco-britannique sur tout le front de la Somme et le 13 novembre 1916 au cours de la bataille de l'Ancre pendant laquelle eurent lieu les prises de Saint-Pierre-Divion et Beaumont-Hamel ; le village de Beaucourt-sur-l'Ancre fut pris le lendemain.

Autres cimetières britanniques[modifier | modifier le code]
  • Beaumont-Hamel British Cemetery
  • Frankfurt trench british cemetery
  • Hamel military cemetery
  • Munich trench british cemetery
  • New Munich trench british cemetery
  • Redan Ridge Cemetery No1
  • Redan Ridge Cemetery No2
  • Redan Ridge Cemetery No3
  • Waggon road cemetery
Nécropole nationale de Serre-Hébuterne[modifier | modifier le code]

La nécropole nationale de Serre-Hébuterne d'une superficie de 5 593 m2 est située sur le territoire de la commune de Beaumont-Hamel. Elle rassemble les corps de soldats du 243e et 327e R.I. tués au cours des combats d'Hébuterne dans le Pas-de-Calais, du 10 au 13 juin 1915, au cours de l'offensive d'Artois. Les corps de 834 soldats français ont été inhumés dans ce cimetière, 594 dans des tombes individuelles et 240 dans un ossuaire.

Un monument « À la Mémoire des Héros morts pour la France à Hébuterne 10-13 juin 1915 », a inauguré le 14 juin 1925. Une stèle, érigée en 1917 est dédiée « Aux braves du 243e morts pour la Patrie le 10 juin 1915 ». Une chapelle a été édifiée en 1936, en face au cimetière[15].

Monuments commémoratifs[modifier | modifier le code]
Monument au 8e Argyll and Sutherland Highlanders[modifier | modifier le code]

Il est situé à proximité de Beaumont-Hamel british cemetery, à l'ouest du village. Il a la forme d' une croix celtique, rendant hommage au 8e Argyll and Sutherland Highlanders.

Stèle à la 51e Division écossaise[modifier | modifier le code]

Situé au croisement des routes menant à Auchonvillers et à Serre, ce modeste monument a été offert aux habitants de Beaumont-Hamel par la 51e division écossaise avec cette dédicace: « Offert aux habitants de Beaumont-Hamel (Somme) par les officiers, sous-officiers et soldats de la 51e division écossaise en souvenir de la reprise du village par la division le 13 novembre 1916 ».

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église de Beaumont : Notre Dame de l'Assomption.
  • Église d'Hamel : Notre Dame de la Nativité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844; réédition partielle, Albert et ses environs, Paris, 1999, Rassorts-Lorisse (ISSN 0993 - 7129).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre "Beaumont-Hamel" et "Paris" », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 29 avril 2015).
  2. « Orthodromie entre "Beaumont-Hamel" et "Amiens" », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 29 avril 2015).
  3. « Orthodromie entre "Beaumont-Hamel" et "Lille" », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 29 avril 2015).
  4. a et b Notice géographique et historique sur la commune de Beaumont-Hamel, rédigée pat M. Doutreleau, instituteur, entre 1897 et 1899, Amiens, Archives départementales de la Somme
  5. Limites des communes de Beaumont-Hamel, Thiepval et Authuille sur Géoportail. Consulté le 29 avril 2015.
  6. a et b Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844; réédition partielle, Albert et ses environs, Paris, 1999, Rassorts-Lorisse (ISSN 0993 - 7129)
  7. a et b « Beaumont-Hamel », sur le site internet Communauté de communes du Pays du Coquelicot (consulté le 29 avril 2015).
  8. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 14 juillet 2008)
  9. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012.
  12. « Église de Beaumont-Hamel », sur le site de la Conférence des évêques de France (consulté le 29 avril 2015).
  13. Présentation du mémorial sur le site des Chemins de mémoire
  14. Cérémonies commémoratives au mémorial le 1er juillet et le 8 décembre de chaque année.
  15. http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/cimetiere-militaire-francais-de-serre-hebuterne.php