Pozières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pozières
Pozières
Entrée du village, hommage aux Australiens.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Bernard Delattre
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80640
Démographie
Gentilé Pozièrois(es)
Population
municipale
263 hab. (2016 en augmentation de 3,54 % par rapport à 2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 02′ 29″ nord, 2° 43′ 25″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 161 m
Superficie 3,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Pozières

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Pozières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pozières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pozières
Liens
Site web Pozières

Pozières est une commune française située dans le département de la Somme, la région Hauts-de-France et sur le Circuit du Souvenir.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village rural picard est situé sur l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 929), entre Albert et Bapaume[1],[2].

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune est de formation quaternaire dans sa plus grande étendue et de formation secondaire du crétacé supérieur sur un plateau situé à proximité de la commune de Contalmaison. La marne y est presque à découvert, recouverte d'une mince couche d'argile.

Partout le sol est formé d'une bonne couche de terre végétale.

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

La commune est située sur un point culminant du plateau (160 m). Le sol est donc le plus souvent plat avec quelques ravins.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun cours d'eau qui traverse la commune. La nappe phréatique est située à 30 m au-dessous du niveau du sol.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Pozières est tempéré océanique avec vents dominants de sud-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Situé le long de la route d'Albert à Bapaume, le village de Pozières présente un habitat groupé.

Activités économiques et de services[modifier | modifier le code]

L'agriculture reste l'activité économique dominante de la commune mais le tourisme de mémoire s'est développé depuis la fin du XXe siècle.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village de Pozières a été précédé par un village aujourd'hui disparu : celui de Séraucourt-lès-Contalmaison. En 1836, on a retrouvé un nombre important de monnaies de Jean II le Bon, Charles V, Charles VI, Edouard III d'Angleterre, Henri V, Sigismond, empereur du Saint-Empire romain germanique...

Hameau situé aux confins de l'Artois et de la Picardie, le village de Pozières situé sur la route d'Albert à Bapaume dépendait de la province d'Artois et à ce titre abritait un poste frontière où se payaient les taxes, selon dom Grenier.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, la maison de Sailly acquiert le domaine de Pozières.

En 1583, Le Mouquet était un fief d'Anne du Mousquet, châtelaine de Contalmaison.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1870, l'arrivée du général Faidherbe et de son armée préserva Pozières du pillage.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pozières fut durement touchée pendant la Première Guerre mondiale notamment pendant la bataille de la Somme.

Article détaillé : Bataille de la Somme.

La commune située sur le front de la Première Guerre mondiale a été marquée par de violents combats. C'est à Pozières que les soldats australiens de l'ANZAC avaient amené de petites locomotives très utiles pour le transport de troupes et de matériel sur le front[3].

Article détaillé : Bataille de Pozières.

Les séquelles de guerre les plus visibles ont peu à peu été effacées avec la reconstruction, après une période de déminage et de nettoyage des obus et autres munitions non explosées (en 1919-1920).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Joseph-Quentin Leroy de Reck    
Les données manquantes sont à compléter.
1977 1983 Louis Poillon[4]    
mars 2001 En cours
(au 6 mai 2014)
Bernard Delattre   Réélu pour le mandat 2014-2020[5],[6]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays du Coquelicot[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants s'appellent des Pozièrois ou des Pozièroises[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 263 habitants[Note 1], en augmentation de 3,54 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
424445500519570555543522508
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
490479458460447432376394357
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
340300271207235298269289264
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
278281254279276244236254263
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'enseignement primaire est organisé autour d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) qui regroupe les enfants de Contalmaison, Pozières et Ovillers-la-Boisselle, répartis dans les écoles de Pozières et La Boisselle. À la rentrée scolaire 2017, de la maternelle au CE1, les élèves sont scolarisés à La Boisselle. Du CE2 au CM2, ils se rendent à Pozières. Une cantine et une garderie ont été mises en place[13].

Les écoles dépendent de l'académie d'Amiens ; elles sont placées en zone B pour les vacances scolaires.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Depuis 2006, se déroule à Pozières au mois de juillet un son et lumière sur la bataille de la Somme intitulé : Pozières dans l'ombre et la lumière.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours. Sur la route nationale, elle date du XIXe siècle. Reconstruite après la Première Guerre mondiale, en 1925, son autel est très sobre[15].

Lieux de mémoire de la Grande Guerre[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de la commune de Pozières se trouvent plusieurs sites relatifs à la Première Guerre mondiale.

  • A l'entrée nord-est du village : le Moulin à vent
Article détaillé : Moulin à vent de Pozières.
    • La stèle à la 2e division australienne : sur le site d'un ancien moulin à vent où se déroula la bataille la plus meurtrière pour les Australiens.
    • Monuments aux animaux.
    • Le monument aux tanks : le 15 septembre 1916, pour la première fois, les tanks firent leur apparition sur un champ de bataille. Le monument, face aux vestiges du Moulin à vent, rappelle cet événement au nord-est du village.
  • La stèle à la mémoire de George Butterworth, situé à 300 m environ du lieu où il fut tué, sur le route de Bazentin.
  • A l'entrée sud-ouest du village :
    • Le monument à la 1re division australienne : à l'ouest du village, de la forme d'un obélisque. Sur la face est, sur une plaque de bronze sont inscrits les noms des batailles auxquelles participa la division.
    • Le Gibraltar : vestiges d'un imposant blockhaus allemand.
    • Le monument aux fusiliers royaux britanniques
  • A l'extérieur du village :
    • Le british cemetery de Pozières ou cimetière militaire britannique des Colonnes est situé sur le territoire de la commune d'Ovillers-la-Boisselle sur le bord de la route départementale 929. Cette nécropole contient 2 756 corps (1 828 Britanniques, 708 Australiens, 219 Canadiens et un Allemand) dont 1 374 non identifiés. Sur ses murs sont gravés les noms de 14 649 soldats (14 328 Britanniques et 321 Sud-Africains) tués entre le et le , pendant la bataille du Kaiser. Les corps inhumés sont ceux de soldats tombés au cours de l'automne 1916 et en . Après l'Armistice, beaucoup de tombes provenant du champ de bataille ont été transférées ici.
    • Stèle de la ferme du Mouquet, sur la route de Thipeval (située sur le territoire de la commune d'Ovillers-la-Boisselle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph-Quentin Leroy de Reck : né en 1775 à Pozières et décédé en 1842 à Pozières, sous-lieutenant de cavalerie sous le Ier Empire,chevalier de la Légion d'honneur en 1804, maire de Pozières.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Decagny (abbé), L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844 ; réédition partielle, Albert et ses environs, Paris, 1999, Rassorts-Lorisse (ISSN 0993-7129).
  • Christophe Lépine et Philippe Mangot, Sites de la Bataille de la Somme, Punch Éditions, 2006 (ISBN 2 - 913 132 - 83 - 9).
  • Jean-Pascal Soudagne, Le Circuit du Souvenir : La Somme dans la guerre de 14-18, Édition Ouest-France, 2005 (ISBN 2 737 337 054).
  • Oscar Gosselin, Monographie du village de Pozières.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. annuaire-mairie.fr, « Village de Pozières » (consulté le 11 novembre 2010)
  2. Pays du Coquelicot, « Pozières » (consulté le 11 novembre 2010)
  3. Site australien relatif aux locomotives de Pozières.
  4. Louis Poillon a également été maire de la commune de Croisette (Pas-de-Calais)
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 1er mars 2009)
  6. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  7. Pays du Coquelicot, « Pozières » (consulté le 12 novembre 2010)
  8. habitants.fr, « Somme > Pozières (80300) » (consulté le 11 novembre 2010)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Site communal.
  14. clochers.org, « Église Notre-Dame-de-l'Assomption * 80640 -Pozières » (consulté le 11 novembre 2010)
  15. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 231 (ASIN B000WR15W8).