Baptême civil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Baptême.
Lettre de baptême républicaine (Eckbolsheim, 1804, an XII)

Le baptême civil ou parfois baptême républicain est, dans certains pays dont l'Espagne, la France et le Royaume-Uni, une façon de célébrer la naissance d'un enfant en dehors de toute référence religieuse.

En Espagne[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Le baptême civil a lieu à la mairie mais celle-ci n'a pas l'obligation de le célébrer[1]. En effet, sur le plan juridique, cette forme de baptême laïque n'est mentionnée par aucun texte et n'a donc pas de valeur légale. En particulier, les parrains et marraines ne sont soumis à aucune obligation[1]. N'étant pas un acte d'état civil, il ne figure pas dans ses registres[1].

Cette cérémonie correspond néanmoins à des valeurs républicaines défendues par les parents de l'enfant. Ludovic Naudeau écrit à ce sujet : « Souvent les familles éprouvent le besoin de marquer néanmoins par des festivités l'existence de leur rejeton, et alors elles organisent ce que l'on appelle ici un baptême civil[2]. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Le baptême civil ou baptême républicain, ou encore parrainage civil, est institué par la loi du 20 prairial, an II () relative aux actes d'état civil, réservés aux municipalités[3]. Peuvent être baptisés civilement tous les mineurs de moins de 13 ans, mais les parrains et marraines doivent, eux, être majeurs[4]. Fouché l'avait institué : « À Nevers, ce nouveau pape est le premier à introduire dans le pays le baptême civil pour sa fille qu'il appelle Nièvre du nom du département[5]. »

Il tombe en désuétude au XIXe siècle, mais est relancé en 1892 par la municipalité socialiste de Saint-Denis, afin de « soustraire la jeunesse à l'influence néfaste des religions déistes qui atrophient et faussent son intelligence[6] ». Il fut très en vogue à la Belle Époque dans le nord de la France, avant de se raréfier. Il avait toujours cours au XXIe siècle dans certaines municipalités et connait un regain de célébrations. À Rennes, on compte environ 80 parrainages par an. Pour 2015, on en recense 181 à Lyon en 2015, 135 à Nantes (+15 %), une douzaine à Vesoul, une petite douzaine l’an passé, 325 à Paris mais dans seulement 13 des 20 mairies d'arrondissement, les municipalités pouvant aussi refuser de célébrer ce type de cérémonie[4].

Au mois d'avril 2016, Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti organisent un baptême civil pour leur fille, Jeanne[7].

En juin 2016, l'amendement n°434 au projet de loi « Égalité et citoyenneté » est présenté, afin de donner un cadre légal à cette pratique[8]. L'article 42 qui en résulte[9] est censuré par le Conseil constitutionnel pour raison de procédure[10].

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Baptême civil » sur service-public.fr.
  2. Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931.
  3. Rachel Guidoni, « Le parrainage civil : une pratique française revisitée », Ateliers d'anthropologie, (consulté le 5 novembre 2016)
  4. a et b Catherine Rollot, « Les bébés baptisés par la République », lemonde.fr, (consulté le 5 novembre 2016)
  5. Stefan Zweig, Joseph Fouché, Paris, Grasset, , p. 46. Nièvre Fouché naquit en 1793.
  6. Pierre-Brice Lebrun, Guide pratique du droit de la famille et de l'enfant en action sociale et médico-sociale, Dunod, 2011 p. 284.
  7. « Montebourg Filippetti: baptême républicain pour Jeanne, leur bébé » sur parismatch.com.
  8. « Amendement n°434 (adopté) » sur nosdeputes.fr.
  9. texte de la loi adoptée définitivement par l'assemblée nationale, consulté le 20 mars 2017.
  10. Décision n° 2016-745 DC du 26 janvier 2017, site du conseil constitutionnel, consulté le 20 mars 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Cherblanc (dir.), « L'essor du baptême républicain », in Rites et symboles contemporains. Théories et pratiques, Presses universitaires du Québec, 2011, p. 160-165 (ISBN 9782760529847)

Articles connexes[modifier | modifier le code]