Baptême civil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lettre de baptême républicaine (Eckbolsheim, 1804, an XII)

Le baptême civil ou parfois baptême républicain est, dans certains pays dont l'Espagne, la France et le Royaume-Uni, une façon de célébrer la naissance d'un enfant en dehors de toute référence religieuse.

En Espagne[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Définition[modifier | modifier le code]

Le baptême civil a lieu a la mairie mais celle-ci n'a pas l'obligation de le célébrer[1]. En effet, sur le plan juridique, cette forme de baptême laïque n'est mentionnée par aucun texte et n'a donc pas de valeur légale. En particulier, les parrains et marraines ne sont soumis à aucune obligation[1]. N'étant pas un acte d'état civil, il ne figure pas dans ses registres[1].

Cette cérémonie correspond néanmoins à des valeurs républicaines défendues par les parents de l'enfant. Ludovic Naudeau écrit à ce sujet : « Souvent les familles éprouvent le besoin de marquer néanmoins par des festivités l'existence de leur rejeton, et alors elles organisent ce que l'on appelle ici un baptême civil[2]. »

Histoire[modifier | modifier le code]

Le baptême civil ou baptême républicain, ou encore parrainage civil, est institué par la loi du 20 prairial, an II () relative aux actes d'état civil, réservés aux municipalités[3]. Peuvent être baptisés civilement tous les mineurs de moins de 13 ans, mais les parrains et marraines doivent, eux, être majeurs[4]. Fouché l'avait institué : « À Nevers, ce nouveau pape est le premier à introduire dans le pays le baptême civil pour sa fille qu'il appelle Nièvre du nom du département[5]. »

Il tombe en désuétude au XIXe siècle, mais est relancé en 1892 par la municipalité socialiste de Saint-Denis, afin de « soustraire la jeunesse à l'influence néfaste des religions déistes qui atrophient et faussent son intelligence[6] ». Il fut très en vogue à la Belle Époque dans le nord de la France, avant de se raréfier. Il avait toujours cours au XXIe siècle dans certaines municipalités et connait un regain de célébrations. À Rennes, on compte environ 80 parrainages par an. Pour 2015, on en recense 181 à Lyon en 2015, 135 à Nantes (+15 %), une douzaine à Vesoul, une petite douzaine l’an passé, 325 à Paris mais dans seulement 13 des 20 mairies d'arrondissement, les municipalités pouvant aussi refuser de célébrer ce type de cérémonie[4].

Au mois d'avril 2016, Arnaud Montebourg et Aurélie Filippetti organisent un baptême civil pour leur fille, Jeanne[7].

En juin 2016, l'amendement n°434 au projet de loi « Égalité et citoyenneté » est présenté, afin de donner un cadre légal à cette pratique[8]. L'article 42 qui en résulte[9] est censuré par le Conseil constitutionnel pour raison de procédure[10].

Au Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Baptême civil » sur service-public.fr.
  2. Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931.
  3. Rachel Guidoni, « Le parrainage civil : une pratique française revisitée », Atliers d'anthropologie, (consulté le 5 novembre 2016)
  4. a et b Catherine Rollot, « Les bébés baptisés par la République », lemonde.fr, (consulté le 5 novembre 2016)
  5. Stefan Zweig, Joseph Fouché, Paris, Grasset, , p. 46. Nièvre Fouché naquit en 1793.
  6. Pierre-Brice Lebrun, Guide pratique du droit de la famille et de l'enfant en action sociale et médico-sociale, Dunod, 2011 p. 284.
  7. « Montebourg Filippetti: baptême républicain pour Jeanne, leur bébé » sur parismatch.com.
  8. « Amendement n°434 (adopté) » sur nosdeputes.fr.
  9. texte de la loi adoptée définitivement par l'assemblée nationale, consulté le 20 mars 2017.
  10. Décision n° 2016-745 DC du 26 janvier 2017, site du conseil constitutionnel, consulté le 20 mars 2017.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Cherblanc (dir.), « L'essor du baptême républicain », in Rites et symboles contemporains. Théories et pratiques, Presses universitaires du Québec, 2011, p. 160-165 (ISBN 9782760529847)

Articles connexes[modifier | modifier le code]