Bibliothèque des voix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La bibliothèque des voix est la première collection française de livres audio, créée en 1980[1] par Antoinette Fouque, aux éditions des femmes. Elle se propose de « réconcilier la culture traditionnelle de l'imprimerie avec la culture moderne de l'audiovisuel, au lieu de les opposer[2],[3] ». La lecture des œuvres est interprétée par l'auteur lui-même (écrivain, philosophe...) ou par un acteur[4]. La collection bénéficie d'un accueil critique laudatif[5],[6].

Interprètes[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « La Bibliothèque des voix », Depuis 30 ans des femmes éditent..., collectif, éditions des femmes, 2004, p. 463-509.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michèle Grandjean, « Les premiers livres parlants », Le Provençal, 27 septembre 1981.
  2. Katia D. Kaupp, « Quand les livres parlent... », Le Nouvel Observateur, 2 novembre 1984.
  3. Catherine Cayrol, « La réconciliation e l'écrit et de l'oral », Ouest-France, 24 juin 1991.
  4. Jean-François Josselin, « Les stars de chevet », Le Nouvel Observateur, 22 mars 1985.
  5. Jean Ferré, « Un nouveau privilège », Le Figaro, 22 novembre 1986.
  6. Jean-Pierre Salgas, « La voix retrouvée », La Quinzaine littéraire, entretien avec Antoinette Fouque, 1er décembre 1986.