Setier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Le setier est une ancienne mesure de capacité, de valeur variable suivant les époques, les régions, et la nature des marchandises mesurées.

Le mot provient du latin sextarius, qui veut dire sixième partie.

La surface ensemençable par un setier de grains était appelée sétérée.

Matières sèches[modifier | modifier le code]

  • le setier de Paris valait 12 boisseaux de 640 pouces cubes, soit 152 litres.
  • Le setier de Châlus (Haute-Vienne) valait 8,534 décalitres.
  • le setier de Reims valait 2 mines ou 4 quartels ou 16 boisseaux[1].

Liquides[modifier | modifier le code]

  • le mot setier fut parfois employé pour désigner la chopine de Paris de 24 pouces cubes, soit environ 476 millilitres.
  • le mot setier fut aussi utilisé comme synonyme de la velte. Elle contenait 8 pintes de 48 pouces cubes chacune, soit environ 7,62 litres.

Le mot setier signifie un sixième. Cela suppose des unités non attestées de respectivement 144 pouces cubes et 2 304 pouces cubes, soit un pied cube un tiers. Chopine et velte étaient les termes légaux.

Le setier romain[modifier | modifier le code]

  • Le setier fut surtout une unité romaine de volume pour les liquides, donc également pour les boissons. Il valait environ 54 centilitres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de Signy, 1172, Arch. dépar. Ardennes, H203, f° 39-40.

Voir aussi[modifier | modifier le code]