Chrysocolle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chrysocolle
Catégorie IX : silicates[1]
Chrysocolle (Australie)

Chrysocolle (Australie)
Général
Classe de Strunz 9.ED.20
Formule chimique (Cu,Al)2H2Si2O5(OH)4·nH2O
Identification
Couleur bleu, bleu-vert, vert
Système cristallin orthorhombique
Clivage aucun à conchoïdal
Cassure fragile
Habitus massifs, terreux, cryptocristallins, botryoïdaux, aciculaires, radiés, stalactitiques, fibreux, réniformes, concrétionnaires
Échelle de Mohs 2 - 4
Trait blanc, gris à bleu-vert
Éclat vitreux à terreux voire poudreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction nω = 1.460 nε = 1.570
Biréfringence +0.110, uniaxial
Transparence translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 1,9-2,4
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le chrysocolle est un ancien terme désignant divers matériaux servant à la préparation de l'or mais qui s'affina jusqu'à ne plus désigner aujourd'hui qu'un seul minéral, un silicate d'hydroxyde de cuivre. Cependant, il existe un débat quant à sa nature de minéral ou de minéraloïde, son mode de création s'approchant de celui du groupe des serpentines ou des allophanes. Utilisé depuis l'Antiquité, il peut être confondu superficiellement avec la turquoise mais sa couleur est réputée comme encore plus fine même si elle a moins de valeur. À cause de sa faible dureté et de sa teneur en eau, il est très sensible aux fortes chaleurs et aux attaques physiques ou chimiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le chrysocolle est connu depuis l'antiquité. Il a été décrit par Theophraste en 315 av. J.-C. [2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Du grec « χρυσός » (chrysos, or) et « κόλλα » (kolla, colle)[2]. Son nom vient de son utilisation en tant qu'auxiliaire de fabrication pour la granulation des bijoux en or.

Topotype[modifier | modifier le code]

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Ne se présente jamais en cristaux (minéral amorphe = structure cristalline désordonnée), souvent en agrégats, en veinules par remplissage de fractures, concrétions botryoïdales, masses vitreuses. Les agrégats se présentent sous les formes suivantes : massifs, terreux, botryoïdaux, radiés, stalactitiques, fibreux, réniformes, concrétionnaires.

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

C'est un produit de décomposition des minerais de cuivre, spécialement dans les régions arides[2].

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Elle est souvent associée à d'autres pierres à base de cuivre telles que l'azurite, la cuprite, la malachite et la turquoise mais aussi avec la calcédoine, la limonite, l'opale, et le quartz.

Variétés[modifier | modifier le code]

  • La pierre d'Eilat, un mélange de chrysocolle, de malachite et de turquoise.
  • Le quartz à chrysocolle, un assemblage de quartz et de chrysocolle
  • L'azulite, un assemblage de chrysocolle, d'azurite, de malachite, de cuprite et de dioptase.

Gisements[modifier | modifier le code]

Cette pierre a été trouvée à travers le monde dans plus de 2700 endroits. Les principaux gisements se trouvent en Allemagne (Kreischa et Schneeberg en Saxe, Lauterberg et Kupferberg en Bavière), en Australie (Broken Hill), aux États-Unis (Bisbee et Morenci en Arizona, Nouveau-Mexique, Utah), en Russie (Mednorudnyansk) ainsi qu'en Angleterre, au Congo-Kinshasa, en France (Alsace, Pyrénées-Orientales, Loire), en Israël, au Mexique et en Tchéquie[3].

Critères de déterminations[modifier | modifier le code]

Extrême légèreté et tendreté, peut être confondue avec la turquoise. Soluble dans l'acide chlorhydrique par précipitation de la silice.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Elle est utilisée en joaillerie depuis l'Antiquité, certaines pièces exceptionnelles peuvent dépasser deux kilogrammes[2]. Cependant, elle est généralement taillée uniquement quand elle est associée à d'autres minéraux tels le quartz car, pure, elle est un peu trop tendre et a tendance à se craqueler[4]. On l'utilise également comme flux pour souder l'or (comme indiqué par l'étymologie de son nom).

Le chrysocolle est utilisé parfois comme minerai de cuivre. Sa toxicité due à sa teneur en cuivre permet son utilisation comme additif de peinture pour bateaux en tant qu'agent anti-fouling.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. a, b, c et d (en) Angeles Gavira et Peter Frances, Smithsonian Institution, Rocks and Minerals, The definitive visual guide [« Rock and Gem (2005) »], Londres (Grande-Bretagne), Dorling Kindersley Limited, , 364 p. (ISBN 978 1 4053 2831 9), « Chrysocolla », p. 266,
  3. mindat.org
  4. (en) bernardine.com