Oligoclase

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oligoclase
Catégorie IX : silicates[1]
Oligoclase - Chihuahua, Mexico

Oligoclase - Chihuahua, Mexico
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique (Na,Ca)[Al(Si,Al)Si 2O8
Identification
Masse formulaire 263,02 uma
Couleur incolore; blanc; vert; gris; verdâtre; jaunâtre; brun; rougeâtre; orange; bleuâtre.
Classe cristalline et groupe d'espace pinacoïdale C
Système cristallin triclinique
Réseau de Bravais Centré C
Macle très communes selon {010}
Clivage parfait à {001} ; facile à {010}
Cassure irrégulière
Habitus massif ou en cristaux
tabulaires maclés
Échelle de Mohs 6 - 6,5
Trait blanc
Éclat vitreux, nacré
Propriétés optiques
Indice de réfraction α=1,528-1,533; β=1,5317-1,53685; γ=1,538-1,542
Pléochroïsme incolore
Biréfringence 0,009-0,010 ; biaxe positif
Dispersion 2 vz ~ 45°
Fluorescence ultraviolet Possible (& Luminescent)
Transparence Transparent à translucide
Propriétés chimiques
Densité de 2,63 à 2,66
Température de fusion 1120 °C
Fusibilité Fond difficilement et donne un verre
Solubilité lentement corrodée
par les acides forts
Comportement chimique Colore la flamme en jaune
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

L’oligoclase est un minéral de la classe des silicates sous-classe des tectosilicates de la famille des feldspaths de formule chimique(Na,Ca)[Al(Si,Al)Si 2O8 pouvant contenir des traces de potassium et d’eau. Membre intermédiaire de la série albite-anorthite pour un ratio de 90/10 ou 70/30. C'est un minéral qui est retrouvé dans certaines météorites. Les cristaux gemmes sont taillés à facette, les variétés adularescentes (héliolite) sont plutôt traitées en cabochon.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrit par Johann August Friedrich Breithaupt en 1826, le nom dérive du grec ancien ολίγος (oligo) « peu, en petit nombre » et -clase, κλάσις (klasis) « brisure », par allusion à son clivage plus difficile que chez les autres feldspaths.

Topotype[modifier | modifier le code]

Danvikstull, Stockholm, Södermanland, Suède

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 8.15, b = 12.78, c = 8.5, Z = 5; alpha = 94.016°, bêta = 116.3333°, gamma = 88.667° V = 791.30
  • Densité calculée = 2,78

Gîtologie[modifier | modifier le code]

L'oligoclase se rencontre souvent accompagnée de l’orthose. Ce sont des constituants des roches ignées tel que le granite, la syénite, et la diorite.

Synonymie[2][modifier | modifier le code]

  • amansite
  • amantice
  • amantite
  • amausite
  • oligoalbite
  • oligoclasite
  • soda-Spodumene (selon Dana)
  • tschermakite (selon Kobell)

Variétés[modifier | modifier le code]

  • Lazur-Feldspath Variété bleue d’oligoclase trouvée associé au lapis-lazulis près du lac Baïkal en Russie.
  • Héliolite Une variété d’oligoclase, de couleur orange -brun présentant l’effet Schiller d'adularescence et contenant de petits cristaux d'hématite qui lui donnent un éclat particulier. Les gisements les plus courants sont aux États-Unis, mais elle se retrouve aussi en Australie, aux Indes et en Norvège[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

En France

  • Le Mayet-de-Montagne, Allier, Auvergne[4]
  • Carrière Madec, La Clarté, Perros-Guirec, Lannion, Côtes-d'Armor[5]
  • Terre Nères, Merens, Ax-les-Thermes, Ariège, Midi-Pyrénées[6]

Dans le monde

  • Nilaw-Kolum, Laghman (Lagman; Nuristan) Province, Afghanistan[7]
  • Shabogamo, Shabogamo, Grenville]Province, Québec, Canada
  • Mont Somma (Vésuve) Naples Campanie Italie[8].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM
  3. Histoire naturelle, générale et particulière Par Georges Louis Leclerc Buffon (comte de) p. 249 1799
  4. J.C. Parneix, A Meunier : « Les paragenèses de remplacement des biotites utilisées comme marqueurs des conditions de température et de composition des fluides dans les altérations hydrothermales et supergène du granite de Mayet-la-Montagne (Allier, France) », dans le Bull. Minéral. , 1982, 105, 662-672.
  5. - De Ascencao Guedes, R. (2006). « Minéralogie du complexe granitique de Ploumanac'h (Côtes d'Armor) » dans Le Règne Minéral(72), p. 18-28.
  6. Bull. Soc. Franç. Minéralo. Cristallo. , 1974, 97, p. 487-490
  7. Bariand, P. and Poullen, J.F. (1978). Famous mineral localities: The pegmatites of Laghman - Nuristan - Afghanistan. Mineralogical Record. 9: 301-308.
  8. [Lapis 1994:5 p. 13-23,58]